Blasphemy / Douglas Preston. -- London: Pan Books, [c2008]. -- 543 p. ; 18 cm. -- ISBN 978-0-330-44865-9Blas1

Quatrième de couverture

Deep in an Arizona mountain, the world's largest supercollider will probe what happened at the very moment of creation: the Big Bang itself. The brainchild of Nobel laureate Gregory Norh Hazelius, the supercollider, given the name Isabella, is the most expensive machine ever built. Some people think it may unlock the mysteries of the universe. Some think it will create a mini black hole that will suck in the earth. Powerful televangelist Don T. Spates thunders that Isabella is a satanic attempt to disprove Genesis and challenge God Almighty on the very throne of heaven. He'll do anything to stop Isabella from reaching its goal.

When Hazelius and his team of twelve scientists start up Isabella, they make an extraordinary discovery - one that must be hidden from the world at all costs. Wyman Ford, ex-monk and CIA operative, is hired by the US government to wrest from the team their dark secret. A secret that will either destroy the world... or save it.

Commentaires personnels (attention "spoilers")

L'origine de l'univers: création divine et/ou le Big Bang; éternel questionnement sur l'origine de l'univers et éternelle opposition entre la religion et la science. Mais peut-être est-il possible de réconcilier les deux "théories"? Blasphemy est un thriller résolument technologique et scientifique mais penchant aussi dans les observations culturelles et religieuses. 

Le roman met tout d'abord en scène un groupe de scientifiques cherchant à recréer le tout premier moment de la création de l'univers. Ces recherches sont le projet de Gregory North Hazelius, un récipiendaire de nombreux prix dont le prix Nobel, véritable génie considérant les gens comme inférieurs à lui mais ayant perdu récemment sa femme et s'étant retiré du monde. Pour ce projet incroyable, il rassemble une équipe de brillants scientifiques dans différents domaines. Le projet utilise la plus grande et dispendieuse machine ayant jamais existée: un accélérateur de particules, surnommé Isabella. Le gouvernement a autorisé la construction d'Isabella dans le désert de Red Mesa en Arizona, sur les terres de la nation amérindienne des Navajo.

L'équipe commence les tests, mais alors que l'accélérateur atteint la puissance maximum, celui-ci agit bizarrement et un message apparait sur l'écran. Les scientifiques sont certains qu'un virus informatique a été implanté par un hacker et cachent les résultats de leurs travaux. Le gouvernement américain inquiet de ne pas avoir de nouvelles du projet, envoie un "espion" dans l'équipe pour comprendre ce qui se passe. Wyman Ford est envoyé en Arizona comme intermédiaire entre le projet Isabella et la nation Navajo qui commence à protester contre l'utilisation de leurs terres. Il intègre rapidement l'équipe et joue son rôle d'intermédiaire. Et il tente évidemment de comprendre ce qui se passe au sein de l'équipe qu'il sent immédiatement très tendue. Un des membres de l'équipe est retrouvé mort. On conclut rapidement à un meurtre.

Parallèlement, un télévangéliste très connu, a entendu parlé de ce projet et il y voit non seulement, une attaque contre Dieu et la création divine de l'univers mais également une excellente opportunité de gagner des auditeurs et des dons. Il utilise son émission pour ramener le débat de la science contre Dieu et connait un grand succès - au-delà de ses espérances. Rapidement, d'autres chrétiens fondamentalistes s'emparent de la cause et organisent des protestations.

Alors que les manifestations Navajos et chrétiennes se mettent en place, Wyman Ford apprend finalement la raison des délais des recherches de l'équipe d'Isabella. Alors que l'équipe tente une dernière fois d'amener la machine à pleine puissance et de trouver le virus informatique, les événements se précipitent. Le gouvernement, sans nouvelle de l'équipe et de Ford, organise une opération militaire pour entrer de force dans le bâtiment logeant Isabella; plusieurs Navajos organisent une manifestation pacifique et viennent camper non loin en signe de protestation contre l'utilisation de leurs terres; des centaines (voire des milliers) de chrétiens décident de prendre d'assault Isabella et de détruire l'accélérateur et les scientifiques au nom de Dieu. Pendant ce temps, l'équipe tente de comprendre le problème avec Isabella... et finit par entreprendre une conversation avec... Dieu.

