31 octobre 2007

Quelques paroles de chansons...

Je remets à l'année prochaine des textes sur les origines des coutumes et traditions... ce soir, je fredonne une chanson... ;)

The Nightmare Before Christmas

This is HalloweenThisHall

[SHADOW]
Boys and girls of every age
Wouldn't you like to see something strange?

[SIAMESE SHADOW]
Come with us and you will see
This, our town of Halloween

[PUMPKIN PATCH CHORUS]
This is Halloween, this is Halloween
Pumpkins scream in the dead of night

[GHOSTS]
This is Halloween, everybody make a scene
Trick or treat till the neighbors gonna die of fright
It's our town, everybody screm
In this town of Halloween

[CREATURE UNDER THE BED]
I am the one hiding under your bed
Teeth ground sharp and eyes glowing red

[MAN UNDER THE STAIRS]
I am the one hiding under yours stairs
Fingers like snakes and spiders in my hair

[CORPSE CHORUS]
This is Halloween, this is Halloween

[VAMPIRES]
Halloween! Halloween! Halloween! Halloween!
In this town we call home
Everyone hail to the pumpkin song

[MAYOR]
In this town, don't we love it now?
Everybody's waiting for the next surprise

[CORPSE CHORUS]
Round that corner, man hiding in the trash cam
Something's waiting no to pounce, and how you'll...

[HARLEQUIN DEMON, WEREWOLF & MELTING MAN]
Scream! This is Halloween
Red 'n' black, slimy green

[WEREWOLF]
Aren't you scared?

[WITCHES]
Well, that's just fine
Say it once, say it twice
Take a chance and roll the dice
Ride with the moon in the dead of night

[HANGING TREE]
Everybody scream, everbody scream

[HANGED MEN]
In our town of Halloween!

[CLOWN]
I am the clown with the tear-away face
Here in a flash and gone without a trace

[SECOND GHOUL]
I am the "who" when you call, "Who's there?"
I am the wind blowing through your hair

[OOGIE BOOGIE SHADOW]
I am the shadow on the moon at night
Filling your dreams to the brim with fright

[CORPSE CHORUS]
This is Halloween, this is Halloween
Halloween! Halloween! Halloween! Halloween!
Halloween! Halloween!

[CHILD CORPSE TRIO]
Tender lumplings everywhere
Life's no fun without a good scare

[PARENT CORPSES]
That's our job, but we're not mean
In our town of Halloween

[CORPSE CHORUS]
In this town

[MAYOR]
Don't we love it now?

[CORPSE CHORUS]
Skeleton Jack might catch you in the back
And scream like a banshee
Make you jump out of your skin
This is Halloween, everyone scream
Wont' ya please make way for a very special guy

Our man jack is King of the Pumpkin patch
Everyone hail to the Pumpkin King

[EVERYONE]
This is Halloween, this is Halloween
Halloween! Halloween! Halloween! Halloween!

[CORPSE CHILD TRIO]
In this town we call home
Everyone hail to the pumpkin song

[EVERYONE]
La la-la la, Halloween! Halloween! [Repeat]

Posté par Laila_Seshat à 15:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


30 octobre 2007

Ces nuits inoubliables – deuxième partie

Évidemment, les costumes étaient au centre des préoccupations. Pour les costumes, nous avions trois options :

1. nous avions une mère (ou tante, ou grand-mère, etc.) qui pouvait confectionner un costume ;
2. nous patentions notre costume nous-même ;
3. ou nous achetions un costume tout fait.

Halloween7Plusieurs enfants avaient la chance d’avoir une mère (ou père, …) qui savait coudre et qui était capable de faire un costume. Ces costumes s’accompagnaient parfois de masques en carton, en plastique ou d’un maquillage. Ma mère ne faisant que la couture essentielle, il n’y avait donc pas de costume fait par maman pour moi. J’ai parfois eu quelques costumes confectionnés par ma tante – dont un de petite indienne traditionnelle (hum… d’amérindienne, mais bon, nous n’étions pas trop « politiquement corrects » dans le temps, donc mon costume d’indienne avait tout du film western et j’accompagnais le tout de deux tresses, de plumes et d’un maquillage très « indien » ;) ). 

Pour la troisième option, il y avait bien sûr des costumiers ou magasins spécialisés de costumes, mais c’était évidemment trop dispendieux pour nous. Seuls quelques enfants avaient la possibilité de louer ou acheter un costume dans ces endroits. Les costumes qui habituellement étaient achetés, l’étaient à la pharmacie ou au 5-10-15 (ancêtre des dollaramas) et ma foi, n’étaient pas formidables. Ils consistaient habituellement en un masque de plastique – dans lequel on transpirait comme des fous – et un habit de plastique ou de tissu (enfin, quelque chose qui pouvait passer pour du tissu). Très sommaire.

Donc la plupart du temps, c’est l’option 2 qui était privilégiée. Toute petite, c’est avec l’aide de ma mère que je préparais mon costume. Avant, je ne me souviens plus, mais je suppose que c’est ma mère qui patentait quelque chose pour le bébé que j’étais… Puis quand j’ai vieilli – c’est-à-dire vers 6-7 ans – j’ai commencé à prévoir et à confectionner moi-même mon costume. Je décidais ce que je voulais être pour l’Halloween, selon ce que j’avais sous la main; habituellement des vêtements à mon père ou ma mère. Puis venait le bricolage qui allait compléter le costume : chapeau, accessoires, … parfois, mais très rarement, ma mère achetait un accessoire. Et puis finalement, le soir même le maquillage accompli par ma mère et moi.

Je me souviens d’un costume de princesse/fée (ce n’était pas très clair !) avec une robe rose de ma mère qui avait de la dentelle, cela me faisait une robe longue. J’avais fait un chapeau en cône avec des rubans qui descendaient du bout et j’avais une baguette avec une étoile. J’ai tellement aimé ce costume que je l’ai mis deux années de suite.

