09 juin 2009

Petit lexique des idées fausses...

Petit lexique des idées fausses sur les religions /iddes. -- [Paris] : Albin Michel, [2004]. -- 247 p. ; 18 cm. -- ISBN 2-253-10988-6. -- (Coll. Livre de Poche, no30183)

Quatrième de couverture


Depuis toujours les idées fausses ont proliféré dans le domaine où elles sont le plus pernicieuses, porteuses de haines et de malentendus : celui des religions. Elles concernent alors le noyau identitaire de chaque culture, et sont si bien enracinées qu'il semble impossible, surtout en un temps où les mots religieux envahissent l'actualité la plus guerrière, d'aborder rationnellement ce terrain explosif. C'est pourtant ce que fait ici Odon Vallet, enseignant à la Sorbonne et à l'université Paris-VII.
Après le succès de son Petit lexique des mots essentiels, il explore le champ religieux en scientifique, en historien, en amoureux des langues, corrigeant les approximations de vocabulaire véhiculées par la rumeur ou les médias, qu'il s'agisse du voile prétendument islamique, de la laïcité ou de l'antisémitisme.
Il s'applique aussi à prendre en défaut, sans concession aucune, les lieux communs du "religieusement correct" sur le pacifisme bouddhiste, la tolérance protestante ou la "culpabilité judéo-chrétienne". Il montre enfin comment certaines confusions cachent de réelles difficultés auxquelles il nous invite à ne pas nous soustraire, pour faire reculer l'intolérance et l'ignorance.

L'auteur

Odon Vallet est né en 1947 à Paris. Sa mère est infirmière. Son père est Jean Vallet qui a dirigé la compagnie d'assurance GPA-Athéna. Il laissa à sa mort en 1989, plus de 50 millions d'euros.

Odon étudia dans diverses écoles de Paris. En 1964, il ira à Briançon pour étudier au lycée d'altitude, différents sports comme le cyclisme et l'alpinisme. En 1970, il obtient un diplôme en Sciences Politiques. Il poursuit ensuite ses études à l'École nationaleiddes2 d'administration à Paris. En 1973, il devient maître des conférences à Science Po (IEP Paris), poste qu'il occupera jusqu'en 1989. En 1985, il obtient un doctorat en droit et sciences des religions. À la même époque, il obtient un poste de chargé de cours à Paris, aux Universités Paris I et IV. Il voyage aussi alors beaucoup et visitera l'Asie.

En 1994, il obtient son doctorat en sciences des religions. Il continue d'enseigner, principalement la culture générale et le droit public. En 1999, il crée la fondation Vallet, qui distribue environ 300 bourses d'études par années principalement en France, mais aussi au Bénin et au Vietnam. Il créa cette fondation grâce à la fortune qu'il a hérité de son père. Il est également administrateur de la Société des lecteurs du Monde (SDL); il y siège depuis 2002. Il est également administrateur de nombreux groupes.

Parallèlement à ses activités d'enseignement et d'administrateur, il écrit nombres d'ouvrages, principalement sur les croyances religieuses et les religions, ainsi que sur l'analyse politique. Mais il écrit également sur différents sujets.

Bibliographie partielle

  • Les Hautes-Alpes : hommes et nature en montagne, (1975 )
  • Culture générale (1988)
  • L'École ou De la vanité considérée comme un mode de gouvernement (1991)
  • Femmes et religions (1994)
  • L'État et le politique (1994)
  • Les Religions dans le monde (1995)
  • L'affaire Oscar Wilde ou Du danger de laisser la justice mettre le nez dans nos draps (1995)
  • Les grandes religions d'aujourd'hui (1998)
  • Le Honteux et le Sacré (1998)
  • Qu'est-ce qu'une religion ? (1999)
  • Jésus et Bouddha (1999)
  • Une autre histoire des religions (2000)
  • Le Cantique des cantique (2000)
  • Hymnes à la Terre-Mère (2000)
  • Hymnes au masculin (2000)
  • Dieu a changé d'adresse : propos d'un pharisien libéré (2001)
  • Petit Lexique des mots essentiels (2001)
  • Petit Lexique des idées fausses sur les religions (2002)
  • L'Évangile des païens : une lecture laïque de l'évangile de Luc (2003)
  • Petit lexique des valeurs fausses sur les religions  (2004)
  • Petit lexique des guerres de religion d'hier et d'aujourd'hui (2004)
  • Dieu a changé d'adresse  (2004)
  • Corps Divins (2006)
  • Dieu n'est pas mort... mais il est un peu malade (2007)
  • Dieu et le Village planétaire (2008)

Commentaires personnels

Ce Petit lexique des idées fausses sur les religions se lit rapidement et sans effort ! Une lecture agréable et essentielle ! Les religions semblent vouloir rester au centre de nos préoccupations, même aujourd'hui. Qu'on soit religieux ou non, qu'on soit croyant ou non... les religions font parties de nos vies et de l'actualité.

Mais nombreuses sont les fausses idées, les préjugés, les mauvaises conceptions sur les religions. On connait des demi-vérités, des légendes, des stéréotypes ; on répète ce qu'on nous répète et on finit par croire et prendre comme vérité des idées complètement fausses ou détournées de leur sens premier. Parfois ces fausses idées proviennent de malentendus, de peurs du non connu, mais aussi de la haine et du rejet des autres religions... Ce qui est étrange, inconnu, mystérieux, bizarre, hors de nos repères, peut parfois sembler incompréhensible et être mal interprété. Et surtout on oublie... on oubli le pourquoi, le comment, le qui... on oublie les origines, les raisons derrières certaines traditions, certaines coutumes. Notre propre culture religieuse est parfois très loin au fond de nos mémoires... imaginez alors pour les cultures religieuses étrangères ! Et il ne faut pas oublier que parfois les raisons derrières certaines coutumes religieuses sont lointaines. Et se perdent dans la nuit des temps. Elles n'ont plus de bases dans nos réalités modernes et nous semblent donc bien étranges.

Odon Vallet dans son ouvrage se penche sur environ 70 idées reçues sur les grandes religions et courants spirituels. Et il tente de les expliquer et de rétablir les faits. L'ouvrage se présente sous forme de lexique alphabétique. Chaque chapitre analyse un mot en relation avec un concept religieux : Amour, Athéisme, Castes, Circoncision, Excision, Génocide, Immaculée Conception, Kâma Sûtra, Moïse, Noël, Orthodoxe, Pape, Péché originel, Peuple élu, Réincarnation, Résurrection, Sectes, Tantrisme, Vaches sacrées, Voile, Zen... voici quelques uns des sujets abordés qui nous font réaliser à quel point on croit savoir et connaître ces thèmes mais qu'en fait souvent on ne fait que généraliser et répéter ce qu'on a pu lire dans les journaux. Nos conceptions sont souvent erronées, parfois biaisées, presque toujours incomplètes.

Le style de l'auteur est clair, précis, bref. Parfois un peu court, mais toujours étoffé. On nous présente une analyse du sujet - parfois on note une touche personnelle, mais généralement cela reste très objectif comme étude - avec des perspectives historiques, sociologiques, mythologiques, étymologique... L'auteur cherche à toujours remettre en contexte une coutume, une tradition, un geste. Et surtout, il ne prétend pas donner la "vérité". Il explique, explore, remet en perspective, mais ne donne pas toujours une réponse claire et nette. Vallet nous offre un ouvrage court mais sérieux.

Et voilà mon gros reproche au livre: il est trop bref ! Trop peu de mots explorés, trop peu de contextes et d'analyses offerts... C'est un un sujet vaste et avec cet ouvrage, on ne fait qu'effleurer quelques sujets légèrement - mais sans toutefois tomber carrément dans la vulgarisation. C'est une ouverture à aller plus loin. À remettre en question nos idées reçues et à apprendre et comprendre les religions et cultures de ce monde.

Une lecture passionnante et enrichissante !!!

Extraits

" "L'Immaculée Conception est la conception miraculeuse de Jésus"

C'est une double erreur riche de sens. L'Immaculée Conception ne concerne pas Jésus puisqu'elle s'applique à Marie dont la conception fut, e plus, tout aussi charnelle que celle de tous les humain. Mais cette confusion entre la mère et le fils fut largement entretenue par un culte de la Vierge mariolâtre et oeudipien.

L'Immaculée Conception est l'absence de péché dont aurait bénéficié la mère de Jésus depuis l'instant de sa conception par un homme et une femme que les évangiles canoniques ignorent mais que les évangiles apocryphes (notamment le protévangile de Jacques) nomment Anne et Joachim." p. 95

" "Le paradis est une création de la Bible"

Le mot paradis est une invention iranienne et non biblique. Mais la Bible a transformé cette innovation et en a retiré un droit de propriété intellectuelle. Les Iraniens avaient créé le paradis sur terre, les juifs le paradis au ciel et l'Iran s'est fait voler son paradis." p. 150

Sources à consulter

Posté par Laila_Seshat à 01:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


08 juin 2009

Vous croyez que le temps passe ?

FuiteDonc, le temps passe. Et même si parfois, j'ai la vague impression qu'il me glisse entre les doigts, je suis relativement sereine avec les années qui sont derrière moi.

J'aimerais parfois retourner à de plus jeunes années. Ces années où il n'y avait pas tous ces plis autour de mes yeux. Mais chaque année a eu sa part de soucis et sa part de moments doux. Et si aujourd'hui je souris devant les préoccupations d'avant, peut-être ferais-je de même dans 10 ans en me rappelant les soucis d'aujourd'hui.

Quand une date passe sur le calendrier et oblige nos amis et notre famille à nous souhaiter pleins de choses heureuses et banales... on ne peut parfois s'empêcher de réflexionner sur le temps qui passe.

Et je crois qu'il passe parfaitement... à une vitesse normale. Je ne suis pas éternelle... juste temporelle. Et j'aime bien ce temps qui ne s'arrête pas. Il sait exactement à quelle vitesse filer. Il ne reste qu'à nous, de le suivre et de le comprendre et surtout d'apprécier chaque âge et chaque moment. Même les difficiles.

Bah... je deviens philosophique avec le temps, je crois... ;)

Posté par Laila_Seshat à 13:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07 juin 2009

Le moment captif d'un dimanche - Des jours et des années

Fuite2"C'est à tort que les hommes se plaignent de la fuite du temps, en l'accusant d'être trop rapide, sans voir qu'il s'écoule à la bonne vitesse" [Léonard de Vinci]

J'oublie souvent de prendre le temps de laisser passer le temps tranquillement. Tout va toujours trop vite. Et depuis quelques années, il me semble que tout va encore plus vite.

Je me souviens de l'éternité que les mois prenaient pour arriver enfin à l'été... je me souviens que je calculais que j'aurais 29 ans en l'an 2000 et que cela me semblait impossible... Impossible qu'un jour nous arriverions à l'an 2000 et impossible d'être un jour si vieille !

L'an 2000 est arrivé et mes 29 ans sont loins derrière moi... il me semble que j'étais bien jeune quand nous avons fêté le passage du millénaire !

Les semaines se terminent à une vitesse folle: les dossiers à terminer, les courses à faire, le ménage à rattraper, les choses à faire avant les vacances... qui arrivent rapidement... mais où va donc le temps ? Il me semble courir sans arrêt. Je voltige entre deux minutes et j'essaie de pourchasser les heures qui virevoltent dans mon quotidien.

Le temps passe. Il aime donner l'impression qu'il s'enfuit, qu'il ne nous laissera pas le temps de faire tout ce qu'on voudrait accomplir. Mais il ne fait que passer. Ni rapidement, ni lentement... et il se laisse attraper si on prend le temps de l'écouter. Il m'arrive parfois, pas souvent, de ralentir et même d'arrêter, et de prendre le temps de perdre mon temps. Je culpabilise presque toujours ensuite... c'est dommage. Il ne faudrait pas. On a tout à fait le droit de laisser couler les minutes et de les regarder doucement fondre. Tout à fait le droit.

"Mon passe-temps favori, c'est laisser passer le temps, avoir du temps, prendre son temps, perdre son temps, vivre à contretemps" [Françoise Sagan]

Posté par Laila_Seshat à 22:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 juin 2009

Les archives de Pauline : Pauline à la plage

C’est Pauline à la plage. Elle vit à Montréal depuis quelques années maintenant. Mais elle part parfois la fin de semaine; de Pauline___la_plage1retour au village qui l'a vu grandir.


À quelques minutes du village de son enfance, il y a le terrain près du lac. Sur ce terrain, ces parents ont une cabane. Un jour, ces parents prévoient quitter Montréal, pour revenir dans ce village et bâtir sur ce terrain une maison, où ils passeront leur retraite. Sur le bord du lac de Massawippi.


Les jours chauds d'été, toute la famille profite de ce terrain sur le lac... pour venir voir un peu du soleil, loin de la ville. On arrive le matin, on s'installe sur le terrain et on prend du soleil en mettant parfois son orteil à l'eau.


Je n'aime pas particulièrement aller à la plage. Je trouve le temps long... le soleil trop chaud... l'eau inquiétante... et il y a toujours un pli sur mon ventre que je n'aime pas.


Les moments au soleil de ma mère que j'ai connus, ne ressemblaient pas au moment paisible de cette photo. Elle détestait l'eau. Elle détestait se mettre en maillot de bain. Elle détestait le sable qui s'infiltrait partout et qui ne voulait plus quitter les racoins qu'il avait envahi. Elle avait déjà aimé le soleil, mais elle ne le supportait plus qu'avec difficulté. Elle détestait avoir chaud. Elle détestait les gens couchés un peu partout, toujours trop proche, d'elle. Et surtout, elle détestait les plis sur son ventre.


J'adore la mer. J'adore la plage. J'adore l'odeur du sel et du sable. Mais, je dois avouer que je n'aime pas la plage. Je n'aime pas avoir chaud. Je n'aime pas le sable qui s'empare de tout. Je m'impatiente. J'essaie de lire. Je reste sous le parasol. Je vais rapidement dans l'eau, toujours craintive des choses que je vois pas et toujours attentive à toucher le fond. J'essaie de ne pas me mettre près des autres... pour toujours pouvoir écouter les vagues venir me dire pourquoi j'aime la plage.


Et je regarde les plis sur mon ventre. Je pense au ventre de ma mère. Qu'elle n'aimait pas. Ni ses cuisses. Ni ses bras. Pauline n'aimait pas la plage. Mais je me rappelle le sable chaud et doré. Je me souviens des châteaux chambralants que je contruisais. Puis la course vers ma mère qui m'appelait... Et ses bras qui m'enveloppaient d'une grande serviette. Je posais ma tête sur ses cuisses et j'écoutais les vagues... Et alors j'aime la plage.

Posté par Laila_Seshat à 22:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 juin 2009

L'Univers féerique de Brasey

L'univers féerique / Édouard Brasey. -- [Paris] : Pygmalion, [c2008]. -- 863 p. ; 21 cm. -- ISBN fee978-2-7564-0188-1

Ce volume rassemble les titres suivants, parus aux éditions Pygmalion / Gérard Watelet à Paris: C1999, Fées et Elfes; c1999, Nains et Gnomes; c1999, Sirènes et Ondines; c2000, Géants et Dragons; c2000, Sorcières et Démons.

Quatrième de couverture

Grand connaisseur du monde féerique, Édouard Brasey est parti sur les traces de créatures fascinantes, partout où on les rencontre, dans les contes et les mythes, le folklore, les chroniques locales, les recueils anciens. Ce volume nous révèle absolument tout sur ces êtres, bienfaisantes ou maléfiques, insouciants, espiègles, redoutables, parfois cruels, qui habitent le monde de nos rêves: leur histoire, leur habitat, leur habillement, leurs secrets, leurs amours et les croyances dont les hommes les entourent. Largement popularisés par la littérature fantastique, la bande dessinée et le cinéma, ils continuent pa susciter notre fascination et leurs aventures nous donnent bien souvent des leçons de vie.

Vous saurez donc tout sur les fées, les elfes, les sorcières, les démons, les loup-garous, les vampires, les succubes, les incubes, les lamies, les goules, les sirènes, les ondines, les naïades, les océanides, les nymphes, les roussalkas, les marimorgan, les vouivres, les nixes, la lorelei, les géants, les dragons, les ogres, les dracs, les tarasques, les coulobres, les nains, les gnomes, les lutins, les gobelins, etc.

L'Univers féerique nous invite à une passionnante et troublante plongée dans les mystères de l'imaginaire.

L'auteur

fee2Édouard Brasey est né à Marseille, en France, en 1954. Il étudiera tout d'abord en politique et en droit pour finalement faire des études en sciences économiques. Il travaillera dans un cabinet d'audit américain pendant quelques temps puis se dirige vers une carrière de journaliste économique. Il écrira également comme journaliste littéraire pour le magazine Lire.

En 1984, il obtient un DEA en études cinématographiques. À cette même époque, il commence à écrire quelques essais. Il se lance également dans l'étude et la l'écriture de contes.

Il devient rapidement un spécialiste des contes, mais également du monde imaginaire des êtres féeriques qui peuplent les contes. Il continue d'écrire des essais et des contes, mais se lance également dans la rédaction de romans largement inspirés des mythes, contes, légendes, folklores de divers pays. Tous ces écrits sont toujours le fruits de nombreuses recherches et études.

Parallèlement à ses activités d'écrivain, il est également reconnu pour ses talents de conteur et conférencier. Il fut également figurant dans divers films. Il présente encore aujourd'hui de nombreux spectacles de contes, participe à des émissions de télévision, dirige une collection de contes,, de traités ésotériques, etc., présente des conférences, voyage beaucoup et continue d'écrire, particulièrement sur le monde des fées. Il vit présentement à Paris.

Bibliographie partielle (bibliographie complète sur les sites de l'auteur)

  • L'effet Pivot (1987)
  • Quand le ciel s'éclairera (1994)
  • Enquête sur l'existence des anges rebelles (1995)
  • Le Voeu d'étoile (1996)
  • Ça s'est passé en Haute-Provence (1997)
  • Rue de l'oublie ou Les ombres d'Istambul (1998)
  • Fées et Elfes (1999)
  • Nains et Gnomes (1999)
  • Sirènes et Ondines (1999)
  • Géants et Dragons (2000)
  • Sorcières et démons (2000)
  • La Lune, mystères et sortilèges (2003)
  • Les loups de la Pleine Lune - Carnet retrouvé dans un manoir en ruines (2005)
  • Les Univers de Jules Verne (2005)
  • L'Univers féerique (2008)

Le site de l'auteur, son blog, son MySpace et sa page Facebook...

Commentaires personnels

Édouard Brasey est un auteur prolifique. Il écrit beaucoup, sur divers sujets. Mais ses sujets principaux demeurent les thèmes ésotériques, notamment, les peuples féeriques, les mythes et légendes et les êtres surnaturels. Bien que certaines de ces oeuvres sont très vulgarisées et générales, on ne peut lui reprocher un manque de recherche. Brasey semble beaucoup se documenter sur les sujets qu'il choisit.

L'Univers féerique est en fait une réedition en un seul volume de 5 ouvrages qu'il a d'abord publié séparément: Fées et Elfes (1999), Nains et Gnomes (1999), Sirènes et Ondines (1999), Géants et Dragons (2000) et Sorcières et démons (2000). Ces ouvrages ne semblent plus disponibles séparément.  Le recueil traite donc des différentes catégories d'êtres féeriques que l'on retrouve dans les contes, les légendes et les mythes. L'auteur nous présente brièvement les êtres dont il sera question dans la section, puis nous rapporte des histoires, des légendes, des anecdotes les concernant, dans un désordre total. On passe de références dans des livres anciens à des contes connus, puis on nous présente une légende régionale ou un mythe commun... On passe d'analyses de textes médiévaux à la relation de contes. On rapporte d'antiques légendes mais aussi des légendes récentes et modernes. Les êtres féeriques font parties de l'imaginaire de nos ancêtres mais aussi de notre époque moderne. Bien que la plupart des informations proviennent de la France, on nous propose aussi des histoires de l'Europe et d'autres parties du monde - mais trop peu... cela reste très français comme ouvrage.

Le livre semble parfois un peu long. Je dois avouer que j'ai parfois trouvé la relation d'histoires ou de contes, un peu longue. Certaines histoires moins intéressantes que d'autres et surtout elles n'apportaient aucune nouvelle lumière sur l'être féerique dont on traitait dans le chapitre. J'aurais aimé un peu plus d'information sur les origines de ces êtres qui peuplent nos contes et légendes, sur leurs significations, leur symbolisme...

On nous parle donc de fées, d'elfes, de sirènes, de dragons... Cependant, on doit souligner que l'ouvrage n'étudie pas en profondeur les origines des mythes ou la nature des ces êtres "imaginaires" ou non... On se penche plutôt sur les les histoires, les légendes, les contes, le folklore...  Les gens semblent avoir toujours cru en des êtres féeriques et ils semblent que ces croyances ne sont pas tout à fait disparues du folklore contemporain !

Extraits

"On les appelle les Bonnes Marraines, les Dames Blanches, Noires ou Vertes, les Bienvellantes, les Bonnes et Franches Pucelles, les Fileuses de Destin, les Lavendières de Nuit. Elles font partie du pPetit peuple, que l'on nomme aussi les Bons Voisins, laPetite Noblesse, le Peuple de la Paix ou les Habitants des Collines.

Les expressions imaginées ne manquent pas pour désigner ces êtres fantastiques auxquels les Anciens évitaient de donner leur vrai nom, de peur de les fâcher." p. 11

"Faire alliance avec la fée, c'est faire alliance avec la vie, avec la magie de la vie et l'amour infini qu'elle contient. C'est croire en la providence, faire confiance en sa chance, accorder foi auc coïncidence et aux rencontres heureuses, qui se produisent toujours au bon moment. C'est croire aux forces de l'esprit qui animent la matière. p.158

Sources et avis

Posté par Laila_Seshat à 23:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


31 mai 2009

Le moment captif d'un dimanche - Sur son dos

papillon"Même pour le simple envol d'un papillon tout le ciel est nécessaire" [Paul Claudel]

Un mois d'août très chaud. Une envie de fuir la ville si bruyante, si bourdonnante et bouillante. Les Pyrénées nous semblaient une invitante destination. Plus douce, plus verte que notre rue et notre balcon.

Nous visitâmes quelques petits villages espagnols et une jolie rivière propice à la baignade et au pic-nic. Puis nous nous dirigeâmes vers le côté français. Vous savez cette Cerdagne méconnue.

Et tout près d'un minuscule village au nom si joli, Lló, nous avons suivi un chemin sinueux. Le Sègre quittant joyeusement Lló et ses eaux chaudes sulfureuses nous proposa de le suivre dans des gorges bien vertes, bien fleuries et bien rocheuses. Nous avons suivi la rivière pendant quelques temps... puis envahis par les papillons, nous n'avons pu que nous arrêter pour les admirer. Des centaines d'ailes virevoltaient autour de nous. Légers, voyageurs, solaires, vaporeux et éphémères... ils nous enveloppaient de leur vie fragile. Puissant de leur nouvelle vie, insouciant de la carcasse laissée sur une branche... ils chatouillaient doucement les fleurs indifférentes à ces âmes ressuscitée.

Et, envahie par ces papillons fous, je ne pus que fredonner cette petite chanson que chantaient quelques marionnettes dans une émission bien connue... "Sur le dos d'un papillon, vole, vole, vole un baiser -- Sur une joue, dans un cou, où va-t-il se poser?"  J'ai attendu ce baiser... qui me fut donner sur le dos de ma main... une âme chevaleresque sans doute !

"Les papillons ne sont que des fleurs envolées un jour de fête où la nature était en veine d'invention et de fécondité" [George Sand]

Posté par Laila_Seshat à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 mai 2009

La conjuration de la Sixtine

Sixtine1La conjuration de la Sixtine: roman / Philipp Vandenberg ; traduit de l'allemand par Susi et Michel Breitman. -- [Montréal] : Libre Expression, [c1999]. -- 328 p. ; 22 cm. -- ISBN 2-89111-864-2

Titre original: Sixtinische Verschwörung

Quatrième de couverture

La restauration de l'oeuvre peinte par Michel-Ange au plafond de la chapelle Sixtine est l'occasion d'une consternante découverte. Sous la suie et les vernis apparaissent des lettres qui, au fil du nettoyage, finssent par composer un nom énigmatique. Qu'est-ce que cache cette inscription mystérieuse ? Par-delà les siècles, le génial artiste se vengerait-il de ces papes qui l'ont tant fait souffrir ? Le cardinal Jellinek est bien décidé à tirer au clair cette énigme. Quitte à risquer sa propre foi. Quitte à ébranler l'Église toute entière.

La Conjuration de la Sixtine nous entraîne dans les coulisses du Vatican où sont enfouis les secrets les mieux gardés. Dans un tourbillon oú l'on passe de l'atelier de Buonarroti, du vivant de l'artiste, à la chambre d'agonie de Jean-Paul 1er, la très secrète Prophétie de Jérémie va permettre au cardinal Jellinek de remonter le temps jusqu'aux origines du christianisme. Et jusqu'à la plus inattendue et la plus terrible des révélations...

Un suspense machiavélique qui captivera tous les esprits. En particulier ceux des amoureux de l'art, de la religion, du Moyen-âge et de la Renaissance.

L'auteur

Hans Dietrich Hartel, connu plus tard sous le nom de Philipp Vanderberg, est né à Breslau en Allemagne en 1941. Son enfance, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, fut vécut en partie chez une nourrice puis dans un Sistine2orphelinat. Il obtient en 1963, son diplôme d'études secondaires à Burghausen, puis entreprit des études en histoire de l'art et en études germanique à l'Université de Munich.

Il travaillera pour différents journaux et magazine dès 1965, entre autres, le Abendzeitung, le Quick et le magazine Playboy. Il commença à écrire, principalement des essais

Bibliographie partielle

  • La malédiction des pharaons (1973) (Roman)
  • Nefertiti (1975) (Essai)
  • Ramsès II (1977) (Essai)
  • Auf den Spuren unserer Vergangenheit (1977) (Essai)
  • Der vergessene Pharao, Bertelsmann (1978) (Roman)
  • Das Geheimnis der Orakel (1979) (Essai)
  • Nero. Kaiser und Gott, Künstler und Narr (1981) (Essai)
  • Der Gladiator (1982) (Roman)
  • Das versunkene Hellas (1984) (Essai)
  • Die Pharaonin (1984) (Roman)
  • Die Hetäre (1984) (Roman)
  • Cäsar und Kleopatra (1986) (Essai)
  • La conjuration de la Sixtine (1988) (Roman)
  • Der Pompejaner (1986) (Roman)
  • Klatscht Beifall, wenn das Stück gut war (1988) (Roman)
  • Das Pharao-Komplott, Lübbe (1990) (Roman)
  • Die heimlichen Herrscher (1991) (Essai)
  • Das Tal. Auf den Spuren der Pharaonen (1992) (Essai)
  • Le cinquième Évangile (1993) (Roman)
  • Der grüne Skarabäus, Lübbe (1994) (Roman)
  • Der Schatz des Priamos.Wie Heinrich Schliemann sein Troja erfand (1995) (Essai)
  • Der Fluch des Kopernikus (1996) (Roman)
  • Le magicien des miroirs (1998) (Roman)
  • Purpurschatten (1999) (Roman)
  • Der König von Luxor (2001) (Roman)
  • Der vergessene Pharao, Bastei Lübbe (2002) (Essai)
  • Die Akte Golgatha (2003) (Roman)
  • Das vergessene Pergament (2006) (Roman)

Résumé et Commentaires personnels

L'action commence à Rome, de nos jours. Lors de la restauration de la Chapelle Sixtine au Vatican, on découvre des inscriptions mystérieuses et inconnues à ce jour, laissées selon toutes les apparences par Michel-Ange lors de la création de son chef d'oeuvre. Une enquête commence alors pour déchiffrer, tout d'abord, le message laissé par l'artiste - qui fut obligé de peindre ses tableaux contre son gré - puis pour cacher au monde la signification de ce message qui pourrait faire tomber l'Église, le Vatican et la société moderne.

On retrouve dans ce roman un mélange de religions et de sectes, de complots ésotériques et de quêtes existentielles, d'arts et de sciences. Résolument thriller moderne, le roman mélange enquête policière et roman historique. On nous promène de la chapelle Sixtine aux archives secrètes du Vatican... on nous parle d'art, de mysticisme, de politique, d'économie, de sociétés secrètes, de mafia, de Moyen Âge, de Renaissance et de science... On nous promène à travers les siècles à travers des personnages fictifs et réels.

Et donc, Michel-Ange se serait vengé de l'Église en cachant dans son oeuvre une révélation incroyable sur l'humanité... ses origines, sa raison d'être... Il s'agit maintenant de déchiffrer l'énigme laissé par l'artiste avant que d'autres ne s'emparent de ce secret gardé par le Vatican depuis des centaines d'années.

Bien documenté, bien mené, et bien écrit, le roman de Vandenberg réussit à nous tenir en haleine du début à la fin. L'intrigue est intéressante et plausible. Et surtout, la fin acceptable. J'ai lu ce roman plusieurs années avant la sortie du DaVinci Code, roman auquel il est malheureusement souvent comparé, bien que Vandenberg publia son oeuvre 15 ans avant Dan Brown. La Conjuration de la Sixtine est nettement mieux ridigée et documentée. Les personnages sont très bien décrits et on s'attache facilement à leurs aventures. Je considère personnellement ce roman comme un magnifique exempleà lire du genre thriller art-ésotérisme-religion-science...

Citations

"D'ailleurs, nul ne possédait d'autre exemplaire de la clef donnant accès à la pièce la plus secrète des archives secrètes. Ce qui ne signifiait aucunement qu'il était au courant de tout le mystère qui s'y trouvait renfermé ni des raisons de l'impèrieux silence qui règnait à son propos." p. 37

"Sur ce thème du salut éternel, il aurait eu beaucoup a dire mais son bon sens l'obligeait au silence. D'autant que ce qu'il aurait eu à dire, il l'avait confié à ses fresques de la Sixtine. Que celui qui a des yeux voie." p 48

" -- Il m'arrive parfois de douter, dit-il après une petite hésitation, que Socrate ait eu raison d'assurer que le meilleur bien pour un homme était la connaissance et le pire des maux l'ignorance. À l'évidence, la connaissance a déjà causé bien des malheurs en ce monde." p. 104

Sources

Posté par Laila_Seshat à 23:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 mai 2009

Le moment captif d'un dimanche - Abandon

"Elle croit que tout change, et seule elle a changé" [Bernard-Joseph Saurin]

A33

En voyant cette dame, seule, au milieu de la place, les yeux presque fermés, j'ai pensé à ma grand-mère espagnole, ma yaya. Je ne me souviens pas de jamais l'avoir vu, jeune. Même en photo.

Elle était vieille. Intransigente. Rigide. Manipulatrice. Et si triste. Elle était minuscule. Fragile.

Elle avait travaillé dure toute sa vie. Dans une Espagne difficile. En guerre. Elle avait élevé ses enfants avec peu de moyens. Elle les avait éduqués, en avait pris soin. Elle était le pilier. Avant son mari. La famille, c'était elle. Et n'acceptait pas qu'elle n'était plus le centre de la famille. Elle n'acceptait pas le changement. Sans se rendre compte qu'elle avait aussi changé. Qu'elle avait besoin des autres.

Et elle faisait payer cette faiblesse, qu'elle ne voyait pas bien, en étant encore plus rigide, sévère et surtout manipulatrice. Et tous se pliaient à sa volonté. Je crois qu'elle en souffrait. Elle aurait tant eu à raconter ; tant eu à offrir, si elle n'avait tenté jusqu'à ses derniers moments d'être la femme d'autrefois et de contrôler la vie de tout le monde. Elle était bien seule, je crois.

"Quand on s'abandonne, on ne souffre pas. Quand on s'abandonne même à la tristesse, on ne souffre plus" [Antoine de Saint-Exupéry]

Posté par Laila_Seshat à 14:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 mai 2009

Quand les archives m'appellent

Aujourd'hui jeudi, vendredi et samedi... des allers-retours sur Tarragona. Tous les jours. Départ à 7h00 la matin, retour vers les 22h00. Et des journées entières à écouter des mots portant sur l'information portée sur tous les types de support... Des idées sur l'accès facile ou interdit aux informations transportées par des bouts de papiers, des lieux virtuels, et autres moyens de transports anciens et modernes.

Oui, je pars me perdre parmi des collègues majoritairement catalans, quelques espagnols et une poignée d'étrangers - dont archivesma petite personne - pour assister à un congrès sur les archives et les documents.

À prévoir ?

  • Quelques conférences intéressantes
  • Quelques discours ennuyants
  • Quelques découvertes
  • Des retrouvailles avec les quelques collègues que j'ai pu croiser au cours des 5 dernières années
  • Peut-être quelques rencontres nouvelles
  • Quelques conversations agréables
  • Au moins, un ou deux combats contre sommeil
  • Des repas copieux
  • Du café en abondance
  • Beaucoup de prises de notes
  • Une valise pleine de documentation
  • Plusieurs cartes d'affaires échangées

On va espérer ?

  • Que mon espagnol soit fluide et
  • que mon catalan soit passable !

On se revoit dimanche !!! :D

Posté par Laila_Seshat à 00:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 mai 2009

Je rêve de comprendre

Comme tout le monde, je rêve. Beaucoup même. Souvent, enfin, presque toujours en couleurs. C'est-à-dire que tous les rêves revedont je me souviens - et je me souviens de beaucoup de mes rêves - sont en couleurs. Quand on me dit qu'on rêve en noir et blanc, j'ai de la difficulté à le croire. Et, comme je viens de le dire, je me souviens de beaucoup de mes rêves. Partiellement ou complètement. Et, la plupart du temps, je sais que je rêve. Même dans mes cauchemars. Presque toujours, je sais que je suis en train de rêver. Et très, très souvent, je peux influencer mes rêves. Parfois, c'est difficile... et même si je sais que je rêve et que je me dis que je voudrais changer quelque chose, cela ne se produit pas. Mais je sais que je rêve.

Pour une raison quelconque, les gens ont commencé, il y a plusieurs années, à me demander d'interpréter leurs rêves. Je dis pour une raison quelconque, car je ne me souviens plus pourquoi ni quand cela a commencé... Un jour, je me suis retrouvé à donner mes analyses des rêves de mes amis, ma famille, de gens sur les forums... Et je ne sais pas trop pourquoi. Et on me dit que j'analyse toujours très bien... pourtant... je ne sais trop comment je fais. Et à part, couper le rêve en partie et en extraire certains éléments qui m'apparaissent se démarquer, puis donner quelques significations de symboles... je ne vois pas trop ce que je fais de particulier. Bien sûr, après avoir fait cette analyse, je donne mon avis, mais en disant toujours - et en insistant - sur le fait que cela n'est qu'une interprétation des éléments et de leurs liens. Et j'insiste toujours sur le fait que personne n'est mieux placé que l'auteur des rêves pour en comprendre le sens. Et que le danger, quand c'est quelqu'un d'extérieur qui analyse le rêve, est que les associations établies entre certains éléments soient trop personnelles... et donc si c'est quelqu'un d'autre que le rêveur qui analyse le rêve, l'interprétation sera personnelle à l'interprète et non au rêveur.

Mais voilà où j’ai un problème... car je suis incapable d'interpréter mes propres rêves. J'ai bien le sentiment que parfois, mon rêve contient une quelconque signification, me livre un certain message... mais alors que pour les rêves des autres ces symboles, messages et significations sont faciles à déceler, pour mes rêves... je ne sais absolument pas ce qu'ils signifient. Vraiment pas.  

Alors que pour les rêves des autres, je suis capable de mettre des bémols et dire: "ceci n'a aucune signification particulière, à part le condensé de tes expériences de la journée..." pour mes rêves, je ne sais pas faire la différence. Bien sûr, parfois c'est évident... mais souvent - que dis-je! - la plupart du temps, je suis complètement dans la brume. Incapable de déceler les éléments importants, ou alors accrochant aux éléments qui ne le sont pas... Je suppose que je suis trop près de mes rêves, que je suis incapable de prendre du recul... ce qui vient contredire ce que répète à tous: que le rêveur est le mieux placé pour comprendre ses rêves... enfin...

Hier, j'ai fait un drôle de rêve. Vraiment, je sens que je me parle à moi-même dans ce rêve, mais je ne sais pas trop ce que j'essaie de me faire comprendre... quelques éléphants, un téléphone, une araignée, un séchoir à cheveux et autres bizarreries sembleraient vouloir me dire quelque chose... mais quoi ?

 

 

Posté par Laila_Seshat à 22:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,