04 octobre 2011

Byebye Poppy Corn...

Ce n'est rien... mais j'ai quand même quelques larmes aux yeux...

Il y a déjà quelques mois... mon PisTout passait la tondeuse. Vous savez quand on a une cours... ben faut passer la tondeuse. Une des joies d'avoir une cours avec du gazon. On est bien content, remarquez, de passer la tondeuse !

Soudain... il arrive en courant dans la maison : "oh my god... viens vite dehors... j'ai passé proche de faire une catastrophe!!!" me crie-t-il sans plus d'explication. Je cours dehors... ne sachant trop de quoi il parle. "J'ai passé proche de faire quelque chose d'horrible" me répète-t-il encore. Il tremble presque... et je n'exagère pas. "Tu vois... je passais la tondeuse... je voyais une tache grise là-bas et je me disais que c'était sûrement un champignon ou une feuille... et sans plus y penser, j'allais passer dessus avec la tondeuse" "... la grosse tondeuse..." "Viens voir", me dit-il devant mon air interrogatif et complètement : mais de quoi tu parles?!?!?

Et là, je vois la tache gris dans le gazon... la tache grise bouge. C'est un minuscule petit écureuil... tout petit, encore les yeux fermé... tombé de l'arbre, du nid que l'on voit tout en haut... il crie, il bouge à peine... PisTout tremble encore et me décrit les images d'horreur pleines de sang qui passent devant ses yeux.

Mais rien n'est arrivé... il est là tout petit. Et on ne sait pas quoi faire ! On ne peut le remettre dans son nid... sa mère viendra-t-elle le chercher ? Va-t-il finir dans le ventre d'un chat errant, d'une corneille voisine ?

Je ne sais que faire... quelques recherches sur Internet plus tard... je sais qu'on peut le recueillir et le sauver. Mais que faire ? PCLaisser la nature suivre son cours ? Des bébés écureuils meurent tous les jours... c'est sûrement son destin. Mais je ne suis pas capable... il est là dans ma cours, devant chez moi et il pleure. Je vais le prendre et le mettre dans le noeud de l'arbre. Il pleure encore plus... semble perdu, semble chercher ma présence... il est seul.

J'appelle soeurette qui fut pendant longtemps une technicienne en santé animale et qui est la "maman chat" comme on l'appelle. Elle est radicale... "il mourra sûrement si tu le laisses là". Mais elle propose de le prendre. Elle en prendra soin.

Et c'est ce qu'on a fait. Je l'ai pris dans mes mains. Il a pleuré mais s'est blotti dans le creux de ma main. Et nous sommes allés le porter chez elle. Pendant 4 jours et 4 nuits, à tous les 4 heures (heureusement, maintenant traductrice, elle travaille de la maison), elle l'a nourri au biberon. Puis, il a ouvert les yeux. Il a passé ses jours et ses nuits chez elle. Accourant quand elle arrivait. Se blottissant sur elle. Jouant avec les chats...

Il était grand maintenant. Sa belle queue toute touffue. Il était magnifique. Il commençait à cacher ses pinottes dans les pots des plantes et se faisait des nids pour se cacher. Il courait partout, semait la pagaille, affolait les chats, se cachait dans le cou de soeurette quand il savait avoir fait un mauvais coup. Soeurette disait qu'une fois l'hiver passé, elle le ramenerait ici, et le laisserait aller... Il serait mieux dehors, mais avec moi qui serait là pour le nourrir un peu... car on le sait, je nourris les écureuils, malgré les ravages à mes fleurs !

Mais après l'hiver... car il était trop domestiqué et peu habitué à la nature et au froid... donc pas tout de suite. Il était en santé, vigoureux, plein de vie et d'espièglerie !

Et puis, ce matin, elle s'est levée... et il était mort. Sans avertissement... sans signe... sans cri... Il était simplement couché dans son nid. Elle ne comprend pas... et nous pleurons tous ce petit écureuil rescapé de la méchante tondeuse...

Ce n'était qu'un petit écureuil tombé de son nid... des écureuils il y en a partout ici... mais Poppy Corn, tu étais unique...

Posté par Laila_Seshat à 05:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


01 octobre 2011

Ces jours d'automne et d'épouvante

H1"In the velvet darkness of the blackest night
Burning bright, there’s a guiding star" [Rocky Horror Picture Show]

Mais oui... nous sommes le 1er octobre et cette année je compte bien souligner ce mois que j'adore tant !

L'automne pointe son nez. Il a fait chaud ces derniers jous de septembre. C'est très bien, je l'avoue, mais cela ne fait pas très automne. Et aujourd'hui en ce 1er jour d'octobre, le vent et la petite pluie fine ont fait leur entrée. Il faisait frais, froid même. Le vent s'amusait dans les feuilles qui ont commencé à tomber... à peine quelques feuilles, mais elles virevoltaient. Les couleurs ne sont pas encore complètement ici... sur l'île, j'entends, car ailleurs, les feuilles se tintent de plus en rapidement.

Je frissonne, mais je sais que la température remontera un peu... pour ces journées ensoleillées et pleines d'odeurs, couleurs et magie. Et aujourd'hui, j'ai acheté ma première citrouille et posé mes premières décorations.

Projets de textes pour avoir peur un peu... c'est la saison des frissons qui commence !!!

Posté par Laila_Seshat à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 septembre 2011

Car on peut bien tricher

VacancesBien entendu... car on a bien le droit d'avoir quelques jours de vacances... mais comme je sais que je suis beaucoup moins présente qu'avant... j'ai voulu laisser quelques textes... ici et là. En trichant un peu... et en les écrivant d'avance pour qu'ils apparaissent alors que je n'étais pas lá !

Et puis... avec ce changement d'emploi, les vacances se sont envolées en fumée ! Car je ne pensais pas vraiment changer d'emploi donc nous avions prévu nos vacances en septembre. Mais en changeant d'emploi en juillet... pouf... il fallait oublier les vacances. Pas de repos pour moi.

Mais j'ai négocié mon emploi et j'ai obtenu une semaine tout de suite... oui, car c'était ça ou le nervous breakdown dans quelques mois ! Car la dernière année fut plus que stressante ... dans tous les aspects possibles de ma vie... alors...

... yep... j'ai pu prendre quelques jours pour changer d'air... et comme ces oiseaux croisés dans une petite ville au milieu des Ètats-Unis, nous avons envahi la route pendant une dizaine de jours. Á défaut de parcourir les routes d'Europe, nous nous sommes réappropriés les routes de l'Amérique... Pleins de souvenirs... à venir...

Retour au travail... heureux - car je suis plus que contente de ma décision - mais difficile - car les voyages ne sont jamais reposants ! Mais la tête pleine de projets et d'idées... pleins de textes en cours de recherche et rédaction... Et on ne parle pas de l'Halloween qui arrive !!! :D Vivement les textes pleins de fantômes, frissons et cris !

Oh... que ce clavier espagnol m'agace... et pourtant avant, je le maìtrisais parfaitement... mais maintenant que je travaille avec d'autres ordi... pfiff.. c'est le bordel total ! vous m'excuserez tous ces accents dans tous les sens...ok??? :)

Posté par Laila_Seshat à 04:42 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 juillet 2011

Des livres, des livres, des livres... et beaucoup plus.

jibPetite tranche de vie... pour une petite histoire personnelle. Il était une fois, une jeune fille qui après une 3 ans d'université en Études françaises et un diplôme en poche, décide d'attendre avant de faire sa maîtrise parce que le professeur qu'elle voulait comme directrice de thèse était en sabbatique. Mais en attendant, la jeune fille décide de faire un certificat en archivistique. À la fin de l'année, avec son certificat terminé, elle réalise qu'elle est tombée en amour avec les documents... et elle décide de laisser faire les Études françaises pour faire à la place sa maîtrise en Bibliothéconomie et Sciences de l'information. Elle n'a jamais regretté son choix...

Car j'adore les livres, les documents, la documentation et l'information sous toutes ses formes !!!!

J'ai commencé par enseigner (oui, on engage des jeunes professeurs parfois...sans expérience) à la technique de la documentation au Cégep. Puis, j'ai travaillé comme bibliothécaire dans une bibliothèque collégiale (STME, qu'on appelle ça !). Mais pendant ces deux expériences de travail, j'ai toujours continué à toucher les archives et les documents. Donc, je touchais à tous les aspects et j'en étais bien heureuse, car j'aime autant les documents que les livres !

Et puis, nous sommes partis pour l'Espagne et j'ai quitté le monde des bibliothèques. Pendant 7 ans, j'ai travaillé en gestion des documents administratifs... j'ai adoré mon expérience et elle s'est poursuivi à mon retour au Québec... Mais autant j'aime les plans de classification, les calendriers de conservation, les documents administratifs, les documents électroniques, offrir des formations, aider les gens à organiser leurs documents, etc... je dois avouer que je m'ennuyais énormément des livres.

Oh... j'aime les documents, mais chaque fois que j'entrais dans une bibliothèque, des odeurs de livres m'envahissaient. Et des souvenirs de questions de référence, des désirs de développement de collections... enfin un besoin de bibliothèque me prenait à la gorge.

Et puis... il y a quelques semaines, j'ai osé. Je ne cherchais pas... enfin, pas vraiment. Et puis, je n'ai pu résister à l'offre... j'ai appliqué et après un très long processus, j'ai obtenu le poste. Bibliothèque publique. Mais que faire... car cette entreprise qui m'emploie depuis l'Espagne, avec qui j'ai vécu des milliers de haut et de bas... et bien... je me sentais incapable de la quitter. Une relation plus que professionnelle... une relation personnelle.

Mais, je vieillis... l'avenir est incertain... je dois penser à ma carrière... et je dois m'avouer que je m'ennuie de la bibliothèque... et donc... ce fut une dure décision. Je pensais les réflexions et les indécisions et les choix difficiles derrière moi... Et les dernières semaines furent un tourbillon de pensées... Et quand j'ai fait mon choix, j'ai pleuré.

Mais aujourd'hui, cela fait une semaine que je suis de retour en bibliothèque. Et je ne regrette pas mon choix. Byebye documents, bonjour livres !

Posté par Laila_Seshat à 02:15 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 juillet 2011

Non, ce n'est pas le paradis...

Encore une fois, je discute tranquillement avec quelqu'un... et on me dit : "wow, Barcelone ! Mais pourquoi, bon sang, vous êtes revenus ici ! C'est tellement plus beau là-bas ! Et la température est bien meilleure !" etc., etc., etc., et blablabla...

Vous dire le nombre de fois qu'on m'a sorti ce genre de remarques depuis que nous sommes revenus au Québec est carrément impossible ! Des dizaines ? Je pencherais même plus vers la centaine ! Et j'ai beau répondre et expliquer... on ne semble pas me croire ou m'écouter... On m'entend mais on ne m'écoute pas du tout. Je me répète et me répète... en vain... Alors, voici ce que je me tue à leur dire et qu'ils n'écoutent pas :

BCNBeau"Alors oui ! Barcelone est une belle ville. Magnifique, vivante, dynamique, diversifiée... Oui, oui, oui... Mais Barcelone demeure une ville. Avec ses qualités et ses défauts. Et vous savez quoi ? Je ne passais pas mes journées à me promener tranquillement, à admirer l'architecture et à prendre des cafés et des apéros sur les terrasses. Non, non... je travaillais, j'allais faire des courses, je faisais du ménage,... vous savez, la vie quotidienne quoi !

Et oui, Barcelone est magnifique, splendide, remplis d'endroits complètements renversants... des grands monuments, aux détails d'un immeuble dans une petite rue tranquille. Mais vous savez quoi ? il y a des rues ordinaires, sales, avec une petite odeur d'égout....Comme dans toutes les villes, il y a des édifices absolument horribles, des façades grises, fades et sinistres, des rues insignifiantes, mornes et inintéressantes.

Et oui, Barcelone est constamment en mouvement, vivante, folle et sans sommeil... mais Barcelone est excessivement bruyante, sans jamais un moment de silence ou de tranquillité. Les cafés sont toujours remplis, les rues toujours BCNLaidgrouillantes de vie... et on ne peut sortir sur sa rue sans avoir des cris, des rires, des pétards, des chiens qui jappent, des voitures , des sirènes et des motos... un bruit constant qui diminue à peine vers 4h-5h, pour reprendre à 6h00... oui la ville est dynamique et sans repos, peu importe la rue ou le quartier... elle ne dort jamais... et nous, difficilement.

Barcelone est belle. Mais la belle Barcelone... celle dont vous me parlez, est une ville de touristes que vous ne voyez que quelques jours ou quelques semaines. Barcelone est aussi ordinaire et parfois laide.

Alors... la prochaine fois que vous allez à Barcelone, faites un détour par l'Hospitalet, Sants, la Zona Franca ou la Barceloneta... et vous me direz ce que vous pensez de l'architecture, des détritus, des coquerelles et de l'odeur...

Toutes les villes sont uniques... J'aime Barcelone et Montréal... mais je ne trouve pas une, plus belle que l'autre... juste différente.

Et là... je ne parle pas de la température... parce que j'en ai déjà parlé souvent ... mais vous savez quoi, en hiver, on ne va pas à la plage car il fait trop froid, et il fait gris, gris, gris... et l'été, on peut à peine respirer pendant des mois tant il fait chaud... 

Et je n'ai pas parlé d'économie, société, politique... Non, ce serait trop long... De toute façon, vous ne me parlez que de beauté et chaleur... Soupirs !"

Bon... je respire ;-)

Posté par Laila_Seshat à 02:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,


24 juin 2011

Bon... et c'est la Saint-Jean !

Et ici... on ne parle plus beaucoup des bouquets, des feux, de la lumière et de l'ombre... ici, pas besoin de se cacher des drapcpétards et du bruit...

Ici... c'est émotionnel... et national...

"Il me reste un pays à te dire
Il me reste un pays à nommer
.
Il est au tréfonds de toi
N'a ni président ni roi
Il ressemble au pays même
Que je cherche au coeur de moi
Voilà le pays que j'aime..."

Bonne Saint-Jean !!! qu'elle soit québécoise, française, catalane, portugaise, ou peu importe l'endroit et la tradition... Bonne fête ! :D

Posté par Laila_Seshat à 04:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 juin 2011

Quarante années durant, j'ai vu. Aujourd'hui je regarde... [Pierre Daninos]

DSC_1038Je regarde ces années qui ont passé. Je les ai à peine vues, il me semble. Si ce n'était des photos, je me demande si j'aurais vraiment vu ces années se balader sur mon corps. On se demande parfois ce qu'on a fait de sa vie et pourquoi on ne se rappelle que certains moments. Il faut dire que tout n'est pas mémorable ! Et on préfère oublier certaines choses, non? Mais il faut prendre le temps, de temps en temps, de regarder le temps qui passe. Oh, j'ai l'impression de babiller et de ne pas dire grand chose, finalement.

"C'est effrayant, tout ce qu'on a envie de dire quand on atteint quarante ans" nous dit Jean-Paul Fugère. Et est-ce que ça intéresse vraiment tous mes blablas ? Peut-être, peut-être pas... mais il est vrai que je placotte plus qu'avant. Il me semble que j'ai toujours quelque chose à dire sur tout... mais je sais me taire. Il faut parfois aussi savoir ne pas dire. Un équilibre qui est plus facile aujourd'hui qu'avant.

Parce que enfin, comme le souligne Benjamin Franklin: "À vingt ans, la volonté est reine ; à trente ans, c'est l'esprit ; à quarante ans, le jugement."

Donc, il faut savoir quand discourir et quand se taire, quand courir et quand se reposer, quand crier et quand chuchotter... Mais est-ce que j'ai vraiment plus de jugement aujourd'hui que hier ? Des stupidités, j'en dis encore, il me semble, des idioties, j'en fais encore, j'en suis certaine.

Il me faut réfléchir à tout ça... car "Quarante ans, c'est l'âge amoureux des choses secrètes, silencieuses et intenses. L'âge intérieur, le goût de se replier...". C'est Michèle Mailhot qui le dit. Et examiner les moindres recoins des choses, ça me connait. Décortiquer les si et les peut-être, les pourquoi et les comment...  analyser chaque geste, chaque réplique, chaque événement de ma vie, de celle des autres, et du monde entier...

Mais quarante ans, c'est aussi le temps de fêter... après tout, ça n'arrive qu'une fois dans sa vie. Et donc tout ceci pour dire qu'aujourd'hui, j'ai quarante ans et j'en parle peut-être un tantinet trop ! Mais je l'accueille avec joie ce quarante ans, contrairement à ce que tout le monde croit. J'ai beau leur dire que cela ne me dérange pas du tout, on s'obstine à me dire que cela devrait me faire paniquer. Mais j'y ais réfléchit et je peux dire avec honnêteté que 40 ans, c'est joli comme tout !

Posté par Laila_Seshat à 20:20 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

12 mai 2011

Se noyer dans son jardin

Et bien oui... Je me suis complètement perdue ces derniers temps, dans ma cour ! Chaque moment sans pluie fut passé surDSC_1536_copy le terrain à racler, semer, éclaicir, cisailler, planter, désherber. Et donc, je suis un peu moins présente.

Mais j'ai lu, et j'en parlerai bientôt.

