03 août 2007

Inertie obligatoire

Il fait chaud. Est-ce que vous le saviez ? Bien sûr c’est l’été. Il y a toujours quelques jours ou quelques semaines de grandes chaleurs… enfin… c’était ainsi avant. À Montréal, chaque été, il y avait un ou quelques vagues de chaleurs. Une chaleur collante à cause de l’humidité. Une chaleur écrasante qui empêchait de dormir la nuit. Pour quelques jours, il faisait des 35º C, parfois plus… Aux gens qui rouspétaient, je souriais. J’aime bien mieux la chaleur au froid. Donc, pour moi, les semaines de chaleur épouvantable à Montréal étaient merveilleuses… bien mieux que les mois de froid… Bien plus agréable de se mettre en camisole et dormir avec un ventilateur – je ne supporte que très mal l’air conditionné -  que de se mettre 2 chandails, un manteau, un foulard, des bottes, des mitaines, un chapeau et de tout de même grelotter !

vasky4Mais à Barcelone… il fait chaud. Et encore, nous sommes parmi les privilégiés en Espagne… Séville, Madrid, Badajoz, Múrcia, Lleida, Toledo… il y fait encore plus chaud.

Mais bon, c’est tout de même très, très chaud à Barcelone. On le savait tout de même. Enfin, l’Espagne n’a pas une réputation de fraîcheur au niveau de la température… et j’étais déjà venue à Barcelone, donc je savais. Mais venir en vacances, voir la météo à la télévision, c’est autrement différent que d’habiter sur place. Car il fait chaud !!! Est-ce que je l’ai dit !

Impossible de bouger au soleil… les plantes de mon balcon se meurent, malgré toute l’eau et les soins que je leur donne… et mon chat ne bouge plus. Enfin, à peine. Deux petits pas pour passer d’un plancher de salle de bain à l’autre… quelques pas pour aller boire de l’eau… et il reprend sa position d’été : écrasement total sur le sol. Il se fait vieux et je vais parfois vérifier s’il va bien. Sa tête est molle et son poil n’est pas très propre – trop de poussières pour se laver adéquatement –Vasky mais il a encore assez d’énergie pour ronronner quand je lui gratte le menton.

Le soir, il fait un peu moins chaud. Les feuilles se relèvent un peu, un léger vent se lève également parfois, et mon chat revit un peu. Dans la noirceur, il se promène un peu, va sur le balcon et se recouche… La nuit, pour une raison quelconque, la maigre fraîcheur du soir redevient chaleur étouffante.

Ce matin, il y avait des nuages pour une partie de la matinée. Quel soulagement ! Oh… pas d’inquiétude, le soleil est revenu vers 13h00.

Il fait chaud… est-ce que je l’ai dit ?

Posté par Laila_Seshat à 00:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


02 août 2007

Dans le silence du mois d'août

Beaucoup moins de klaxons ce matin. Et il y en aura encore moins lundi prochain. La pâtisserie du coin est fermée. Et il est impossible d'aller à ma charcuterie préférée. Une des épiceries que je fréquente ne sera ouverte que les matins. Le Guía de Ocio (guide culturel hebdomadaire) liste les restaurants ouverts. Et les plages de Barcelone sont si pleines qu'on peut à peine distinguer le sable entre les serviettes - ce pourquoi, je préfère les plages de Castelldefels, et autres plages près de Tarragona._t_

C'est le mois d'août.

Et le mois d'août en Espagne, la vie cesse. À beaucoup d'autres endroits en Europe aussi, évidemment, mais en Espagne, c'est tout simplement le calme total. Sauf bien sûr pour la vague interminable de touristes. Sinon, tout arrête... littéralement. Impossible de poursuivre la vie normalement... presque tout est fermé... et pour le mois entier. Il est difficile de s'imaginer réellement à quoi ressemble Barcelone au mois d'août. Et on pense souvent que j'exagère.

Le mois d'août, ce sont les vacances. Et c'est sacré. Et quand je dis que je travaille, on me regarde tristement et avec incrédulité !!! Bon, travailler est un bien grand mot ! Difficile de travailler quand il n'y a personne d'autre qui travaille... les clients sont absents, personne à contacter, aucun téléphone, aucun courriel... le calme plat. J'en profite donc pour faire des rapports, des mises à jour, du ménage de dossier... et préparer les mois à venir... dans le silence et dans la chaleur... Car il fait chaud au mois d'août... très chaud...

C'est silencieux le mois d'août à Barcelone... sauf sur la Rambla et la plage, bien sûr.

Posté par Laila_Seshat à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 août 2007

Crime littéraire: mémoire trouée

Mes crimes littéraires sont innombrables et chaque confession s'accompagne de sentiments de culpabilité. Et de soulagement aussi, bien sûr. Crime confessé, à moitié pardonné ! De toute évidence, certains crimes sont  véniels, d'autres sont capitaux... enfin selon mes références (d'ex-)chrétiennes. Mais tous me font sentir coupable, et donc méritent qu'on les mentionne. M_moiretrou

Il y a un crime que j'ai trop souvent commis. Et malheureusement, je me vois répéter cette action criminelle encore. Oh, je cherche à ne plus la commettre. Et pour ma défense, je ne cherche pas à le faire volontairement. Je dirais même que c'est tout à fait involontaire. Et je dis cela en toute honnêteté... je ne commets pas ce crime volontairement.  Un délit d'oubli involontaire.  Je suis de bonne foi... mais  est-ce que cela excuse ce crime ? Ne dit-on pas que la non-connaissance ne justifie pas le crime? Ou quelque chose du genre...

Mais quel est ce crime ? Ces pages, toutes ces pages que je lis... ces livres dont je fais la lecture... j'ai beaucoup lu.  Des livres que j'ai aimés, des livres que je n'ai pas aimés, des livres qui m'ont marquée, des livres qui m'ont laissée indifférente...

Mais il arrive que même si j'ai aimé le livre, même s'il m'a marquée... je l'oublie. J'oublie l'histoire, j'oublie les mots. La plupart du temps, je possède le livre - autre crime dont je me confesserai bientôt, un crime de bibliothécaire, celui-ci - je le vois dans ma bibliothèque, je me rappelle le titre, l'auteur, et même le moment où je l'ai lu... mais je ne me rappelle plus l'histoire. Ou à peine. Habituellement, dans la plupart des cas, je me rappelle au moins, si j'ai aimé le livre ou non !

Et alors, quand on me parle du livre, j'ai parfois de la difficulté à me rappeler de l'histoire... "oui, oui, je l'ai lu" (mais je ne pourrais pas vraiment vous dire de quoi ça parle!!!). Pour ma défense, très souvent quand j'en entends parler un peu ou si je lis quelques extraits, ça me revient ! Et je me souviens...

Je place la faute sur la quantité à lire... dans un temps trop court... et donc je blâme mon Bac en Études françaises... il y avait tant de livres à lire en si peu de temps. La pratique de la lecture rapide a laissé des séquelles; mais pour être honnête, je dois avouer que mon désir de lire tant d'oeuvres, tant de livres,  a fait que je lis trop rapidement.

Je ferme le livre... avec pleins d'images, de mots, de lettres, de souvenirs... bons ou mauvais. Mais trop rapidement, les mots se brouillent, les phrases deviennent confuses, les pages se confondent... et j'oublie. Ma mémoire devient parsemée de trous de lecture...

Je regarde parfois des livres dans ma bibliothèque et je suis incapable de me souvenir de l'histoire... j'en suis si embarrassée... Le pire c,est quand il arrive que j'achète un roman que j'ai déjà lu - mais cela n'arrive pratiquement jamais (bon cela m'est arrivé à 4 reprises - 4 fois en 36 ans d'existence, ce n'est pas si mal... bien sûr, je ne compte pas les fois où j'ai presque racheté le livre, avant de réaliser que je l'avais déjà lu !)

Maintenant, j'essaie réellement de prendre mon temps, de lire le roman et de me souvenir du contenu... mais cela m'arrive encore -trop souvent-... je repose le livre, le range dans ma bibliothèque et réalise quelques temps plus tard que les pages ne sont plus qu'un souvenir flou, que des mots imprécis, brouillés, dans ma mémoire trouée. 

Posté par Laila_Seshat à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 juillet 2007

Non, je ne sais pas chasser les hirondelles

Avant de continuer mes articles sur le roman et le film "The Outsiders", je me sens dans l'obligation de demander pardon.

Pardon à tous ces gens qui viennent ici dans l'espoir de pouvoir "chasser les hirondelles". Et qui évidemment ne trouvent que mes réflexions sur les hirondelles voltigeant près de mon balcon, faisant peur à mon chat et étant régulièrement en conflit avec les goélants logeant en face dans l'arène de taureaux.

Je ne sais pas comment chasser les hirondelles. Et même si j'ai découvert que ces oiseaux sont légèrement effrayant - non seulement pour mon chat... je ne crois pas que je tenterais de les chasser... à moins qu'elles ne s'attaquent carrément à mon chat - qui se fait trop vieux pour répliquer, il a quand même presque 15 ans le pauvre... ou alors qu'elles me touchent tout à fait la tête lorsqu'elles descendent sur mon balcon - pour l'instant, elles laissent quand même un bon 30 cm...

Quand je vois dans mes statistiques, toutes ces recherches sur "chasser les hirondelles" qui aboutissent sur ma réflexion du 19 mai 2007 : Invasion et conquête, je me sens légèrement coupable. Surtout que si je mets la phrase entre guillemets dans google, c'est le premier résultat qui apparait !!! Et qu'en plus, je n'ai pas l'intention de faire de recherche pour apprendre et partager comment chasser ces oiseaux, qui ma foi, ont bien le droit de voler à leur guise...

