04 mars 2018

Le moment captif d'un dimanche : s'étirer

2017-11-02« Tout tient à un fil, on est toujours en péril. » [Alberto Giacometti]

Nous sommes éternels et en un instant nous n’existerons plus. Nous sommes poussières, non ?

On nous martèle la tête toute notre vie avec notre futur. On doit le préparer, calculer chaque moments qui viendra, prévoir ce dont on aura besoin. On nous dit d’économiser pour ces années à venir. Il faut accumuler les noix pour demain. Pas question d’en perdre une ou d’y goûter tout de suite. Il faut tout prévoir, tout anticiper. Et préparer le moment où il sera enfin possible d’en profiter. Quand nous serons vieux.

Mais parfois, je me dis… et si ce moment où je serai vieille n’arrive jamais. Ma mère est partie à 62 ans, sa mère à 99 ans. Que faire… Vivre aujourd’hui pour demain, vivre aujourd’hui pour aujourd’hui ou attendre demain pour vivre ?

Je ne sais pas. Je ne sais plus. Enfant, il fallait me préparer à vieillir. Préparer une carrière, choisir les bons cours, avoir les bonnes notes. Puis, il faut vivre cette carrière. Chaque matin, se lever et travailler. Pour amasser, pour vivre, pour son futur.

On essaie bien d’en profiter un peu quand on peut. On voyage, on se procure des babioles, on s’évade dans un livre, un film, une passion quelconque. Mais on nous bombarde de mots importants : économie, retraite, futur.

Et on se sent coupable de vivre maintenant. Il faut penser au futur. Mais, et si ce futur ne vient jamais ? Et si nous avions passé notre vie à prévoir un futur qui n’existera pas ? Et si le fil de notre vie se brisait soudainement sans nous avertir ?

Je préfère tricoter un peu aujourd’hui, parce que je ne connais pas la longueur de mon fil. Et demain est peut-être un peu aujourd’hui.

« Quand la vie ne tient qu'à un fil, c'est fou le prix du fil ! » [Daniel Pennac]

Posté par Laila_Seshat à 07:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,