Beaucoup de sujets dans ce roman, ce qui me rendait la tâche difficile pour en parler sans raconter beaucoup de l'histoire. Évidemment, j'aurais pu ne mettre que quelques lignes, mais cela ne donne pas une bonne idée de la complexité de l'intrigue. Qui est par moment, peut-être un peu trop éparpillée, justement. Nous avons d'un côté le projet scientifique qui ne prend finalement que vraiment toute la place que très tard dans le roman. Puis nous avons le développement du personnage de Wyman Ford. Qui lui aussi prend beaucoup de place. On passe ensuite au personnage du télévangéliste et à un pasteur extrémiste. On saute ensuite aux amérindiens. Puis on revient à l'équipe de scientifiques. Ce qui fait qu'on a parfois de la difficulté à se rappeler où on en est rendu et qui sont les personnages.

L'auteur sait cependant tenir son intrigue et on attend de revoir les recherches et leurs implications. En fait, on tarde à savoir et cela m'a un peu achalé... c'était long. On nous présente un meurtre, l'histoire de chaque personnage, un autre meurtre, des discussions avec les Navajos, les questionnements des membres du gouvernement, les discours et états d'âme du télévangéliste, etc. Et on semble passer beaucoup de temps sur tout, sauf sur les problèmes d'Isabella. Puis, petit à petit, l'auteur nous amène dans le centre de la "machine" et là, cela devient tout d'abord très scientifique. Pour finalement rattraper la religion... car, et si le message qui apparaît sur l'écran n'était pas un virus, mais la voix de Dieu ?!?!

Pour certains, c'est ici que tout chavire dans le roman. Car il faut avouer que Preston ne fait pas dans la dentelle... On a une opération militaire anti-terroriste pour entrer dans le bâtiment, une manifestation Navajo à dos de cheval, des chrétiens fous de rage qui sont en mission pour Dieu et qui se préparent pour la fin du monde, une conversation avec Dieu, des poursuites dans des grottes, et j'en passe ! Mais je dois avouer que je suis restée accrochée jusqu'à la fin. J'ai trouvé par moment que c'était "un peu beaucoup", mais c'était divertissant !

Je dirais cependant qu'il y a trop de différence entre les deux parties du roman... on a l'impression d'avoir deux romans différents. Certains ont vu une critique négative de la religion et des chrétiens, et il est vrai que les personnages religieux du romans sont en général assez pitoyables. Mais il est faux de prétendre que l'auteur, oppose religion et science... ou qu'il donne la science sous un jour favorable et la religion sous un jour défavorable... Il faut voir au-delà des attitudes et convictions des personnages et comprendre que l'auteur tente de présenter les dérapages que peuvent amener autant la science que la religion.

Et je dois avouer que toutes mes petites réserves et critiques ont sauté à la fin du roman, alors que l'auteur m'a complètement surprise, ce qui est très rare et ce qui m'a beaucoup plu. Je dois avouer que j'aurais pu prévoir cette fin car les indices sont présents tout au long du roman. Mais j'ai bien aimé ce revirement de situation... que bien sûr, je ne dévoilerai pas, j'en ai déjà assez dit ! Disons simplement, que les hommes semblent avoir besoin de croire...

Je réalise que mes commentaires sont loins d'être objectifs ou même - je l'avoue humblement - très cohérents ! Je concluerai donc en disant que c'est un roman qui m'a permis de passer un agréable moment et de décrocher de mon quotidien... pas nécessairement une lecture parfaite mais tout à fait agréable !

Premier article ici.

Citations

"This group of atheistic scientists have as their creed the theory that the universe created itself out of nothing, without any guiding hand or primum mobile. The call this theory the Big Bang. Now, most intelligent people, including many scientists like myself, know this theory is based on an almost complete lack of scientific evidence. The theory has its roots not in science, but in the deeply anti-Christian sentiment that pervades our nation today." p. 290

Sources à consulter

  • http://www.prestonchild.com/solonovels/preston/blasphemy
  • http://www.thrillerwriters.org/2008/01/religion-science-clash-in-blasphemy.html
  • http://www.crimecritics.com/2009/01/blasphemy-douglas-preston-book-review/