13 août 2008

Antigone d'Anouilh - II. L'oeuvre

Antigone / Jean Anouilh. – Paris : La Table Ronde, 1976. – 133 p. ; 19 cm.

L’œuvre :

Jean Anouilh écrivit la tragédie Antigone en 1942 et celle-ci fut créée pour la première fois au Théâtre de l’Atelier à Paris le 4 février 1944. Elle fut mise en scène par André Barsacq. Les éditions de la Table Ronde publieront le texte de la pièce en 1946Anouil2. Lors de la première représentation de la pièce en 1944, le rôle d’Antigone est interprété par Monelle Valentin, l’épouse d’Anouilh.

Malgré le fait que la pièce connue éventuellement un immense succès public, on dit que lors de la première représentation elle fut très mal accueillie. Les biographes d’Anouilh rapportent même qu’à la fin de la pièce, en lieu d’applaudissements, ce fut le silence total. Et on rapporte également que le metteur en scène, André Barsacq, ainsi que Jean Anouilh déclarèrent regretter avoir écrit et mis en scène la pièce. La critique du moment fut donc partagée. On assimila rapidement les personnages et la trame tragique d’Antigone aux événements du moment, c’est-à-dire la Deuxième Guerre Mondiale.

On interpréta les gestes, décisions et réflexions des personnages de diverses façons. On y voyait soit un appui à l’Occupation soit un appui à la Résistance ; un appel au statu quo ou encore un appel à la révolte. La pièce ne fut pas censurée par les Allemands, ce qui constitue, selon certains, une preuve que la pièce défendait l’ordre établi. Mais d’un autre côté des tracs appuyant la Résistance furent distribués pendant certaines représentations. Antigone demeure aujourd’hui une des œuvres majeures de l’époque ainsi que l’œuvre centrale d’Anouilh. Il existe une version filmée de la pièce. Ce film fut réalisé par Moustapha Sarr en 2003.

Pour sa pièce, Anouilh s’est inspiré d’un mythe ancien, l’histoire tragique d’Antigone. L’histoire d’Antigone fit l’objet de nombreuses œuvres dont la tragédie par l’auteur grec Sophocle au Ve siècle av. J.-C. Anouilh a dit qu’une relecture de la pièce de Sophocle pendant la guerre l’inspira à récrire la tragédie à sa façon. Même s’il connaissait très bien la pièce de Sophocle, il la voyait maintenant d’un autre œil et y lisait la tragédie que son époque vivait. Il décida donc de reprendre le mythe d’Antigone selon sa vision.

Antigone, comme les pièces Eurydice et Médée, fait partie des pièces « noires » de l’auteur. Et même si ces trois pièces sont des réécritures de mythes anciens, elles sont résolument modernes. L’écriture emploie un style familier, spontané qui se rapproche de l’oral  Les dialogues s’éloignent du style recherché et soutenu de la tragédie classique ; ils sont proches du langage populaire, parfois très crus et même vulgaires. On note également dans l’écriture d’Anouilh l’emploie de nombreux anachronismes qui se juxtaposent à l’utilisation de procédés narratifs classiques. On retrouve ainsi dans le texte l’utilisation d’un Prologue, d’un Chœur qui racontent et nous expliquent les événements ; mais on y mentionne aussi des objets très contemporains tels les cigarettes, des fusils, etc. Nous retrouvons l’histoire d’Antigone dans un contexte intemporel… histoire archiconnu, mythe ancien, mais dans un style contemporain. Les personnages qui ont ici le rôle central - l’histoire vient en second plan – sont modernes dans leur habillement, attitudes, langages, etc.  

La pièce se distingue également par l’utilisation du procédé théâtral nommé « théâtre dans le théâtre » et qui consiste à présenter tous les personnages dès le lever du rideau. Quand la pièce commence, tous les personnages sont présents sur la scène, le « personnage » identifié comme « Prologue » vient alors les présenter. Les autres personnages ne semblent pas conscients de sa présence et vaquent à diverses activités. Le Prologue présente à l’audience chaque personnage, nous donne des détails sur leur rôle, leur personnalités et va même jusqu’à nous expliquer et raconter rapidement l’histoire qui va se jouer dans quelques instants. La fin est donc clairement présentée dès le début, et donc aucune surprise n'attend le spectateur. Ce procédé a été utilisé par d’autres auteurs.

Résumé et commentaires personnels à suivre…

Lire aussi:

Antigone d'Anouilh - I. L'auteur
Antigone d'Anouilh - III. Résumé et Commentaires personnels

Citations:

" LE PROLOGUE

Voilà. Ces personnages vont vous jouer l'histoire d'Antigone. Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. Elle pense qu'elle va être Antigone tout à l'heure, qu'elle va surgir soudain de la maigre jeune fille noiraude et renfermée que personne ne prenait au sérieux dans la famille, seule en face de Créon, son oncle, qui est roi. Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre." p.9

Sources:

Posté par Laila_Seshat à 19:12 - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags : , ,