23 avril 2014

Un jour, un livre, une rose, un droit d'auteur !

"Rien de l'univers n'est semblable si quelque part, on ne sait où, un mouton que nous ne connaissons pas a, oui ou non, mangé une rose." [Saint-Exupéry]

JMDLA

Cette journée est une journée remplie d'espoirs, remplie d'incertitudes. Une journée qui promet de défendre les mots ; une journée qui promet de se battre lors de combats souvent injustes. Une journée grandiose qui rêve de livres, de textes, d'auteurs pendant 24 petites heures. Mais une journée qui fait des cauchemars tous les autres heures de l'année.

On protège un mot, un vers, un chapitre, un livre... mais que lui arrive-t-il vraiment ? Quand on ne le voit pas ? Quand on détourne le regard ? Existe-t-il encore ? Et ça, c'est la question essentielle. Une question de vie littéraire.

Mais certains pièges littéraires sont vitaux à la vie d'une oeuvre. Ne jugez pas le livre, l'auteur, le lecteur, le "citationneur"...  Mais protégez la création... protégez les mots, vos mots...

"Si vous jugez le livre, le livre vous juge aussi" [Stephen King]

Posté par Laila_Seshat à 04:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


09 mars 2013

Je chuchotte un coup de mon coeur

C'est tout bizarre... Une belle coïncidence ! Mais certains diraient qu'il n'y a pas de coïncidence et que ceci est la cause de cela. Et c'est bien évident. C'est normal et y avoir pensé, j'aurais fait cet article sur mon crime littéraire sans coeur bien avant. DC2Bs

Car forcément, trois jours après avoir rédigé l'article en question, j'ai eu un coup de coeur renversant.

Un livre que j'ai refermé en disant "Wow"... ce que je ne fais plus depuis longtemps. Et surtout pour ce genre littéraire.

Car mon vide de coups de coeur est - ou était - compartimenté. Et deux genres étaient particulièrement touchés: les romans policiers et les romans fantastiques. Des pincements de coeur j'en avais presque eus dans d'autres genres... mais pas pour ces deux-là. Et surtout, cela faisait encore plus longtemps que je n'en avais pas eus. Des années et des années... sans avoir pu fermer un roman policier ou un roman fantastique et m'être dit : "Wow, quel roman incroyable". Cela faisait une éternité que je n'avais pas été captivé par l'intrigue d'un roman policier ou inquiété par un roman fantastique.

Mais voilà... c'est arrivé hier ! J'en avais des frissons. Je vous jure. Vous avez peut-être lu le livre et vous êtes surpris. Ou vous lirez le livre et vous ne comprendrez pas. Ça arrive. On ne peut pas avoir tous les mêmes coups de coeur.

Mais je vous le jure quand j'ai lu la dernière page de ce roman, je n'en revenais pas. Non seulement, je l'avais lu en 2 jours, mais je voulais continuer. Je voulais d'autres pages. Et je souhaitais retourner en arrière pour qu'il me reste encore des pages à lire.

Et ce fut une surprise totale. Car j'ai commencé ce livre, il y a deux semaines. J'ai lu les 18 premières pages et je me suis couchée. Je le sais car je n'avais même pas pris la peine de mettre un marque-page, je l'avais cornée cette page, ce qui veut dire que le roman ne m'apparaissait pas comme un roman à conserver précieusement. Conserver ? Probablement. Avec soin ? Non. C'était ok, mais rien qui ne me semblait renversant. Et puis les jours suivants, j'ai lu autre chose.

Avant hier, j'avais besoin d'un petit livre pour mon trajet de train. C'est-à-dire d'un format poche. Il ne me restait que quelques minutes avant de partir alors j'ai pris le livre le plus près et qui était du format adéquat. Celui-ci. Le trajet de train fut trop court. Toute la journée, j'ai pensé au livre et j'avais hâte au trajet du retour. Le soir... j'avais pleins de projets. Que j'ai mis de côté pour lire. Jusqu'à 2h00 du matin. Le lendemain... je n'ai pu que lire et quand j'ai reposé le livre, j'en voulais encore. Trop court, ce livre de 568 pages.

Je prépare mon article parce que pour une fois, je veux le faire tout de suite (oui, j'écris rarement un texte après avoir lu le livre... bon, jamais !) et essayer de transmettre ce qui m'a fait "coup de coeurer" ce roman policier. Parce que ce n'est pas nécessairement le style, l'histoire ou ... bon... je rédige et je vous reviens.

Mais j'annonce officiellement que je vais enfin mettre un "vrai" coup de coeur "récent" sur la table des "Coups de coeur" demain !

(PS - Bon, je regarde mon montage, de la couverture avec le "coup de coeur" et c'est weird... mais je laisse... mais weird...)


Lire aussi: Le chuchoteur de Donato Carrisi

Posté par Laila_Seshat à 20:09 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 juin 2012

Désherber en silence...

Desherber2Désherber... Élaguer... entre les deux, je préfère encore dire le deuxième. Oui, parce qu'enfin, il me semble que dire que je fais du "déherbage" me semble beaucoup trop péjoratif. Comme si j'enlevais la "mauvaise herbe". Car, si souvent - trop souvent - se sont de très "belles fleurs" que l'on doit élaguer !!! 

Alors j'aime mieux dire que je dois faire une évaluation périodique des collections qui entre dans le processus de développement de nos collections. Ouf... Reste qu'il faut élaguer. Parce que la bibliothèque, elle n'agrandira pas de façon magique. Et lorsque chaque mois, je fais la sélection de nouveaux livres, je sais qu'il faudra qu'éventuellement j'en élague presque la même quantité !

