21 juin 2009

Le moment captif d'un dimanche - Du soleil à venir

"Les choses de l'enfance ne meurent pas, elles se répètent comme les saisons" [Eleanor Farieon]ete

Il fait déjà chaud. C'est arrivé à l'improviste. D'un coup. Il y a quelques semaines, le temps étaient encore frais la nuit. Les journées ensoleillées, mais supportables. Agréables.

Depuis un peu plus d'une semaine, il fait déjà trop chaud. Une chaleur d'été... étouffante, suffocante. Comme toujours. On bouge au ralenti. Le moindre mouvement à l'extérieur provoque des écoulements de sueur. Les nuits sont irrespirables. Les fleurs et les plantes de mon balcon sont déjà suppliantes et attendent avec impatience les soirs et les arrosages. Les champs sont déjà jaunes. Les plages sont remplies.

Le soleil est oppressant mais exaltant. Les gens recherchent l'ombre mais sourient avec passion à ce soleil torride.

J'aime bien l'été... et ce jaune qui semble envahir tous les recoins. L'été, c'est le rire, l'enfance, les vacances, les moments de nonchalance à boire de la limonade et à lire, à parcourir les routes à la recherche de rivières sympathique qui accueillent en scintillant les picnics...

Évidemment... la vie et la routine continuent implacablent comme le soleil. Mais l'été permet toutes les folies, tous les souvenirs, toutes les paresses... Jusqu'à l'automne qui elle aussi sait séduire ! Mais on en parlera en septembre !

"L'été est une saison qui prête au comique. Pourquoi? Je n'en sais rien. Mais cela est" [Gustave Flaubert]

Posté par Laila_Seshat à 10:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


19 juin 2009

Quelques mots...

"Having a sister is like having a best friend you can't get rid of. You know whatever you do, they'll still be there."

[Amy Li]

"Sisters annoy, interfere, criticize. Indulge in monumental sulks, in huffs, in snide remarks. Borrow. Break. Monopolize the bathroom. Are always underfoot. But if catastrophe should strike, sisters are there. Defending you against all comers."

[Pam Brown]

"A younger sister is someone to use as a guinea-pig in trying sledges and experimental go-carts. Someone to send on messages to Mum. But someone who needs you - who comes to you with bumped heads, grazed knees, tales of persecution. Someone who trusts you to defend her. Someone who thinks you know the answers to almost everything".

[Pam Brown]

"An older sister is a friend and defender - a listener, conspirator, a counsellor and a sharer of delights. And sorrows too."

[Pam Brown]

Posté par Laila_Seshat à 15:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 juin 2009

Une fabuleuse surprise !

Nous avions donc prévu un week-end en Alsace... qui s'est avéré doublement merveilleux. Il est toujours agréable de séjourner dans cette région... mais ce voyage me réservait une autre surprise.

Nous partons donc vendredi matin. Un vol d'environ 1h15. Nous débarquons et allons chercher nos bagages. Puis nous nous dirigeons vers la sortie... (comme, je donne des détails, non?) Je marche tranquillement, tirant ma valise à main. Nous allons vers le comptoir pour notre location d'auto. Et puis, je vois une femme près du comptoir. Avec des valises roses. Je me dis: "hum, elle ressemble à soeurette, cette fille". Et puis, cette femme au grans sourire, émet un sifflement... qui appartient uniquement à mon père, moi et soeurette... Et je me dis, complètement immobile et stupéfiée: "mais, mais... C'EST soeurette !!!!!" DSC_37571

Et elle de se diriger vers moi, en riant... et mon PisTout d'éclater de rire... Tellement surprise que je n'ai même pas réagi et que seuls les mots suivants, un peu bêtes, ont réussi à être prononcer: "mais qu'est-ce que tu fais là?"

Alors, que soeurette m'avait dit qu'elle ne viendrait pas cette année en Espagne pour ses vacances... alors qu'elle m'avait conté en détail le "supposé" voyage qu'elle comptait faire à Miami... elle et mon PisTout avaient tout planifié depuis des mois ! Elle nous rejoignait à Bâle pour notre week-end en Alsace et en Allemagne, puis revenait avec nous à Barcelone pour 2 semaines complètes !!!

Et donc, ce fut un super week-end et soeurette est ici jusqu'au 27 juin ! On va pouvoir placotter et placotter !!! Et hier, ce fut la surprise pour mon père qui ne savait pas non plus qu'elle venait. Je lui demande de venir chez moi pour une question de papiers... et c'est soeurette qui lui ouvre la porte ! La joie sur son visage était sûrement plus belle que mon expression de stupeur !

