05 avril 2017

Le huitième livre de Vésale de Jordi Llobregat

8Le huitième livre de Vésale / Jordi Llobregat ; traduit de l'espagnol par Vanessa Capieu. — Paris: Cherche Midi, c2015. – 619 p. ; 22 cm. – ISBN 978-2-7491-4508-2. – (Coll. Thrillers). – Titre original : EL secreto de Vasalio.

Quatrième de couverture

Barcelone, 1888. Quelques jours avant l’ouverture de l’Exposition Universelle, Daniel Amat, un jeune professeur d’Oxford, est de retour dans sa ville natale pour assister aux funérailles de son père. Il y apprend que ce dernier, médecin dans les quartiers pauvres de la ville, enquêtait sur les meurtres mystérieux de jeunes ouvrières. Leurs blessures rappelant étrangement un ancien fléau ayant sévi il y a bien longtemps, la ville est la proie de toutes les superstitions.
À l’aide d’un journaliste et d’un étudiant en médecine, Daniel reprend les investigations et découvre bientôt que les crimes sont liés à un mystérieux manuscrit, œuvre d’un anatomiste du XVIe siècle, Vésale. C’est dans les galeries de tunnels souterrains qui courent sous la ville que Daniel mettra à jour l’incroyable secret qui hante Barcelone.
 
Avec cette œuvre monumentale saluée par une critique unanime, véritable labyrinthe de mystères et d’énigmes, Jordi Llobregat signe un thriller historique qui fera date. Au-delà de personnages aux ambiguïtés multiples, et d’une construction diabolique, il nous fait véritablement ressentir l’âme d’une ville, Barcelone avant l’apparition de l’électricité, plus fascinante, sombre et baroque que jamais. Magistral !

L’auteur

Jordi Llobregat est né à Valence, en Espagne en 1971. Il commence à écrire alors qu'il a à peine 12 ans. Il a fait des études8a en commerce à l'Université de Valence et a complété sa formation à l' ESIC - Business & Marketing School, également à Valence. Il fait partie du groupe littéraire El cuaderno rojo.

En 2015, il publie son premier roman, El secreto de Vesalio. Aujourd'hui, il combine sa vie littéraire avec son travail comme dirigeant d'une entreprise qui oeuvre dans le développement communautaire dans les villes. Il est aussi le co-fondateur et directeur du festival de littérature noire de la ville de Valence, Valencia Negra.

Bibliographie

  • El secreto de Vesalio (2015)

Mes commentaires

Est-ce qu'il y a juste moi qui trouve cette couverture magnifique ? Même la cicatrice me semble envoûtante. Et oui, je n'ai emprunté ce roman qu'à cause de sa couverture. Puis, le fait que cela se passait à Barcelone m'a entièrement convaincue. Je suis devenue tellement superficielle comme lectrice !!!

Quel roman ! Plus de 600 pages qui m'ont captivée. Avec une fin un peu tirée par les cheveux mais qui ne gâchent pas tout le reste. L'auteur nous offre un voyage incroyable dans le temps. On a vraiment l'impression de marcher dans les rues de Barcelone à la fin du XIXe siècle. La ville semble vivante et terriblement sombre. Autant hier qu'aujourd'hui, Barcelone a un côté obscur. L'intrigue policière est intéressante mais se retrouve souvent en second plan... Les personnages - même secondaires -, l'époque et la ville sont définitivement au premier plan.

À quelques jours de l'Exposition universelle de 1888, les corps mutilés de jeunes filles sont retrouvés dans les égoûts de Barcelone. Les autorités semblent indifférentes, les barcelonais ont peur et des rumeurs courent que le coupable est le Gos Negre, un chien noir démoniaque, gardien des portes de l'Enfer.

Daniel Amat, jeune professeur à Oxford à l'avenir qui s'annonce brillant doit revenir d'urgence à Barcelone, à l'annonce de la mort de son père, brillant médecin, avec qui il n'avait plus aucun contact. Il découvre à son arrivée que son père soignait maintenant les habitants des quartiers pauvres et enquêtait secrètement sur les meurtres des jeunes filles. Il espère repartir rapidement pour l'Angleterre, mais plusieurs événements et rencontres l'obligent à rester. Il rencontre notamment un journaliste et un jeune étudiant en médecine, assistant de son père. Ensemble, ils vont enquêter sur le meurtre de son père et sur les meurtres horribles qui marquent toujours la ville.