Et puis, ensuite, ce fut la planification avec les amis… Nous étions 5-6 enfants, mes amis, ma petite sœur et son amie. Je crois qu’on commençait à planifier l’Halloween à partir du mois d’août. On se réunissait et on parlait de nos costumes, du chemin que nous allions prendre – et qui risquait de rapporter le plus de bonbons. Et on commençait à ramasser les éléments : tissus, vêtements, accessoires qui allaient servir au costume, tout en gardant un œil pour aider les autres à leur costume. Je me souviens que ces années-là, nous avions passé l’Halloween sans adultes, juste les enfants, il faut dire que nous étions 3-4 à être des grands : nous avions 11-12 ans. Quelle aventure ! Se promener dans les rues sombres, sans parents, tous déguisés et récoltant des tonnes de bonbons.

Et puis, je fus trop vieille pour passer l’Halloween. Heureusement, il restait les fêtes d’école où on pouvait/devait se déguiser. Et puis, adolescente, je devais amener ma petite sœur pour passer l’Halloween. Je ne me déguisais pas, mais je participais à l’élaboration du costume de soeurette, je l’amenais dans les rues à la récolte de bonbons – que je partageais avec elle ensuite – il faut dire que nos tournées dans les rues se terminaient toujours très tard et étaient fructueuses.

Et puis, aujourd’hui… et bien je me déguise à nouveau ! Mais dans les soirées, les bars… il y a toujours une soirée costumée qui me permet de planifier mon costume – bien qu’aujourd’hui, je le loue souvent ! Et bien sûr – à Montréal – j’offre des bonbons et je décore ma maison… À Barcelone c’est un peu triste… pas de décoration, à part quelques vitrines, pas d’enfants qui viennent demander des bonbons. Bien que l’année dernière, j’ai eu droit à un « miracle d’Halloween : deux enfants ont sonné à ma porte déguisés ! probablement des enfants de l’édifice. Je n’avais rien à donner snif… mais cette année, j’ai prévu des bonbons, juste au cas où…

Et évidemment, il y a toujours des soirées costumées dans les bars même ici, mais elles ne sont pas comparables… ici on se déguise au Carnaval, pas à l’Halloween !

Enfin ! Joyeuse Halloween !!! :D

Posté par Laila_Seshat à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 octobre 2007

Ces nuits inoubliables - première partie

Quand j’étais une petite fille, l’Halloween était synonyme de 3 choses : les costumes, les bonbons et les citrouilles qui décoraient les maisons qui offraient les bonbons. Tout ceci rassembler dans une nuit. Nous pouvions alors sortir après le souperHalloween1 alors qu’il faisait noir, vêtu d’un costume pour aller sonner à la porte d’étrangers qui n’avaient souvent que pour seule décoration une citrouille éclairée, pour récolter des tonnes de bonbons.

Dans le temps, les gens décoraient peu. La citrouille était la vedette des décorations, parfois, il y avait des bricolages dans les fenêtres… on savait alors qu’il y avait un enfant dans la maison ou l’appartement, les décorations provenant des bricolages réalisés à l’école. Quelques maisons décoraient plus… sorcières, toiles d’araignées, et autres babioles. Ces maisons étaient rares mais c’était tout une émotion quand on en trouvait une ! Ces maisons étaient envahies par les enfants, parce que si les habitants avaient fait l’effort de décorer autant, il y avait nécessairement beaucoup de bonbons ! Parfois les gens ouvrant la porte étaient déguisés et c’était encore plus excitant. Je me rappelle avoir même eu peur et ne pas vouloir entrer – j’avais 3 ou 4 ans, je ne me souviens plus.

Aujourd’hui, les gens décorent beaucoup plus –enfin en Amérique du Nord. Il faut dire que les décorations s’achètent facilement dans les magasins alors il est plus facile de décorer sa maison, son appartement ou sa cour. J’adore voir toutes ces décorations et j’imagine l’excitation des enfants qui se promènent – repérant les maisons les plus décorer pour y retourner le soir d’Halloween. Mais je me souviens encore de cette maison… une des dernière fois que j’ai « passé » moi-même l’Halloween… j’avais donc environ 12 ans, je crois bien. La maison avait un grand parterre devant et il y avait une allée asphaltée pour se rendre à la porte de devant. Tout le long de l’allée, il y avait des citrouilles illuminées toutes avec un visage différent. Sur le balcon, il y avait plusieurs citrouilles. Et de chaque côté de l’allée, il y avait des tas de feuilles disposés comme des tombes avec chacun une croix faite de bouts de branches. Rien de très compliqué, mais je me souviens encore très bien de l’atmosphère et de combien j’étais énervée et excitée… Il y avait à la porte une dame qui donnait pleins de bonbons et son garçon déguisé avec un simple drap qui juste avant qu’on reparte arrivait derrière elle en criant « Boo »… hurlements et rires assurés.

Les dernières années avant que je ne quitte Montréal, j’ai décoré la maison de mes parents (mon appartement étant mal situé et il n’y avait jamais d’enfants qui venaient) pour y accueillir les enfants du voisinage… j’avoue que j’ai acheté plusieurs décorations dans les boutiques – elles sont si belles – mais j’ai tenté de garder une atmosphère simple mais macabre !!! Chaque coup de sonnette était merveilleux : remplis de petits enfants qui regardaient les décorations et attendaient les bonbons. Et il y a même eu un enfant qui avait peur de venir jusqu’à la porte… il a fallu que sa mère vienne avec lui… J’avais réussi !!! :)

Posté par Laila_Seshat à 13:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 octobre 2007

La fête du potiron

potironCritique de lecture

La fête du potiron / Agatha Christie ; traduit de l'anglais par Claire Durivaux. -- Paris: Librairie des Champs-Élysées, 1973. -- 252 p. ; 17 cm. -- Coll: Club des Masques; 174.

Titre original: Hallowe'en Party
Titre alternatif : Le Crime d’Halloween

Quatrième de couverture

Hercule Poirot s’apprêtait à passer une paisible soirée dans son appartement londonien lorsque surgit – venant troubler sa quiétude – son amie, la romancière Ariadne Olivier, dans un état de surexcitation fébrile.