Donc... les prochains jours se partageront entre travail et soeurette !!! :D

Posté par Laila_Seshat à 07:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

17 juin 2009

Les archives de Pauline: Pardon

Mam2"On aime sa mère presque sans le savoir, et on ne s'aperçoit de toute la profondeur des racines de cet amour qu'au moment de la séparation dernière."

Guy de Maupassant


Me pardonnes-tu maman, les cris et les paroles méchantes de mon adolescence
Me pardonnes-tu maman, les soupirs d'exaspérations à l'écoute de tes conseils
Me pardonnes-tu maman, de ne pas t'avoir assez dit que je t'aimais
Me pardonnes-tu maman, de t'avoir reproché tes maladies et souffrances
Me pardonnes-tu maman, de t'en vouloir de ne pas être là, aujourd'hui

Posté par Laila_Seshat à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 juin 2009

Le moment captif d'un dimanche - Il est revenu

reptile

"Pour atteindre à de hautes places, ce sont deux choses: il faut être aigle ou reptile" [Honoré de Balzac]

Notre visiteur est revenu. Chaque été, il arrive. Nous ne savons pas où il passe les mois précédents. Il ne vient que l'été. Parfois, il n'est pas seul. Un plus petit que lui l'accompagne. Mais habituellement, il est seul.

Notre premier jour dans notre appartement avait été marqué par la capture d'un de ces visiteurs par notre chat. En fait, nous avions trouvé le corps et la queue sur le tapis de notre salon. Et notre chat bien fier de sa prise.

Puis, nous avons à deux ou trois reprises aperçu un autre visiteur. Mais nous ne pouvions jamais vraiment le voir très longtemps. Notre chat se lançait immanquablement à sa poursuite. Les visiteurs filaient en un éclair, mon chat à leurs trousses et aucune possibilité de photo.

Et puis, maintenant que mon chat n'est plus là pour les terroriser, les visiteurs sont revenus. En fait... le visiteur est habituellement solitaire. Mais il est parfois accompagné. Mais en fait, je ne saurais dire si c'est le même. Sur les photos, il se ressemble. Il est plus tranquille maintenant. Il arrive au début du printemps et il disparait à la fin de l'automne. Il passe parfois des journées entières au soleil. Souvent, la nuit, il se promène sur le mur de la terrasse. Quelques fois, on le retrouve derrière les bacs à fleurs, bien caché, bien immobile. Et il se laisse approcher et prendre en photo. Il fait la pose.

Personnellement, je me demande pourquoi, il revient chaque année au 8e étage de notre édifice. Que vient-il chercher dans ces hauteurs ? Il est vrai que les fleurs de mon balcon sont envahies par les insectes en tout genre mais pourquoi avoir monté si haut ? Il faudra que j'aie une conversation avec mon lézard visiteur.

"Plus on prend de la hauteur et plus on voit loin" [Proverbe chinois]

Posté par Laila_Seshat à 13:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


12 juin 2009

En route pour l'Alsace

DSC_0804a_copyHabituellement, nous y allons au mois de décembre et au mois de mars. Il y a un événement que nous aimons bien qui a lieu à tous les trois mois. Nous y allons en décembre car j'adore les marchés de Noël et ceux de l'Alsace et de la Forêt noire sont magnifiques. Et cela nous donne un peu de froid... une petite impression d'hiver.

Nous y allons aussi au mois de mars. Encore une fois, habituellement pour avoir un peu de température frisquette... un peu de cette annonce froide de printemps.

Mais cette fois, je voulais y aller aussi en juin... Histoire de voir cette magnifique région avec des feuilles, de l'herbe verte et des fleurs. De la voir sous un tout autre aspect. Alors, on part aujourd'hui... pour revoir Colmar, Strasbourg, Riquewhir, etc. sous le soleil du mois de juin. Puis, direction Lahr, Baden-Baden... aussi avec un peu de couleurs florales et arbolesques !

J'ai bien hâte car j'aime beaucoup cette région et il me tarde de la voir sous un autre aspect ! Et j'ai un petit besoin de changer d'air !!! Donc, à dimanche !

Posté par Laila_Seshat à 07:09 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

11 juin 2009

Quelques mots...

