28 décembre 2008

28 décembre : Les Saints Innocents

Ce n'est pas comme si le 28 décembre signifiait quelque chose de particulier pour moi. En fait, c'est tout simplement une journée entre Noël et le Jour de l'An. Une journée pour se reposer après les repas de Noël et se préparer pour les festivités du Jour de l'An. Tout simplement. Mais il semblerait que le 28 décembre soit une date à souligner par ici. Et donc, ce matin, on annonçait "Los Santos Inocentes".

En Amérique Latine, en Espagne et dans certains autres pays, on souligne la fête des Saints-Innocents en faisant des tours et des farces. Les médias en profitent pour faire des fausses nouvelles humoristiques, les enfants, en particulier, s'amusent à faire des tours aux adultes. Un tour bien connu est d'accrocher un bonhomme de papier dans le dos des gens.

Dans certaines parties d'Amérique Latine on dit qu'il ne faut rien prêter pendant cette journée, que ce soit de l'argent ou des objets. Car celui qui emprunte quelque chose en cette journée est libre ensuite de garde ce qu'il a emprunté. Cette "tradition" est cependant plus récente. Et si on réussit à convaincre quelqu'un de nous prêter quelque chose le 28 décembre, on peut lui dire "Inocente palomita que te dejaste engañar, sabiendo que en este día nada se puede prestar". Qui se traduit à peu près par "Innocent grain (palomita signifie grain de maïs soufflé) qui t'ai laissé abuser, en sachant que en ce jour rien ne peut se prêter". Mais si on remet ce qui est prêté, on le remet accompagné de bonbons, jouets et le message correspondant: " Herodes, cruel e inclemente, nos dice desde la fosa, que considera inocente al que presta alguna cosa"... (Hérode, cruer et inclément, nous dit depuis la fosse, qu'il considère innocent à celui qui prête quelque chose).

Bizarrement, ces traditions se sont greffées à cette journée qui commémore pourtant un Innocent1événement triste. En effet, cette journée rappelle un épisode des évangiles survenant après la naissance de Jésus. Le roi Hérode ayant appris, par des mages qui se rendaient rendre hommage à un nouveau-nés, la naissance d'un enfant qui deviendrait "roi", prit peur et décida de faire tuer tous les bébés garçons de moins de 2 ans. Il voulait ainsi éviter tout prétendant à son trône. Les soldats d'Hérode massacrèrent ces petits enfants que l'on a appelé les saints innoncents, puisqu'ils étaient innocents de tout péché.

Certains analystes contestent la date choisie pour rappeler ce triste épisode, puisqu'il devrait avoir lieu après le 6 janvier qui est la date soulignant la visite des mages... Mais comme ces dates sont de toute façon un peu aléatoires... Certains disent que la coutume de faire des farces et tours en cette journée souligne que comme les enfants massacrés sur les ordres d'Hérode, les gens victimes de tours ne peuvent rien faire et doivent accepter leur destin... (Ce qui me semble une curieuse façon d'expliquer la chose, mais enfin...) 

Mais évidemment la façon pour certains de célébrer aujourd'hui le Jour des Saints Innocents ne date pas d'aujourd'hui. Déjà au Moyen-âge, cette journée était un prélude au Carnaval et on se permettait de fêter, rire et manger en abondance. On incluait cette journée dans les festivités liées au solstice d'hiver pendant lesquelles on voulait à oublier la noirceur de l'hiver en se réunissant et en se distrayant.

Peu importe la raison, le 28 décembre est aujourd'hui en Espagne, une bonne occasion pour rire et fêter encore un peu !

Sources:

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Saints_Innocents

http://redescolar.ilce.edu.mx/redescolar/efemerides/diciembre/trad-28.htm

http://es.wikipedia.org/wiki/Santos_Inocentes

http://www.churchforum.org.mx/santoral/Diciembre/2812.htm

Posté par Laila_Seshat à 16:45 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


25 décembre 2008

Feliz Navidad ... Bon Nadal ...

"Le voilà qui sourit sur la place
Son chapeau, sa canne et son foulard
Il semble nous dire d'un ton bonasse :
"Ne voyez-vous donc pas qu'il est tard ?"

Il dit vrai tout de même
Près du feu, je t'emmène
Allons nous chauffer dans l'intimité
Au royaume du bonhomme hiver"

JoyeuxNo

"You better watch out
You better not cry
Better not pout
I'm telling you why
Santa Claus is coming to town

He's making a list,
And checking it twice;
Gonna find out Who's naughty and nice.
Santa Claus is coming to town"

Un Joyeux Noël
à tout le monde !!!

Posté par Laila_Seshat à 00:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 décembre 2008

Volontaire...

arbre2Il y a chez Marque ta page, un sympathique "Christmas tag" que Pimpi annonce volontaire... elle-même l'ayant trouvé chez Karine...  donc comme j'adore Noël, je me lance. Et j'espère qu'il y aura de nombreux volontaires !

Le principe est simple: Il faut évoquer pour chaque thème, un élément qui nous rappelle, qui est synonyme pour nous, de Noël et du Temps des Fêtes...

Noël et...

...une chanson

Bon... ça ne sera pas facile, hein. Car en grande folle de Noël, j'ai mon disque tout prêt de mes chansons préférées... il y en a plus de 30, alors.... Voyons voir, quelle chanson est pour moi complètement synonyme de Noël... Santa Claus Is Coming To Town ? Au royaume du Bonhomme Hiver ? The Twelve Days of Christmas ? Petit Papa Noël ? En français ? En anglais ? Bon... je dirais que pour moi, malgré tous les chants traditionnels (ou non) que j'adore, il y a deux chansons qui se démarquent et qui pour moi symbolisent le Temps des Fêtes. De toute évidence: Have Yourself a Merry Little Christmas de Judy Garland et bizarrement: Do They Know It's Christmas de Band Aid.


...un film
C'est facile... euh... bon, non c'est pas facile, il y a pleins de films qui me rappellent Noël... mais comme je l'ai déjà dit... il me semble que Noël ne serait pas Noël sans Charlie Brown... et donc, je dis, film de Noël =
A Charlie Brown Christmas.


...un goût
Le sucre à la crème !!!! Il n'y avait du sucre à la crème que chez ma grand-mère et qu'à Noël ! Pour moi, manger du sucre à la crème ne peut être que synonyme de neige et Noël... surtout après avoir été se promener sous la neige, dans le froid... on revient, il fait chaud et il y a un plat avec des morceaux de sucre à la crème au milieu de la table...

Et en deuxième place... les cannes de Noël en bonbons... les rouges et blanches, évidemment !


...une odeur
L'odeur de neige... avant la tempête, dans les Cantons de l'Est, sur le bord du lac Massawipi, pendant le Temps des Fêtes, pendant la nuit. Oui, je vous jure, c'est une odeur très particulière dont je me souviens parfaitement.

Plus réel ? L'odeur de la tarte aux pacanes ;)


...un livre

Deux livres... ben quoi, c'est déjà bien peu...

Little Women de Louisa May Alcott. Les premiers chapitres sont pour moi, Noël... Et Christmas Pudding d'Agatha Christie... je sais, je sais, une histoire de crime, mais le Noël britannique transperce littéralement du livre... Je ne peux qu'adorer.


...une télésérie
Une télésérie ? Synonyme de Noël ? Quand je pense Noël et séries de télé, je pense à Friends... Il y avait toujours des émissions de Noël agréables à visionner... Oh et à la sitcom Home Improvement, Tim exagérait toujours dans ses décorations de Noël ! :P


... un spectacle

Ben là... Casse-Noisette ! Quelle question !
 
...un souvenir
Les Noël chez mes grands-parents... toujours remplis de neige, d'une patinoire sur le lac, du ski dans le bois, de bonhommes de neige, de la messe de minuit (même sans y croire), des chants, des cadeaux...

Et puis le dernier Noël de ma mère... qui fut si traditionnel et merveilleux... j'en reparlerai sûrement !

Joyeux Noël !!! :D

Posté par Laila_Seshat à 12:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 décembre 2008

Mission accomplie ! :D

Et bien voilà ! Il suffit de réduire le temps de cuisson de moitié... en fait, il suffit de rester assis devant le four et surveiller attentivement ! Et donc, après 4 ans de biscuits désastreux, mais mangeable ... j'ai enfin réussi... grâce:Biscuit2

- au sucre à glacer trouvé à 2 heures de route de Barcelone... Vive Perpignan !
- un nouveau four
- et une surveillance assidue du temps de cuisson

J'ai mes biscuits de Noël !!!!

Et je peux vous assurer qu'il y en a en quantité suffisante pour Noël...  et de différentes saveurs... J'ai même répondu à la demande spéciale de mon Pis.Tout (bon ça c'est le nom qu'il semble que je donne à mon copain... sans le savoir... non, non, pas "pitou", mais bien Pis.Tout... longue histoire qui vient du fait que je donne rarement des surnoms ou des noms affecteux aux gens... mais que je dis souvent "pis tout"... je sais sans rapport avec le post, mais comme j'appelle ma soeur soeurette dans ce blog, il fallait bien que je donne un nom à mon époux... et comme je déteste dire "mon mari"... bon... longue parenthèse pour rien ! soupirs ;) ).... je disais dooonnnc...

Mon
Pis.Tout voulait des bisucuits au beurre de pinotte... (parce que dire biscuits au beurre d'arachide, ça n'a pas la même connotation !) et que même si ces biscuits ne font pas partie de mon répertoire biscuitesque de Noël habituel, j'étais si fière d'avoir trouvé les bons temps de cuisson, que j'ai accepté de les intégrer exceptionnellement dans mes biscuits de Noël !!!

Et maintenant, temps pour une petite danse de victoire dans la cuisine...

"Fa la la la la, la la la la.
Tis the season to be jolly,
Fa la la la la, la la la la"


Posté par Laila_Seshat à 16:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 décembre 2008

Crime littéraire: ces indésirables

Il y a de ces crimes littéraires qui sont parfois commis par d'autres. Quoique je ne peux être absolument certaine que je n'ai pas moi-même commis ce crime. J'ai toujours fait bien attention, prises toutes mes préoccupations. Mais on ne sait jamais...

ToujoursDSC_0500 est-il que je fus, personnellement, victime à plusieurs reprises de ce crime. Et je dois avouer que c’est ensuite moi qui se sens extrêmement coupable à la fin... envers ces pauvres volumes.

Ces pauvres volumes sont ces livres indésirables. Ces livres qu'on reçoit en cadeaux pour Noël - ou pour toute autre fête ou anniversaire.

On voit son nom sur le paquet, on brasse un peu... on devine un livre... on est très content ! Après tout, on adore lire, on adore les livres. Et on avait fait sa liste ! Les livres que l'on désire ardemment. Vous savez ceux qui font partie de cette liste interminable de livres qu'on aimerait bien un jour lire. Et puis, on a parlé. On a discuté. On a dit à tout le monde qu'on voulait ce dernier livre qui venait de sortir.

Et puis, on déballe le cadeau. Et voilà. Un livre qu'on a déjà! Sourire tout de même. Je suis alors incapable de dire à la personne, que ce lire qu'elle a choisi, qu'elle sait qui me plaira sûrement... je l'ai déjà lu ou que je l'ai déjà dans ma bibliothèque. Je me sens véritablement coupable d'avoir déjà lu ce livre et je suis incapable de gâcher le cadeau... Je sais, je pourrais l'échanger ou la personne pourrait le faire, si j'ouvrais la bouche... Mais c'est plus fort que moi. Je ne peux dire que j'ai déjà le livre. Et je suis incapable de m'en départir... je garde donc le doublon ou alors je donne ou je vend le livre que j'avais déjà... pas le nouveau, non, ça jamais !!! Mais je pardonne cette erreur... La personne ne peut connaître tous les livres que je possède... et peut-être qu'elle n'a pu eu ma liste (je ne la donne tout de même pas à tout le monde que je connais... ). Même si je connais bien la personne et qu'elle a eu ma liste... je soupire intérieurement et je souris tout de même... au moins, elle connait mes goûts...

Mais si je déballe le cadeau et qu'alors le livre est un vrai indésirable... alors là... je souris tout de même ! Oui, je suis incapable de laisser voir que je n'aime pas un cadeau. Mais cela va bien plus loin! Car je garderai ce livre indésirable à tout jamais. Je ne le lirai probablement pas - quoique parfois j'ai même fait l'effort de le lire, si je soupçonnais la personne d'aimer le livre ou de me demander un jour mon opinion - mais je vais le garder et le mettre dans ma bibliothèque. Habituellement dans un endroit discret ou caché.

Mais c'est vraiment difficile de recevoir un livre que je ne veux pas lire, qui ne m'intéresse pas, d'un auteur que je déteste... Si c'est de la part de gens que je connais à peine... je peux pardonner... je ne suis pas sans compassion pour les mauvais choix des autres et après tout, ils ont fait un effort. Mais si c'est quelqu'un que je connais. Alors là vient le vrai crime... Ne connaissent-ils pas un peu mes goûts ? N'ont-ils pas lu ma liste ? Ne savent-ils pas l'importance des livres ? J'espère n'avoir jamais fait le même faux pas... peut-être... mais je fais vraiment attention... Je discute, je fouine, je questionne l'entourage, je demande une liste... J'essaie de ne pas acheter n'importe quoi. Enfin... j'essaie.

Mais quel est le crime ici ? Je ne sais plus. Ces gens qui sont coupables d'offrir des livres indésirables ou moi, qui suis coupable de ne pas l'avouer et de garder ces pauvres bouquins cachés dans un coin ?

Posté par Laila_Seshat à 14:06 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


19 décembre 2008

Quelques jours de froid

Et bien, les jours passent...
Et je n'ai pas encore visité de
Marchés de Noël dignes de ce nom !
Et bien qu'il fasse un peu plus froid
qu'à l'habitude à Barcelone...
Il fait un tantinet trop chaud pour
mon besoin de Noël.

Noelll

Et donc, je m'envole aujourd'hui
pour 3 jours en Alsace.
L'année dernière ce pays des étoiles
m'avait conquise...
Nous y retournons donc encore
cette année !
Un peu de froid et quelques marchés
de Noël jusqu'à lundi matin !
On se croise les doigts pour
quelques flocons... sait-on jamais !!!

À lundi ;)

Posté par Laila_Seshat à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 décembre 2008

Quelques mots...

L'enfance c'est de croire qu'avec le sapin de Noël et trois flocons de neige toute la terre est changée.

André Laurendeau

Posté par Laila_Seshat à 17:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 décembre 2008

C'est une question de biscuits

Il y a une tradition chez moi. En fait commencée par moi ! Quand j'étais petite, j'adorais cuisiner et avec mon petit four - qui fonctionnait vraiment et qui devait être hyper dangereux, mais on ne pensait pas à cela dans le temps - je faisais des petits gâteaux de Noël. Puis j'ai suivi les recettes de mon livre de Blanche-Neige - je ne me rappelle que vaguement de ce livre dans lequelle Blanche-Neige et les sept nains cuisinaient, mais je me souviens d'avoir fait toutes les recettes. Finalement, vers l'âge de 11 ans, j'ai suivi des cours de cuisine, dans ce qu'on appelerait maintenant des "activités parascolaires". Et pendant ces cours, j'ai entre autres appris à faire nombres de desserts, une bûche de Noël à la crème glacée et des biscuits de Noël.

BiscuitQue je me suis empressée de reproduire chez moi. Je dois souligner que c'était les premiers biscuits maison que je goûtais et je les avais fait moi-même. Je crois me souvenir qu'ils étaient succulents, mais il faudrait vérifier auprès de ma famille ! Toujours est-il que j'ai répété la recette de nombreuses fois, mais toujours pendant le Temps des Fêtes. Jamais à un autre moment. Chaque année depuis mes 11 ans, je fais des biscuits... Et donc, cela fait 26 ans que je fais ces biscuits (et je vous prie de ne pas faire le calcul... tnon mais !). Évidemment, mes biscuits se sont sûrement améliorés pendant les premières années de réalisation. Mais c'est rapidement devenu une tradition. Chaque année, vers le 15 décembre, ma soeur et ma mère me demandaient quand je ferais mes biscuits. Mon père lui ne mange pas de sucre.. il n'aime pas, étrange mais vrai.

Je m'installais donc dans la cuisine un samedi ou un dimanche après-midi, et je faisais des biscuits, de toutes les couleurs, de toutes les formes... Et c'était toujours un succès. Ils disparaissaient vite et je devais en refaire une ou deux fois pendant la période des Fêtes. Une tradition annuelle... Même pendant les années difficiles de mon adolescence, entre deux crises de larmes, je faisais mes biscuits. Même pendant mes examens pénibles de fin de session, je faisais mes biscuits. Même en peine d'amour ou trop en amour, je faisais mes biscuits. Même quand j'ai quitté la maison, je venais faire mes biscuits chez ma mère ou alors je les préparais chez moi et je les amenais dans une belle boîte de métal.

J'ai toujours fait mes biscuits.

Et donc, il n'y avait aucune raison de ne pas les faire, une fois ici à Barcelone. Mais ce n'est pas aussi facile. C'est même un sacré bordel. Les deux premiers Noël, ce fut le sucre en poudre. Introuvable. J'ai finalement trouvé un petit flacon pour soupoudrer... j'ai besoin de 4 tasses minimum et c'est sans compter le glaçage. Modification de la recette. Sucre raffinée. Moyen... on peut toujours improviser les recettes mais les desserts c'est plus délicat. Résultat? Biscuits acceptables mais loin d'être parfaits. Trop granuleux. Mais mangeables.

Et puis, miracle... l'année dernière, je trouve à Perpignan du sucre en poudre dans des formats acceptables. J'achète, j'achète, j'achète... Parfait. Pâte parfaite... Mais c'était sans compter avec le four minus qui était inclus dans l'appartement. Seul le haut chauffe. Et donc après 1 heure au four (au lieu de 20 minutes) les biscuits ne sont pas cuits. Je laisse et évidemment, ils cuisent trop... On a donc des biscuits pas assez cuits et des tout secs... Tristesse... Oh, on les a mangé tout de même, mais ce n'était pas ça.

Cette année, je suis confiante. Nous avons encore du sucre en poudre et nous avons acheté un nouveau four. Tout démarre bien. Je viens de terminer ma première batch. Mais là c'est que le four est trop performant. Après 15 minutes, ils sont trop cuits... Ils sont bons, mangeables mais trop secs à mon goût. Je prévois donc faire une deuxième batch demain et ne les laisser que la moitié du temps.

Je finirai bien par y arriver !!! Souhaitez-moi bonne chance !!! ;)

Posté par Laila_Seshat à 01:16 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

16 décembre 2008

Meet me in St.Louis (1944) - Suite

Cinéma: Meet me in St.Louis (1944)

Voir aussi le premier article: ici

StLouis4Fiche technique:

Langue: Anglais
Année: 1944
Durée: 113 min.
Pays: Etats-Unis

Directeur: Vincente Minnelli
Producteur: Arthur Freed, Roger Edens
Scénario: Irving Brecher, Fred F. Finklehoffe
Cinématographie: George J. Folsey
Musique: George E. Stoll

Distribution: Judy Garland (Esther Smith); Margaret O'Brien ('Tootie' Smith); Mary Astor (Mrs. Anna Smith); Lucille Bremer (Rose Smith); Leon Ames (Mr. Alonzo Smith); Tom Drake (John Truett)

Commentaires personnels:

Genre: Drame, Comédie musicale

Meet me in St.Louis est avant le recueil de souvenirs d'enfance de Sally Benson. Des souvenirs simples, ordinaires, faits de quotidiens et de préoccupations qui peuvent nous apparaître aujourd'hui bien futiles. Nous retrouvons aussi dans le film une image des États-Unis, au tout début du siècle. Une époque qui lors de la réalisation du film semblait déjà bien lointaine. Le film sort sur les écrans pendant la Deuxième guerre Mondiale, dans un pays profondément marqué par la Première Guerre Mondiale, par la Grande Dépression et par cette Deuxième Guerre qui est encore une fois synonyme de tristesse, séparations, morts, pauvreté... Les personnages de Meet me in St.Louis semblent évoluer dans un temps heureux, révolu, et qu'on veut bien retrouver le temps d'un film. Les couleurs sont vives, les costumes et les décors irréels et les chansons permettent de s'envoler ou encore de croire à Noël. Et surtout de croire que on se retrouvera un jour et que des temps meilleurs viendront.

Le film se colle aux saisons et à travers des images de cartes postales (qui débutent littéralement chaque nouvel épisode du film) nous entraîne dans une année haute en couleur. La trame du film est mince... une famille, quelques amourettes, une petite fille étrange, un départ qui attriste tout le monde, une Exposition peut-être manquée... mais tout finit bien et on ira à la fête !

Mais malgré ces apparences "simples" et même "mièvres", le film comporte certains moments très forts. On nous présente uneStLouis2 Esther (très proche de Judy Garland) qui traverse la fin de son adolescence pour devenir une jeune adulte... une femme, qui prend conscience de sa sensualité et qui apprend à prendre des décisions, qui grandit finalement. On nous présente les soucis et le quotidien d'une famille à l'aube d'un nouveau siècle, à travers certaines scènes d'apparence banale... un "ketchup" qu'on croit raté, un téléphone manqué, etc. Et surtout, on nous fait découvrir une enfant, Tootie (une bien jeune, mais très talentueuse Margaret O'Brien) qui semble avoir certaines peurs et troubles inquiétants. Son personnage est cependant loin d'être autant exploité qu'il aurait pu être... mais je suppose que les nouvelles de l'auteur en discutent un peu plus. Les scènes avec la jeune Margaret sont cependant souvent très saisissantes, telle la scène de l'Halloween, celle des bonhommes de neige détruits, la danse avec Judy Garland et surtout... évidemment, la fameuse chanson de Noël que Garland lui chante. On peut facilement dire, et sans se tromper, que les émotions qui transpercent à l'écran lors de ce morceau sont très palpables. Cette chanson demeure pour moi, synonyme du film. Et une de mes chansons de Noël préférées... malgré toute la tristesse qu'on peut ressentir en écoutant ces mots. 

On peut aussi apprécier le lien que les scènes musicales ont avec la trame du film. Beaucoup des films de l'époque utilisaient encore les grands morceaux musicaux, sans véritable rapport avec l'histoire du film. Les chansons de Meet me in St.Louis sont intimement liés aux personnages et au développement de l'histoire. Elles expliquent les émotions, les sentiments des personnages, aident à comprendre leurs questionnements, révèlent leurs joies, leurs peines...

Mais le film se veut avant tout un dérivatif aux temps difficiles. On nous enveloppe dans de la musique et des couleurs châtoyantes... et même si pendant un temps, on fut triste, les sourires reviennent rapidement et tout finit bien ! Qui n'a pas besoin de ça de temps en temps ! ;) Un peu trop de bons sentiments, soit, mais synonyme de film de Noël pour moi, et donc, allons-y sur le "trolley": Clang ,clang, clang went the trolley -- Ding, ding, ding went the bell -- Zing, zing, zing went my heartstrings as we started for Huntington Dell...

Citation:

StLouis3Have yourself a Merry Little Christmas

Have yourself a merry little Christmas
Let your heart be light
Next year all our troubles will be out of sight

Have yourself a merry little Christmas
Make the yuletide gay
Next year all our troubles will be miles away

Once again as in olden days
Happy golden days of yore
Faithful friends who are dear to us
Will be near to us once more

Through the years, we all will be together
If the fates allow
Until then, we'll have to muddle through somehow
So have yourself a merry little Christmas now.


Composed by Hugh Martin and Ralph Blane

Sources:

Posté par Laila_Seshat à 22:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 décembre 2008

Meet me in St.Louis (1944)

Cinéma: Meet me in St.Louis (1944) StLouis5

Fiche technique:

 

Langue: Anglais
Année: 1944
Durée: 113 min.
Pays: Etats-Unis

 

Directeur: Vincente Minnelli
Producteur: Arthur Freed, Roger Edens
Scénario: Irving Brecher, Fred F. Finklehoffe
Cinématographie: George J. Folsey
Musique: George E. Stoll

 

Distribution: Judy Garland (Esther Smith); Margaret O'Brien ('Tootie' Smith); Mary Astor (Mrs. Anna Smith); Lucille Bremer (Rose Smith); Leon Ames (Mr. Alonzo Smith); Tom Drake (John Truett)

Synopsis: (attention spoilers)

Meet me in St.Louis débute pendant l'été 1903 et raconte pendant une année, la vie de la famille Smith vivant heureux dans leur maison de Saint-Louis au Missouri. Esther Smith, une jeune fille de 17 ans, vit avec son frère, ses soeurs, ses parents et son grand-père, une vie tranquille remplies de bals et de fêtes de famille. On nous présente la vie d'une famille ordinaire qui doit composer avec les amours des jeunes filles, les tracas quotidiens et le départ du frère aînée pour l'Université sans oublier de se préparer pour l'Exposition Universelle qui doit avoir lieu en 1904, événement tant attendu.

Mais pendant l'automne, une nouvelle va bouleverser la vie de la petite famille. Le père annonce qu'il a été nommé à un poste à New York et qu'ils doivent tous déménager dans cette ville. Le départ est prévu pour l'hiver 1904, juste après Noël et avant le début de l'Exposition Universelle. La famille est dévastée et tente bien que mal de célébrer les Fêtes malgré leur tristesse à l'idée de quitter Saint-Louis.

Le film est divisée en 4 tableaux étalés sur une année. Chaque tableau commençant par un dessin en sépia d'une scène du film qui s'anime petit à petit.

Le film débute pendant l'été 1903 et nous présente tout simplement la famille Smith à travers diverses scènes quotidiennes et les amours des jeunes filles Smith. On présente ainsi petit à petit les personnages. Puis, le deuxième tableau se déroule pendant l'automne, principalement pendant la nuit de l'Halloween. L'histoire et les personnages évoluent tranquillement. L'annonce du prochain départ de la famille est annoncée à ce moment. Le troisième tableau se joue pendant l'hiver et surtout les Fêtes de Noël. La famille, bien que triste, tente tout de même célébrer Noël. Le père devant le désarroi de sa famille annonce finalement qu'il n'acceptera pas le poste à New York. Le quatrième tableau nous présente la famille, unie et heureuse, qui se prépare à aller à l'exposition Universelle, au printemps 1904.

StLouis6À propos:

Titre en français: Le Chant du Missouri

Le film est une adaptation d'une série de nouvelles par Sally Benson qui ont pour sujet des souvenirs de sa propre vie et enfance à Saint Louis. Les nouvelles furent d'abord publiées par le The New Yorker puis sous le titre 5135 Kensington. Les histoires furent ensuite rassemblées dans un recueil intitulé The Kensington Stories. Il y avait 12 nouvelles représentant les 12 mois de l'année. Le film reprend cette idée d'année complète.

Meet me in St.Louis eut énormément de succès et reçut de nombreuses nominations pour divers prix. Il est le troisième long métrage du réalisateur Vincente Minnelli et lui permet de connaître le succès.

Judy Garland, cependant, n'avait tout d'abord pas voulu faire partie du projet. Elle venait d'avoir 21 ans et voulait jouer des rôles plus "matures". Les producteurs ne lui donnèrent pas le choix (il faut dire que les acteurs étaient alors sous contrat avec les maisons de production et avaient peu à dire sur les rôles qu'ils jouaient). Le film devient cependant, après The Wizard of Oz, un de ses rôles les plus reconnus. Elle montre finalement avec ce film, son talent, non seulement de chanteuse, mais de comédienne. Le film la montre d'ailleurs tout d'abord comme une adolescente puis comme une jeune adulte qui doit faire face à la vie. On nous présente littéralement la transition que la jeune actrice voulait faire dans sa vie et sa carrière.

Vincente Minnelli etJudy Garland, alors agée de 22 ans, se rencontrent pour la première fois sur le plateau du film. Ils se marient quelques années plus tard et auront une fille, Liza Minnelli.

Le fim fut filmé en Technicolor, et les couleurs percent littéralement l'écran. Les décors et les costumes sont également des éléments importants du film. Meet me in St.Louis est considéré comme une comédie musicale, même s'il ne comporte que très peu de scènes de danse. Les chansons sont intégrées dans la trame du film ce qui est relativement nouveau à l'époque mais qui sera de plus en plus la norme des films musicaux. Le film marque le début de ce qui est considéré comme l'âge d'or des comédies musicales de la compagnie MGM. Les chansons sont cependant nombreuses et furent pour la plupart de grands succès, en particulier les chansons, Meet me in St.Louis, Louis, The Trolley Song, The Boy Next Door et Have yourself a Merry Little Christmas. Judy Garland filma la fameuse scène The Trolley Song en une seule séquence. La chanson Have yourself a Merry Little Christmas devint une chanson classique de Noël et fut reprise par un très grand nombre d'artistes. La chanson originale était légèrement différente, mais Minnelli et Garland trouvèrent la chanson si triste - Judy Garland chante la chanson à sa jeune soeur pour la réconforter de quitter la seule maison qu'elle ait jamais connue - qu'ils demandèrent au compositeur de changer certaines lignes. Il finit par s'y contraindre.

Le film fut adapté pour la télévision en 1959 avec Jane Powell et Patty Duke ainsi qu'en 1966 dans une version non-musicale. L'histoire fut également adaptée pour Broadway en 1989.

Commentaires personnels à suivre...

Sources:

Posté par Laila_Seshat à 22:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,