19 mars 2017

Le moment captif d'un dimanche : perdre son temps

2017-11"Que le temps passe plus vite, quand l'ennui l'étire" [Philippe Besson]

Il y a de ces journées. On sait qu'on devrait profiter de ces heures juste à nous. Toute la semaine à courir à droite et à gauche. Toute la semaine à ne pas avoir un moment à soi. Et puis, aujourd'hui, enfin, la journée entière juste pour soi. Pas de réunions. Pas de courriels. Pas de courses. Pas d'entrainement. Pas de ménage.

On en rêve toute la semaine. On se prépare, on imagine. On planifie pleins de petites choses douces. Des petites choses juste pour soi. Des petites choses qu'on remet toujours à plus tard. On se dit que la journée sera tranquille mais formidable. On fera de chaque instant un délice. On profitera de chaque minute.

Et puis. Il y a de ces journées. On se lève. On se sent las. On a envie de rien. On commence la journée lentement. On paresse. On laisse les minutes se dérober. On se traîne d'une pièce à l'autre. On se dit qu'il faudrait bien profiter de ce temps que l'on a enfin juste pour nous. Mais on ne fait rien. On se dit qu'on a toute la journée. Mais la journée glisse entre nos doigts. Et on regarde par la fenêtre. On n'arrive pas à se décider. Tout nous ennuie. Rien ne nous dit. On laisse laisse les minutes disparaître. Et la journée est terminée. On n'a rien fait. On n'a pas profité de ces instants. On s'est ennuyé profondément. On a perdu son temps.

Posté par Laila_Seshat à 09:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


15 mars 2017

Dolmen des Fados

Depuis notre retour au Québec, nous nous ennuyons beaucoup de nos petites escapades catalanes et françaises. Nous partions souvent une journée ou un week-end pour explorer la campagne ou les petits villages aux alentours de Barcelone. Et donc, il y a deux ans, quand nous sommes allés voir mon père en Espagne, nous en avons profité pour prendre la voiture et partir sur la route pendant quelques jours. Nous avons beaucoup exploré le Languedoc. Alors là, vraiment beaucoup. C'est un de nos endroits préférés. Mais il reste bien sûr tant de choses à y découvrir.

Et donc, nous avions été visité le magnifique village de Minerve et nous retournions vers notre auberge, un peu fatigués mais très contents de notre 2314djournée. Et puis, alors que je regarde le paysage défilé, jevois soudain un petit panneau avec le mot dolmen. C'est rapide, mais je l'ai vu ! "Oh, un dolmen", je crie littéralement. Mon PisTout soupire. Il me connait trop bien. "Tu veux y aller ? Il commence à être tard." " On y va quand même". Il soupire mais rebrousse chemin. Je regarde sur notre carte. "Je crois que c'est le Dolmen des Fades".

On arrive au site rapidement. Il y a même un endroit bien aménagé pour laisser la voiture. Et des panneaux qui nous expliquent les caratéristiques du dolmen qui semble bien grand. Nous marchons rapidement jusqu'au site, car, en effet, il commence à se faire tard.

Nous apercevons des pierres au loin. On s'approche. Et c'est impressionnant ! Beaucoup plus grand que je ne l'imaginais. Oui, j'avais bien lu la description dans le stationnement, mais je ne m'attendais pas du tout à cette ampleur. Et oui... je sais que tout cela a été restauré, et que tout n'est pas exactement comme on l'a découvert et surtout comme cela était il y a des millénaires... Mais je suis tout de même émue 2314cen approchant. Je ne suis pas seule, PisTout a bien beau rouspété à chaque fois que je veux aller voir un dolmen ou un menhir... il est émotionné lui aussi. Nous sommes impressionés par l'ampleur du site, sa beauté, son histoire.

Nous sommes seuls sur le site. C'est silencieux. Et la nuit tombe petit à petit. On ne peut que se sentir projeter dans le temps. La magie du lieu nous affecte beaucoup. Nous marchons doucement tout autour en prenant beaucoup trop de photos. Puis, nous nous essayons tout près pour l'admirer en silence. Je suis vraiment ébranlée par l'énergie que dégage l'endroit. J'ai soudainement l'impression que nous sommes seuls au monde et que nous ne quitteront jamais ce dolmen. Il sera notre tombe aussi. J'ai un frisson.2314f

Il faut dire qu'il commence à faire vraiment noir. La nuit est presque tombée et on ne voit plus grand chose. Il serait peut-être temps de rebrousser chemin et de dire nos adieux au Dolmen des Fados avant que les fées ne fassent leur apparition et nous retiennent prisonniers de ce lieu éternel. On commence à marcher en direction du stationnement... et je dois avouer que j'ai eu un minuscule moment de panique car la nuit a tombée d'un coup et il faisait vraiment noir. La forêt apparaissait beaucoup plus dense qu'il y avait à peine quelques minutes et le chemin semblait nous échapper.

Mais nous avons retrouvé la voiture et repris la route la tête remplie de poésie et d'émotions.

Caractéristiques

  • Nom: Dolmen Lo Morrèl dos Fados (Dolmen du coteau des Fées)
  • Autres noms: Dolmen de las Fadas (Dolmen des Fées) - Dolmen des Fados - Dolmen des Fades - Dolmen de Pépieux - Allée couverte du Mourrel das Fadas
  • Légende : Le dolmen des Fados est également appelé "Palet de Roland" par les locaux car selon la légende le neveu de Charlemagne, Roland, y aurait laissé l'empreinte de sa main.
  • Situation: Pépieux, Département de l'Aude, France. Le dolmen est situé sur un coteau dans un bosquet de pins.
  • Coordonnées43° 18′ 45″ nord, 2° 40′ 48″ est
  • Axe : sud-ouest / nord-est
  • Fonction: Tombe mégalithique
  • Type: Dolmen - Allée couverte ou Dolmen à couloir large
  • Âge: Bâti à la fin du Néolithique vers - 3000 (donc, plus de 5000 ans) - Toujours en usage au Chalcolithique (ou Énéolithique) et au début de l'Âge du bronze
  • Peuple : Culture de Véraza ou peuple du Vérazien
  • Protection : Inscrit 1943, Classé 1969
  • Restauration : Travaux de sauvegarde à partir de 1962, sous la direction de Jean Guilaine. Consolidation générale en 1972. Remise en état à la fin des années 1990. (Voir détails sur le blogue Lieux sacrées)

2314bDescription

Galerie de 24 mètres incluse dans un tumulus d'environ 35 m. La galerie comprend trois parties :

  • 1 couloir de 12 m. de long par environ 2 m. de large et constitué de piliers en murets de pierres sèches
  • 1 antichambre de 6m. comportant une table de couverture de 6.70m. de long par 2.80 m. de large et pesant environ 9 tonnes
  • 1 "cella" terminale qui est barrée par une dalle de chevet.

L'allée couverte comporte également deux portes qui délimitent l'espace à l'intérieur.

C'est le plus grand dolmen du midi de la France.

De nombreux vestiges y furent découverts : ossements, tessons, poteries, armes, etc. dont le fameux poignard métallique (voir article dans le Bulletin de la Société Préhistorique Française).

Pour en savoir plus

 

Posté par Laila_Seshat à 22:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

05 mars 2017

Le moment captif d'un dimanche : oublier de dormir

2017-01-15"Avec les insomnies, on peut faire des bouquets noirs de grandes fleurs friables et crissantes comme le sable sous les dents." [Jean-Claude Pirotte]

Elle revient toujours cette vieille amie. Mon insomnie chérie.

Elle me quitte parfois pour quelques nuits. Elle se cache, fait semblant de m'oublier. Elle me donne tous les espoirs, mais jamais pour longtemps. Elle revient toujours celle qui sans cesse me poursuit. Mon insomnie chérie.

Elle revient blanchir mes nuits. Elle égratigne mes pensées ; les torture et les déforme. Elle les peint en noir. Elle les transforme en pantins difformes et grimaçants. Encore une fois elle est revenue cette cruelle ennemie. Mon insomnie chérie.

Elle me rejoint tranquillement chaque nuit. Elle devient une habitude. Elle est confortable. Je la connais. Je connais sa noirceur, sa fragilité, sa monstruosité. C'est une vieille connaissance. Elle reviendra toujours celle qui épuise ma vie. Mon insomnie chérie.

" Elles sont bien noires, les pensées des nuits blanches." [Edmond et Jules de Goncourt]

Posté par Laila_Seshat à 02:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

02 mars 2017

Le gars des pogos d'Éric Godin

pogosLe gars des pogos : roman /Éric Godin. — Rosemère (Québec): Éritions Pierre Tisseyre, [2014]. – 143 p. ; 20 cm. – ISBN 9782896333004

Quatrième de couverture

Que tous ceux qui ont lu Si j’étais une baleine lèvent la main! Personne… Pour Stéphane, c’en est trop! Trois ans pour écrire un chef-d’oeuvre. Des milliers d’heures pour en sculpter chaque phrase. Tout ça pour… trois cents exemplaires vendus! Entre son ami George qui peine à lire l’arrière des boîtes de céréales et son éditeur qui ferait tout aussi bien de vendre des plats Tupperware, Stéphane se demande où sont passés les lecteurs du temps jadis. À son grand dam, il les découvre au rayon des livres de cuisine… Voilà donc à quoi doit s’abaisser un auteur pour se faire connaître. Rédiger des recettes! Ah! et pourquoi pas? Après tout, ça ne peut pas être bien compliqué… Suffit de trouver un thème facile. Les pogos par exemple… Ainsi débute pour Stéphane une aventure unique, celle d’un canular qui s’avérera on ne peut plus indigeste!

