ecorchéeL'écorchée / Donato Carrisi, traduit de l'italien par Anaîs Bokobza. -- [Paris] : Calmann-Lévy, c2013. --431 p. ; 23 cm. -- ISBN 978-2-7021-5388-8.

Quatrième de couverture

"Je les cherche partout. Je les cherche toujours." Sept ans après s'être mesurée au Chuchoteur, Mila Vasquez travaille aux Limbes, le département des personnes disparues. L'enquêtrice excelle dans son domaine. Peut-être parce qu'elle est incapable d'éprouver la moindre émotion. Ou peut-être parce qu'elle même porte dans sa chair la marque des ténèbres.

On a tous ressenti l'envie de s'évanouir dans la nature. De fuir le plus loin possible. De tout laisser derrière soi. Or chez certains, cette sensation ne passe pas. Elle leur colle à la peau, les obsède, les dévore et finit par les engloutir. Un jour, ils se volatilisent corps et biens. Nul ne sait pourquoi. Bientôt, tout le monde les oublie. Sauf Mila.

Et puis, soudain, ces disparus réapparaissent pour tuer. Face à eux, Mila devra échafauder une hypothèse convaincante, solide, rationnelle. Une hypothèse du mal. Mais pour les arrêter, il lui faudra à son tour basculer dans l'ombre. 

Commentaires [encore plus] personnels (attention en rouge, ce sera des spoilers)

Vous vous souvenez peut-être que je n'aime pas trop les séries. En général, je déteste surtout quand dans un roman policier, on se sent perdu si on n'a pas lu les romans précédents. J'aime lire une intrigue, je ne veux pas nécessairement devoir connaître toute la vie de l'enquêteur. Ce qui ne veut pas dire que quand j'aime un personnage, je n'aime pas le retrouver dans un autre roman. En autant que sa vie précédente ne soit pas absolument essentielle à la compréhension du roman actuel. Vous comprenez ? Enfin, j'y reviendrai un autre moment. Tout ça pour dire, que Carrisi m'a presque déçu. Si ce n'était que le roman est presque aussi réussi à mes yeux que le premier, j'aurais eu une petite déception. Pourquoi ? Disons, que j'aurais vraiment apprécié de lire dans le quatrième de couverture que L'écorchée est carrément une suite du roman Le Chuchoteur. J'ai vu sur Internet que certaines éditions le mentionnaient sur leur couverture. C'est important selon moi. Car le roman se révèlera être une véritable suite du premier roman. Non seulement, nous retrouvons le même personnage principal et plusieurs autres personnages secondaires du premier roman, mais au fil des pages, on retrouve également des éléments et personnages importants. Les événements du premier roman vont directement influencer ce roman.

Mais au moins, l'auteur est honnête sur ce coup, son 3e roman est une suite du 1er (le 2e roman n'ayant rien à voir). On parle même de tome 2. Certaines librairies titrent même le roman : L'écorchée - Le chuchoteur 2 ! C'est tout dire. Et ça change tout mon rapport au livre.

Quand j'ai commencé à lire le roman, je croyais lire un autre roman avec Mila. Une nouvelle enquête, quelques éléments connus, certains traits de caractéres... mais c'est tout. Et puis, petit à petit, je me disais "hum, si un lecteur n'a pas lu Le Chuchoteur, il ne comprendra pas ceci ou cela. Quand une série policière reprend un personnage, les événements qui reviennent se doivent d'être minines et non significatifs. Ici, l'auteur présente certains événements comme s'il prenait pour acquis qu'on savait de quoi il parlait. Et ça, c'est une des choses qui me déplaît dans certaines séries. Alors, je me suis questionnée. Pourquoi ? Je l'avoue j'étais légèrement déçue de Carrisi. Mais comme, moi, j'avais lu le roman précédent et que celui-ci était absolument captivant, je suis passée par-dessus mes réserves.

Et puis l'auteur ira jusqu'à faire carrément revenir un personnage central. Ceci m'a surprise au plus haut point. Je n'avais vraiment pas deviné - malgré certaines similitudes entre les romans - ce revirement. J'en ai été bouleversé et j'ai eu de la difficulté à y croire. Et puis, j'ai encore une fois eu l'impression d'être dans une série de télévision. Dans cette optique, cela me semblait plausible. Et finalement, le roman se conclut sur une ouverture complète vers une autre suite !

Il semble certain qu'il y aura un 3e volet à la "série Le Chuchoteur". Maintenant que je sais que c'est une véritable série, je l'accepte facilement. Si l'intrigue est créée dans cette optique, je n'ai pas de problème. J'aurais juste aimé le savoir en ouvrant L'écorchée. Et même si j'adore Mila et la plume de Carrisi, je souhaite sincèrement que ce sera une trilogie. Car je n'aime pas les séries qui s'étirent. Je ne regarde pas un nouvel épisode d'une énième saison... je lis un roman. Et même si j'ai adoré ces deux romans... je ne veux pas que la sauce s'étire. Et puis, une trilogie, c'est une forme littéraire en soi-même... On peut la prendre comme un tout. Certains éléments des deux romans s'éclaireront sûrement sur un autre jour. Et le troisième tome est souvent le plus fort. Le roman qui revient sur les origines, le début. On retourne en arrière, on revient sur ses certitudes, sur ce qu'on croyait savoir. Enfin, nous verrons bien. Mais pour une fois, j'ai hâte de retrouver Mila et les gens qui l'entourent.

Carrisi est vraiment un excellent auteur de romans policiers. Il a réussi à me faire aimer ses personnages et à me tenir en haleine pendant deux romans. Ses textes ne sont pas sans défauts et certains éléments sont parfois un peu tirés par les cheveux, mais il réussit à nous faire oublier ces invraisemblances. Encore une fois un coup de coeur !

Lire aussi mes premiers commentaires : L'écorchée de Carrisi.

L'avis de Tetedelivre, Livresse des mots, Achille 49, Cajou, Laure.

Extraits

"Je ne sais pas pourquoi, mais quand il s'agit de criminels les gens décrivent tous plus ou moins le même visage : petits yeux et front large. Les thèses anthropologiques affirment que c'est un héritage de l'évolution - l'ennemi aiguise son regard quand il nous toise, et le front est la première chose que l'on remarque quand on doit repérer un adversaire qui se cache dans un espace ouvert." p. 209

Sources à consulter