Ça, c'est le côté roman policier. Qui est vraiment intéressant, mais qui est rapidement devenu secondaire à mes yeux. Car en parallèle, le roman nous dresse un portrait historique fascinant de Barcelone et de l'époque : l'Exposition universelle, la naissance de l'électricité, les différents quartiers, la vie universitaire, le monde du journalisme, etc. Et de tous les sujets et intrigues du roman, c'est définitivement le portrait de la médecine en 1888 qui m'a complètement hypnotisée. C'était vraiment intéressant. Retourner dans la réalité de cette époque, être confronté aux connaissances et aux croyances de ce temps.

Ça, c'est le côté roman historique. Qui fut vraiment ce qui m'a le plus ravi dans le livre, mais qui ne doit pas faire oublier l'importance des personnages. Et ça, c'est le côté roman psychologique du livre. Les personnages sont incroyablement bien écrits. L'auteur nous propose des personnages vivants, forts et colorés. Leur passé, leurs émotions, leurs interactions... nous les découvrons petit à petit et c'est passionnant.

Oh, j'oubliais presque le fameux huitième livre de Vésale, un célèbre anatomiste du XVIe siècle. Et bien, vous savez, j'adore les manuscrits. Et les manuscrits cachés et mystérieux encore plus. Vésale a bien écrit sur l'anatomie un ouvrage en sept livres De humani corporis fabrica libri septem (appelé La Fabrica). Ce huitième livre est bien entendu fictif et ma foi très bien caché dans le roman de Llobregat. Il apporte aussi le côté roman légèrement fantastique.

Malgré ses 600 pages, le livre se lit rapidement et le rythme est très rapide. Petit à petit le suspense s'installe. Et on ne peut s'empêcher de poursuivre sa lecture. Le roman est très bien construit. On se questionne, le suspense augmente et les revirements sont inattendus (jusqu'à la fin, car, comme je l'ai dit, la fin m'a un peu déçue). Cela faisait longtemps que mes nuits n'ont pas été aussi courtes... cela m'apprendra à lire avant de me coucher !

Les mots de l’auteur

« Elle ne ratait rien non plus du marché trépidant de la Boquería, avec ses boutiques bondées et ses cafés bruyants, pleins de lumière. Elle s’imprégnait des odeurs, des couleurs et du mouvement incessant des gens. […] Barcelone était, à ses yeux, un monde fascinant à découvrir.

Cette fois, pourtant, elle n’avait guère envie de flâner. La nuit était tombée et la pluie menaçait. Les commerces et les kiosques avaient baissé le rideau et seuls quelques rares cafés étaient encore éclairés. Elle serra son châle sur ses épaules. Il faisait vraiment un froid glacial.» p. 126

Pour en savoir un peu plus…


05 juillet 2011

Non, ce n'est pas le paradis...

Encore une fois, je discute tranquillement avec quelqu'un... et on me dit : "wow, Barcelone ! Mais pourquoi, bon sang, vous êtes revenus ici ! C'est tellement plus beau là-bas ! Et la température est bien meilleure !" etc., etc., etc., et blablabla...

Vous dire le nombre de fois qu'on m'a sorti ce genre de remarques depuis que nous sommes revenus au Québec est carrément impossible ! Des dizaines ? Je pencherais même plus vers la centaine ! Et j'ai beau répondre et expliquer... on ne semble pas me croire ou m'écouter... On m'entend mais on ne m'écoute pas du tout. Je me répète et me répète... en vain... Alors, voici ce que je me tue à leur dire et qu'ils n'écoutent pas :

BCNBeau"Alors oui ! Barcelone est une belle ville. Magnifique, vivante, dynamique, diversifiée... Oui, oui, oui... Mais Barcelone demeure une ville. Avec ses qualités et ses défauts. Et vous savez quoi ? Je ne passais pas mes journées à me promener tranquillement, à admirer l'architecture et à prendre des cafés et des apéros sur les terrasses. Non, non... je travaillais, j'allais faire des courses, je faisais du ménage,... vous savez, la vie quotidienne quoi !