Il y a l'élagage continuel... le facile... les livres qui arrivent sur mon bureau parce qu'ils sont en piètre état. Endommagés par les usagers et le temps... les pages déchirées, parfois raturées... les couvertures brisées... les tranches sales et tachées... Et alors, il est facile de prendre une décision: un classique ? un best-seller beaucoup lu ? On le remplace. Ou on essaie de le réparer, le relier... le sauver. Sinon, hop... on l'élague. Bye bye livre. Et puis, il y a les multiples copies. Un livre populaire est souvent acheté en plusieurs copies, histoire de diminuer les listes d'attente pour le prêt. Mais quand la popularité diminue, et bien on élimine les copies. Façon facile et en plus sans culpabilité de faire de la place sur les rayons. Ça, c'est le facile.

Et puis, il y a l'élagage évident... lorsqu'on veut garder à jour une collection. La nouvelle édition du Guide du Routard sur l'Espagne vient de paraître et a fait sa place sur les rayons ? Hop, l'ancienne édition est à l'éliminer. La dernière biographie du pape Jean-Paul II date de 1999, et sur les 7 autres, 4 datent de 1984, 2 de 1985, 1 de 1994 ? On regarde l'état des livres, on en élague quelques uns et on trouve une biographie plus récente. Le livre le plus récent sur l'histoire de la Grèce date de 2005 ? Vite, on actualise le sujet, et on élague les livres trop vieux. Il s'agit de vérifier l'actualité de l'information, la pertinence, etc. Ça, c'est l'évident.

Mais il y a aussi l'élagage qui brise le coeur... Celui qui se fait chaque année et que je viens de terminer, j'ai nommé l'élagage de la fiction. Comme je suis en charge du développement des collections en français, je suis aussi responsable de l'élagage des romans. Et ça c'est difficile... Je le répète, nous sommes vraiment au maximum de notre espace. Donc acquérir de nouveaux livres signifie obligatoirement en éliminer. Et comment, je fais cet élagage ? Je suis notre politique qui précise que l'élagage doit se baser sur l'année de publication, le nombre de prêt et surtout la date du dernier prêt.

Alors, je fais faire une liste... une longue, longue, longue liste de tous les titres comprenant ces renseignements. Je fais retirer des étagères, ceux qui n'ont pas été empruntés depuis 4 ans et on me les apporte par chariots dans mon bureau. Et alors commence l'évaluation individuelle. Est-ce un classique ? Un incontournable d'un auteur reconnu ? A-t-il gagné des prix ? Oui. Alors même s'il n'a pas été emprunté depuis longtemps, il retourne sur les tablettes. Mais si la réponse est non, alors, je dois être intraitable. Bye bye, cher roman.

Mais parfois, ça me brise littéralement le coeur. Je lis le quatrième de couverture... l'histoire semble intéressante. Je lis quelques critiques du roman... toutes excellentes. Soupirs. Et pourtant, le roman a été emprunté 5 fois pendant les premiers mois de son acquisition et après plus rien. Ou alors, il fut trèes emprunté pendant la première année, puis rien depuis 4 ans. Pourquoi ? Pourquoi l'a-t-on oublié ?

Il faut dire que trop souvent, les gens ne dépassent pas les rayons avec les Nouveautés. Donc, une fois que nous enlevons le livre des nouveautés pour le mettre en rayonnage... il disparaît des regards. Et alors, si le roman n'est pas d'un auteur hyper connu ou très populaire... il a besoin d'avoir un sacré bon titre pour que les gens qui vont en rayonnage prennent la peine de le sortir pour au moins lire le quatrième de couverture !

Et alors, nous essayons de les sortir, d'en parler... nous avons une table "Coups de coeur", nous faisons des bibliographies, etc. Et puis, parfois, je triche... quelques uns des romans que je devais élaguer, j'en étais incapable, alors j'ai testé: je les ai remis dans la section "Nouveautés". Et vous devinez, non ? Et oui, ils ont été immédiatement empruntés !!!

Mais je dois élaguer... c'est nécessaire. Alors, je désherbe, impitoyablement. Et il arrive quoi des livres que nous élaguons ? Ils seront vendus par les Amis de la bibliothèque, ou encore envoyés dans des associations à but non-lucratifs. Et ils auront peut-être la chance de vivre à nouveau !!!

Posté par Laila_Seshat à 18:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 février 2012

Questions de bibliographies

La semaine dernière, Allie nous demandait des suggestions de livres ayant pour thème le jardin... Et comme il s'adonne que je suis précisément en train de réaliser une bibliographie pour la bibliothèque sur le printemps et les jardins dans les livres... je me suis dit que non seulement je pouvais lui suggérer quelques titres, mais tant qu'à faire que je pouvais peut-être la mettre ici aussi ! Et puis... tant qu'à faire... je pense mettre les autres aussi... tant qu'à faire.

Mais avant de mettre celle sur les jardins... je tiens à préciser certaines choses. Bilio

Nous utilisons plusieurs façons de faire découvrir nos livres à la bibliothèque. Nous avons des clubs de lecture, des heures du conte, des expositions, des conférences, des listes de nouveautés, des tables thématiques, ... et bien sûr des bibliographies/suggestions de lecture.

Nous en faisons plusieurs par année, et la bibliothèque possédant des collections en anglais et en français, nous en faisons donc dans les deux langues. Je participe à celles en français.