Et puis, je dois avouer que j'ai de la difficulté à me réadapter à des horaires plus "normaux". Je suis pas quelqu'un de matinal. Je ne l'ai jamais été, et je l'ai accepté il y a de nombreuses années. Je dis "accepter", car pendant très longtemps, je me suis sentie coupable de me lever tard - quand je le pouvais, évidemment. Mais c'est ainsi... depuis que je suis toute petite. Le matin, je suis incapable de me lever et surtout je suis incapable de me "réveiller". Je suis donc un zombie pendant les premières heures de la journée. Et cela n'a aucun rapport avec l'heure à laquelle je vais au lit. Je suis fonctionnelle le soir et la nuit. Mais j'essaie de me coucher tôt... pour être en forme le matin. Sans succès. Mon horloge ne veut rien savoir.

Sauf, que quand j'étais plus jeune. Même si mes matins étaient difficiles, quand venait le soir, je me réveillais complètement. Maintenant, c'est différent. Le soir, je cogne des clous... le matin aussi... et tout le temps ! Lorsque j'étais à Barcelone, j'avais des horaires plus adaptés à mon cycle... je me couchais tard, et je me levais plus tard... Mais ici, c'est impossible. Donc... je suis constamment endormie... ce qui explique donc que le soir, je suis incapable d'écrire. Et le soir était mon moment préféré pour gribouiller.

Mais... c'est mon jardin le grand responsable. Comme en ce moment... j'écris à toute vitesse pour pouvoir sortir enlever d'autres mauvaises herbes... Pendant qu'il fait encore soleil...J'adore "jouer" dans mon jardin, m'occuper des plantes et des fleurs, et bientôt de mes légumes. Je m'ennuyais tellement d'avoir une cour. Des pots sur une terrasse avec des fleurs qui sèchaient systématiquement au soleil à partir du mois de juillet, ce n'était pas assez pour moi !

Et puis, je veux passer chaque minute que je peux à l'extérieur ! Même si j'adore l'hiver, le printemps est magique ici, et comme les bourgeons, les gens s'éclosent au soleil ! Tout le monde dehors ! Moi y compris.

On annonce de la pluie pour les prochaines jours, incluant la fin de semaine... je trouverai bien un petit moment pour écrire !!! :D

Posté par Laila_Seshat à 23:35 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 avril 2011

Dans ma cour, il y a ...

Petite mise en contexte... assez longue en fait !

Quand nous avons décidé de revenir vivre au Québec, il était clair que nous voulions une maison, chose qui était à peu près impossible en Espagne, à moins de beaucoup s'éloigner de la ville et de payer, de toute façon, beaucoup trop cher (non  mais, la situation immobilière est particulièrement ridicule là-bas !).

Il était aussi clair, que nous ne voulions plus être en plein centre-ville. Honnêtement, même si cela a beaucoup d'avantages, nous n'en pouvions plus du bruit.... vraiment, mais alors là vraiment, omniprésent et assourdissant. Bien sûr, Montréal n'est pas Barcelone, mais quand même, il était certain que nous ne serions pas en plein centre-ville. Et puis, je voulais une cour... avec des fleurs, des arbres, un potager... Et pas des fleurs sur une terrasse... des fleurs dans un jardin... Et des arbres... Donc, je voulais une cour, un terrain, un parterre, quoi.

Et il était clair, que nous ne voulions pas être collés sur nos voisins... après des années d'appartements dans des édifices à multiples logements et paliers... nous disions "ça va faire" d'entendre le moindre bruit provenant, d'en haut, d'en bas, et de tous les côtés. Des voisins, ok, mais pas à 10 centimètres de ma porte.

Et puis... il y avait la localisation... Oui, on ne voulait plus être au "centre-ville", mais on s'entend qu'on ne voulait pas non plus être à 1 heure du centre-ville. On aime bien aller au restaurant, sortir, se promener en ville, aller au théâtre. On aime la ville et on aime Montréal. Et puis, même si je travaille encore de la maison, mon PisTout, lui, retournait dans les bureaux de l'entreprise et il avait été assez clair sur le fait qu'il était hors de question qu'il se tape le traffic matin et soir ! Il travaille à Lachine, alors pas question de prendre la 40 ou la 20 à chaque matin et à chaque soir. Il l'avait fait avant et il se rappelait parfaitement du cauchemar que c'est... et comment il était devenu aggressif. Donc, pas question de retrouver ce stress là. Et pas question de vivre les ponts ! Pourquoi payer moins cher une maison, si tu dépenses ton temps en voyagement et que tu perds ton argent en déplacements (gaz et km). Non... ce serait sur l'île.

Et donc, avec tous ces critères réunis, nous étions assez ouverts sur la localisation du logis.