Et oui, Barcelone est magnifique, splendide, remplis d'endroits complètements renversants... des grands monuments, aux détails d'un immeuble dans une petite rue tranquille. Mais vous savez quoi ? il y a des rues ordinaires, sales, avec une petite odeur d'égout....Comme dans toutes les villes, il y a des édifices absolument horribles, des façades grises, fades et sinistres, des rues insignifiantes, mornes et inintéressantes.

Et oui, Barcelone est constamment en mouvement, vivante, folle et sans sommeil... mais Barcelone est excessivement bruyante, sans jamais un moment de silence ou de tranquillité. Les cafés sont toujours remplis, les rues toujours BCNLaidgrouillantes de vie... et on ne peut sortir sur sa rue sans avoir des cris, des rires, des pétards, des chiens qui jappent, des voitures , des sirènes et des motos... un bruit constant qui diminue à peine vers 4h-5h, pour reprendre à 6h00... oui la ville est dynamique et sans repos, peu importe la rue ou le quartier... elle ne dort jamais... et nous, difficilement.

Barcelone est belle. Mais la belle Barcelone... celle dont vous me parlez, est une ville de touristes que vous ne voyez que quelques jours ou quelques semaines. Barcelone est aussi ordinaire et parfois laide.

Alors... la prochaine fois que vous allez à Barcelone, faites un détour par l'Hospitalet, Sants, la Zona Franca ou la Barceloneta... et vous me direz ce que vous pensez de l'architecture, des détritus, des coquerelles et de l'odeur...

Toutes les villes sont uniques... J'aime Barcelone et Montréal... mais je ne trouve pas une, plus belle que l'autre... juste différente.

Et là... je ne parle pas de la température... parce que j'en ai déjà parlé souvent ... mais vous savez quoi, en hiver, on ne va pas à la plage car il fait trop froid, et il fait gris, gris, gris... et l'été, on peut à peine respirer pendant des mois tant il fait chaud... 

Et je n'ai pas parlé d'économie, société, politique... Non, ce serait trop long... De toute façon, vous ne me parlez que de beauté et chaleur... Soupirs !"

Bon... je respire ;-)

Posté par Laila_Seshat à 02:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 juin 2010

Une date et un vol

Nous avons une date. Pour ce vol aller-simple qui nous énerve un tout petit peu. Pour cette destination que cette statue bien connue demisc_035 Barcelone est sensée pointer du doigt...

(Oui, car cette statue de Christophe Colomb datant de 1888, est supposée pointer le doigt vers les Amériques... c'est bien entendu une légende, car le doigt pointe tout simplement vers la mer Méditérannée et pas du tout vers l'Amérique ! Mais c'est une légende que les gens aiment raconter...)

En fait, nous avons notre date depuis un moment... mais tant que tout ne commençait pas à s'aligner et à se réaliser, nous n'en parlions pas beaucoup.

Et donc, le vendredi 30 juillet 2010, nous prenons l'avion à Barcelone, nous faisons escale à Genève et nous partons vers Montréal. Ce billet est un aller-simple. Comme le fut le billet Montréal-Barcelone, il y a presque 7 ans déjà.

Ce qui ne veut pas dire que nous ne reviendrons pas souvent à Barcelone. Mon père reste en Espagne et nous reviendrons donc le voir souvent. Et puis nous ne voyons plus le temps et les déplacements avec les mêmes yeux qu'avant. Un voyage à Barcelone n'est que 6-7 heures de vol... des pinottes !

Mais nous avons bien hâte de mettre les pieds à Montréal. Même si nous sommes tristes de quitter Barcelone. C'est un tourbillon d'émotions qui se promènent dans nos têtes !

Plusieurs me demandent pourquoi nous quittons l'Espagne. À date, je réponds toujours :"un tas de petites raisons et quelques plus grandes". Avec quelques personnes, nous avons discuté un peu plus en profondeur du sujet. Ce n'est pas toujours facile d'expliquer pourquoi. Mais je vais tenter d'y répondre un peu ici... ça sera un peu comme un aide-mémoire, et aussi une façon de démèler tout ça dans ma tête. Une série de posts sur les "Petites et grandes raisons" !

Oui, je vous préviens donc... vous risquez d'en entendre parler de ce déménagement ! Que vous le vouliez ou non ! :D

Posté par Laila_Seshat à 10:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 mars 2010

Quelques boutiques à Barcelone...