Nos bibliographies en français ont cependant des caractéristiques très précises:

  • Elles doivent avoir des oeuvres de fiction et des documentaires.
  • Les livres doivent, bien sûr, se trouver de notre collection.
  • Les livres doivent être dans la collection des adultes ou des adolescents... pas dans la collection jeunesse (ils font leurs propres bibliographies).
  • Et très important... les fictions doivent être, de préférence, des oeuvres originales en français
  • Les seules traductions inclues sont des livres de langues étrangères (autres que l'anglais). Donc si l'original est en italien, suédois, etc., on peut inclure le livre dans la bibliographie. Nous ne mettons donc, autant que possible, pas de traductions d'oeuvres anglaises. Pas de traduction de l'anglais, sauf si on juge le livre un incontournable. Par exemple, je ne pouvais faire ma bibliographie de Noël sans Le Noël d'Hercule Poirot et Christmas Pudding d'Agatha Christie !!!! [Edit. J'explique pourquoi nous ne mettons pas de traductions anglaises : la bibliothèque a une collection avec beaucoup plus de livres en anglais étant un quartier majoritairement anglophone - quoique ça commence à changer - et nous faisons beaucoup plus de bibliographies en anglais. Avec celles en français nous voulons promouvoir la littérature francophone et étrangère, donc à moins d'un incontournable, on évite les traductions en anglais.]
  • Et finalement, nous avons évidemment une limite d'espace : la bibliographique doit tenir sur un dépliant (format Lettre) et donc une limite de titres.

Donc.... je précise que mes bibliographies seront loin d'être complètes (on a dû faire un choix, toujours question d'espace sur notre dépliant et question que le livre doit se trouver dans notre bibliothèque), ne comprend pratiquement pas de traductions de l'anglais... voilà... j'aime autant avertir pour ne pas recevoir une panoplie de : "tu as oublié, celui-ci ou celui-là" ! Mais si j'ai oublié un documentaire intéressant, une fiction française ou étrangère (encore une fois pas anglaise)... alors là... vous pouvez me le dire, je l'ajouterai pour une prochaine fois !!! Et qui sait, si on ne l'a pas à la bibliothèque, je l'achèterai peut-être !!!

Les bibliographies que nous produisons à la bibliothèque ont des vignettes représentant chacun des livres, la cote pour retrouver le livre dans la bibliothèque et un résumé provenant de notre base de données bibliographiques. Ici, je me contenterai de mettre le titre, l'auteur, l'année et un petit, tout petit résumé... ok ? :D

Ah oui... et je me dois d'ajouter que, malheureusement, je n'ai pas lu tous ces livres... un jour peut-être ! (oui, parce que bon... je passe pas mes journées á lire ! ce qui est bien difficile quand on passe ses journées parmi les livres !)... et si je les ai lus, je ne les ai pas nécessairement aimé ! Et oui !!! L'idée est de faire découvrir des livres aux abonnés sur un thème... de les intriguer, les intéresser. Je ne donne mon avis que s'ils me la demandent.

Posté par Laila_Seshat à 03:49 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 novembre 2011

Et ce salon du livre ?

Quelle journée ! J'étais vraiment exténuée ! Ça ne paraît pas grand chose comme ça, mais deux conférences de plusieurs heures et une ballade parmi tous ces éditeurs, ces livres et ces auteurs, ça use les souliers... et les pieds et le dos.

DSC_2840Vous savez, je ne suis pas certaine cependant que la partie "promenade parmi les kiosques" en vaille vraiment la peine. Je préfère encore aller dans les libraries - indépendantes, si possible - pour faire mes acquisitions. On a une salle juste pour les nouveautés et juste pour les professionnels, on peut s'assoir et feuilleter tranquillement les livres et prendre des notes. C'est beaucoup plus pratique. Après quelques heures à tournoyer dans les rangées, à regarder les livres, etc., j'étais complètement vidée. Et, d'un point de vue personnel, je préfère aussi acheter mes livres dans une librarie.

Pour ce qui est des auteurs qui étaient là... même si Patrick Sénécal était en signature, je ne me suis pas sentie le courage de faire la ligne... Et je me suis rappelée que je ne suis pas particulièrement "fan" en général. Même quand j'adore un auteur, je ne me sens pas le besoin de le rencontrer ou d'avoir sa signature dans mon livre. Mais je comprends pourquoi d'autres le font. C'était quand même spécial de le voir en personne ou de voir d'autres auteurs dont je connais le nom.

En ce qui concerne les conférences, alors là, cela en valait grandement la peine !!! Les deux conférences auxquelles j'ai assistées étaient vraiment très très intéressantes. Elles étaient orientées "lectures jeunesses", et même si ce n'est pas mon "département" (nous avons une bibliothécaire-jeunesse et une bibliothécaire-ado), les discussions ont vraiment été passionnantes.

Mais c'est surtout l'activité du matin qui m'a le plus marquée. C'était sous forme de table ronde que c'est déroulé la conférence, avec un éditeur, une bibliothécaire, et des auteurs, dont Louis Émond, et donc tous dans le milieu de la littérature jeunesse. Le sujet était la lecture chez les garçons et le lien avec la réussite scolaire. Les propos qui ont été tenus autant du côté des participants que de l'assistance étaient vraiment pertinents et intéressants.