"A bien dire, ce qu'il y a de meilleur dans l'homme, c'est le chien" [Nicolas Charlet]

"Au commencement Dieu créa l'homme et la femme. Mais voyant leur faiblesse, il leur donna le chien" [Anonyme]

Posté par Laila_Seshat à 00:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 juin 2009

Ma vie télévisuelle : Un été bleu

L'été est à nos portes. Du moins sous mes cieux barcelonais. Il a commencé tranquillement. Et il se fait certains jours discret et nuageux. Mais il est là qui attend... et qui se prépare pour être encore une fois, comme à chaque année, chaud et sec.

J'ai des souvenirs d'été. Comme tout le monde. Des étés qui signifiaient principalement la fin de l'école. Des journées à jouer dehors, à courir dans les ruelles, à jouer au parc, à paresser sur le balcon pendant les soirées chaudes... Puis, ce furent des années d'emplois d'été... mais ça c'est une autre histoire !

verano1Je me rappelle aussi un certain été. Je venais d'avoir 11 ans. J'avais terminé mon primaire. Et je me préparais pour l'été. Tous mes amis habitaient sur ma rue et nous avions prévu pleins de choses sans importance mais vitales ! Mais moi, je ne serais pas là... Mes parents avaient prévu un voyage. Un long voyage. À tous les trois ans, mon père organisait un voyage dans son pays. À tous les trois ans, nous allions donc en Espagne pour quelques semaines... cette année-là, 6 semaines étaient prévues. Tout mon été, ou presque. Une véritable catastrophe !

Aller en Espagne ne m'intéressait pas du tout. Mais alors là pas du tout. Passer 6 semaines avec mes parents et ma soeur de 4 ans chez mon oncle et ma tante... avec mes trois cousins et mes grands-parents... que je connaissais à peine... 11 personnes dans un petit appartement, dans une ville que je me rappelais à peine, avec de la famille dont je me souvenais vaguement, dans une langue dont je me souvenais encore moins... sous une chaleur étouffante - oui, ça je me souvenais - ça ne me disait rien ! Je n'avais aucune envie de quitter ma ville, ma rue, ma maison... et surtout mes amis. Il y avait ce garçon que je trouvais mignon. Mon amie et moi, nous le regardions passer dans la rue et cela occupait tout notre temps. Et il y avait ces parties de ballons dans la ruelle que je ne voulais pas manquer. Sans parler du baseball au parc et des randonnées de bicyclettes. Et il y avait cette émission que j'écoutais avec ma meilleure amie et qui était si importante. Et enfin, toutes ces choses importantes à 11 ans et qu'on doit absolument faire pendant l'été.

Mais le voyage à Barcelone n'était pas optionnel. Et je devrais endurer ma soeurette, mes parents, ma famille quasi inconnue que je ne comprennais qu'à moitié pendant six longues semaines. Nous restions dans chez le frère de mon père. Qui avait trois enfants. Ma cousine avait 3 ans de plus que moi... une éternité, encore une fois. La jeunesse est construite d'éternité, je crois.

On se comprenait à peine. Mon père n'ayant jamais insisté pour nous apprendre l'espagnol, je ne disais que quelques mots. Plus jeunes, nous avions toujours fini par nous comprendre, elle et moi, à travers nos jeux et nos barbies. Mais elle était plus vieille... 14 ans ! Et moi, 11 ans... Une éternité nous séparait, je vous assure. Mon cousin était plus jeune et bon... un garçon. Et mon autre cousine, plutôt de l'âge de ma soeurette... et je ne voulais rien savoir d'elles. Et donc, je me sentais bien seule.

verano3Et puis, un après-midi torride et ennuyant, alors que les adultes discutaient dans la cuisine et que les plus jeunes jouaient sur le balcon, je me suis dirigée vers le salon. Ma cousine était assise sur le sofa et écoutait une émission de télévision en espagnol. Sans rien dire, je me suis assise à côté d'elle et j'ai écouté. Au début, je ne comprenais pas trop, mais petit à petit, certains mots je reconnaissais et avec les images, j'ai pu suivre le fil de l'histoire. Et j'ai immédiatement adoré l'émission. Ma cousine était une fan absolue de l'émission et devant mon intérêt, elle tenta de m'expliquer l'histoire, les personnages, leurs relations... et j'ai tout compris ! Je voulais savoir et elle voulait m'expliquer.