Barcelona Shops / Photographs by Consol Bancells ; [Redacció i coordinació: Begoña Garcia]. – [Barcelona]: Angle Editorial, 2007. – 190 p. : photgr. en coul. ; 19 x 19 cm. – 978-84-96970-05-2

Livre en anglais, espagBShopnol et catalan.

Quatrième de couverture

The most charming traditional shops – Las tiendas tradicionales con más encanto – Les botigues tradicionals amb més encant.

L'auteur

Consol Bancells est une photographe indépendante catalane. Elle a fait des études en Histoire de l'Art à l'Universitat de Barcelona. Elle se consacre aujourd'hui à la photographie et se spécialise dans l'architecture et les arts décotatifs. Elle a écrit et réalisé les photographies de plusieurs oeuvres, principalement sur le modernisme. Elle publie également dans diverses revues et magazines.

Bibliographie

  • Sant Pau, Hospital Modernista (1988)
  • El Modernisme a Mallorca (1989)
  • Guia del Modernisme a l'Eixample (1990)
  • Farmàcies Modernistes de Barcelona (2006)
  • Botigues Històriques de Catalunya (2006)
  • Barcelona Botigues amb encant (2007)
  • Farmàcies Històriques de Catalunya (2007)
  • El Modernisme (2008)
  • Ignasi Oms i Ponsa Arquitecte (2009)
  • Barcelona II.lustrada. La Ciutat del segle XVIII (2009)

Le site de la photographe.

Résumé

Une promenade dans Barcelone à la rencontre des boutiques historiques de la ville. La photographe nous propose ses photographies des plus belles, anciennes et représentatives boutiques de Barcelone.

Commentaires personnels

Barcelona Shops est un livre de petit format mais chaque page nous fait découvrir une boutique de Barcelone. Ces boutiques ne sont BShop2pas, pour la plupart, cachées ou inacessibles. Elles se trouvent facilement. On les croise souvent. Mais il suffit d'ouvrir les yeux. Et c'est ce qu'à fait la photographe.

Nous la suivons dans les rues de la ville à la recherche des boutiques anciennes. Les vieilles boutiques de Barcelone qui se caractérisent par leur ancienneté, mais aussi par leur beauté et leur architecture traditionnelle. La grande majorité des endroits datant du début du XXe siècle et sont représentatives du Modernisme et du Noucentisme (mouvement essentiellement catalan). Mais certaines boutiques sont plus anciennes.

Ces boutiques sont emblématiques de la ville. Elles rappellent son histoire, ses traditions, sa vie. Se sont souvent de vieilles épiceries  ou encore des pharmacies, toujours en fonction. Quelques boutiques de vêtements, et même une boutique de bougies et chandelles... la plus vieille de Barcelone.

J'ai souvent croisé ces endroits. J'ai même aussi photographié ces boutiques. Je me souviens aussi d'avoir acheté des chandelles, lors d'une visite en 1994, dans cette boutique antique "Cerería Subirá" qui existe et vend des chandelles depuis 1761.

Les photos du livre sont superbes et un petit texte accompagne chaque boutique. Peut-être un peu court. Il aurait été plaisant d'avoir un peu plus d'information sur l'histoire de chaque boutique. Mais le livre est essentiellement centré sur la photographie et sur la découverte de ces boutiques. On nous offre un plan avec la localisation de chacune des boutiques afin de pouvoir les admirer par soi-même... Barcelone se découvre véritablement à pied ! Il faut se promener tranquillement et toujours regarder partout afin de découvrir les endroits un peu plus discrets mais aussi superbes et intéressants que les attraits plus connus (les maisons de Gaudí, les cathédrales, etc.).

Sources à consulter

Posté par Laila_Seshat à 12:27 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 mars 2010

Des flocons venus chatouiller Barcelone

Cet hiver fut particulièrement difficile pour l'Espagne. Les pluies torrentielles, les averses de neige et le froid ont marqué cetteDSC_2188 saison. Évidemment, il pleut, il neige et il fait froid chaque année en Espagne !!!

