On dit que le balai est un symbole de puissance sacré. Cet outil qui permet de nettoyer les sols fait partie de nos maisons depuis si longtemps qu’on ne pense pas qu’il a pu ou peut avoir un caractère sacré. Ce rassemblement de brindilles naturelles – ou artificielles – rattaché à un mancheBalai2 – souvent en bois, mais pas toujours – et qui nous permet de rassembler en petits tas, la poussière, les détritus, etc. qui se trouvent sur nos planchers, pourrait représenté plus qu’un simple outil de travail ménager. Et si on utilise parfois le balai pour représenter les origines humbles de quelqu’un ou pour témoigner de son caractère humble et simple, on l’utilise aussi pour symboliser la puissance, le sacrésymbole magique, axe cosmique, symbole sexuel… parfois objet maléfique le balai est multiple.


Le mot semble commun pourtant. Un balai, deux balais… probablement d’origine celte, le mot vient du breton « balazn » ou « balain ». Plusieurs disent « genêt » pour parler du balai… en associant le matériel utilisé à l’outil lui-même. En anglais, on retrouve le mot broom ou encore besom.


Symbole de puissance sacrée :


Si le balai,est associé au nettoyage, il est aussi associé à la purification et l’épuration spirituelles. Un nettoyage spirituel en quelque sorte… une purification de soi et des lieux sacrés.


Les sanctuaires, les temples, les églises, plusieurs religions et traditions spirituelles ont fait du balayage un rituel sacré. La personne chargée de nettoyer le lieu de culte se devait d’être « pur » et pieux. Elle avait la tâche sacrée de débarrasser le sol de tout ce qui pouvait le rendre sale et impur, tout ce qui pouvait le souiller, tout ce qui pouvait provenir de l’extérieur et qui ne faisait donc pas partie du lieu sacré de culte.


Plusieurs traditions magickes actuelles utilisent lors des rituels, le balai, –réel ou symbolique- pour « nettoyer » l’espace où se dérouleront les rituels. Instrument associé à l’élément « air », on l’utilise donc principalement pour chasser les énergies négatives et purifier les espaces. Quelques sources associent cependant le balai à l’élément « eau » et à la lune, toujours dans une optique de purification. Le praticien marche habituellement dans le sens des aiguilles d’une horloge, en traçant un cercle et en balayant à quelques centimètres du sol. Le balai ne touchant donc pas nécessairement le sol puisque la purification est principalement symbolique. On utilise aussi parfois de l’encens pour purifier l’espace du rituel – seul ou en combinaison avec le balai.


Le praticien doit donc visualiser les lieux qui sont purifiés par le balai – l’énergie négative est chassée.


Le balai, en plus de servir à la purification des lieux, peut aussi servir à les protéger. On verra alors un balai,posé en travers du seuil de la pièce ou du lieu de résidence, parfois sous le lit de la personne qui désire la protection ou encore placé contre une fenêtre ou une porte.


Habituellement, on verra le balai,,qui sert à purifier, fabriquer en bois de genêt, bouleau ou de saule. D’autres bois peuvent parfois être utilisés comme le noisetier, le sorbier ou l’aubépine. Quelques sources affirment cependant que le balai est traditionnellement fabriqué avec du frêne pour le manche – qui est associé à la protection – avec des brindilles de bouleau – pour la purification.


Quelques textes vont souligner que le balai,doit être consacré à la déesse et au dieu – pour les praticiens qui honorent des divinités.

À suivre…

Tous les articles sur le balai: