31 octobre 2011

Aren't you scared?

DSC_4564

Ce n'est un secret pour personne... j'adore l'Halloween ! J'ai commencé à décorer dès le 1er octobre. Autant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Hier j'ai ajouté la touche finale au portique... les toiles d'araignées et le chat momifié. La citrouille est décorée et attend sa bougie. Les petits sacs de bonbons sont prêts et les plats de bonbons "extra" aussi.

Pas de party d'Halloween cette année, je n'avais aucune idée de déguisements et j'ai préféré rester ici à ramasser des feuilles et à écouter des films d'horreur. Je me reprendrai l'année prochaine.

Ce soir... j'attends les enfants qui viendront sonner à la porte. C'est un quartier majoritairement anglophone, alors les "Joyeux Halloween" se mèleront aux "Trick or Treat"... J'ai hâte que le soleil se couche et d'allumer enfin la citrouille. Que la parade des costumes commence, les bonbons attendent de trouver leurs petits monstres !

"This is Halloween, everybody make a scene
Trick or treat till the neighbors gonna die of fright
It's our town, everybody scream
In this town of Halloween" [This is Halloween]

Posté par Laila_Seshat à 17:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


30 octobre 2011

Le moment captif d'un dimanche : éternité

2011_10_23"Pendant que nous parlons, la nuit tombe : la mort se glisse ; et dans sa grande ombre, elle nous endort." [Cornelius Gallus]

Tombe la nuit. Petit à petit. Elle n'est pas encore là. Mais elle arrive. Inlassablement. Elle ne nous laisse pas le choix. Tous les jours, il fait nuit.

Dans chaque petit coin, le noir ne cesse jamais de ricaner. La mort en devient presque obligatoire. Mais la mort n'est toujours que la mort. Rien d'autre. Et sous nos pas, la mort court dans tous les sens.

Tout est caresses mortuaires. Et pourtant la mort est censurée. Peur. On ferme les yeux. Une éternité d'incertitudes et d'angoisses. On se détourne avec répugnance. Mais elle n'est toujours que transformation.

Mais je divague et je ne voulais parler que de la beauté du cimetière, de sa paisibilité, de sa douceur et des fantômes qui s'y promènent la nuit.

"Le plus belle pierre tombale ne couvre qu'un cadavre" [Charles Aznavour]

Posté par Laila_Seshat à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

23 octobre 2011

Le moment captif d'un dimanche : sanglantoler

2011_10_30« Il y a de grandes flaques de sang sur le monde -- Où s’en va-t-il tout ce  sang répandu – Est-ce la terre qui le boit et qui se saoule -- drôle de soûlographie alors si sage… si monotone »  [Jacques Prévert]

La bouche grande ouverte. Le sang s’échappe sans retenue. Le vin, le sang, la vie. Que de poésie dans ces moments octobriens. Laisser le sang couler, ne pas le bander, ne pas guérir la blessure. Se laisser englutiner de mots.  

Les feuilles qui tombent doucement dehors m’enveloppent d’un voile rouge. Le vent qui s’amuse à les faire tournoyer dans le vide m’amène des pensées joyeusement terribles et halloweenesques. Le mois d’octobre est teinté de sang et de vie. Une vie qui s’écoule de nos veines fébriles et qui nourrit la terre gourmande, la lune assoiffée et nos esprits inquiets. Une vie qui s'égoutte tranquillement pour dormir jusqu'au printemps.

La grimace m’obsède. J’en rêve le jour, j’en cauchemarde la nuit. Je vois ce liquide écarlate se répandre à mes pieds. Je sais qu’il ne m’appartient pas. Mais que c’est aussi ma vie qui coule avidement par cette bouche étrangère.  Je fabule sur une image sanglante, j'oublie les images joyeuses et vivantes. Et ça m’amuse énormément.

« Cause it’s always got to be blood. […]  Blood is life, lack-brain. Why do you think we eat it? It's what keeps you going. Makes you warm. Makes you hard. Makes you other than dead. 'Course it's her blood." [Spike. Buffy, the Vampire Slayer]

Posté par Laila_Seshat à 05:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 octobre 2011

Une de ces chansons qui m'enchantent...

BooJuste parce que j'adore cette 
chanson...

que je l'ai uniquement
en cassette et que je

ne l'entends que trop rarement...

(il faut vraiment que je la récupère
en format + moderne !!!)


Et qu'en ces temps d'Halloween...
elle fait partie de
ma "playlist"
de saison avec :


- Hollow Hill
de Bauhaus
- Bloodletting
de Concrete Blonde
- Halloween de Siouxsie and the Banshees
- Alice's House de Psychedelic Furs
- People are strange de The Doors mais je préfère la version de Echo and the Bunnymen
- Sympathy to the devil de The Rolling Stones
- Lullaby de The Cure
- This is Halloween de la trame de Nightmare before Christmas
- Black Celebration de Depeche Mode
et un tas d'autres...

Voici... une des mes chansons préférées...

Witchcraft

[Book of love]

I've tried and tried

to capture you
what more can one
mere mortal do?

My love potion
boils and bubbles
poison darts
red poison apples
kafe' kasita
non kafela
Gutrune takes Siegfried
from Brunhilde
enula compana
on St. James' eve
a dash of orange
and ambergis
incantate:
Miss Mary Mack
Mack Mack
all dressed in black

My love philtre
will entrance you
it will pomp and
circumstance you
anusin, atelin
amulet
Angelique takes Barnabas
from Josette
with spiders ten
frae lockens blue
eye of newt
will stew and brew
incantate
this magic spell
Miss Lucy's in heaven
and the steamboat's in hell

Enchantra Endora Tabitha
Esmerelda Clara Hagatha

My love potion
boils and bubbles
poof! goes all my
toil and troubles
blueberry wine
and gladiola
Circe takes Glaucus
away from Sylla
coriander, vervain
and ginger root
damiana, henbane
and badger's foot
incantation
with magic black
and silver buttons
all down her back

Enchantra Endora Tabitha
Esmerelda Clara Hagatha
 

Posté par Laila_Seshat à 12:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 octobre 2011

Wicca de Scott Cunningham

c1Wicca : a guide for the solitary practitioner / Scott Cunningham.  St. Paul: Llewellyn, 1995. – 218 p. : ill.; 23 cm. – ISBN 0-87542-118-0

-Disponible en français

Résumé (traduction libre):

Voici une introduction positive et pratique à la religion de la Wicca. Cunningham présente la Wicca comme elle est aujourd’hui – une religion douce et modérée, orientée vers la Terre et la Nature et dédiée à la Déesse et au Dieu. Ce livre est essentiellement un guide pratique sur la pratique de la Wicca solitaire.

Wicca est un livre sur la vie, et sur comment vivre magiquement, spirituellement et complètement en accord avec la Nature. C’est un livre de sens et de sens commun, non seulement à propos de la Magie, mais à propos de la religion et un des problèmes les plus critiques d’aujourd’hui : comment obtenir une relation nécessaire et complète avec notre Terre.

[...]

Ce livre, basé sur la pratique solitaire de la Wicca par l’auteur, et ce, sur près de deux décennies, présente un portrait éclectique de nombreux aspects de cette religion. Des exercices conçus pour développer une expertise magique, un rituel d’auto-dédicace, magie des runes, herbes et cristaux, recettes pour les festins de Sabbat, sont également inclus dans cet excellent livre.

Commentaires personnels :

Ce livre de Cunningham se veut tout d'abord une introduction à la religion nommée Wicca. L'auteur cherche surtout à offrir une base aux gens désirant pratiquer cette religion en solitaire. Cunningham avait une nette préférence pour la pratique solitaire et il croyait fermement qu’il n’était pas nécessaire de faire partie d’un groupe pour pratiquer – ou plutôt pour vivre (comme il le disait) – la Wicca.  Il croyait également que la spiritualité était une recherche personnelle et individuelle. Il a donc essayé avec ce premier ouvrage de donner les outils et connaissances essentiels pour pratiquer seul la Wicca. Destiné aux gens qui sont dans l’impossibilité de trouver un groupe ayant les mêmes croyances ou encore qui ne sont pas confortables avec la pratique en groupe, ce livre tente de donner une vue d’ensemble de la Wicca – ses origines, sa pratique, ses croyances de base, les outils essentiels, etc. Finalement, il propose divers rituels à pratiquer en solitaire.

Le livre est sans aucun doute fort intéressant pour qui veut connaître et comprendre cette religion qui semble encore un peu inquiétante. Le livre explique sommairement plusieurs éléments et concepts. L’auteur présente les principes de base mais il semble ne survoler chacun des sujets ; donnant une définition, expliquant certains éléments mais allant très peu en profondeur. L’auteur, qui voulait offrir une vue d’ensemble de sa religion pour les gens n’ayant aucun accès à un groupe et donc aucun accès à un enseignement extérieur, a dû de toute évidence rester en surface.  Voulant couvrir plusieurs sujets en un seul ouvrage, il ne pouvait que survoler ces derniers.  D'autant plus que le livre est court – avec une mise en page très espacée, ce qui rend la lecture facile pour un ouvrage essentiellement didactique.

Le style de Cunningham est simple et facile d’accès. Il utilise des mots et des termes faciles à comprendre. Il avait comme but de rendre accessible la Wicca à tous – et non pas uniquement à quelques gens. Il voulait sortir la Wicca à la lumière, la faire connaître au plus grand nombre de gens possible et dissiper le coté mystérieux et secret. Pour lui, la Wicca est simple, proche de la Nature et ouverte à tous. Il a voulu enlever la rigidité des rituels, des dogmes, etc.  La Wicca, selon Cunningham est personnelle et flexible. Il voulait aussi dédramatiser et démystifier ce qu’il considère comme une religion « ordinaire » (et qui d’ailleurs a été reconnue comme une religion officielle dans certaines régions du monde).

L'auteur offre également des rituels et des pratiques simples et faciles à réaliser – peut-être trop simples et trop faciles à réaliser selon certaines critiques. L'ouvrage étant condensé, il passe cependant rapidement sur ces prières et rituels. Et il se fait souvent moralisateur. Pour beaucoup de gens, il passe également sous silence plusieurs aspects de la Wicca.

Le livre ne devrait pas, de toute évidence, être l’unique référence pour comprendre et connaître la Wicca. C’est un bon point de départ, il est vrai, mais il ne faut pas s’arrêter à ce livre. Il y a beaucoup trop d’éléments non approfondis. Cette spirtualité comporte de nombreuses croyances qui semblent être complexes et différentes selon les groupes. Le livre de Cunningham offre cependant un excellent aperçu de ce courant religieux.

Dans Living Wicca : a further guide for the solitary practitione, l'auteur propose un complément à son premier ouvrage et y poursuit sa définition de la Wicca. En plus de revoir certaines définitions et certains aspects abordés dans son premier livre, il aborde également de nouvelles notions pour tenter d’offrir aux gens une vision plus complète de la pratique solitaire de la Wicca.  Il souligne aussi avec plus d’emphase comment vivre sa spiritualité individuelle. 

Les deux ouvrages se veulent des manuels pratiques, des ouvrages de base.  L'auteur est d’ailleurs reconnu pour sa simplification des rites et concepts de la Wicca. Cunningham est un excellent vulgarisateur, et il est évident que ses écrits ont contribué à rendre la Wicca très politiquement correcte. Bien que cette vulgarisation permette à beaucoup de découvrir et connaître la Wicca – ramenée à un niveau plus accessible – elle fait également en sorte que la Wicca est très édulcorée et très schématisée. 

Il ne faut pas oublier que Cunningham n’est pas objectif et présente la Wicca telle qu’il la conçoit. Il est parfois très moralisateur.  On sent qu’il poursuit un objectif précis : rendre cette spiritualité ou religion « inoffensive » et on a parfois l’impression qu’afin de faire connaître la Wicca, de la normaliser et de la démystifier, il occulte beaucoup de concepts et de pratiques.  

Il est vrai que ce que définit Cunningham est très intéressant et il est également certain que l’auteur connaît très bien son sujet. C’était un praticien de la Wicca et un auteur important.

Les deux ouvrages sont très intéressants. La Wicca a une histoire, des précurseurs, des créateurs, des praticiens qui ont contribué à la mettre en place, à établir des rites, des prières, une spiritualité. Que l'on croit ou non à cette spiritualité n'a pas d'importance. Il est important de lire et apprendre sur toutes les spiritualités et religions. Et la Wicca en fait partie.

Pour en savoir un peu plus sur le sujet :

Posté par Laila_Seshat à 04:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


18 octobre 2011

Scott Cunningham - L'auteur

En ces temps d’Halloween où la magie semble prendre toute la place et revenir sur l’avant de la scène, pourquoi ne pas se plonger dans un livre de « magie »… 

c1_copyScott Cunningham et ses livres sont extrêmement connus dans le monde ésotérique et maintenant par le public en général. Plus particulièrement ses deux livres sur la Wicca : « Wicca : a guide for the solitary practitioner » et «Living Wicca : a further guide for the solitary practioner ».  

Peu de gens s’intéressant à l'ésotérisme ne connaissent pas les livres de Cunningham. Très populaires auprès des débutants en magie et de ceux qui veulent pratiquer de façon solitaire, Cunningham est souvent considéré comme la principale référence en ce qui concerne la Wicca ou la magie dite naturelle.

Biographie de Scott Cunningham

Scott Douglas Cunningham est né en 1956 à Royal Oak (Michigan) aux Etats-Unis. Il est le deuxième enfant d’une famille de trois. Quelques années plus tard, il déménage avec ses parents en Californie dans la ville de San Diego. À part de nombreux séjours à Hawaii, il demeura toute sa vie à San Diego. 

Quelques biographies de l’auteur disent qu’il commença à s’intéresser à l’occulte et à la magie au début des années ’70, par la lecture d’un livre appartenant à sa mère « The Supernatural » par Douglas Hill et Pat William.  Très tôt, il fut également apparemment intéressé par les plantes, les pierres, et la nature. Le livre contribua à renforcer son intérêt pour ces sujets. Le livre comportait différents diagrammes présentant des gestes manuels utilisés pour repousser le mauvais œil. Ces c2gestes le fascinèrent et il les utilisa, alors qu’il était au High School pour attirer l’attention d’une jeune fille qu’il savait s’intéresser à l’occulte.

Il est reconnu que cette jeune fille fut celle qui introduit Scott Cunningham à la magie et à la Wicca. Au cours des années suivantes, il fut initié dans plusieurs covens apprenant plusieurs traditions différentes. Il avait cependant une préférence pour la pratique solitaire.

Quelques années plus tard, il s’inscrivit à l’Université de San Diego où il étudia la création littéraire. Son père, Chester Grant Cunningham, est en partie la raison de son choix puisque ce dernier est l’auteur de nombres d’œuvres – fiction et non-fiction.

Cunningham commença alors à écrire de nombreux articles pour diverses publications et peu après avoir entamé des études universitaires, il décida de les abandonner pour se consacrer à l’écriture et la rédaction. En 1980, il publia son premier roman intitulé « Shadow of Love ».  

Quelques années plus tard, en 1983, il apprit qu’il souffrait de la maladie de Hodgkin. Sa santé se détériora au cours des années qui suivirent. Cela ne l’empêcha pas de faire de nombreuses recherches et d’écrire de nombreux livres, principalement sur la Wicca, mais également sur d’autres sujets en lien avec la religion et la magie.  Il voyagea beaucoup, en grande partie pour offrir des conférences sur la magie et la Wicca. Il fit même quelques apparitions médiatiques.  Au cours de sa vie, il écrivit plus de 30 livres et révisa même certaines de ces œuvres afin de toujours les garder à jour et pertinentes. Plusieurs de ses titres furent publiés par la maison d’édition très connue « Llewellyn Publications ».

En 1990,  on lui diagnostiqua une méningite cryptococcique. Ce cancer le rendit vulnérable à diverses infections et il décède en 1993 à l’âge de 36 ans.

L’auteur a laissé une œuvre très importante. Son écriture est simple et facile à comprendre. Il est considéré comme un des principaux responsables de la diffusion et de la popularité de la Wicca. Il est également considéré comme le responsable de l’ouverture à la pratique solitaire. Il croyait que la religion et les pratiques spirituelles étaient personnelles et individuelles. Il avait une préférence pour cette pratique solitaire, même s’il lui arrivait de pratiquer avec d’autres. Il fut, au cours de sa vie, initié dans différentes traditions. Il étudia auprès de Raven Grimassi et fut initié à la Tradition Aridian. Il fit, entre autres,  également partie de la « Reorganized Traditional Gwyddonic Order of Wicca and the Ancient Pictish Gaelic Way ». Mais il resta essentiellement un praticien solitaire, préférant les rites solitaires à ceux de groupes.

Ces livres concernant la magie et la Wicca nous proposent sa vision de la magie et de la Wicca. Il croyait fermement que la Wicca était une religion moderne accessible à tous et permettant de s’ouvrir à une spiritualité qui peut être présente dans chaque aspect de la vie. Son principal but était de faire connaître une religion – la Wicca – et des pratiques trop longtemps gardées secrètes et difficiles d’accès, selon lui.  Il a essayé dans ses livres d’être toujours simple et d'être concis dans ses explications. Il passa de nombreuses années à faire des recherches, notamment pour ces œuvres encyclopédiques.

Bibliographie partielle :

  • Shadow of Love (1980) – œuvre de fiction
  • Magical Herbalism: The Secret of the Wise (1982)
  • Cunningham's Encyclopedia of Magical Herbs (1985)
  • Earth Power: Techniques of Natural Magic (1987)
  • The Magical Household (1987)
  • Cunningham's Encyclopedia of Crystal, Gem, and Metal Magic (1988)
  • The Truth About Witchcraft Today (1988)
  • Wicca: A Guide for the Solitary Practitioner (1988)
  • The Complete Book of Incense, Oils & Brews (1989)
  • Magical Aromatherapy: The Power of Scent (1989)
  • Earth, Air, Fire, and Water: More Techniques of Natural Magic (1991)
  • Cunningham's Encyclopedia of Wicca in the Kitchen (1993)
  • Divination For Beginners (1993)
  • Living Wicca: A Further Guide for the Solitary Practitioner (1993)
  • Spell Crafts: Creating Magical Objects (1993)
  • The Truth About Herb Magic (1993)
  • Hawaiian Magic and Spirituality (1995)
  • Pocket Guide to Fortune Telling (1997)
  • Dreaming the Divine: Techniques for Sacred Sleep (1999)

Sources :

À venir : Critiques et commentaires sur certains de ses livres

Posté par Laila_Seshat à 01:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

16 octobre 2011

Le moment captif d'un dimanche : lunale

2011_10_16"Si la nuit est noire, c'est pour rien ne puisse nous distraire de nos cauchemars." [Bill Watterson]

La nuit est là. Elle n'approche pas. Elle est bien là. Les pensées se percutent dans le noir. Ce qui était raisonnable au soleil est maintenant inquiétant. Ce qui était étrange pendant le jour est maintenant terrorisant.

Les rêves s'effacent. Laissant place aux délires nocturnes. Le vent est menaçant. Il ne le sera probablement pas demain matin. La lune semble vouloir m'engloutir. Elle est ronde, ricaneuse et trouble. Tout est noir. J'ai de la difficulté à distinguer les choses autou de moi. Je suis dans mon lit et la nuit m'envahit.