Mais enfin... je me rends compte que je contribue encore avec ces excuses à augmenter le résultat de recherche fautif à cette question "comment chasser les hirondelles"... Mais qu'ont-elles fait pour qu'on veuille les chasser ?

Alors, voilà, toutes mes excuses aux chercheurs de méthodes pour chasser les hirondelles !!! ;-)

Posté par Laila_Seshat à 23:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 juillet 2007

Outsiders, The : I. L'auteur

The Outsiders / S.E. Hinton. – [New York]: Laurel-Leaf Books, 1982. – 156 p. ; 17 cm. – ISBN 0-440-96769-4

L’auteur:

Selon plusieurs sources, S.E. Hinton est née en 1948 à Tulsa dans l’état d’Oklahoma des Etats-Unis. Mais on donne souvent SEHINTONcomme date de naissance 1950. On dit qu’elle avait 17 ans lorsque paru son premier roman en 1967. Mais selon la biographie dans l’édition du livre lu, on dit que l’auteur avait 16 ans quand elle écrivit son premier roman en 1967.

Elle commença à écrire alors qu’elle était très jeune, alors qu’elle fréquente l’école Will Rogers High School. Ses premiers romans demeurent non publiés.

Son nom complet est Susan Eloise Hinton mais lorsqu’elle publia son premier roman, son éditeur lui suggéra de n’utiliser que ses initiales à la place de son nom complet. Il voulait ainsi éviter que les lecteurs et critiques ignorent que le roman – mettant en scène de jeunes garçons – avait été écrit par une jeune femme. Comme la plupart de ces romans sont écrit selon le point de vue d’un garçon, l’auteur décida par la suite de continuer à utiliser uniquement ses initiales. De plus, cela lui permet de séparer sa vie professionnelle d’auteur de sa vie personnelle.

Elle commença à écrire son premier roman « The Outsiders » alors qu’elle avait 15 ans. Plusieurs événements l’incitèrent à écrire ce roman. Grande lectrice, elle trouvait cependant qu’il existait peu de livres destinés aux jeunes lecteurs adolescents – les livres existants étant peu réalistes selon elle. Elle voulut écrire un roman qui s’adressait directement aux adolescents. De plus, après la mort de son père, elle devint solitaire et trouva rapidement refuge dans l’écriture.

Finalement, elle trouva l’inspiration dans sa réalité quotidienne. Tous les jours, elle pouvait voir dans son école, deux groupes s’opposer : les jeunes pauvres, les Greasers et les jeunes riches, les Socs. Ne faisant pas vraiment partie d’aucun groupe, ses amis faisant cependant partie des Greasers. Elle fut témoin des affrontements entre les deux groupes, et elle vit un de ses amis se faire battre par d’autres jeunes de son école. Cet incident la révolta et l’incita à partager sa colère et frustration envers cette division sociale. L’incident est également le point de départ de son premier roman. Elle voulut avec ce roman, mettre en mots ce dont elle était témoin tous les jours.

Il est intéressant de noter que alors qu’elle écrivait ce premier roman qui recevra divers prix et qui fut vendu à plus de 8 millions de copies, elle avait d’énormes difficultés à l’école et échouait son cours de création littéraire ! Le roman fut publié en 1967 par la maison d’édition Viking. Il devint rapidement un best-seller et S.E. Hinton un auteur important de la littérature jeune adulte.  

Le succès de son premier roman lui apporta la célébrité et beaucoup de publicité. Cependant les attentes étaient grandes de la part de son éditeur, des critiques et des lecteurs. Elle poursuivit ses études à l’Université de Tulsa en même temps qu’elle commença la rédaction de son deuxième roman. La pression qu’elle ressentait était cependant énorme et pendant trois ans, elle fut victime du fameux syndrome de la page blanche. Déprimée, stressée, elle était incapable d’écrire. Grâce à son copain – qui devint en 1970, son époux – elle réussi à briser son blocage. En effet, il l’obligea à écrire deux pages par jour.

En 1970, elle obtient son diplôme d’enseignement de l’Université et elle termine son deuxième roman : « That Was Then, This Is Now ». Il fut publié l’année suivante. L’auteur considère que ce roman est plus réfléchi et travaillé. L’histoire a pour thèmes la drogue et la délinquance et encore une fois, est présentée du point de vue d’un jeune garçon placé devant un choix difficile. SEHINTON2

Elle publia son troisième roman « Rumble Fish » en 1975, bien qu’il paru d’abord en 1968 sous la forme d’une nouvelle dans le journal de l’Université de Tulsa. D’autres romans suivirent « Tex » en 1979 et « Taming the Star Runner » en 1988. On compte en tout 8 romans pour jeunes adultes et l’auteur est souvent qualifié de porte-parole de la jeunesse. Elle est un auteur important de la littérature pour jeunes adultes et ces livres ont reçus de nombreux prix. Ses romans sont souvent enseignés dans les classes, bien que ils soient aussi souvent censurés ou bannis des bibliothèques scolaires.

En 1983, « The Outsiders » fut porté à l’écran par le réalisateur Francis Ford Coppola. S.E. Hinton participa à la version cinématographique de son roman. L’année 1983 est également marquée par la naissance, en août, de son fils, Nicholas David. D’autres romans sont également adaptés pour le cinéma.  

Elle continue d’écrire, mais ses romans ne sont plus uniquement destinés à des lecteurs adolescents. Ils ont maintenant d’autres public cible, notamment, les enfants (d’âge pré-scolaire ou scolaire) ou encore les lecteurs adultes. Mais comme tous ses romans, son inspiration demeure sa propre vie.

En 1988, elle reçut le prix « Margaret A. Edwards Award » qui est présenté par la Young Adult Library Services Association. Le prix est attribué aux auteurs dont les œuvres présentent les expériences et émotions des adolescents.

S.E.Hinton réside toujours à Tulsa avec son époux où elle continue à écrire.

Bibliographie :

  •  - The Outsiders (1967) – Roman « jeune adulte »
  • - That Was Then, This Is Now (1971) - Roman « jeune adulte »
  • - Rumble Fish (1975) - Roman « jeune adulte »
  • - Tex (1979) - Roman « jeune adulte »
  • - Taming the Star Runner (1988) - Roman « jeune adulte »
  • - Big David, Little David (1995) – Roman jeunesse
  • - The Puppy Sister (1995) – Roman jeunesse
  • - Hawkes Harbor (2004) – Roman
  • - Some of Tim’s Stories (2007) – Roman

Commentaires à suivre...

- sur l'oeuvre: ici, ici et ici

- sur le poème de Robert Frost

- sur le film

- réflexion personnelle (introduction)

Sources:

Posté par Laila_Seshat à 17:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


19 juillet 2007

Ce film que je lis

The Outsiders / S.E. Hinton. – [New York]: Laurel-Leaf Books, 1982. – 156 p. ; 17 cm. – ISBN 0-440-96769-4Outsiders1

Introduction :

Il arrive que je lise un livre et que j’apprenne ensuite qu’il a été adapté au cinéma ou qu’il le sera bientôt. Parfois je vois le film. Quand j’ai lu un livre – et que de surcroît je l’ai aimé – c’est toujours avec appréhension que je visionne l’adaptation cinématographique. Je suis souvent déçue ou désappointée… le film n’arrivant pas à rendre le roman. Mais je suis aussi parfois surprise ou enchantée du résultat. Certaines adaptations cinématographiques surpassent même parfois le roman dont ils s’inspirent… parfois… Ou alors, le film devient une œuvre complètement différente du roman.

Et il arrive – plus rarement - que j’ai vu un film avant de lire le roman qui a inspiré l’adaptation cinématographique. Parfois même avant de savoir qu’un roman était à l’origine du film. Et alors, c’est aussi une situation délicate. Surtout si j’ai aimé le film. Est-ce que je dois lire le livre ? Sera-t-il meilleur que le film ? Serais-je finalement déçu du film, même si je l’avais d’abord aimé, parce que finalement, il n’est pas à la hauteur du roman ?

Et donc… j’avais 12 ans quand en 1983, le film « The Outsiders » est sorti au cinéma. Mais ce n’est qu’en 1985 à l’âge de 14 ans que je l’ai vu pour la première fois. Nous étions plusieurs amies un samedi après-midi, et nous avions loué des vidéos. Je me rappelle que c’était la première fois – et ce fut l’unique fois - que nous allions chez cette amie. Pour une raison inconnue, jamais nous allions chez Sophie. Je me souviens cependant très bien de son salon. Nous avions entre autres loué un film avec plusieurs jeunes acteurs que nous connaissions bien – et qu’on trouvait bien séduisants – Rob Lowe, Tom Cruise, Matt Dillon… j’aimais particulièrement Emilio Estevez.

Nous étions environ 6 filles de 14 ans. Et donc, cela rend le visionnement d’un film difficile. On parle, on rit, on grignote, on pousse des cris quand les acteurs apparaissent à l’écran. Mais je me souviens que dès les premières images du film, j’ai arrêté de parler. Mes amies continuaient à rire et parler tout en écoutant distraitement le film… mais moi, j’étais silencieuse. Et je rageais du bruit et du manque d’attention de mes amies. Et je rageais que le film soit en français et non pas dans sa version originale, en anglais.

Et donc, quelques jours plus tard, je suis allée louer à nouveau le film. Seule. Et en anglais. Et je pus regarder tranquillement chaque scène, écouter attentivement chaque mot… et pleurer… les larmes que j’avais retenues quelques jours auparavant… je les ai laissé couler. J’ai reloué le film souvent par la suite… et puis, évidemment j’ai pu voir que le film était une adaptation d’un roman.

J’ai cherché longtemps le roman. Et quand je l’ai finalement acheté, j’ai attendu avant de le lire. J’avais un peu peur qu’il soit très différent du film… que le film ne soit finalement pas aussi bon que le livre… que trop de choses aient été coupées ou alors que des scènes que j’aimais, n’existent pas dans le roman ou qu’elles soient différentes…

Et puis j’ai lu en quelques heures les 156 pages de mon édition. J’ai à nouveau verser quelques larmes – ce qui est rare quand je lis un roman. Il y avait bien quelques scènes qui n’apparaissent pas dans le film… mais dans l’ensemble, les deux œuvres livrent le même texte…

Après toutes ces années, autant le roman que le film me touchent… je ne sais pas combien de fois j’ai pu lire le roman… combien de fois j’ai visionné le film. Le livre est dans ma bibliothèque, vieille édition peu coûteuse et toute jaunie… j’ai également le film en version VHS et je compte le racheter bientôt en DVD – surtout que j’ai su que le réalisateur avait sorti une version complète de son film, encore plus près du livre…

Ce film et ce livre sont très importants pour moi, et je peux en réciter de grands bouts… et malgré tout, je me souviens toujours avec nostalgie de la première fois que j’ai entendu ces mots :

When I stepped out into the bright sunlight from the darkness of the movie house…” suivi par la chanson “Stay Gold”….

Seize upon that moment long ago
One breath away and there you will be
So young and carefree
Again you will see
That place in time...so gold
” …

J’ai encore des frissons chaque fois que le film commence…et j’ai toujours les larmes aux yeux quand je lis les mots de la lettre de Johnny :

I’ve been thinking about it, and that poem, that guy that wrote it, he meant you’re gold when you’re a kid, like green. When you’re a kid everything’s new, dawn. It just when you get used to everything tht it’s day. Like the way you dig sunsets, Pony. That’s gold. Keep it that way, it’s a good way to be. I want you to tell Dally to look at one. He’ll probably think you’re crazy, but ask for me. I don’t think he’s ever really seen a sunset.” p. 154

Posté par Laila_Seshat à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 juillet 2007

Tous ces livres...

"Dans la vitrine de la librairie, tu as aussitôt repéré la couverture et le titre que tu cherchais. Sur la trace de ce repère visuel, tu t'es aussitôt frayé chemin dans la boutique, sous le tir de barrage nourri des livres - que - tu - n'as - pas - lus qui, sur les tables et sur les rayons, te jetaient des regards noirs pour t'intimider. Mais tu sais que tu ne dois pas te laisser impressionner. Que sur des hectares et des hectares s'étendent les livres - que - tu - peux - te - passer - de - lire, les livres - faits - pour - d'autres - usages - que - la - lecture, les livres - qu'on - a - déjà - lus - sans - avoir - besoin - de - les - ouvrir -  parce - qu'ils - appartiennent - à - la - catégorie - du - déjà - lu - avant - même - d'avoir - été - écrits. Tu franchis donc la première rangée de murailles : mais voilà que te tombe dessus l'infanterie des livres - que - tu - lirais - volontiers - si - tu - avais - plusieurs - vies - à - vivre - mais - malheureusement - les - jours - qui - te - restent - à - vivre - sont - ce - qu'ils - sont. Tu les escalades rapidement, et tu fends la phalange des livres - que - tu - as- l'intention - de - lire - mais - il - faudrait - d'abord - en - lire - d'autres, des livres - trop - chers - que - tu - achèteras - quand - ils - seront - revendus - à - moitié - prix, des livres - idem - voir - ci-dessus - quand - ils - seront - repris - en - poche, des livres - que - tu - pourrais - demander - à - quelqu'un - de - te - prêter, des  livres - que - tout - le - monde - a - lus - et - c'est - comme - si - tu - les - avais - lus - toi-même. Esquivant leurs assauts, tu te retrouves sous les tours du fortin, face aux efforts d'interception des  livres - que - depuis - longtemps  - tu - as - l'intention - de - lire, des livres - que - tu - as - cherchés - des - années - sans - les - trouver, des livres - qui - concernent - justement - un - sujet - qui - t'intéresse - en - ce - moment, des livres - que - tu - veux - avoir - à - ta - portée - en - toute - circonstance, des livres - que - tu - pourrais - mettre - de - côté - pour - les - lire - peut-être - cet-été, des livres - dont - tu - as - besoin - pour - les - aligner - avec - d'autres - sur - un - rayonnage, des livres - qui - t'inspirent - une - curiosité - soudaine - frénétique - et - peu - justifiable.

 Bon. Tu as au moins réussi à réduire l'effectif illimité des forces adverses à un ensemble considérable, certes,  mais cependant calculable, d'éléments en nombre fini, même si ce relatif soulagement est mis en péril par les embuscades des livres - que - tu - as - lus - il - y - a - si - longtemps - qu'il - serait - temps - de - les - relire et des livres - que - tu - as - toujours - fait - semblant - d'avoir - lus - et - qu'il - faudrait - aujourd'hui - te - décider - à - lire - pour - de - bon."

Italo Calvino - Si par une nuit d'hiver un voyageur


Posté par Laila_Seshat à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 juillet 2007

Confiance

Je me retrouve dans l'impossibilité de croire une seule parole qu'il prononce... C'est extrêmement déroutant et très difficile à accepter.

J’ai l’impression que tout ce qui me dit est, soit un mensonge, soit une demi-vérité… ou alors que les paroles qu’il prononce sont sans importance et qu’il cache à peu près tout. Évidemment ce n’est pas un sentiment qui a commencé sans raison. Et comme on dit, chat échaudé craint l’eau froide.

Et j’ai l’impression également que c’est probablement irréversible. Est-ce que je pourrai un jour lui faire confiance, ne paspapa remettre en question la moindre de ses paroles, ne pas avoir constamment un doute sur la véracité de ce qu’il me raconte ? Je ne sais pas. Et si c’était uniquement ce qu’il me dit maintenant… me voilà à questionner toute mon enfance, tous ces gestes et paroles, toute notre vie… C’est mon père et j’ai l’impression qu’on me l’a volé…

Je ne suis pas innocente, je sais bien qu’on ne connaît pas complètement ses parents. Qu’on a parfois des visions idéales et dénaturées de leur personne… mais je dirais que ce n’est pas complètement le cas ici… en fait, j’avais une vision assez réaliste de mon père. Je connaissais pas mal ses défauts et ses erreurs. Et j’ai connu des aspects négatifs de sa personnalité. Je n’ai pas que de beaux souvenirs de lui. Et les dernières années ont amené leur lot de contrariétés et même de disputes. Qu’il fasse des choses que je n’approuve pas ou qui me fâchent, je l’accepte assez bien. J’ai appris à le connaître et à accepter certaines attitudes et actions – ou manque d’actions. Cela a pu parfois me faire de la peine ou m’enrager, mais je pouvais vivre avec ces choses… après tout j’aime mon père…

Mais ces mensonges, ces actes cachés, ces attitudes d’adolescent immatures sont incompréhensibles pour moi. Et surtout me donne l’impression que ce n’est plus véritablement mon père. Quand je le vois, je sens mon cœur se serrer… je le vois, je le reconnais, mais j’ai constamment le sentiment qu’il me cache des choses et me ment… et je ne peux plus effacer ce sentiment. C’est comme si sous la peau d’une personne que j’aime se cache quelqu’un d’inconnu…

Même le fait que je sais qu’il est pas mal manipulé par une autre personne, ce n’est même pas ce qui me blesse le plus… c’est cette impression de ne plus pouvoir lui faire confiance.

Maintenant, le chat est-il réellement tombé du 3e étage ? Est-il réellement indemne ?  Ou alors disparaîtra-t-il dans quelques jours ? Ce questionnement paraît anodin mais renferme tous mes doutes.

Posté par Laila_Seshat à 12:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

13 juillet 2007

Index des livres lus (alphabétique)

Lectures :