Dans une petite agglomération pas très éloignée de Londres, elle a assisté à une réunion pour enfants et adolescents, offerte par Mrs Drake à l’occasion de la fête du Potiron. Or, au cours des réjouissances, une fillette bavarde et menteuse a été sauvagement assassinée. Peu de temps avant de mourir, elle s’était vantée publiquement d’avoir assisté à un meurtre, des années plus tôt.

Mrs. Olivier supplie Poirot d’aller à Woodleigh Commun pour tenter d’élucider les raisons de ce meurtre et d’en découvrir le coupable. Le célèbre détective accepte et à peine arrivé dans la paisible bourgade, il s’apercevra que cette paix n’est que d’apparence.

Résumé

Dans une paisible petite ville près de Londres, une fête pour enfants est organisée à l’occasion de l’Halloween. Pendant les préparatifs, une fillette, Joyce, se vante d’avoir été témoin d’un meurtre alors qu’elle était plus jeune. Personne ne la prend au sérieux et on croit qu’elle veut bien paraître devant une des dames invitées, une romancière connue : Mrs Olivier.

La fête de déroule selon les plans, les jeux se succédant au grand plaisir des enfants. Mais après la fête, alors que Mrs. Drake – l’organisatrice de la fête – et quelques adultes rangent les pièces, Joyce est découverte dans la bibliothèque, noyée dans le sceau d’eau ayant servi au jeu des pommes.

Alors que la communauté – et la police – croient à l’œuvre d’un détraqué, Mrs. Olivier est convaincue que l’enfant fut assassinée à cause de la déclaration qu’elle avait faite à propos d’un meurtre dont elle avait supposément été témoin. Elle fait donc appel à son bon ami, le détective privé Hercule Poirot, connu pour ses méthodes inhabituelles et surtout pour son haut taux de réussite.

Poirot se rend donc dans la petite ville pour mener son enquête. Son vieil ami, le Superintendant Spence, maintenant à la retraite vit également dans cette ville avec sa sœur et Poirot le persuadera de lui donner un coup de main. Le frère et la sœur lui apporteront nombres de renseignements sur les gens demeurant dans le village et sur les possibles crimes ayant eu lieu – et susceptibles d’être le meurtre dont aurait été témoin la fillette assassinée.

Le détective interrogera les gens ayant participé à la fête ainsi que d’autres gens du village. Petit à petit, il se forge une idée des habitants de Woodleigh Commun et des relations qui les lient. La mort d’une vieille femme, une jeune femme au pair qui disparaît, un testament falsifié, un jardin de rêve, un jardinier narcissique et une fillette angélique et une fillette qui mentait … tout cela finira par le mener à l’assassin de Joyce.

L’œuvre et Commentaires personnels

Le roman parut en 1969 et met en vedette un des personnages les plus connus d’Agatha Christie : le détective belge, Hercule Poirot. D’autres personnages récurrents sont également présents : l’écrivaine de romans policiers, Ariadne Olivier ainsi que le superintendant Spence, maintenant à la retraite et résidant dans la petite ville où a lieu le crime.

Le roman fut d’abord traduit en français sous le titre de « La fête du potiron » pour ensuite se voir donner le titre français « Le crime d’Halloween ».

Le roman reprend les principales caractéristiques qui ont marqué les œuvres policières d’Agatha Christie : les dialogues et interrogatoires de Poirot, les manies et habitudes du détective belge, les traits et même clichés de la société anglaise d’une certaine époque, etc. Mais il introduit cependant quelques éléments plus modernes. Le meurtre d’une enfant qui sous-entend de possibles motifs sexuels est nouveau dans l’œuvre d’Agatha Christie. On parle en effet d’un détraqué ou d’un obsédé lorsqu’on parle tout d’abord du possible meurtrier; on ne nomme jamais la possibilité du motif sexuel, mais il est sous-entendu). Elle parle aussi des adolescents et de certaines caractéristiques des jeunes de ce temps. Le roman est évidemment d’une autre – nouvelle - époque. L’auteur s’éloigne de la première moitié du siècle pour commencer une incursion dans une époque qui semble, tels ses personnages, la surprendre un peu, même si on sent qu’elle demeure très ouverte à la jeunesse et à la modernité.

On retrouve aussi dans le roman le thème du narcissisme, le désir de la perfection qui amène une personne à commettre les pires crimes afin de réaliser leurs rêves. Le mythe de Narcisse est amené et suggéré à plusieurs endroits pendant l’histoire pour culminer à la fin du roman.

Encore une fois dans son roman, Agatha Christie souligne l’importance de la personnalité de la victime, de l’assassin et même des gens impliqués dans le crime pour la résolution du crime. Ce dernier ne peut se résoudre uniquement par quelques indices mais par la recherche de mobiles. On assiste alors à une enquête intellectuelle. On est très loin ici des preuves médico-légales (ou forensiques comme on dit maintenant parfois), pas d’analyses d’ADN ou des os, etc. Il y a bien parfois dans les romans d’Agatha Christie, des indices qui donnent une « idée », un fil, un morceau de papier, un tissu déplacé, ou comme dans le roman « La fête du potiron », un vêtement mouillé et un vase brisé. Mais habituellement, la recherche du coupable se fait par déduction et par la réalisation d’interrogatoires plus ou moins formels. Ici, Poirot va parler, discuter avec les invités de la fête, avec des personnes liées de près ou de loin à l’histoire et va poser des questions, non seulement sur le crime, mais surtout sur la victime et sur les gens. Et il remonte dans le temps, s’éloignant parfois du crime actuel pour remonter dans les vieilles histoires qui ont peut-être (ou non) un lien avec les événements présents. Il s’agit alors de découvrir les liens, les relations entre les gens et événements et même parfois, l’absence de liens fournie un indice.

