DSC_1654Agonie : roman / Jacques Brault. -- [Montréal] : Boréal Express, 1985. -- 77 p. ; 20 cm. -- ISBN 2-89052-131-1

Quatrième de couverture

Un viel homme abandonne, sur le banc de parc où il repose immobile, un pauvre carnet rempli de notes et de souvenirs ; un autre homme, plus jeune, le ramasse et l'emporte chez lui pour le lire. Sa lecture va durer toute la nuit. Une nuit qui est la couleur même de la vie du vieil homme. Cette vie, sous les yeux de son lecteur indiscret, peu à peu prend forme, laisse voir son sillage de douleur et de tendresse mêlées, sa ligne simple comme celle de la mort fuie, incontournable, enfin acceptée.

Dans une langue sobre et juste, vibrante d'émotion, ce récit nous touche dans Jaime_la_plumeQce que nous avons de plus intime: cette agonie qui, nous le savons, se poursuit lentement en nous, dans la suite de nos joies et de nos peines, et qui nous entraîne doucement vers l'acceptation de ce que nous sommes.

L'auteur

Jacques Brault est né un 29 mars de 1933 à Montréal au Québec. Il étudia d'abord au Collège Sainte-Marie à Montréal. Puis JBil fit des études universitaires, à l'Université de Montréal ainsi qu'à la Sorbonne de Paris.

Il enseigna à l'Université de Montréal en Études médiévales et en Études françaises de 1960 à 1996. On a pu l'entendre, à partir de 1970, à plusieurs reprises dans diverses émissions culturelle à Radio-Canada. Il écrit surtout de la poésie mais également de nombreux essais, études et ouvrages critiques. Ses textes sont traduits en plusieurs langues et l'auteur a reçu de nombreux prix et distinctions, dont le prix du Gouverneur général du Canada en 1985 pour son premier récit, Agonie.

Bibliographie partielle

  • Trinôme (collaboration) (1957) - Poésie
  • La poésie et nous (collaboration) (1958) - Essai
  • Nouvelles (collaboration) (1963)
  • Mémoires (1965) - Poésie
  • Entre Mars et Vénus (1965) - Poésie
  • Miron le magnifique (1966) - Essai
  • Alain Grandbois (1968) - Essai
  • Suite fraternelle (1969) - Poésie
  • La Poésie ce matin (1971)
  • Trois partitions (1972) - Théâtre
  • L'en dessous l'admirable (1975) - Poésie
  • Poèmes des quatres côtés (1975)
  • Chemin faisant (1975) - Essai
  • Vingt-quatre murmures en novembre (1980)
  • Agonie: roman (1984)
  • Ductus (1984)
  • Moments fragiles (1984) - Poésie
  • La naissance des nuages (1984)
  • La poussière du chemin (1989)
  • Effets personnels (1990) - Poésie
  • Ô saisons, ô châteaux (1991) - Essai
  • Il n'y a plus de chemin (1990) - Poésie
  • Au petit matin (en collaboration avec Robert Melançon) (1993) - Poésie
  • Au fond du jardin (1996) - Essai
  • Au bras des ombres (1997) - Poésie
  • Bernard de Clairvaux, anthologie (1999) - Essai
  • Ce qu'en disent les fleurs (2000) - Poésie
  • L'Artisan (2006) - Poésie

Résumé

L'oeuvre de Brault débute par un poème de Guiseppe Ungaretti, Agonie. Chaque vers du poème est ensuite repris pour raconter la relation entre un professeur devenu itinérant et son ancien élève. Chaque vers illustre un aspect de la vie de ces hommes qui semblent différents mais qui vont finir par se ressembler. Dans Agonie, la poésie et la réalité finissent par se fondre ensemble.

Les deux hommes se rencontrent d'abord en classe, alors que l'un enseigne et l'autre passe le temps dans un cours qu'il n'aime pas particulièrement. Ils sont loin l'un de l'autre. Puis un soir, l'homme revoit son ancien professeur et lui vole son carnet de notes. Et à travers ce carnet, il va essayer de comprendre ce professeur qu'il méprisait, qu'il ne voulait pas connaître, qui lui parle finalement à travers des mots incomplets et à travers un poème lointain.

Commentaires personnels à suivre...

Lire aussi sur ce blog:

Poème:

Untitled_1_copy


 

 

 

 

 

 

 

Extraits

"Nous ne l'aimions pas, sans le détester. Il inspirait un calme mépris aux garçons, et aux filles une pitié tranquille. Que d'histoires, pourtant, l'on racontait sur ce minables !" p. 9

"Le noir, ça ne fait pas peur quand on est gris. Mais la douleur revient sur la poitrine, au fond de la gorge. Ça brûle. Les yeux secs. Il n'y a pas d'enfance s'il n'y a pas de larmes." p. 39

Sources à consulter