- 0...9 -

- 206 Bones / Kathy Reichs


- A -

- Accident (L') /C.L.Taylor

- Affaire Raphael (L')  / Iain Pears

- Agonie  / Jacques Brault

- A la table des seigneurs, moines et paysans du Moyen Age  / Eric Birlouez

- Alpha (L') / Nadia Bouzid

- Antigone / Jean Anouilh

- Appel du mal (L') / Lisa Unger

 - Arcanes du chaos (Les) / Maxime Chattam

 - Ascendant (L')- Alexandre Postel

- Assassins de la 5eB (Les)- Kanae Minato

 - Au péril de la mer - Dominique Fortier


- B -

- Barcelona Shops / Consol Bancells

- Blasphemy / Douglas Preston

- Bondrée / Andrée A. Michaud

- Brunissement des baleines blanches (Le) / Boucar Diouf


- C -

- Celui dont le nom n'est plus / René Manzor

- Cercle de la croix (Le) / Iain Pears

- Certaines n'avaient jamais vu la mer / Julie Otsuka

- Ce qui n'est pas écrit / Rafael Reig

- Chambre des parents (La) / Brigitte Giraud

- Chambre de la Stella (La) / Jean-Baptiste Harang

- Chasse-galerie (La) / Honoré Beaugrand

- Child of the Night / Nancy Kilpatrick

- Christmas Night Murder (The) / Lee Harris

- Christmas Pudding / Agatha Christie

- Chuchoteur, Le / Donato Carrisi

- Cité du Soleil (La) / Tommaso Campanella

- Cocorico / Pan Bouyoucas

- Collectionneur (Le) / Chrystine Brouillet

- Conception / Chase Novak

- Conjuration de la Sixtine (La) / Philipp Vandenberg

- Corde (La) / Stefan aus dem Siepen

- Cri du cerf (Le) /Johanne Seymour

- Croyances et rites populaires / James Éveillard, Patrick Huchet


- D -

- Daddy Love / Joyce Carol Oates

- Dahlia Noir (Le) / James Ellroy 

- Dame à la Licorne (La)  / Tracy Chevalier

- Dans les bois / Harlan Coben 

- De la fabrication des fantômes / Franck Manuel

- Déjà Dead / Kathy Reichs 

- Deux zèbres sur la 30e Rue / Marc Michel-Amadry

- Derrière le masque / Louisa May Alcott

- Diable s'habille en Prada (Le) / Lauren Weisberger

- Dictionary of Angels: Including the Fallen Angels / Gustav Davidson

- Dîner (Le) / Herman Koch

- Divins secrets des petites ya-ya (Les)/ Rebecca Wells

- Door Through Washington Square (The)/ Elaine Bergstrom

- Doux venin des abeilles (Le) / Lisa O'Donnell

- Du domaine des murmuresCarole Martinez

- Dylanne et moi / André Carpentier


- E -

- Écorchée (L') / Donato Carrisi

 - Enchantment of the Faerie Realm: Communicate with Nature Spirits & Elements / Ted Andrews

- Enfants du Graal (Les) / Peter Berling

- Évangile de Marie (L'): Myriam de Magdala / Évangile copte du IIe siècle traduit et commenté par Jean-Yves Leloup 


- F -

- Femme au Moyen-Âge (La) / Jean Verdon 

- Fête du Potiron (La) / Agatha Christie 

 - Fille de l'hiver (La) Eowyn Ivey 

 - Flambeau (Le) / Agatha Christie 

- Fou et le professeur: une histoire de meurtre, démence, de mots et de dictionnaire / Simon Winchester   


 - G -

 - Gars des pogos (Le) / Éric Godin

- Gifle (La) / Christos Tsiolkas

- Goût des pépins de pomme (Le) / Katharina Hagena


 - H -

- Haunting of Hill House (The) / Shirley Jackson

- Huitième livre de Vésale (Le) / Jordi Lllobregat

- Histoires d'Ogres / Katia Gagnon


- I -

- Indésirable / Francis Malka

- Invitation (L') / Miquel Pairolí


- J -

- Jade, l'enfant de la mer / Stéphane Bourget

- Je ne me lève jamais avant la fin du générique   / Réjane Bougé

- Je reviendrai avec la pluie / Takuji Ichikawa

- Jeunes mortes (Les) / Selva Almada

- J'haïs le hockey / François Barcelo

- Jurassic Park  / Micheal Crichton


- L -

- Labyrith / Kate Mosse 

- Landays afghans

- Last days / Adam Nevill

- Little Women / Louisa May Alcott,

- Libraire (Le) / Régis De Sá Moreira

- Logique du sang (La) / Martin Buysse

- Lorsque j'étais une oeuvre d'art / Eric-Emmanuel Schmitt

- Lottery (The) / Shirley Jackson

 - Lune rouge (La) /Jean Lemieux


- M -

- Madame Victoria / Catherine Leroux

- Maison assassinée (La) / Pierre Magnan

- Maman a tort / Michel Bussi

- Mangez-le si vous voulez / Jean Teulé

- Mannequin enchanté (Le) / Anthony Phelps

- Mathématique du crime / Guillermo Martinez

- Mer d'innocence (La) - Kishwar Desai

- Muséum / Véronique Roy

  •  Muséum - publié le 14 juillet 2008

- N -

- Nancy croit qu'on lui prépare une fête / Simon Boulerice

- Noël d'Hercule Poirot (Le) / Agatha Christie

- No more Natalie / Marin Ledun

- Nous avons tous peur / B.R. Bruss

- Noyade du marchand de parapluies (La) / Francis Malka

 


 - O -

- Oeuvre au Noir (L') / Marguerite Yourcenar

- Old Possum's Book of Practical Cats / T.S. Eliot

- Oiseau de mauvaise augure (L') /Camilla Läckberg

- Ô Solitude ! / D. Kimm

- Ouvert l'hiver / Sébastien Dulule

- Outsiders (The) / S.E. Hinton

 


- P -

- Pages à brûler / Pascale Quiviger

- Passion du livre au Moyen Age (La) / Sophie Cassagnes-Brouquet

- Parfum de la tubéreuse (Le) / Élise Turcotte

- Pauline / George Sand

- Personne ne le croira / Patricia MacDonald

- Petit lexique des idées fausses sur les religions / Odon Vallet

- Petites histoires avec une chat dedans (sauf une) / Véronique Papineau

- Petit jardin des fées (Le) / Anne Duguël

- Petite robe de Paul (La) / Philippe Grimbert

- Phyto-analyste : thriller botanique (Le) / Bertrand Busson

- Pièces importantes et effets personnels de la collection Leonore Doolan et  Harrold Morris... / Leanne Shapton

- Piscine (La) / Jonathan Gaudet

- Plantes, les hommes et les dieux (Les) / Michèle Bilimoff.