Dans « La fête du potiron » ont retrouve également un des cadres favoris de l’auteur, la campagne anglaise. Souvent dans ses romans, l’auteur présente des crimes à caractère privé, se passant dans un vase relativement clos. Les traditions anglaises, la vie « respectable » et traditionnelle, l’importance du paraître, sont encore mises de l’avant. À la fois pour les vanter mais aussi pour souligner les lacunes de ces valeurs. Les personnages du roman ont souvent des idées traditionnelles et ont parfois de la difficulté à accepter le changement.

Le livre offre également d’excellentes représentations des personnages connus de Christie. Les principaux traits caractéristiques des personnages sont repris et mis en évidence. On retrouve en particulier une excellente description d’Ariadne Olivier, auteur de romans policier, et qui est évidemment une caricature d’Agatha Christie, elle-même.

Le style de l’écriture peu paraître parfois un peu vieillot, de même que certaines descriptions ou personnages. On sent cependant une différence entre ce roman parut en 1969 et les romans de l’écrivaine qui parurent dans les décennies précédentes. On note tout de même encore une certaine façon de voir les rôles des hommes et des femmes, la bienséance, etc. qui semble un peu dépassée… mais qui fait tout le charme des romans d’Agatha Christie. Et qui donne une bonne idée de la société anglaise de l’époque – enfin d’une certaine portion de la société anglaise. Certaines reprises d’images et d’événements peuvent cependant lasser certains lecteurs.

« La fête du potiron » s’inscrit dans l’œuvre de Christie. On retrouve tout ce qui caractérise le style de l’auteur, mais personnellement, je considère ce roman comme se démarquant légèrement par le type de crime (une enfant) et par certains thèmes.

Comme j’aime beaucoup l’auteur, d’autres analyses de ses romans suivront certainement prochainement, je vais donc réserver à plus tard, un article sur l’auteur, elle-même… ;)

Source :

Posté par Laila_Seshat à 15:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 octobre 2007

Les archives de Pauline: Chasser les chauves-souris

Quand elle était petite, elle aimait bien jouer. Elle avait beaucoup de responsabilités mais elle avait tout de même le temps pour quelques jeux. Parfois, elle suivait son grand frère – qui avait une année de plus qu’elle – dans la grange pour faire la chasse aux chauves-souris. Ou bien était-ce dans la « shop » ou la « shed »? Je ne sais plus trop. Mais je sais qu’ils y allaient souvent. Avec d’autres amis. Je ne me souviens plus non plus s’ils avaient le droit d’y aller. Mais j’ai vaguement le souvenir que non.CV

Et donc, un jour – ou était-ce un soir ? Cela aurait plus de sens si c’était un soir, mais cela me surprendrait aussi beaucoup, car je ne crois pas qu’elle aurait pu jouer dehors le soir, mais une chose est certaine, il faisait sombre dans le lieu-dit. Enfin… reprenons : Un jour, elle jouait dans la grange avec son frère et ils chassaient les chauves-souris. Les armes utilisées pour chasser les chauves-souris étaient des bâtons, des branches, des balais et surtout des bâtons de base-ball. Le but étant de frapper les chauves-souris. Jeu cruel comme beaucoup de jeux d’enfants. Mais pour leur défense, il était très rare qu’ils réussissent à même effleurer les chauves-souris. Les chauves-souris ayant nettement l’avantage dans cette lutte. Question d’ultrasons. Elle m’a dit que c’était presque impossible de les toucher et que c’était faux que les chauves-souris s’accrochaient aux cheveux. J’ai vérifié dans une encyclopédie. Il est en effet totalement vrai que c’est faux.

Ils courraient dans le bâtiment sombre à la poursuite de souris ailées. Il est plus facile de chasser un animal nocturne dans la noirceur. C’est plus excitant aussi. Mais cela rend les choses difficiles. Et alors qu’ils courraient dans tous les sens, son frère, qui voulait frapper une chauve-souris qui virevoltait, lui donna un grand coup de bâton de base-ball sur la tête. Elle m’a dit qu’elle avait vraiment vu des étoiles.

Elle s’est effondrée et a nettement pu voir de belles étoiles devant ses yeux et partout dans la grange avec quelques tâches noires qui semblaient rire, probablement les chauves-souris qui se moquaient de la situation. Enfin, c’est ce qu’il lui sembla, en fait, elle dit que c’était plus comme une résonance proche du son de cloches. Elle fut donc complètement sonnée et étoilée. Évidemment… ce fut la panique. Son frère convaincu de l’avoir tuée… les parents paniqués l’amenant dans la maison. Je ne me souviens plus s’il y a eu hôpital ou médecin, mais je me souviens qu’elle m’a dit avoir eu une belle grosse prune sur la tête comme Fred Flintstone dans les Flintstones. Et que son frère a été un peu moins turbulent pendant quelques temps… il avait vraiment eu peur de l’avoir tuée. Il fut aussi pendant quelques jours un peu plus prévenant avec elle. Pas longtemps… le temps d’oublier avoir blessée sa petite sœur. Elle soigna longtemps sa belle bosse et jouit quelques jours des attentions de tout le monde. Puis, elle retourna jouer dehors, mais elle n’est plus retournée chasser les chauves-souris.

Posté par Laila_Seshat à 20:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


24 octobre 2007

The Secret Lore of the Cat

The Secret Lore of the Cat: [the Magic of Cats – in Myth, Legend and Occult History] / Fred Gettings. – London,LoreCat Glasgow,Toronto: Grafton Books, 1989. – 207 p.: ill., 25 cm. – ISBN 0-586-20609-4

Comprend une bibliogr. et un index.

Quatrième de couverture (traduction libre):

Le chat a toujours été considéré une créature magique, entre à la fois le monde des hommes et le monde des esprits. La mythologie le concernant s’étend de l’Égypte ancienne –alors qu’il était vénéré comme un dieu- à l’Angleterre du XVIe siècle –alors qu’il fut rabaissé au rang de démon- et beaucoup plus. Il fut le sujet de mythe, fable et symbolisme occulte dans l’art, la religion et la littérature au travers des siècles. Et avec ses yeux étranges, il est également devenu un symbole de la nuit et de l’inconscient.