Les jours et les semaines qui suivirent furent remplies de nos discussions et du visionnement de Verano Azul ! Nous regardions ensemble les épisodes, nous en discutions ensuite... on arrivait à s'expliquer nos préférences de personnages, pourquoi on trouvait tel garçon dans l'émission plus beau ou plus intéressant qu'un autre, on partageait nos impressions sur les aventures, nous imaginions même nos propres histoires - qui nous incluaient évidemment dans le synopsis ! Nos conversations étaient décousues et probablement sans sens à ceux qui nous écoutaient, mais je vous jure que nous nous comprenions parfaitement.

Et nous ne manquions aucun des épisodes de cette émission qui racontait tout simplement les "aventures" d'une bande d'amis en vacance dans un village au bord de la mer, sur la Costa del Sol en Andalousie. La bande était composée de deux filles et cinq garçons de différents âges. Quelques adolescents et quelques enfants, les âges variant entre 8 et 17 ans. Il y avait aussi un vieux marin à la retraite qui était un peu le "mentor" de la bande et une artiste solitaire qui conseillait aussi les jeunes. On voyait aussi parfois leurs parents, mais peu. Les épisodes présentaient leurs petites aventures, leurs problèmes, leurs amitiés, leurs amourettes.

La série fut extrêmement populaire en Espagne, malgré sa courte durée. Elle traitait de sujets peu abordés à la télévision espagnole de l'époque: le divorce, le droit à la protestation, l'adolescence, l'environnement, les conflits entre générations, etc. L'Espagne se relevait à peine du régime franquisme. L'émission marqua beaucoup les téléspectateurs de ce début des années 80. Et les personnages font partie maintenant de la mémoire collective. La ville de Nerja où fut filmé les épisodes garde la trace du tournage et plusieurs rues, parcs, etc sont nommés en honneur à l'émission. Verano Azul fut également diffusé en Amérique Latine, au Portugal et dans divers autres pays, comme la Croatie et la Bulgarie.

Toujours est-il queVerano Azul   a sauvé mon été chaud et triste pour le transformer en un été palpitant et bleu !

Titre original : Verano Azulverano2

Directeur : Antonio Mercero
Producteur : Eduardo Esqui
de

Scénario: Antonio Mercero, Horacio Valcárcel, José Ángel Rodero

Genre: Comédie dramatique
Langue: Espagnol (Castillan)
Couleur: Couleur
Pays d'origine: Espagne
Durée: 60 min.
Nombre de saisons
:  1 saison -  19 épisodes
Années de diffusion
: octobre 1981 à février 1982

Distribution :

  • Antonio Ferrandis: Chanquete
  • Miguel Joven: Tito
  • Pilar Torres: Bea
  • Juan José Artero: Javi
  • José Luis Fernández: Pancho
  • Miguel Àngel Valero: Piraña
  • Gerardo Garrido: Quique
  • Cristina Torres: Desi
  • María Garralón: Julia

Lieu de tournage: Nerja

Pour en savoir plus sur l’émission, consulter ces liens :


Posté par Laila_Seshat à 12:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

09 juin 2009

Petit lexique des idées fausses...

Petit lexique des idées fausses sur les religions /iddes. -- [Paris] : Albin Michel, [2004]. -- 247 p. ; 18 cm. -- ISBN 2-253-10988-6. -- (Coll. Livre de Poche, no30183)

Quatrième de couverture


Depuis toujours les idées fausses ont proliféré dans le domaine où elles sont le plus pernicieuses, porteuses de haines et de malentendus : celui des religions. Elles concernent alors le noyau identitaire de chaque culture, et sont si bien enracinées qu'il semble impossible, surtout en un temps où les mots religieux envahissent l'actualité la plus guerrière, d'aborder rationnellement ce terrain explosif. C'est pourtant ce que fait ici Odon Vallet, enseignant à la Sorbonne et à l'université Paris-VII.
Après le succès de son Petit lexique des mots essentiels, il explore le champ religieux en scientifique, en historien, en amoureux des langues, corrigeant les approximations de vocabulaire véhiculées par la rumeur ou les médias, qu'il s'agisse du voile prétendument islamique, de la laïcité ou de l'antisémitisme.
Il s'applique aussi à prendre en défaut, sans concession aucune, les lieux communs du "religieusement correct" sur le pacifisme bouddhiste, la tolérance protestante ou la "culpabilité judéo-chrétienne". Il montre enfin comment certaines confusions cachent de réelles difficultés auxquelles il nous invite à ne pas nous soustraire, pour faire reculer l'intolérance et l'ignorance.