- Plus léger que l'air / Federico Jeanmaire

- Poèmes choisis / Hector Saint-Denys Garneau

- Poésies complètes 1896-1899 / Émile Nelligan

- Poison des roses / Mirjam Pressler

- Pollution au Moyen-Âge (La) / Jean-Pierre Leguay

- Pour en finir avec le Moyen-Âge / Régine Pernoud

- Predator / Patricia Cornwell

- Prédicateur/ Camilla Läckberg

Princesse des glaces (La)/ Camilla Läckberg


- Q -

- Quelque part avant l'enfer / Niko Tackian

- Qumran / Eliette Abécassis

  • Qumran - publié le 18 novembre 2009
  • Qumran - Suite - publié le 19 novembre 2009

- R -

- Reines et favorites : le pouvoir des femmes / Benedetta Craveri

- Relic / Douglas Preston ; Lincoln Child

- Réparation (La) / Katia Gagnon

- Reste de sa vie (Le) / Isabelle Marrier

- Roi disait que j'étais diable (Le) / Clara Dupont-Monod

- Royaume scotch-tape / Chloé Savoie-Bernard

- Rule of Four (The) / Ian Caldwell ; Dustin Thomason


- S -

- Sang du temps (Le) / Maxime Chattam

- Scarpetta / Patricia Cornwell

- Secte des Égoïstes (La) / Eric-Emmanuel Schmitt 

- Selected Poems of Anne Sexton / edited with an introduction by Diane Wood Middlebrook and Diane Hume George  

- Sept jours du talion, Les / Patrick Senécal

- Sepulchre / Kate Mosse

- Signora Wilson (La)/ Patrice Salsa

- Silence de sang / Sue Walker

 - Shadow of the Wind / Carlos Ruiz Zafón

- Sleepers / Lorenzo Carcaterra

-Soeur de Judith / Lise Tremblay

- Sukkwan Island / David Vann

-Sur ma peau / Gillian Flynn

- Survenant (Le) / Germaine Guèvremont

- Suspicions of Mr. Whicher, or, The Murder at Road Hill House (The) / Kate Summerscale


- T -

- Table des matières (La) / Sylvie Fayet-Scribe

Tailleur de pierre (Le) / Camilla Läckberg

 -Testament des Templiers (Le) / Glenn Cooper

- Théroème du Perroquet (Le) / Denis Guedj 

- Trois fois la bête / Zhanie Roy

- Trois p'tits chats / René Boulanger


- U -

- Un cadavre dans la bibliothèque / Agatha Christie

- Une journée avec Monsieur Jules / Diane Broeckhoven

- Une nuit, je dormirai seule dans la forêt / Pascale Wilhelmy

- Univers féerique (L') / Édouard Brasey


- V -

- Vallée du renard (La) /Charlotte Link

- Vérité sur l'Affaire Harry Quebert (La) / Joël Dicker

- Vide (Le) / Patrick Senécal

- Vie privée des arbres (La) / Alejandro Zambra

- Vierge en bleu (La) / Tracy Chevalier

- Vingt-quatre milles baisers / Françoise de Luca

- Viou / Henri Troyat

 

- Visages (Les) / Jesse Kellerman


  - W -

-Wagon (Le) / Philippe Saimbert & Isabelle Muzart

- Wicca / Scott Cunningham


- Z -

- Zébrures écarlates / Michel Roberge

 

Crimes littéraires :  (Maintenant sous leur propre catégorie)


Premier compilation : 13 juillet 2007
Dernière mise à jour: 5 décembre 2017

Posté par Laila_Seshat à 16:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 juillet 2007

Quelques voyages et un peu d'Histoire

Articles publiés sous la catégorie : Quelques voyages et un peu d'Histoire

Pays et Villes

- Canada

      Québec

- Espagne

       Andalucia

       Catalunya

       Galicia

        Pays Basque

- France

       Alsace

       Bretagne

      Languedoc-Rousillon (Occitanie)

       Loire

       Midi-Pyrénées

       Normandie

       Provence

       Pyrénées-Orientales

  • Dolmen de la Creu de Falibe - publié le 26 juin 2017

 

- Japon

Bibliothèques du monde

Premier compilation : 10 juillet 2007
Dernière mise à jour: 6 janvier 2018

Posté par Laila_Seshat à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,