L’auteur

Éric Godin est né en 1982. Il est originaire du village Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier aupogos2Québec. Il publie son premier roman en 2009.

Bibliographie

  • Personne n’aime Robin (2009)
  • Apprendre à compter (2013)
  • La brute et la belle (2014)
  • Le gars des pogos (2014)
  • Le sac d’arachides ; Le flâneur (nouvelles) (2016)

Mes commentaires

J'avais envie de lire quelque chose de léger et rapide. J'étais en général pas mal fatiguée et les vacances semblaient loin. Il fallait que je relaxe mon cerveau et que je lise léger. J'ai donc pris un livre qui avait retenu mon attention lors de son arrivé à la bibliothèque il y a quelques années. Le titre m'avait fait sourire, j'avais fait une grimace à la vue de la couverture et la quatrième de couverture m'avait intéressée. Et génial, il ne faisait que 143 pages.

La quatrième de couverture résume assez bien le livre. Le roman nous présente donc un écrivain dont le livre ne se vend pas en librairie et qui se sent incompris. On ne reconnaît pas immense talent, son génie littéraire. Il est découragé mas surtout en colère. Les gens ne semblent plus lire de la "vraie" littérature - même son meilleur ami n'a pas lu son roman. Qu'est-ce que les gens lisent ? Quels sont les meilleurs vendeurs en librairie ? Les livres de cuisine.

(Et en fait, je dois vraiment confirmer la chose... la quantité de livres de cuisine que nous achetons par mois est incroyable et désespérant ... Et les gens empruntent, empruntent, empruntent. Ce que je trouve vraiment extraordinaire et bizarre, car qu'aujourd'hui, on n'a qu'à entrer quelques ingérdients sur Google et hop, on a la recette. Enfin.)

Et bien merde, se dit-il, je vais en écrire un, livre de cuisine, et n'importe comment en plus ! Et c'est ce qu'il fait, en quelques heures, il pond différentes recettes avec le pogo comme ingrédient principal. Il s'amuse ferme. Et puis, il envoie son manuscrit à son éditeur. Et là, coup de théâtre... on veut le publier ! On lui demande d'autres recettes. Évidemment qu'on va découvrir que c'est du n'importe quoi, qu'il se dit. Mais non. Le livre est publié, a un immense succès. Il est invité partout. Il ne peut croire qu'on croit que c'est un vrai livre de recettes. Il est au désespoir, encore plus découragé et au bord de la dépression. Vive la littérature ! Et les pogos !

Le livre est amusant. Et j'ai souri à plusieurs reprises. Spécialement à la lecture des recettes de pogos que l'on retrouve à la fin. Car ouf... c'est en effet assez drôle et les recettes sont littéralement ridicules. Et j'ose espérer qu'un tel livre n'aurait pas été vraiment publié. J'espère vraiment beaucoup.

Il est bien sûr évident de comprendre ce que le roman de Godin dénonce : le milieu de l'édition, le lectorat et les auteurs. Le milieu de l'édition si brutal, difficile, cruel, mais qui a des règles, des impératifs impitoyables à suivre. Le lectorat qui aime ou n'aime pas, sans pitié et avec intransigeance. Et les auteurs qui versent leur coeur, âme, leur vie dans leur oeuvre et qui espèrent, croient, sont convaincus que tout le monde va comprendre et adorer leurs mots. Et ceux qui se prennent trop au sérieux. 

Le roman est facile à lire, simple et sans surprises. Mais c'est agréable à lire. Et c'est ce que je voulais. Et j'ai même failli acheter des pogos à l'épicerie.

Les mots de l’auteur

« Son pari étant qu’un livre de recettes ne lui rapporterait pas beaucoup, mais le ferait probablement connaître un peu plus, il décide d’y investir le moins de temps possible. Aussi choisit-il de consacrer son ouvrage au mets le plus ridicule qui soit. Si ridicule que, bientôt, le projet qui devait l’aider à se faire connaître devient une pure séance de défoulement et de dérision seyant beaucoup mieux à l’écrivain que de basses manœuvres publicitaires. » p.[50]

Pour en savoir un peu plus…