L'auteur

Odon Vallet est né en 1947 à Paris. Sa mère est infirmière. Son père est Jean Vallet qui a dirigé la compagnie d'assurance GPA-Athéna. Il laissa à sa mort en 1989, plus de 50 millions d'euros.

Odon étudia dans diverses écoles de Paris. En 1964, il ira à Briançon pour étudier au lycée d'altitude, différents sports comme le cyclisme et l'alpinisme. En 1970, il obtient un diplôme en Sciences Politiques. Il poursuit ensuite ses études à l'École nationaleiddes2 d'administration à Paris. En 1973, il devient maître des conférences à Science Po (IEP Paris), poste qu'il occupera jusqu'en 1989. En 1985, il obtient un doctorat en droit et sciences des religions. À la même époque, il obtient un poste de chargé de cours à Paris, aux Universités Paris I et IV. Il voyage aussi alors beaucoup et visitera l'Asie.

En 1994, il obtient son doctorat en sciences des religions. Il continue d'enseigner, principalement la culture générale et le droit public. En 1999, il crée la fondation Vallet, qui distribue environ 300 bourses d'études par années principalement en France, mais aussi au Bénin et au Vietnam. Il créa cette fondation grâce à la fortune qu'il a hérité de son père. Il est également administrateur de la Société des lecteurs du Monde (SDL); il y siège depuis 2002. Il est également administrateur de nombreux groupes.

Parallèlement à ses activités d'enseignement et d'administrateur, il écrit nombres d'ouvrages, principalement sur les croyances religieuses et les religions, ainsi que sur l'analyse politique. Mais il écrit également sur différents sujets.

Bibliographie partielle

  • Les Hautes-Alpes : hommes et nature en montagne, (1975 )
  • Culture générale (1988)
  • L'École ou De la vanité considérée comme un mode de gouvernement (1991)
  • Femmes et religions (1994)
  • L'État et le politique (1994)
  • Les Religions dans le monde (1995)
  • L'affaire Oscar Wilde ou Du danger de laisser la justice mettre le nez dans nos draps (1995)
  • Les grandes religions d'aujourd'hui (1998)
  • Le Honteux et le Sacré (1998)
  • Qu'est-ce qu'une religion ? (1999)
  • Jésus et Bouddha (1999)
  • Une autre histoire des religions (2000)
  • Le Cantique des cantique (2000)
  • Hymnes à la Terre-Mère (2000)
  • Hymnes au masculin (2000)
  • Dieu a changé d'adresse : propos d'un pharisien libéré (2001)
  • Petit Lexique des mots essentiels (2001)
  • Petit Lexique des idées fausses sur les religions (2002)
  • L'Évangile des païens : une lecture laïque de l'évangile de Luc (2003)
  • Petit lexique des valeurs fausses sur les religions  (2004)
  • Petit lexique des guerres de religion d'hier et d'aujourd'hui (2004)
  • Dieu a changé d'adresse  (2004)
  • Corps Divins (2006)
  • Dieu n'est pas mort... mais il est un peu malade (2007)
  • Dieu et le Village planétaire (2008)

Commentaires personnels

Ce Petit lexique des idées fausses sur les religions se lit rapidement et sans effort ! Une lecture agréable et essentielle ! Les religions semblent vouloir rester au centre de nos préoccupations, même aujourd'hui. Qu'on soit religieux ou non, qu'on soit croyant ou non... les religions font parties de nos vies et de l'actualité.

Mais nombreuses sont les fausses idées, les préjugés, les mauvaises conceptions sur les religions. On connait des demi-vérités, des légendes, des stéréotypes ; on répète ce qu'on nous répète et on finit par croire et prendre comme vérité des idées complètement fausses ou détournées de leur sens premier. Parfois ces fausses idées proviennent de malentendus, de peurs du non connu, mais aussi de la haine et du rejet des autres religions... Ce qui est étrange, inconnu, mystérieux, bizarre, hors de nos repères, peut parfois sembler incompréhensible et être mal interprété. Et surtout on oublie... on oubli le pourquoi, le comment, le qui... on oublie les origines, les raisons derrières certaines traditions, certaines coutumes. Notre propre culture religieuse est parfois très loin au fond de nos mémoires... imaginez alors pour les cultures religieuses étrangères ! Et il ne faut pas oublier que parfois les raisons derrières certaines coutumes religieuses sont lointaines. Et se perdent dans la nuit des temps. Elles n'ont plus de bases dans nos réalités modernes et nous semblent donc bien étranges.