The Secret Lore of the Cat couvre un large éventail de sujets –comme par exemple, les visions légendaires de la créature; son apparition dans les comptines et vieux contes et légendes, dans les contes de fées irlandais, le folklore; son association avec la Vierge Marie; ses pouvoirs de prédictions, de guérison; le mythe du chat noir et du chat démoniaque; le familier de la sorcière; le chat dans l’art et l’alchimie; et la signification mystique des neufs vies du chat.

Les amoureux des chats vont trouver dans ce livre –illustré avec de superbes peintures et imprimés – un guide stimulant, révélateur et enchantant sur les secrets mystères de cet animal fabuleux.

Commentaires personnels :

Magnifique livre.
Les illustrations sont très belles, très intéressantes et très pertinentes. Le texte est très bien construit et facile à lire. Le livre couvre plusieurs aspects de la mythologie et de la symbolique du chat, autant modernes qu’anciens. À lire absolument. Pour ceux qui peuvent lire l'anglais et qui sont intéressés par la symbolique du chat dans l'art, l'histoire, la littérature et l'occulte...

Table des matières :

Preface

The cat as symbol of the night; the ankh and the goddess Venus; hermetic lore; a magic cat.

Introduction

Agrippa’s motto and the death of Buddha; how the cat is centred in itself; a cat’s names and individuality; the Group Soul; some Aesop fables; Tenniel’s Vanishing cat; the Cat of the Stars and the Fallen Cat; the Kalevala cat, an intermediary with the dark unknown.

Part I: The Everlasting Cat

Chapter 1: The Magical Eye
Cat sight and the Moon; Yeats’ Minnaloushe; the Hand of Glory; the Egyptian symbol Ru; Udjat symbolism; the goddess Sekhmet or Bastet; cat’s eye stones; Tom and Jerry; lunar power

Chapter 2: The Magical Name

The transition from “puss” to “cat”; Puss in Boots or the Chat Botté; Grimalkin; Reginald Scot’s “curst queans”; archie and mehitabel; Cat stanes and cat’s cradle; Mahu and Mau; Tom-cats and Jack-daws; Manx kittens; Fishing and Leopard Cats; jaguars and tigers; the Pallas Cat; Cat and Fiddle; the cat in heraldy

Chapter 3: The Sacred Cat in Literature

The “Stable Cat”; the oracular cat; mistaken for lion of Judah; Corn cat lore; Freya’ Day; the Book of Kells and the cross of Monasterboice; Iruscan, King of Cats; the Reverend Hawker’s excommunicated cat; the Temple Mark; Oiers Plowman; effigy of the Black Prince; de Honnecourt’s cat; George Wither’ Magistrate; Dick Whittington; “The Owl and the Pussy Cat”; Puss in Boots again; the Cheshire Cat and the County Palatine; Ginger, the Moggy in Narnia; another Aesop fairytale

Chapter 4: The Psychic Cat

Cat and Man; the Etheric cat; anthropomorphism; Darwinism and spiritual evolution; Tiger Swami and the inner cat; cats’ healing power; ghostly and psychic cats; spirit photographs; demonic cats; warnings of disaster, presages of death; a de-bugged demonic cat?; the tiger tamed

Chapter 5: The Symbolic Cat in Art

The cat as an archetype; the sphere of the Moon; Purgatory; Lalande’s constellation; the Chinese zodiac; the lion in alchemy; the Fool and the Juggler; the Kuykendall Tarot pack; the cats of Hieronymus Bosch; demonic music; an unrecognized treasure of the Devil in disguise?; Hogarth’s dumb shows; the cat prostitute; cat among the pigeons; Henri Rousseau’s cats

Part II – The Hellish Cat

Chapter 6: The Demonic Cat

The anti-cat league and Pope Gregory IX; the feline Satan; Haborym, Flauros and Bael; St-Peter’s cat; the incubus; cat burning; Hans Baldung Grien; cat-demons of Japan, South America and the Scottish Hebrides

Chapter 7: The Consort of Witches

Return to the fallen cat; the withches’ familiar; ships’ cats and the North Berwick trial; Goya’s Los Caprichos; Lady Sybil and the other witches; Christopher Smart’s Jeoffrey; the York Castle trials; wild catsè pagan rites; Dürer’s “Adam and Eve”

Conclusion: The Magic of Nine
The nine gods and goddess and the mystical three times three

Bibliography
Index
 

(J'ai publié cet article le 16 octobre 2006 sur ce carnet: Le livre ouvert: Magies et Mystères, ainsi que sur des forums)
 

Posté par Laila_Seshat à 16:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 octobre 2007

Quelques mots...

J'aime la lecture parce que c'est la seule conversation à laquelle on peut couper court à tout instant, et dans l'instant.

Pascal Quignard  

Posté par Laila_Seshat à 06:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

16 octobre 2007

From Dusk Till Dawn (1996)

Cinéma : From Dusk Till Dawn  (1996)

From_Dusk_Till_DawnFiche technique :

Langue : Anglais (VO)
Année : 1996
Durée
: 108 min.
Pays
: États-Unis

Directeur : Robert Rodriguez
Producteurs : Gianni Nunnari, Meir Teper,
Scénario : Robert Kurtzman (histoire), Quentin Tarantino (scénario)
Cinématographie
: Guillermo Navarro
Musique originale
: Graeme Revell

Distribution: Harvey Keitel (Jacob Fuller), George Clooney (Seth Gecko), Quentin Tarantino (Richie Gecko), Juliette Lewis (Kate Fuller), Ernest Liu (Scott Fuller), Salma Hayek (Santanico Pandemonium), Cheech Marin (Border Guard / Chet Pussy / Carlos), Danny Trejo (Razor Charlie), Tom Savini (Sex Machine), Fred Williamson (Frost)

Synopsis : (attention spoilers)

Deux frères, Seth et Richie Gecko, sont recherchés par la police et le FBI. Avec l’aide de Richie, Seth s’est échappé de prison et ils cherchent maintenant à traverser la frontière vers le Mexique. Depuis l’évasion de Seth, leur route est parsemée de meurtres sanglants, surtout par la faute de Richie qui est complètement psychotique. Ils finissent par se réfugier dans un motel.