Et je trouve toujours étrange que les gens viennent en vacance ici pendant les mois d'hiver en s'attendant à du soleil et de la plage ! Comme ses amis québécois qui m'avaient annoncé en novembre qu'ils avaient achetés des billets pour passer Noël à Málaga en Andalousie !!! Mon dieu, quelle idée, n'avais-je pu m'empêcher de dire! Mais pourquoi donc ? Heu pour fuir l'hiver québécois et voir le soleil et la plage, d'eux de me répondre... Hum... comme je leur ai dis, il a fait froid et il a plu pendant tout leur séjour. Évidemment, 5-10ºC est plus chaud que -20ºC mais c'est pas chaud... surtout dans les maisons mal isolées. Parce que voyez-vous, l'Espagne ce n'est pas les Caraïbes ! Et en février à Barcelone, tu mets ton foulard et tes mitaines... pas tes bermudas et tes gougounnes... Bon... enfin...

Évidemment... il y a toujours les espagnols qui chaque année semblent être pris au dépourvu par les neiges, le froid et les pluies... Il me semble qu'à la longue, il aurait réalisé que les pneus 4 saisons seraient peut-être plus appropriés que les chaînes... et que les doubles fenêtres isoleraient mieux les maisons... Bon... enfin...

Mais cette année... j'avoue que l'hiver fut très très difficile en Espagne. Pas une région qui ne fut affectée... les inondations, les dommages aux routes, maisons, terrains... On a vu des images de pluies, de neige pendant tout l'hiver. Et on a eu froid. Pour les gens d'ici, des degré de 5-10ºC c'est froid, alors quand le thermomètre va sous zéro... c'est la panique.

Il a neigé dans nombres d'endroits qui habituellement n'ont pas de neige... Car je répète, chaque année, il neige. Surtout en Catalogne. C'est normal. Mais bizarrement, Barcelone est souvent isolée. Quand il pleut ou il neige en Catalogne, à Barcelone, rien du tout. Il peut même neiger à quelques kilomètres de la ville, dans les banlieues... mais pas à Barcelone.

NeigeSauf hier. Hier, le 8 mars 2010, alors que mes amis et ma famille de Montréal me disaient que ça sent le printemps au Québec... nous à Barcelone nous avions notre première tempête de neige de l'année... en fait des dernières décennies ! Oh... si on compare à la neige qui a recouvert la Catalogne... Barcelone n'a pas vu grand chose. Toute la région fut perdue dans une grosse tempête de neige ! Mais pour une fois, Barcelone a aussi vu des flocons la recouvrir !

Et pendant que toute la ville était paralysée et que les gens s'affolaient... mon PisTout et moi, nous sommes allés prendre une belle marche. Direction plage. Au début de notre marche, la neige était encore très fondante et il n'y avait presque aucune accumulation, mais plus les minutes passèrent, plus la neige s'intensifia.

Neigea

Une fois sur le bord de la mer, la tempête était à son plus fort... la neige recouvrait le sol, le sable... les vagues étaient immenses... Et nous n'étions pas les seuls à regarder cette tempête sur Barcelone. Beaucoup d'autres s'amusaient et riaient de cette neige si rare dans la ville.

Neigeb

Puis, nous sommes retournés chez nous... complètement gelés et trempés ! Il faut dire que nous ne sommes plus "équipés" pour l'hiver ! La neige a cessé quelques heures plus tard... Aujourd'hui, il a fait soleil. Plus une trace dans la ville. Encore une fois, Barcelone se démarque de sa région... car la neige paralyse encore une bonne partie de la Catalogne...

Mais ici, ces flocons venus chatouiller Barcelone ont chassé les nuages... et le soleil est enfin revenu dans le ciel !

 

Posté par Laila_Seshat à 17:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


22 janvier 2010

Et 6 ans déjà...

6

Et bien... déjà 6 ans. Il y a 6 ans, j'arrivais dans ce pays de mon père. Ce pays que je ne connaissais que par quelques voyages.

J'ai déjà expliqué notre départ, notre arrivée... et la suite... Notre but était 5 ans... 5 années pour cette aventure. L'année dernière cela faisait 5 ans. 

Et puis cette année, 6 ans. Et sur ce 6 ans, un coucher de soleil.

Ces 6 ans furent très enrichissantes. Remplis de moments heureux et instants difficiles.

J'ai découvert et réalisé beaucoup de choses. Je me connais un peu plus. Et je sais que j'ai encore beaucoup à découvrir.

6 ans. Ça me paraît une éternité, mais il me semble que c'est hier que j'arrivais dans cette ville si particulière. Encore une fois, on parle de temps. Demain, est un autre jour... comme dit mon père.

Posté par Laila_Seshat à 11:31 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

20 janvier 2009

Et voilà que ça fait 5 ans

20L'année dernière, je soulignais mes 4 ans à Barcelone. Et je précisais que notre objectif quand nous sommes venus vivre ici, c'était 5 ans. Pourquoi 5 ans ? Et bien, décider de vivre à Barcelone n'avait pas été facile. Quitter nos emplois, quitter nos familles, nos amis, notre appartement, notre ville, nos vies tout de même bien agréables... ce n'est pas si évident que ça. Même quand c'est notre choix. Et puis, déménager sur un autre continent, ce n'est pas de la tarte, je peux vous l'affirmer. Donc, on ne partait pas pour 1 ou 2 ans, c'était certain.

Et puis, parce que cela nous semblait une période acceptable pour vraiment connaître la vie ici. Pour connaître cette ville, ce pays, cette culture, un bon 5 ans nous semblait correct.

Et bien ce 5 ans vient d'arriver. Cela fait 5 ans, que je vis ici. Cinq années qui me semblent parfois une éternité, mais qui parfois me semblent avoir été bien courtes. N'est-ce pas hier que j'arrivais à Barcelone avec mon chat et mes bagages et que j'attendais l'arrivée de mon PisTout? Mais d'un autre côté, cela semble si loin, cette époque où j'habitais sur la rue Chateaubriand à Montréal ! Le temps est si approximatif dans sa mesure...

Et maintenant ? Et bien, c'est une réflexion qui s'amorce. Rester ici encore ? Quitter vers un autre pays ? Retourner au Québec ? Nous ne sommes certains de rien... "C'est bien vous ça", que disent nos amis et nos familles !!! "Toujours sur une patte, toujours à vouloir changer, pas capable de rester tranquille" disent-ils tout haut "Toujours à se compliquer la vie" disent-ils tout bas.

Nous verrons bien... rien de décidé, rien de certain... mais pleins d'étoiles sur le chemin...

Posté par Laila_Seshat à 14:45 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 juillet 2008

Et ce bilan de la Sant Joan…

Feux 

Pendant que je fouillais un peu à droite et à gauche pour étoffer mon texte sur la Saint Jean en Catalogne, je suis bien sûr tombé sur des articles de bilan et compte rendu… Car chaque année, ces pétards que je fuis et que je ne comprends pas du tout ont évidemment d’autres conséquences que le bruit.

Cette année, on dénombre au total 269 personnes qui ont dû se rendre dans les centres hospitaliers pour accidents ou brûlures. Ce que les autorités considèrent, comme pour 2007, comme une année assez tranquille !!! 269 personnes se sont rendus à l’hôpital… sûrement beaucoup d’autres se sont soignées elles-mêmes… de ces 269 personnes, on compte 41 personnes avec des blessures graves avec traumatisme ou amputation et environ 65 personnes avec des lésions oculaires. La majorité des blessés sont des mineurs. Et on considère cela comme une année somme toute tranquille !

Les pompiers disent n’avoir eu qu’à éteindre que quelques feux de poubelles, petits boisés urbains, peu de feux forestiers, agricoles ou de maisons. Mais ils ont tout de même effectué plus de 900 sorties dans toute la Catalogne de 20h00, le 23 juin à 8h00 le 24 juin. L’incident le plus grave étant l’incendie d’une fabrique de meuble qui fut complètement détruite.

Et donc ces feux de joie qu’on allume encore un peu partout et ces milliers de pétards ont des conséquences beaucoup plus graves qu’un peu de bruit. Je le savais bien, mais chaque année, je lis le décompte dans les articles de presse et je ne comprends toujours pas…

- Comment peut-on donner un sac de pétards et un briquet à son enfant et lui dire, « allez va t’amuser avec tes amis » ?
- Comment peut-on encore permettre la vente de pétards et de feux d’artifices en grande quantité à n’importe qui ?
- Comment peut-on permettre que l’on puisse allumer des feux d’artifices sur son balcon, dans la rue, que l’on puisse faire sauter des pétards n’importe où (je ne parle pas de petits pétards, mais de pétards très gros) ? -- Je souligne tout de même qu’officiellement, les feux de joie non officiels sont interdits depuis plusieurs années… mais bon, on en voir encore beaucoup --

Et après, on pleure à l’hôpital parce qu’on a le visage, les mains ou la moitié du corps brûlé… parce que notre petit gars doit se faire amputer deux doigts ou que notre petite fille a perdu un œil !!! On s’étonne que les feux d’artifice qu’on a allumé sur notre terrasse aient brûlé une bonne partie du salon, ou que le gigantesque pétard qu’on a tiré de la rue ait allumé un feu dans le commerce d’en face, ou que le feu de joie qu’on a monté dans le parc se propage dans les arbres environnants !!!

Même des feux d’artifices contrôlés et organisés peuvent causer des dommages et des blessures, alors on peut imaginer comment ces festivités désorganisées peuvent être incontrôlables !

Mais bon… je promets, je place un texte bientôt, sur les beaux côtés de cette fête si populaire !!!

Posté par Laila_Seshat à 14:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 juin 2008

Voyage d’un jour – Ma ville : Barcelona

La ville, pour quelqu'un qui ne sait pas lire, c'est d'abord des pistes d'odeurs, un bruit de fond, des éclairs et desvoyage chatoiements.  [Jacques Meunier]

Barcelone. Cela fait maintenant 4 ½ ans que je vis dans cette ville. Que je connaissais déjà puisque je l’avais visité de nombreuses fois. Plusieurs fois alors que j’étais petite, histoire de visiter la famille de mon père, puis à quelques reprises, adultes.

Mais Barcelone est vaste et il y a tant à découvrir, voir, entendre et sentir… Chaque rue peut offrir une découverte. Chaque quartier est unique. Barcelone est une ville, bruyante, animée, vivante… à toute heure du jour, du soir ou de la nuit… la ville bouge. Des sons, des lumières, des odeurs, du mouvement… Parfois, c’est carrément hallucinant et troublant.

L’architecture, les églises, les rues, les parcs, les fontaines, les places, les montagnes, la mer… Difficile de présenter Barcelone en quelques photographies… il y a tant de choses à montrer… tant de choses connues également… tant de livres et de sites sur Gaudi, les musées, les cathédrales, les places… 

J’ai donc pensé vous présenter quelques endroits que j’aime bien, quelques endroits moins connus, quelques endroits près de chez moi… Mais soyez assurés que des milliers de photos j’aurais pu montrer… Alors commençons...

BCN1Tout d'abord, j'habite dans ce qu'on appelle Eixample Dret, c'est dans ce quartier que l'on retrouve la Sagrada Familia, la Monumental, l'Auditori, ... l'architecture est magnifique et j'aime beaucoup les rues.

L'édifice dans lequel je vis... tout est haut à Barcelone et on voit rarement un édifice de moins de trois étages... parfois dans le quartier Gracía ou dans des vieux quartiers industriels verra-t-on des édifices à un ou deux étages. Et dans les quartiers sur la montagne Tibidabo, il ya des maisons avec cours.... mais sinon, dans la ville, c'est 4-5-6-et plus...

La ville est en fait prise entre les montagnes, la mer, et deux rivières, Le Besos y le Llobregat... Et donc on peut aimer la ville, la montagne et la plage... tout y est...  "Si vous n'aimez pas la mer, si vous n'aimez pas la montagne, si vous n'aimez pas la ville... allez vous faire foutre ! " [Jean-Luc Godard] ;)

Il y a des quartiers avec de grands boulevards et il y a des quartiers anciens, véritables labyrinthes construites de petites rues tortueuses...

Maintenant j'ai bien essayé de construire un article avec toutes les photos et mes commentaires, mais cela semble très difficile de faire une mise en forme qui a un sens... donc, les photos seront dans l'album :"Voyage d'un jour - Barcelone"... Je voudrais bien essayer de travailler la mise en forme, mais je dois quitter en toute vitesse cette ville que j'adore... trop de bruits en perspective pour les prochains jours !!! ;) J'ai cependant triché un peu et réalisé l'album en avance... ;)

Et un petit avertissement... Je n'ai pas mis de photos de la Plaza Real, la Plaza Catalunya, Plaza Espanya, la Cathédrale de Barcelone, ma cathédrale préférée: la Cathédrale del Mar, il manque des photos du Passeig San Joan, du quartier Born, ou du Poble Nou... de, de, de... d'une multitude de choses... Voici simplement quelques images que j'aime bien de ma ville...