Est-ce que les garçons lisent moins ? Est-ce pour cela qu'ils ont de moins bons résultats à l'école? Beaucoup de questions furent étudiées... pas de solutions mais beaucoup d'éclaircissements et plusieurs pistes de réponses. On nous dit beaucoup dans les médias que les garçons ne lisent pas et qu'ils ont de moins bonnes notes. Et on insiste tellement que l'on croit que c'est un fait nouveau. Mais c'est faux. Depuis toujours il y a eu des résultats différents entre filles et garçons. Mais depuis les dernières décennies les filles poursuivent leurs études plus longtemps et donc on note la différence. Mais est-ce une si grande différence ?

Selon les chiffres qui furent donnés pendant la conférence, les écarts se trouvent surtout entre les garçons de milieux favorisés et ceux de milieux défavorisés. Donc, c'est plus une question socioéconomique. Et puis... les garçons lisent... juste différemment.

Louis Émond a donné cette anecdote très "parlante". Alors qu'il visitait une classe, il demande "qui n'aime pas lire? qui ne lit jamais?" Plusieurs mains se lèvent... la plupart des garçons, quelques filles. Puis il demande s'ils lisent des BDs. Quelques mains descendent... s'ils lisent des "documentaires", des livres sur les autos, les volcans, etc... á la fin, il n'y avait plus une seule main de levée. Donc le problème est plutôt ce qu'on appelle lire... Lire n'est pas synonyme de littérature. Les gens ont une idée de ce que devrait être la lecture... une lecture importante... Et pourtant  l'important dans la lecture est de choisir les livres qui nous rejoignent, qui nous parlent, qui nous font envie...

Alors, les garçons lisent, des romans, des bds, des documentaires... Enfin... la discussion fut extrèmement intéressante et remplie d'optimiste. Et j'étais fière de voir qu'à notre bibliothèque on rejoignait vraiment les jeunes lecteurs... de 1 ans à 18 ans... Et les adultes aussi... l'important est de lire, de s'intéresser aux livres (physiques ou virtuels) et à l'information.

Et j'ai quitté la salle avec des images de mon père qui lit ses petits livres que j'appelle affectueusement "tes romans harlequin-westerns"... des petits livres en espagnol, se passant dans le "far-west" remplis d'intrigues répétitives de cowboys et d'amérindiens... pas de la grande littérature, on s'entend là-dessus ! Mais il en lit une dizaine et plus par semaine... depuis toujours... C'est un grand lecteur mon père !

Posté par Laila_Seshat à 01:59 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,


08 novembre 2011

La somme de toute chose

Il y a de ces livres que l'on achète pour lire. Ou pour mettre dans sa PAL, c'est selon ! Mais ils ont potentiellement la chance d'être DSC_3232lus. Et il y a de ces livres qu'on achète et qu'on ne lira pas.

Comme celui-ci. Je l'ai vu sur un présentoir, un certain dimanche après-midi de l'été dernier. Après une superbe journée à se promener sur les routes des Cantons de l'Est, nous avions terminé notre randonnée par un arrêt à l'abbaye de Saint-Benoît-du-Lac. Cela faisait très lontemps que je n'avais pas visité l'endroit et ça nous disait de faire une petite visite. Et puis, on a toujours besoin d'un bon fromage, non ?

Après une petite visite de l'abbaye, nous sommes allés à la boutique. À l'entrée de la boutique, il y avait un petit présentoir rempli de livres de toutes sortes. Quelques livres neufs, mais la plupart usagés. Et parmi ces livres, sa couverture verte m'a fait un clin d'oeil. J'aime bien les vieux livres et j'aime en acheter. Parfois des livres que j'ai déjà lus, parfois d'autres que je compte bien lire un jour.

Je le prends doucement. Il est lourd. Une étiquette rouge sur le dessus. 1$. Je regarde le titre: Summa Theologiae Moralis, III. De Sacramentis par Beneductus Henricus Merkelbach O.P.. 1939.

Un énorme livre en latin, assez vieux. J'aime les vieux livres (je sais, je me répète). Et à 1$, je me dis que je n'ai pas grand chose à perdre ! Alors, le livre prend le chemin du sac, parmi les fromages, les bouteilles de cidre et autres babioles gourmandes.

DSC_3239Une fois chez moi, je commence à feuilleter le livre... mon latin est loin, mais alors là, à des années-lumières de mon cerveau. Mais je peux quand même déchiffrer un peu. Ça jase de sacraments, et donc d'eucharistie, pénitence, d'ordination et de mariage. Intéressant. Et puis, je feuillette la partie sur le mariage, et alors là, je tape des mains (métaphoriquement, car je tiens encore le livre...). Les marges sont remplies de notes.... en latin, en anglais et en français, de trois écritures différentes.... Pleins de passages soulignés, de références et surtout de commentaires... Les pensées des prêtres qui ont possédés le livre... Les passages qu'ils ont jugés importants pour leurs sermons ou leurs conseils sur le mariage... des mots bien de leurs temps... bien catholiques. Il me semble les voir assis à une table, prenant des notes, réfléchissant au mariage...

Et j'aime encore plus le livre. Tous les livres ont une vie, mais certaines vies sont plus évidentes et émouvantes. J'aime voir les livres respirés, les entendre chuchottés.

Le livre m'a coûté 1$. Sans les notes, il vaudrait pas mal plus (c'est un livre quand même assez rare, j'ai fait quelques recherches). Mais avec les notes, il est encore plus précieux pour moi. Sans les notes, il ne serait qu'un vieux livre religieux intéressant et joli dans ma bibliothèque. Avec les notes, il est tout cela, mais maintenant il a une vie que je découvre petit à petit. Je n'ai pas acheté le livre pour lire le texte (je ne pense pas jamais retrouvé assez de mon latin pour cela!) mais maintenant, je me retrouve à tout de même le parcourir...

Ce sont les marges que je déchiffre.

Posté par Laila_Seshat à 03:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

04 novembre 2011

Des lectures et des lecteurs

BobVous savez, quand j'ai ouvert les pages de ce livre virtuel, je me promenais déjà sur les blogs littéraires depuis un temps. J'ai vite découvert un univers fantastique rempli de gens qui se passionnaient pour la littérature, les livres et la lecture.

Petit à petit, j'ai discuté virtuellement avec certains d'entre vous. Je suis assez discrète et je fréquente souvent des lieux sans y laisser de mots. Mais je considère certains endroits comme essentiel à ma vie littéraire.

Pendant plusieurs années ces visites virtuelles et ces échanges furent essentiellement pour discuter livres et lectures, découvrir de nouveaux auteurs, de nouveaux livres. Je n'étais pas toujours d'accord avec les avis mais j'ai adoré découvrir, argumenter, et discuter.

Depuis quelques mois, je travaille à nouveau en bibliothèque. Et parmi mes responsabilités de bibliothécaire, je fais le développement de collection pour les ouvrages en langue française (oui, je suis en milieu bilingue français-anglais).

Le développement de collection était ma spécialisation lors de la maîtrise en Bibliotéconomie et Sciences de l'information, alors j'étais bien heureuse de replonger dans les achats, les évaluations, l'élagage, etc.

Mais faire les acquisitions des livres - fictions et non-fictions -  ce n'est pas facile. Il y a pleins de critères à prendre en compte. Évidemment, les critiques doivent être lues... surtout pour les romans. Et on a pleins d'outils pour le faire... et bien sûr, la "critique" journalistique compte aussi... Mais pas seulement... L'important c'est de ne pas se fier uniquement à sa propre opinion. Et donc, bien sûr que j'achète pleins de livres pour la bibliothèque que je n'achèterais pas pour moi...

Où je veux en venir avec tout ça ??? Et bien... à vous !!! à ceux que je connais et à ceux que je ne connais pas mais que je visite régulièrement...

Vous êtes une de mes principales sources de "commentaires et critiques"... vous m'aidez à faire le tri parmi les critiques, les opinions, les avis... je ne dis pas que je me base uniquement sur vos blogs... pas du tout, mais sans vous, ma tâche serait beaucoup plus difficile. Avec vos textes, j'ai appris beaucoup... quand je suis indécise sur un livre, je vais voir vos avis, et j'arrive à me faire une idée... ce livre plaira-t-il même s'il ne me plait pas ? pourquoi ? vos mots sont là et sont très importants. Les "critiques" officielles sont importantes, mais les avis non-officiels sont tout aussi importants selon moi... la bibliothèque est là pour pleins de gens différents... Sans vous, je serais parfois bien perdue dans tous ces avis qui se contredisent... surtout pour les genres que je connais moins.

Alors merci !!! Merci Suzan (j'espère que tu te soignes !, ma chère dame), Karine :) (ma québécoise toi !), Allie (trop de mercis pour toi), Loutarwen (petite maman, va), L'or des chambres (je te lis toujours mon amie), Lhisbei (you sci-fi girl), Mango, Hélène, Fashion, Marguerite, Jules, Bladelor, Ankya (comment se porte ta caverne?), Ciorane (ta cuisine m'inspire tant, je viens d'acheter des livres sur les bentos !!!), Lou (ma Halloween girl), Lily (on s'ennuie de toi), Lauraoza, Pimpi, Miss Alfie, Charlie Bobine, SeriaLecteur (mon polareux préféré), Cuné, Brize, Fleur, Keltia3, Malorie, Tamara, Sylvie, Yueyin, Valeriane, ..... et un tas d'autres que j'oublie...

Vraiment, honnêtement... MERCI... vos avis m'aident à avoir une idée plus claire des centaines et centaines de livres qui me font de l'oeil mais que mon budget m'empêche de mettre sur nos rayons... Et vive les amoureux des livres qui partagent leur passion dans un monde virtuel mais si réel !!! :D

Posté par Laila_Seshat à 17:21 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 septembre 2011

Terminée, cette lecture étrange.

TM1_copyAlors, elle est terminée cette lecture. Terminée. Plouf et soupirs... Lecture ratée ? Disons... à côté de la cible. Quelques bons passages tout de même, mais que j'aurais aimé lire dans un autre livre.

Le livre se partageait entre une pseudo-intrigue semi-policière teintée de mystère simili-société pas tout à fait secrète qui fricoterait peut-être dans un complot ancien et des retours en arrière sur la vie de vrais et faux personnages qui ont contribué aux bases des sciences de l'information : "inventeur" de la table des matières, premiers encyclopédistes et bibliographes, etc.

Alors, moi je dis, en bon espagnol, "fuera" (dehors) l'histoire du meurtre, de la société secrète et du complot... parce que "ouf" c'était pénible, fort peu crédible et complètement inutile... Et pitié sur la partie "bibliothéconomie", parce que j'ai beau savoir que les méthodes de travail sont parfois différentes entre le Québec et la France, mais là, c'était difficile à croire et certains passages m'ont vraiment attristée. Encore une fois, je me demande vraiment dans quel siècle, l'auteur a fait ses études, bon sang !!!