Je perçois des mouvements dans le noir. Les choses se déplacent furtivement. Elles reprendront leur place quand le soleil se lèvera. Elles feront semblant de ne pas s'être agitées pendant la nuit. Mais du coin de l'oeil, je vois les choses bouger rapidement, et je sais qu'elles se moquent de moi.

Je ne peux dormir. Mais je me perds dans le sommeil. Un sommeil rempli de songes épouvantables qui ne s'évanouiront que lorsque le jour chassera la nuit. Que lorsque la lumière cachera cette lune vorace.

"I am the shadow on the moon at night / Filling your dreams to the brim with fright" [Oogie Boogie Man - Nightmare before Christmas]

Posté par Laila_Seshat à 03:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 octobre 2011

Les araignées bleues

"ara2Les araignées bleues y'en a pas chez nous [...]

Des fois, j'ai peur un peu, des fois, j'ai peur beaucoup, des fois, j'ai peur un peu mais des fois je n'ai pas peur du tout..."

C'est faux... j'ai toujours peur des araignées peu importe leur couleur. Et je ne comprends pas pourquoi. C'est une peur viscérale. Et même si j'essaie de me raisonner, c'est absolument impossible.

Aujourd'hui à 40 ans, je suis à peine capable de tuer les toutes petites araignées. Vous savez les minuscules, à peine plus grande qu'une puce. Car il y en a certaines petites qui sont méchantes... celles qui sautent, vous savez. Les vilaines.ara1

Mais les plus grosses. Je ne peux pas les tuer. Alors on oublie de les prendre et les remettre dehors. Et j'avoue que je me débarrasse de celles qui sont dehors aussi, si elles sont trop proches de chez moi. J'avoue honteusement que j'appelle PisTout s'il y a une araignée à tuer. Et si je suis seule ? Alors, je prends beaucoup beaucoup beaucoup de papier... parfois, je suis cruelle et je vaporise... n'importe quoi, du moment que c'est toxique, et alors la pauvre tombe et je me sens capable de la tuer. Parfois, j'utilise tout simplement la balayeuse... Ce qui est aussi assez cruel quand on y pense. Pour l'araignée mais pour moi aussi. Car ensuite, je ne peux m'empêcher de penser qu'elle réussira à sortir du sac et cherchera à se venger.

Oui, je sais, c'est absolument horrible et je me sens bien mal d'être absolument incapable de voir une araignée vivante. Mais je ne peux vivre avec l'idée qu'une de ces bestioles puisse être près de moi.

Et je ne comprends vraiment pas d'où me vient cette peur. Car ma mère n'avait absolument pas peur des araignées. Donc, ce n'est pas de voir ma mère crier à la vue d'une araignée que j'ai développé ma peur de ces bestioles. Quand je criais "maman, une araignée", elle roulait des yeux, se levait et venait l'écraser. Et si elle ne trouvait pas de papier ou chiffon à portée, elle écrasait avec le doigt... ou si elle était trop grosse, elle la prenait dans sa main et la mettait dehors... brrrr... juste de me rappeller de ces images, je frissonne.

Donc... je me questionne... Pourquoi, d'aussi lontemps que je me rappelle, j'ai peur des araignées ? Aucune idée. Et je ne sais trop ce que je crois qu'elles vont me faire, au juste. Bon, il y en a qui mordent mais très peu. Et c'est rarement dangereux. Et bon, je me fais tellement piquer par les insectes qu'une morsure d'araignée ne me dérange pas vraiment. Quand je crie lorsque je vois une araignée, ce n'est pas que j'ai peur qu'elle me morde... J'ai peur d'elle tout simplement. Et je ne sais pas pourquoi.

Posté par Laila_Seshat à 04:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 octobre 2011

Et un arbre dans la cour

Autosuggestion. Quand tu nous tiens, tu es tenace !