Odon Vallet dans son ouvrage se penche sur environ 70 idées reçues sur les grandes religions et courants spirituels. Et il tente de les expliquer et de rétablir les faits. L'ouvrage se présente sous forme de lexique alphabétique. Chaque chapitre analyse un mot en relation avec un concept religieux : Amour, Athéisme, Castes, Circoncision, Excision, Génocide, Immaculée Conception, Kâma Sûtra, Moïse, Noël, Orthodoxe, Pape, Péché originel, Peuple élu, Réincarnation, Résurrection, Sectes, Tantrisme, Vaches sacrées, Voile, Zen... voici quelques uns des sujets abordés qui nous font réaliser à quel point on croit savoir et connaître ces thèmes mais qu'en fait souvent on ne fait que généraliser et répéter ce qu'on a pu lire dans les journaux. Nos conceptions sont souvent erronées, parfois biaisées, presque toujours incomplètes.

Le style de l'auteur est clair, précis, bref. Parfois un peu court, mais toujours étoffé. On nous présente une analyse du sujet - parfois on note une touche personnelle, mais généralement cela reste très objectif comme étude - avec des perspectives historiques, sociologiques, mythologiques, étymologique... L'auteur cherche à toujours remettre en contexte une coutume, une tradition, un geste. Et surtout, il ne prétend pas donner la "vérité". Il explique, explore, remet en perspective, mais ne donne pas toujours une réponse claire et nette. Vallet nous offre un ouvrage court mais sérieux.

Et voilà mon gros reproche au livre: il est trop bref ! Trop peu de mots explorés, trop peu de contextes et d'analyses offerts... C'est un un sujet vaste et avec cet ouvrage, on ne fait qu'effleurer quelques sujets légèrement - mais sans toutefois tomber carrément dans la vulgarisation. C'est une ouverture à aller plus loin. À remettre en question nos idées reçues et à apprendre et comprendre les religions et cultures de ce monde.

Une lecture passionnante et enrichissante !!!

Extraits

" "L'Immaculée Conception est la conception miraculeuse de Jésus"

C'est une double erreur riche de sens. L'Immaculée Conception ne concerne pas Jésus puisqu'elle s'applique à Marie dont la conception fut, e plus, tout aussi charnelle que celle de tous les humain. Mais cette confusion entre la mère et le fils fut largement entretenue par un culte de la Vierge mariolâtre et oeudipien.

L'Immaculée Conception est l'absence de péché dont aurait bénéficié la mère de Jésus depuis l'instant de sa conception par un homme et une femme que les évangiles canoniques ignorent mais que les évangiles apocryphes (notamment le protévangile de Jacques) nomment Anne et Joachim." p. 95

" "Le paradis est une création de la Bible"

Le mot paradis est une invention iranienne et non biblique. Mais la Bible a transformé cette innovation et en a retiré un droit de propriété intellectuelle. Les Iraniens avaient créé le paradis sur terre, les juifs le paradis au ciel et l'Iran s'est fait voler son paradis." p. 150

Sources à consulter

Posté par Laila_Seshat à 01:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 juin 2009

Vous croyez que le temps passe ?

FuiteDonc, le temps passe. Et même si parfois, j'ai la vague impression qu'il me glisse entre les doigts, je suis relativement sereine avec les années qui sont derrière moi.

J'aimerais parfois retourner à de plus jeunes années. Ces années où il n'y avait pas tous ces plis autour de mes yeux. Mais chaque année a eu sa part de soucis et sa part de moments doux. Et si aujourd'hui je souris devant les préoccupations d'avant, peut-être ferais-je de même dans 10 ans en me rappelant les soucis d'aujourd'hui.

Quand une date passe sur le calendrier et oblige nos amis et notre famille à nous souhaiter pleins de choses heureuses et banales... on ne peut parfois s'empêcher de réflexionner sur le temps qui passe.

Et je crois qu'il passe parfaitement... à une vitesse normale. Je ne suis pas éternelle... juste temporelle. Et j'aime bien ce temps qui ne s'arrête pas. Il sait exactement à quelle vitesse filer. Il ne reste qu'à nous, de le suivre et de le comprendre et surtout d'apprécier chaque âge et chaque moment. Même les difficiles.

Bah... je deviens philosophique avec le temps, je crois... ;)

Posté par Laila_Seshat à 13:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,