Le hasard a fait que nous nous sommes retrouvés à Pointe-Claire. Dans l'ouest de l'île. Un endroit que je dois avouer, je ne connaissais pas du tout. Mon PisTout est à 10 minutes de son travail, nous sommes à 20 minutes en voiture du centre-ville et à 30 minutes en train. La station de train est à 5 minutes à pied. Et nous avons un terrain, des voisins juste assez près et assez loin... et une rue remplie d'arbres. Il y a des boisés et des parcs tout partout et le Lac St-Louis (le fleuve) est à 15 minutes à pied ou 5 minutes en vélo.

DSC_1255_copyEt puis donc... il y a la cour ! Elle est grande mais pas immense. Il y a des arbres matures, des arbustes et déjà des tulipes qui commencent à pousser et qui annoncent les fleurs qu'il y aura bientôt. Et il y a une faune... Des écureuils, bien sûr. En quantité impressionnante ! Et des oiseaux... beaucoup d'oiseaux... des merles, des geais bleus, des cardinaux, des corneilles, des passereaux, des mésanges, des étourneaux... et quantité d'autres que je ne peux encore nommés. Et puis... il y a eux !

On nous avait dit qu'ils vivaient dans un des arbres de la cour arrière. Mais nous ne les avions jamais vus. Oh... on savait qu'ils étaient là. La poubelle renversée en témoignait de temps en temps. Mais enfin, samedi dernier, nous les avons vu... ils traversaient tranquillement la rue, en pleine matinée, sous le soleil... ce qui est assez rare. Ils revenaient d'une promenade dans un boisée voisin, ont traversé notre terrain avant, notre cour et ont grimpé tout bonnement dans l'arbre pour nous observer ! Ce sont nos voisins ! Bien mignons, mais qui m'inquiètent légèrement pour mon futur potager ! Mais bon... je les aime bien ces ratons laveurs !

Quelques photos de ma faune ! Vous pouvez cliquer sur celle-ci si vous voulez les voir en plus grand ! ;)

DSC_1243_copy

DSC_1247_copy

Posté par Laila_Seshat à 10:29 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

10 février 2011

Appréciation

Avant-hier, il neigeotais par ma fenêtre. Il faisait doux, très doux... à peine -2ºC. Hier et aujourd'hui, il a fait froid. Très froid. Aujourd'hui, le soleil brûlait le ciel et le bleu envahissait nos yeux. C'est l'hiver. L'hiver d'ici.

Et je n'en peux plus d'entendre les gens chialer. Il y a quelques jours, dans monDSC_0625 moment captif du dimanche, je parlais de la neige et de l'hiver. Aujourd'hui sous d'autres lieux, j'ai encore exprimé mon bonheur "personnel" d'hiver. Et contrairement aux gentils mots de Suzanne, Sylviane, l'Or des chambres - et Allie -  qui partagent mon amour de cette saison, j'ai eu droit à des tonnes de "j'haï l'hiver", "il neige encore, maudite neige", "comment peux-tu aimer l'hiver, tu as oublié", "tu vas voir, tu vas retrouver ta haine pour l'hiver"...

Et vous savez quoi ? Je suis bien tannée d'entendre les gens chialer sur l'hiver ! En hiver, on chiale qu'il fait froid et qu'il neige, en été, on chiale qu'il fait chaud et humide... on chiale en automne qu'il pleut et que l'hiver s'en vient et on chiale au printemps que c'est trop court et que tout est trempé parce que la neige fond... qu'il pleuve, neige, fasse soleil ou nuageux, on va toujours trouver à redire.

J'ai vécu dans un pays où supposément il faisait chaud... et j'ai vécu des étés pénibles de chaleurs horribles et des hivers humides, gris et pluvieux. Il y avait des mieux et des pires là-bas, et il y a des pires et des mieux ici !

Aujourd'hui, je préfère nettement nos hivers québécois aux hivers espagnols. Mais ce n'est pas ce qui m'énerve... Là-bas comme ici... les gens ne font que parler de températures et surtout ne font que se plaindre de la température... et j'en ai marre.

Oh, je vais peut-être dire parfois : "j'aurais aimé du soleil aujourd'hui" ou "ouf... j'aurais préféré qu'il ne neige pas aujourd'hui car je dois prendre la route" ou "il fait trop chaud, je vais me cacher à l'ombre"... Mais plus jamais, je ne vais "haïr" une saison... Elles sont toutes belles et ont toutes leurs inconvénients et leurs avantages. Et aujourd'hui, après avoir vécu des hivers différents, je revendique le droit de dire que j'aime l'hiver, le froid et la neige ! Na !

Posté par Laila_Seshat à 11:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,