Dans ma cour, il y a un saule pleureur. Très beau et absolument énorme. On voit cependant qu'il a déjà été coupé et qu'il a repoussé par la suite. Son tronc à la base est énorme (il a plus de cent ans nous a-t-on dit), mais les branches sont plus minces. J'adore mon saule. Que j'appelle Lalu - j'ai souvent des noms et surnom pour un tas de choses vivantes et non... on s'abstient de rire svp :-P.

Et bien Lalu avait un voisin. Dans la cour de l'autre côté de notre terrain, il y avait un autre saule pleureur. Il était encore plus grand et gros que Lalu. Tellement grand que ses branches touchaient les terrains de trois voisins, incluant le mien. Une famille de ratons-laveurs y habitaient depuis des lunes. Mais il a beaucoup venté cet été et deux grosses branches ont cassées.

Hier, en revenant du travail, j'entends du bruit dehors. Je vais dans la cour et je vois des hommes entrain de couper des branches de l'ami de Lalu. Oh non, je pense... il était tellement beau... Les heures passent et toujours le bruit de la scie. Quand la nuit DSC_4436acommence à tomber, le bruit cesse. Je vais voir dehors et ... je me retrouve face à face avec un arbre à moitié détruit. PisTout arrive... oh dit-il, il n'a plus de branches dans le haut ! Il ressemble à l'arbre dans Poltergeist, que j'ajoute.

Je prends l'appareil photo pour faire quelques clichés. C'est qu'il a vraiment l'air de l'arbre dans le film, que je me redis. Et avec la nuit qui s'installe rapidement, l'effet est encore plus saississant. Heureusement que j'ai vu le film des milliers de fois et que je le connais par coeur, que je me dis... sinon cela serait presque inquiétant !

Je vais me coucher. Et devinez qui a rêvé toute la nuit d'arbres menaçants qui cherchaient à l'attraper et l'avaler ? Toute la nuit... grrr. J'avais beau me réveiller et me dire que c'était ridicule, je n'ai pas peur des arbres, le film ne me fait plus peur depuis des années et des années... Rien à faire, à chaque fois que je commençais à m'endormir, des images d'arbres étendant ses branches noires vers moi et venant me chercher à travers la fenêtre m'envahissaient !

Aujourd'hui, ils ont terminé leur découpallage et l'arbre n'a plus aucune branche et n'est plus qu'un tronc de quelques mètres. Il revivra c'est certain, et aura dans quelques années de nouvelles branches tout comme Lalu. Mais il a priètre allure aujourd'hui. C'est bien triste. Oh et il a maintenant un nom : Polty. ;-)

Posté par Laila_Seshat à 07:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 octobre 2011

Le moment captif d'un dimanche : faucher la vie

"La mort a pour moi le visage d'un enfant au regard transparent" [Serge Gainsbourg]2011_10_09

Incontournable. Amère et brutale. Douce et paisible. Elle ne veut jamais nous abandonner. Dès notre naissance, elle nous avertit qu'elle peut nous prendre à tout moment.

On ne veut pas parler d'elle. On croit que si on la nomme, elle accourra sans tarder.

On ne l'aime pas. Je ne l'aime pas non plus. Mais elle n'est pas mauvaise. Elle n'est pas inutile. Elle est. Tout simplement. Elle a pris des gens que j'aimais. Elle en prendra encore. Et un jour, ce sera mon tour. Demain, dans 5 ans, dans 60 ans.

On ne le sait pas. Je ne le sais pas. C'est évidemment pour ça qu'on la boude et on parle dans son dos. Elle est trop souvent imprévisible. Et même quand on sait qu'elle arrive, elle nous prend par surprise.

Parce qu'on se dit qu'elle mène dans l'oubli nos vies. Nos corps. Nos pensées.

Petit enfant inconnu, sur son petit tricycle, qui n'a pu vivre qu'une seule année. L'a-t-on longtemps pleuré ? A-t-on mis des fleurs devant sa pierre ? Pense-t-on encore à lui ? Chut... il dort dans nos mémoires, ce petit enfant que je ne connais pas.

"La mort est un sommeil à l'échelle de l'univers" [Claude Lelouch]

Posté par Laila_Seshat à 04:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,