Dans ce même motel, une famille vient de prendre une chambre. Un homme du nom de Jacob Fuller, ancien pasteur, et ses deux enfants, Scott et Kate, sont en voyage dans leur véhicule récréatif (RV). Ils décident de passer une nuit dans un motel pour se reposer de la route. Malheureusement, ils sont kidnappés par les Gecko qui ont besoin de se cacher dans leur véhicule pour passer la frontière mexicaine. Seth promet de ne leur faire aucun mal, s’ils les conduisent, lui et son frère, jusqu’à un bar de l’autre côté de la frontière.

Ils réussissent à passer la frontière et se dirigent vers le Titty Twister, un bar mexicain pour bikers et truckers, au milieu de nulle part, et ouvert du soir au matin. Ils ont quelques problèmes pour entrer mais finissent par s’asseoir dans le bar miteux avec nombres de danseuses. L’attraction principale est une sublime danseuse qui fait un numéro – apparemment complètement improvisé par l’actrice – de danse avec un serpent. Alors qu’elle fait son numéro, une bataille se déclare à cause des deux frères. Richie est blessé et saigne abondamment. Ce qui a pour effet de provoquer les employés de l’établissement qui sont en fait tous des vampires. Une orgie de sang s’ensuit – littéralement. Seth, Jacob, Scott, Kate et quelques autres clients réussissent à survivre, tuer les vampires présents et à empêcher les autres vampires à entrer dans le bar. Mais pour combien de temps ? Le film se poursuit dans cette lutte des personnages principaux contre les vampires… jusqu’au petit matin. Peu vont survivre au Titty Twister.

Commentaires personnels: (attention spoilers)From_Dusk_Till_Dawn2

Genre: Horreur / Comédie

Difficile de décrire ce film. Entre comédie et film d’horreur. Rodriguez et Tarantino arrivent avec leur film From Dusk Till Dawn, alors que la tendance pour les films de vampires est au romantisme. Les vampires sont beaux, mystérieux, cruels mais sophistiqués…Personnellement, même si j’ai aimé “Interview with the vampire”, “Bram Stoker’s Dracula” et autres, je fus heureuse de l’arrivée de ces vampires hideux, monstrueux et sanglants. Ce fut « rafraîchissant » !!!

Entendons-nous… il y a toujours eu de « beaux » vampires, séduisants, mystérieux, romantiques, mais au final, ils étaient des monstres qu’on devait tuer. Même à reculons. Puis, il y eut la vague de films où le vampire était distingué, intelligent, charmeur, magnifique, et qu’on ne veut pas nécessairement tuer… Ce qui est très intéressant également, cela va sans dire. Mais tout de même. Avec leur film, Rodriguez et Tarantino sont retournés à l’origine de genre… un vampire est un monstre qu’on doit tuer, sinon, il nous tuera. Point à la ligne. Ces vampires sont majoritairement très beaux – sauf pour quelques personnages – mais lorsqu’ils se transforment en vampires, ils deviennent d’hideuses bêtes assoiffées de sang. Et c,est très bien ainsi !

Maintenant ceci dit, il faut avouer que la combinaison de Tarantino et Rodriguez offre un film sublime mais particulier. On adore ou on déteste. Comme j’adore les deux réalisateurs, et que j’adore les films de vampires – depuis mon premier visionnement de Dracula – et qu’en plus, on a dans le film, Harvey Keitel, Juliette Lewis, George Clooney, Quentin Tarantino, Salma Hayek (ainsi que plusieurs acteurs familiers des films de Rodriguez) je ne pouvais qu’adorer.

Mais il faut connaître les deux réalisateurs. Les deux font grande utilisation de sang et de violence, mais aussi d’humour noir. Et on retrouve dans le film, de nombreuses références à de précédents films des deux réalisateurs. On retrouve aussi dans le film de nombreux clichés – volontaires – de films d’horreur et d’action. Plusieurs références et clins d’œil sont faits à d’autres films. Il s’agit de les reconnaître !

Le film a de toute évidence deux actes. Le premier acte nous présente d’abord l’histoire de Seth et Richie – on retrouve ici, un peu de Reservoir Dogs, Pulp Fiction, Desperado, El Mariachi… Seth est le bandit dur mais « correct » et Richi est son frère psychopathe. Ils veulent passer la frontière et feront tout pour y arriver. Ils kidnappent donc cette petite famille ordinaire. La première partie se termine alors qu’ils sont dans un bar miteux au Mexique. La deuxième partie commence avec la danse exotique de Salma Hayek qui se transforme en vampire. Suit alors de sanglantes batailles entre les humains et les vampires. Et c’est tout. Presque aucun des personnages principaux ne vont survivre. Et c,est aussi un point fort du film. Pas de fin heureuse où seuls les personnages secondaires sont morts.

Les acteurs sont tous excellents, incluant les personnages secondaires. Certains sont caricaturés à l’extrême, mais c’est voulu. Et les humains – qui doivent survivre – ne sont pas nécessairement « bons » ou sans reproche, mais les vampires sont tous des monstres. On voit aussi la transformation du caractère des personnages principaux, spécialement Jacob, Seth et Kate.

L’humour est omniprésent dans le film. Les remarques ironiques, subtiles et d’humour noir sont multiples. Certains ont trouvé qu’il y en avait trop… j’ai adoré. Particulièrement, les citations proposées plus bas. Alors que le personnage de Seth dit tout bas ce que je dis chaque fois qu’un personnage de film d’horreur essaie de donner une explication rationnelle à quelque chose de complètement irrationnel… Sublime !

 

Citations:

Kate: Are you okay?
Seth: Peachy, Kate. The world's my oyster, except for the fact that I just rammed a wooden stake in my brother's heart because he turned into a vampire, even though I don't believe in vampires. Aside from that unfortunate business, everything's hunky-dory.