Et avant de vous dirigez vers l'album...

Quelques édifices dont un que j'appelle "la maison de la sorcière" pour aucune raison valable à part sa tourelle... ;)BCN26

Voir les autres photos...

Et au retour de ma fuite... je repars en voyage sur d'autres blogs !!! À bientôt !!! :)

Posté par Laila_Seshat à 09:42 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

20 juin 2008

On se sauve, c’est la Saint-Jean bientôt !

En effet, chaque année on s’enfuit avant cette date fatidique… Cette année, nous partirons même le 21 juin. C’est que comme le 24 juin tombe un mardi, les gens feront sûrement « le pont » le lundi et seront donc en congé… il est donc à prévoir que les festivités commenceront dès ce vendredi. D’ailleurs, on commence déjà à entendre les premiers signes des festivités… pouf, pow, pang… et je ne peux supporter ces bruits assourdissants et inutiles. En fait, je ne comprends pas du tout.

La première année, j’avais fêté avec mes cousins. Je ne travaillais pas et j’avais tout mon temps. Et je dois avouer que cette première expérience fut agréable. Nouveau, différent, festif, enivrant, typique… je vivais en Espagne et viva la fiesta !!!!

Bon, je vis en Espagne depuis un temps maintenant et la fiesta commence à me taper royalement sur les nerfs. Encore, si cela ne durait que la veille de la Saint-Jean, ou à la limite, le 23 et 24 juin, mais non… cela a déjà commencé et cela durera jusqu’au 24-25 juin… sans arrêt, bang, pow, pouf,…

C’est que c’est une fête importante ici, spécialement en Catalogne. On fête le solstice, la San Juan, la Sant Joan, et on fêteJuan1 avec vigueur ! En Catalogne c’est même devenue depuis les années ’70, la fête nationale. Et on le souligne vigoureusement.

Car voyez-vous, c’est important la fête en Espagne et on ne manque pas une occasion de s’amuser. Je n’ai rien contre le fait de s’amuser, mais est-ce que c’est vraiment nécessaire de fêter avec des maudits pétards… pouf, pow, bang, wiiiiiii pow, wiiiiiii pow.

Car même si la fête comporte beaucoup d’autres éléments et traditions, on ne peut passer à côté des maudits pétards… Est-ce que je l’ai dit ? "les maudits pétards". Passe encore si ce n’était que des enfants qui s’amusaient avec des petits pétards ! Dangereux tout de même, et on  voit même des enfants de 5-6 ans, briquet et sac de pétards à la main... Mais on voit aussi des adolescents, des jeunes dans la vingtaine, des moins jeunes de 30-40-50 ans et encore !

Et donc, une dizaine de jours avant le 24 juin, des magasins habituellement fermés pendant le reste de l’année, ouvrent leurs portes pour vendre pétards de toutes les grandeurs et des feux d’artifices. Les feux d’artifices seront utilisés le 23 juin, mais les pétards commencent à être utilisés immédiatement. Et ça fait quoi un pétard ? Rien… ça fait du bruit et parfois une lumière blanche… et pow, pif paf pouf, bang, pow… parfois si fort que les vitres tremblent. Et les chiens aboient… certains doivent être menés chez le vétérinaire tellement ils ont peur.

Car si pendant les jours avant le 23 juin, ce sont des pétards isolés, la nuit du 23, ce sont des pétards ininterrompus… et je n’exagère pas… pas une minute de silence… à partir d’environ 17h00 (parfois avant) jusqu'à 6h00 le lendemain… pas une minute de silence. C’est fort, interminable et inutile…  pas de couleurs, juste du bruit et parfois une lumière blanche... c'est hallucinant, étoudissant... et ça me rend folle !

Et donc, nous, on part… on quitte la ville… Je reviens le 24 juin… tiens pour montrer que je suis tout de même festive, j’écrirai un texte sur le pourquoi et comment… de cette fête si bruyante !

Posté par Laila_Seshat à 11:07 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,