Je crois en faire un billet tout de même... pas pour tout détruire, mais pour ne pas perdre ma lecture.

Mais avant d'essayer de comprendre un peu plus le roman et de partager mon commentaire personnel... quelques passages qui m'ont fait si rire... (ben oui, on peut bien se faire plaisir un peu aussi ! et puis, je n'ai pas corné toutes ces pages pour rien !!!). Avertissement... les italiques et le gras seront de moi, histoire de bien souligner ce qui a fait lever mes yeux au plafond !!! Et je ne peux m'empêcher d'y aller de mes commentaires ;-)

"Cette personne avait-elle été tuée pour avoir refusé d'avouer le contenu d'un document ? Tels les médecins ou les prêtres, les bibliothécaires ou les documentalistes ont leurs règles, leurs devoirs : le secret est de mise dans la profession." p.9 (Vraiment ! Oui, on suit un code d'éthique, et oui, la protection des renseignements personnels est cruciale... mais refuser de revéler le contenu d'un document !!! c'est de la censure ça!!! page 9, c'est mal parti !!!)

"Attention, danger ! Son odeur est un piège, il sent le goût du grain de blé que l'on mâche enfant pour en faire du chewing-gum, avec un rien de cacahuètes caramélisés" p. 11 [...] Elle avait l'impression que le regard de Lucas coulait sur ses lèvres. Laurette sentait des vaguelettes de frissons un peu partout dans son cou ; elle était la proie d'un courant de rivière qui allait l'entraîner." p. 11 (Oh really, après 30 secondes de conversation ! Suis-je en train de lire un Harlequin ? Et je sais pas, moi, mais une odeur qui me rappelle mon enfance, du chewing-gum et des peanuts... ça ne m'émoustille pas, mais bon, à chacune ses fantasmes... oh et... "il SENT, le GOÛT... hummm)

" - Vous connaissez le dictionnaire de Moreri ? - Un peu, répondit Laurette, c'est un dictionnaire du XVIIe siècle où l'on trouve "les mots et les choses" traités ensemble. [...] Si je me souviens bien de mes cours à l'École des bibliothécaires, je crois que ce dictionnaire a eu beaucoup de succès et à été plusieurs fois réédité." p.103 (Et si je me souviens bien mes cours de bibliothéconomie, on ne perdait pas trop notre temps sur l'histoire des dictionnaires anciens. Oui, c'est très intéressant et on avait un peu d'histoire de la profession, mais il y a tant de choses à apprendre que les dictionnaires anciens n'étaient pas la priorité.)

"Elle était prise, lui dit-elle, d'une envie terrible de se soulager ; elle s'enfuit derrière un bosquet et il entendit le son délicieux d'un petit jet dont le bruit tenace se prolongeait, long comme un ruban d'eau courante qui sortirait d'un gros gobelet et n'en finirait pas." p.174 (sans commentaire... ou plutôt si, je vais devoir meiux écouter la prochaine fois que je vais aller aux toilettes)

"- Mademoiselle Lerbier, baissez votre voix. Combien de fois faudra-t-il vous le dire. Taisez-vous ! Les yeux de la bibliothécaire lançaient des flammes bleues comme celles d'un camping-gaz" p. 214 (Oh dear... quel cliché, il ne manque que le chignon et l'index sur les lèvres... chuttt... "flammes bleues comme celles d'un camping-car" je commence à croire que c'est fait exprès... et ça me fait trop penser "aux yeux noirs comme des poèles à frire"  dans un épisode des Flintstone!!! oui, oui, le poème que Fred avait écrit à Wilma ! )

"- Est-ce un nouveau système de classement ? - Non, plutôt un ancien : on a repris la classification Dewey d'avant Olet" p.240 (Je n'ai même pas pris la peine de mettre le reste car j'aurais dû mettre les deux pages entières qui suivent... la condescendance dans cette phrase est palpable... et pour la forme.. cet "ancien" système est encore utilisé dans des milliers de bibliothéques. La classification décimale universelle est intéressante mais loin d'être la meilleure - comme ces pages le laissent entendre. Oui, ça c'est un soupir de bibliothécaire.)

"Lucas se précipitait vers Laurette, la débâillonna, lui enleva ses liens et se pencha vers elle, le visage confiant : - J'ai eu peur ma fine mouche, tu était scotchée ! Laurette battit ses longues jambes, étira ses bras, lui attrapa la nuque et l'attira à elle pour l'embrasser." p386 (Alors là... quand je viens de frôler la mort, je ne pense qu'à battre mes longues jambes, non mais, c'est qu'il faut sauter au cou du mec, et hop, on oublie qu'on a été torturé... oui, je donne des "punchs".)

Et je passe, un nombre incalculable de pages cornées... d'autres soupirs harlequinesques, le mot archives au singulier, les métaphores à toutes les deux phrases (Philippe Mérières glissa vers elle son regard comme une étoffe soyeuse déroulée par la main experte d'un vendeur habile, p.242), les commentaires sexistes ou si clichés qu'on a de la difficulté à croire qu'ils sont sérieux, les commentaires sur les gynécologues, le vouvoiement de la dame et le tutoyement du monsieur, le sauvetage à la fin, la secte de vierges, ... enfin c'est sans fin...

Mais... voilà... il me faut en faire un billet... je veux approfondir la chose ! à venir donc ! :D

09 mars 2011

Non, non, non... pas Scarpetta

J'adore les romans de Kathy Reichs et j'adore le personnage de Temperance Brennan. J'ai commencé à lire les romans de Reichs bien avant que la série Bones ne soit créée.

Quand en 2005, la série américaine Bones a été annoncé, j'étais très exitée ! J'avais très hâte de voir comment on avait adapté les romans et de voir les personnages prendre vie. J'adore les émissions policières et le tout me semblait très prometteur. Je dois avouer que lorsque j'ai vu la première émission, j'étais non seulement déçue mais enragée. Et je n'ai pas écouté les émissions suivantes. Je m'attendais à voir les romans de Reichs et il faut dire qu'on est loin de ceux-ci. Car mise à part le nom du personnage, la série n’est pas une transposition des romans de Reichs.

L’action ne se déroule pas entre Montréal et la Caroline du Nord. Elle est située exclusivement à Washington D.C. et on ne retrouve aucun des autres personnages. Le personnage même de Brennan diffère énormément du personnage du livre sur plusieurs points. Les deux œuvres sont donc complètement différentes. Les seuls points communs étant l’anthropologie judiciaire et le nom du personnage principal.

Lors de cette première émission, je ne pouvais croire qu'on avait transformé à ce point le personnage de Brennan... elle était beaucoup trop jeune. Et où était Ryan ? L'agent Booth devait-il le remplacer ? Ce fut un choc... Mais comme j'aimais bien les acteurs, j'ai repris la série. Et aujourd'hui, j'adore autant la série que les livres. J'ai réussi à dissocier complètement les deux oeuvres. Disons, que le fait que le personnage principal se fait appelé "Bones" aide un peu ! Je trouve même drôle, les clins d'oeil à Reichs, notamment dans le nom du personnage principal des romans de Bones ! Et je peux voir un peu du style de Kathy Reichs dans la série....

Mais si j'aime la série, j'ai encore beaucoup de difficulté à comprendre tous ces changements. Ou plutôt... je les comprends mais ça m'enrage de voir que pour s'assurer du succès de la série, on ait rajeuni à ce point le personnage. On a aussi éliminé son ancien mari - à la fois si sympathique et enrageant - et surtout on a éliminé sa fille ! Et où est son chat Birdie ? NonEt les personnalités des deux personnages sont si différents ! J'ai lu que le personnage de Temperance "Bones" Brennan n'était pas calqué sur le personnage de Temperance "Tempe" Brennan, mais plutôt sur l'auteur elle-même. Je veux bien... mais alors pourquoi lui donner le même nom ??? Non, vraiment... pourquoi ?????

Enfin... tout ça pour dire que cela me choque tout de même et qu'à chaque fois qu'un nouveau roman de Kathy Reichs paraît, ce questionnement revient... Et tout ça pour dire que... je viens de lire que les romans de Scarpetta seront adaptés au cinéma et que c'est Angelina Jolie qui interprétera le rôle de Kay Scarpetta !

Non, non, non... J'aime bien Angelina Jolie (enfin la plupart du temps) mais Kay Scarpetta !!! Really ???? Bon sang... c'est encore pire que pour Brennan ! Enfin, reste à voir ce qu'ils feront des autres personnages - s'ils sont même présents !

Me semble que quand les romans d'Agatha Christie ont été adapté au cinéma et à la télévision, ils n'ont pas remplacé Poirot avec un jeune homme tout mince et que Miss Marple n'avait pas 30 ans !

On en est vraiment au point où on n'ose pas prendre le risque qu'une anthropologue judiciaire (qui soit-dit en passant demande de longues années d'études et d'expérience) soit une femme mature près de la cinquantaire. Il faut absolument la  transformer en une belle jeune femme dans la trentaine ? Les cotes d'écoutes et les ventes de billets de cinéma seraient à ce point désastreuses ?

Soupirs !!!!

Posté par Laila_Seshat à 03:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

14 janvier 2011

Et il faut recommencer... allons-y pour un Top10

Bon, je l'avoue... j'ai du temps. Mes soirs ne sont plus envahis par les travaux et le dépaquetage de boîtes. Oh, nous n'avons pas fini et il reste encore beaucoup beaucoup de choses à faire... mais le gros coup est donné et on a décidé de prendre le mois de janvier relax... et recommencer petit à petit.

Books02_619x685_copyLes lectures et l'envie d'écriture sont revenus. Mais je bloque... je ne sais plus trop comment recommencer à écrire. Donc, j'ai décidé de tricher un peu et d'y aller avec la facilité... il y a quelques mardis, j'ai vu passé un Top 10 et je me suis dis que ça serait une façon intéressante de me lancer à l'eau. Ok, nous ne sommes n'y mardi et ce Top Ten date de quelques semaines... mais bon, j'ai déjà avoué que je trichais un peu, alors...  Et en plus... apparemment que ce Top Ten est un peu une petite tricherie avec les vrais Top Ten... enfin, je m'y perds un peu, mais on d'autres l'expliquent superbement... ;)

Donc, voici mon Top Ten "Les livres qu'on a lus et relus" - qui j'avoue n'est pas si facile que ça ! Parce que des livres que j'ai lus et relus, ben, y'en a un char pis une barge, comme on dit ! Surtout par plaisir, parfois par obligation (études littéraires obligent) et souvent pour les deux... 

10. En attendant Godot /
Samuel Beckett

Je crois avoir lu En attendant Godot au moins 3 o 4 fois, en plus de l'avoir vu au théâtre et en avoir joué des extraits dans un cours de théâtre. Je connais des extraits par coeur et quand je lis la pièce, je fais encore parfois certains gestes. Ma première lecture fut un véritable coup de foudre.