Carlos:  So, what, were they psychos, or...
Seth
:  Did they look like psychos? Is that what they looked like? They were vampires. Psychos do not explode when sunlight hits them, I don't give a fuck how crazy they are!

Sources :

Posté par Laila_Seshat à 23:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 octobre 2007

Haunting of Hill House, The (Suite)

MaisonHant_e222Maison hantée / Shirley Jackson. – [Paris] : Presses Pocket, 1993. – 253 p.; 18 cm. – ISBN2-266-05527-5

Titre original: The Hauting of Hill House

L’oeuvre

Le roman de Shirley Jackson est simple et efficace. Son style d’écriture, sans fioriture, offre pourtant de magnifiques descriptions. Son choix de mots est juste et précis. Le roman est classé habituellement dans les romans fantastiques et d’horreur, cependant jamais nous ne trouveront d’images excessives ou sensationnalistes. On a parfois plus l’impression de lire un roman psychologique que d’horreur. Mais l’horreur et le fantastique sont bien présents. La narration demeure étonnamment calme et posée, voire détachée et froide, malgré la peur et l’angoisse que l’on sent atteindre les personnages.

Les personnages sont réels et bien cernés, même si certains traits de caractères sont parfois moins développés. Les personnages principaux sont de toute évidence, Eléonore et la maison elle-même. La maison semble réellement vivre et est un personnage à part entière. Certaines critiques négatives ont soulignés justement que les autres personnages sont un peu sous-développés. Beaucoup de place a été en effet fait à Eléonore et à son rapport avec la maison. On a parfois l’impression que les autres protagonistes n’ont que peu d’importance dans l’histoire.

Il existe deux adaptations cinématographiques du roman. Une première qui fut réalisée par Robert Wise en 1963 sous le titre de « The Hauting » (La maison du diable) et une deuxième adaptation en 1999 par Jan de Bont également intitulée « The Hauting » mais « Hantise » en français. L’adaptation de Wise, en noir et blanc (par la volonté du réalisateur) est excellente et rend de façon fidèle et efficace le roman. On ne « voit » rien, tout est subtil, mais très effrayant. La musique et la bande sonore sont un chef d’œuvre et soulignent à merveille chaque moment. Ils en deviennent presque un personnage à part entière. L’actrice qui interprète Eléonore est excellent et a su nous montrer l’évolution du personnage au cours de son séjour dans la maison. L’adaptation de 1999 est malheureusement beaucoup moins réussie. On a misé sur des effets spéciaux inutiles – et non demandés par l’histoire –, par des ajouts qui veulent expliquer le pourquoi du comment et surtout par une fin non conforme au roman. Les acteurs sont connus et adéquats pour la plupart, mais il n’arrive à rendre les émotions des personnages.

Commentaires personnels

J’ai vu le film de Wise avant de lire le roman. J’ai vu ce film une nuit de travaux intense pendant mon cégep. J’avais besoinMaisonHant_e2 d’une pause et j’ai ouvert la télévision pour quelques instants. Malheureusement pour mon travail de littérature je n’y suis pas retournée. Mais j’ai pu voir, cette nuit-là, un des meilleurs films « d’horreur » qu’il m’ait été donné de regarder. Rien. On n’y voit pratiquement rien et pourtant, j’étais complètement figée pendant tout le film. Des sons, des mots, des plans… et ce sont tout. On n’hurle pas, il n’y a pas de sang, mais on sent toute la malveillance, l’horreur de cette maison.

J’ai donc longtemps hésité à lire le livre. Encore une fois, j’avais peur d’être déçu… ou du film ou du roman. Je n’ai pas regretté d’avoir lu le livre. Le roman est extrêmement bien construit. Le style est direct et réaliste. On nous présente les personnages et la situation comme très normaux malgré le fait que la maison est toute sauf normale. Dans le livre, on sent la maison vivre.

Le livre est tout aussi froid que le film. Pas de fioritures, pas de sang, tout est suggéré. Mais on peut aussi critiquer cette froideur et le détachement de la narration – alors même que d’autres y voit une force. On a parfois de la difficulté à s’attacher aux personnages, même le personnage principal, Eléonore. Tout est décrit de son point de vue, même si au tout début, c’est un point de vue extérieur. Rapidement, la maison et Eléonore ont un lien et c’est parfois agaçant. On voit Eléonore se transformer au cours du roman, pour devenir complètement paranoïaque et angoissée… mais il aurait été intéressant de voir plus les réactions des autres personnages. La peur est elle aussi un « personnage » du roman. On en vient à presque la voir. Elle se transforme au cours du roman. Elle est, à la fois impalpable et très présente. On passe des frissons à l’hystérie totale. Et ce, même si les personnages ne « voient » rien…

On peut se sentir aussi un peu frustré par la fin puisqu’on ne peut être certain des causes de tous ces phénomènes mais personnellement, j’ai trouvé cette fin très adéquate.  

J’ai vu la deuxième adaptation cinématographique du roman. Elle est nettement inférieure. Le réalisateur n’a, selon moi, pas compris le roman. Ou alors il a succombé à la tentation de le rendre plus «  commercial ». On voit trop de choses. On explique trop de choses. Quelques scènes sont magnifiques, mais n’ont rien à voir avec le roman. Mais contrairement à la plupart des critiques, j’ai trouvé les acteurs bien choisis, particulièrement Catherine Zeta-Jones (que je n’aime pas habituellement), elle dégage toute la froideur de son personnage.

Mais je conseille de livre le roman et de voir la première adaptation cinématographique. Et d’oublier la deuxième adaptation. Ce qui me peine car j’aime beaucoup l’actrice Lily Taylor.

Sources

Castricano, J. “Shirley Jackson’s The Haunting of Hill House and the Strange Question of Trans-Subjectivity.” Jung: the e-Journal of the Jungian Society for Scholarly Studies 2.3 (2006):26 pp. [date retrieved] http://www.thejungiansociety.org/Jung%20Society/e-journal/Volume-2/Castricano-2006.html .

Citations

« Aucun organisme vivant ne peut connaître longtemps une existence saine dans des conditions de réalité absolue. Les alouettes et les sauterelles elles-mêmes, au dire de certains, ne feraient que rêver. Hill House se dressait toute seule, malsaine, adossée à ses collines. En son sein les ténèbres. Il y avait quatre-vingts ans qu’elle se dressait là et elle y était peut-être encore pour quatre-vingt ans. À l’intérieur, les murs étaient toujours debout, les briques toujours jointives, les planchers solides et les portes bien closes. Le silence s’étalait hermétiquement le long des boiseries et des pierres de Hill House. Et ce qui y déambulait, y déambulait tout seul. » p. 9



Premier article: Haunting of Hill House, The (Maison hantée)

Posté par Laila_Seshat à 22:27 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 octobre 2007

Haunting of Hill House, The (Maison hantée)

Maison hantée / Shirley Jackson. – [Paris] : Presses Pocket, 1993. – 253 p.; 18 cmMaisonHant_e1. – ISBN2-266-05527-5

Titre original : The Hauting of Hill House

Quatrième de couverture

Une maison est comme un visage. Quand elle exhale l’arrogance et la haine, quand elle est sans cesse à l’affût, elle ne peut être que dangereuse. Et Hill House semblait s’être érigée seule, selon ses propres plans. Il n’y avait pas en elle la moindre place pour l’homme, ni pour l’amour, ni pour l’espoir. Elle était l’abomination, la mort. Elle m’attendait, maléfique et patiente…

Résumé

L’histoire se déroule dans les années ’50 aux Etats-Unis. Le Dr. John Montague est anthropologue et docteur en philosophie. Il se passionne pour la parapsychologie et les phénomènes surnaturels. Pour une de ses recherches, il veut passer quelques temps dans une maison réputée hantée. Son choix s’arrête sur Hill House. Il y amènera 3 autres personnes afin d’étudier non seulement la maison mais également les réactions d’autres personnes.

Ces invités sont Luke, le futur héritier de la maison et deux jeunes femmes, Théodora et Eléonore, toutes deux ayant des dons paranormaux. Ils se rendront rapidement compte que la réputation de la maison n’est pas exagérée. Dès leur première nuit dans la maison, des phénomènes inexpliqués et inquiétants ont lieu. Petit à petit, ils découvriront l’histoire de Hill House. Les phénomènes se multiplient et semblent souvent se centrer sur Eléonore. Ils resteront une semaine dans cette maison.

L’auteur

SJShirley Jackson est née un 14 décembre en 1916 à San Francisco en Californie – bien que l’auteur a souvent déclaré qu’elle était née en 1919 afin de paraître plus jeune que son époux. Elle vécut dans la ville de Bulingame jusqu’en 1939 alors que sa famille déménage à Rocherster dans l’état de New York. Elle obtint un diplôme de l’Université de Syracuse en 1940. Pendant son séjour dans cett université, elle travaillera dans le magazine littéraire du campus. Elle y rencontrera son futur époux, Stanley Edgar Hyman – qui sera critique littéraire.

Ils s’établiront dans le Vermont où ils eurent quatre enfants. Stanley Hyman sera professeu de littérature pour le Bennington College. Shirley se consacra à l’écriture. Elle avait toujours aimé écrire et avait gangner un prix pour ses poésies à l’âge de 12 ans. Elle écrivit plusieurs romans, pièces de théâtre, de nombreuses nouvelles et quelques œuvres pour les enfants. Ses œuvres les plus connues demeurent la nouvelle « The Lottery », « The Haunting of Hill House » et « We Have Always Lived in the Castle ».

Elle souffrira toute sa vie de différentes névroses et maladies psychosomatiques. Elle décède le 8 août 1965 à l’âge de 48 ans dans son sommeil d’un arrêt cardiaque. Son décès fut attribué à son surpoids et au fait qu’elle fumait beaucoup. Mais on souligna également qu’elle prenait beaucoup de médicaments pour contrôler ses psychoses et dépressions et que cela a pu contribuer à sa mort.

Elle a inspiré de nombreux auteurs fantastiques et Stephen King a dit de son roman « The Haunting of Hill House » que c’est le « meilleur roman fantastique de ces cents dernières années. »

Bibliographie (partielle)

  • The Road Through the Wall, 1948 (également connu sous le titre de The Other Side of the Street)
  • The Lottery, or, The Adventures of James Harris, 1949
  • The Lottery, 1950 (scénario)
  • Hangsaman, 1951
  • Life Among the Savages, 1953
  • The Bird's Nest, 1954 (également connu sous le titre de Lizzie)
  • The Witchcraft of Salem Village, 1956 (J)
  • Raising Demons,      1957
  • The Sundial, 1958
  • The Haunting of Hill House, 1959
  • The Bad Children: A Play in One Act for Bad Children, 1959
  • We Have Always Lived in the Castle, 1962
  • Nine Magic Wishes, 1963 (J)
  • Famous Sally, 1966 (J, post.)
  • Come Along With Me: Partie d’un roman, Sixteen Stories and Three Lectures, 1968 (post.)

Sources

Citations

« Maintenant, nous allons entendre un nouveau bruit, songea Éléonore en écoutant l’intérieur de sa tête. C’est en train de changer. Les coups s’étaient tus, comme s’ils avaient compris qu’ils ne servaient à rien, et ils faisaient place à un mouvement précipité qui fonçait d’un bout à l’autre du corridor, comme un animal qui y aurait fait les cent pas en bouillant d’impatience, observant une porte après l’autre, tendant l’oreille au moindre son dans l’une des chambres. Puis ce fut de nouveau le léger murmure babillard dont Éléonore se souvenait. Est-ce moi qui fais cela? Se demanda-t-elle vivement. Est-ce moi?  » p. 208

Commentaires sur l'oeuvre à suivre...

Posté par Laila_Seshat à 18:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,