9. L'avalée des avalés /
Réjean Ducharme

J'ai deux exemplaires de ce livre. Une vieille édition que j'avais acheté pour à peine 2 $ et qui est toute usée par de nombreuses lectures: les miennes et celles d'autres lecteurs. Le livre tombe littéralement en morceaux, les pages sont jaunes, rugueuses et elles sentent le vieux livre. J'ai donc acheté une nouvelle édition du roman, mais sans pouvoir jeter la vieille... Elle a trop de vécu et de bons souvenirs... et en plus ça s'adonne que c'est une 1ère édition de ce roman que je lis régulièrement quand j'ai envie de jouer avec les mots.

8. Perceval ou le Roman du Graal / Chrétien de Troyes

De tous les romans de la Table Ronde, ce roman inachevé de Troyes demeure mon préféré. Je l'ai lu et étudié, j'ai rédigé des analyses et je l'ai relu... J'aime le fait qu'il soit inachevé, et tout le mystère qui plane sur les intentions de l'auteur. J'aime les conjonctures, les hypothèses et ses suites pas toujours heureuses.

7. Pride and Prejudice / Jane Austen

Mais oui... j'ai aussi lu et relu Jane Austen. De tous ses livres c'est celui que j'ai lu le plus grand nombre de fois et c'est celui que je visionne sans arrêt - avec Colin Firth, bien entendu ! Et si je n'ai pas encore commenté un livre d'Austen ici, c'est que tant d'autres l'ont fait que cela me gêne un tout petit peu ! J'adore ce roman et chaque fois que l'ouvre pour le lire (pas toujours en entier, souvent juste des passages) j'y découvre quelque chose de nouveau !

6. Viou /
Henri Troyat

Alors là... cette Viou, je l'ai tellement lu et relu que je ne prends pas la peine de compter. J'aimais tellement ce roman quand j'étais petite et j'ai déjà parlé de mon expérience de lecture une fois, je ne vous lasserai pas en la réexpliquant ! Et finalement, je l'ai encore feuilleté quand je l'ai sorti de sa boîte, il y a quelques semaines... évidemment !

5. Little Women / Louisa May Alcott

J'avoue que je n'ai pas lu Little Women avant mes 20 ans... avant je lisais Les Quatres filles du Docteur March ! Et ses suites... et j'ai vu les films encore et encore à diverses époques et avec différents acteurs. Je ne peux dire que j'aimais beaucoup Amy, et j'en veux toujours à Jo et à Laurie, et je rageais toujours aux mêmes endroits et les larmes me viennent toujours aux yeux encore aujourd'hui.

4.  The Outsiders / S.E. Hinton

Je ne calcule plus le nombre de fois que j'ai lu et vu ce film ! 20-30 fois ? Peut-être plus !
Les mots de S.E. Hinton ont marqué la jeune adolescente que j'étais lorsque j'ai vu le film tiré de son livre pour la première fois. Et ses mots m'ont encore conquise lors de la lecture de son oeuvre. Encore aujourd'hui, je ne peux voir le film sans aller me plonger dans le livre. Il est si court - trop court - que je le relis à chaque fois.

3.
Les Malheurs de Sophie - Les Petites filles modèles - Les Vacances / La Comtesse de Ségur

Disons que je les ai lus souvent. Je dis cela car enfin... je les ai lus plus que souvent ! Ils sont encore dans un tiroir bien à l'abri et il m'arrive de les feuilleter. C'est mon enfance, ces trois petits livres. Oh, j'avais bien d'autres livres de la Comtesse, mais ce sont ceux que j'ai lu le plus souvent. Et qui ont marqué le plus ma jeunesse. Je me rappelle vaguement avoir vu des images à la télé des Malheurs de Sophie, mais ce sont véritablement les livres qui m'ont marquée.

2. Le Survenant / Germaine Guèvremont

J'ai hésité ici... Le Survenant (que j'ai lu et relu) ou les Poésies complètes de Nelligan (qui ne cède pas sa place comme livre lu et relu !). Mais comme le Survenant demeure encore trop souvent un incompris, j'ai choisi ce roman. On ne parle jamais assez de ce magnifique roman !

1. Agatha Christie

Encore et encore et encore... j'ai exactement 80 petits livres d'Agatha Christie et je les ai tous lus et relus un nombre horrifiant de fois ! Et c'est sans compter quand je les empruntais à la bibliothèque pendant mon adolescence ! Et je continue toujours à en relire. Parfois quand j'ai une panne de lecture... je me tourne vers mes incontournables ! Et le goût revient. Même si maintenant, après toutes ces lectures, je connais pratiquement toutes les histoires par coeur (je peux même vous dire quand elle reprend certaines idées d'un roman à l'autre ;))... je ne me lasse jamais de les relire. Et maintenant, je veux les acheter et lire en anglais... J'aime absolument tout de ces romans !

Ouf... c'était finalement très difficile tout ça... et j'aurais pu faire un Top 50 de mes relectures. J'aurais pu mentionner Moi, Christiane F, que j'ai aussi lu des dizaines de fois et qui m'a vraiment troublée... Ou encore Different seasons de Stephen King que je lis et relis... ou Gigi de Colette, ou tous les Tolkien, ou, ou, ou.... oh il y en a trop ! Et moi qui court après mon temps pour lire les livres de ma PAL... ;)  Tant pis... je m'en vais me chercher un Agatha, tiens !

Posté par Laila_Seshat à 11:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,