26 juin 2015

Quel monstre ?! - Suite

Donc, je disais qu'il fallait que je fasse quelques recherches sur le net... (premier texte ici)

Peu de liens mais quand même, Wippi est documenté sur le web, surtout en anglais. Et il semblerait que j’ai manqué la « nouvelle » sur le monstre. En 2005 (alors que j’habitais à Barcelone, voilà pourquoi j’ai raté l’article), il y aurait eu une photo de prise du monstre. Cela aurait même paru à CTV, faut le faire. Mais rien Maasa2dans les journaux ou télévision francophones. Selon l’article que j’ai retrouvé (l’original sur CTV.ca n’est plus disponible) un touriste aurait capturé en vidéo le monstre et aurait donné des copies photos au propriétaire du Ripplecove – une auberge située à quelques maisons de chez mes grands-parents ! Donc, théoriquement, si un touriste hébergeant à deux pas de la maison de ces derniers a photographié le monstre, j’aurais dû le voir moi aussi, ou du moins en avoir entendu parlé par ma famille.

En tout cas, selon l’article, le propriétaire ainsi qu’un guide touristique proposant des tours sur le lac Massawippi – et soi-dit en passant, je connaissais les deux personnes – disent être convaincus de l’existence de Wippi. D'autres liens parlent, encore une fois, de la profondeur du lac, de cavernes remontant dans les montagnes, de tunnel entre les lacs - à la Black Point - et de tourbillons faisant chavirer les canots.

On raconte aussi qu'on disait aux enfants de ne pas se baigner trop loin car il y avait un serpent de 6Maasa4 à 7 pieds avec une tête de vache ou de barbotte (c'est selon), dans le lac. Bon, cela me laisse croire que ma famille n'était pas trop protectrice car on ne nous a jamais dit ça ! Je me suis même baigné en plein milieu du lac. Et près des falaises en plus ! Pas de monstre qui est venu nous chatouiller les orteils ! Mais, je peux vous dire que les brochets, eux, ne sont pas peureux. Et même sur le bord de l'eau, il y en a qui sont venus se faufiler entre nos jambes. Il y en a même un qui a mordu mon amie. Oui, oui, je vous le jure. C'est vrai ! Tout comme l'araignée qui avait à peu près 30 cm d'envergure avec les pattes... vous savez les araignées au corps tout petit et aux longues, longues pattes... je vous le jure !!!

Bon, revenons au monstre.

Selon un des liens, il y aurait une carte du lac réalisée par un certain Major Stein sur laquelle, on aurait indiqué les monstres et merveilles du lac. Encore une fois, dans les sites visités, on parle un peu partout, de lac profond, de grands poissons, et surtout d'esturgeons monstrueux. On parle aussi du rocher "Donda" qui portait autrefois une sculpture représentant une tête d'amérindien avec un serpent autour du cou... une belle légende qui ne semble pas avoir de lien avec le  monstre. Malheureusement, encore une fois, je n'ai jamais entendu parler de cette histoire. 

Alors j'en veux un peu à ma mère, à mes grands-parents, à tout le village, en fait... C'est quoi l'idée de ne jamais m'avoir parlé de ce monstre ! Il va falloir que je parte à sa recherche à ma prochaine visite de la région !

lac_massawippiUn peu d'information :

Le nom du lac, Massawippi, serait un mot abénaquis qui signifierait "grand lac profond". Certains disent que ce mot signifie plutôt "beaucoup d'eau claire" ou encore "rivière aux eaux profondes". On parle aussi de déformation du mot "nasawipi" "nipi" signifiant eau et "nasaw" entre ou milieu, ce qui donnerait "entre les eaux".

Situé dans les Cantons de l'Est, cinq municipalités bordent le lac : North Hatley, Canton de Hatley, Hatley, Ayer's Cliff et Sainte-Catherine de Hatley.

  • Superficie : 18,7 km²
  • Profondeur maximale : 85,7 m
  • Profondeur moyenne : 41,6 m
  • Longueur : 14,2 km
  • Largeur maximal : 1,9 km
  • Poissons communs : Truites, achigans, perchaudes, brochets, barbottes, crapets-soleil, dorés, etc.
  • Animaux et oiseaux : Bernaches, oies blanches, grands hérons, canards, urubus, cerfs de Virginie, Orignaux, dindons sauvages, rats musqués, castors, etc.
  • Source principale : Rivière Tomifobia
  • Source de la rivière Massawippi

Quelques liens intéressants :

Monstres des lacs du Québec : mythes et troublantes réalités / Michel Meurger avec la collaboration de Claude Gagnon. -- Montréal, Paris : Éditions internationales Stanké, 1982. -- 319 p., [1] feuillet de planche : ill. ; 23 cm. -- ISBN :  978-2-760401723

Extrait sur le site de Claude Gagnon

Posté par Laila_Seshat à 02:32 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


25 juin 2015

Quel monstre ?!

monstresmarins2À la recherche d’un document bien précis dans notre magasin, je fouillais dans les rayonnages des livres oubliés. C’est à cet endroit que l’on place entre autres les livres un peu fatigués mais qu’on ne peut pas remplacer. On décide de les conserver pour diverses raisons : ce sont des classiques incontournables – particulièrement s’ils sont québécois -  le livre n’est plus édité et il est rare, etc. Malheureusement, même si ces livres sont toujours disponibles pour le public, les mettre au magasin les condamne à l’oubli. Bon, je digresse…

Toujours est-il que j’étais à la recherche d’un livre lorsque mes yeux croisèrent la tranche d’un autre qui retint mon attention : Monstres des lacs du Québec. Je l’avoue j’ai été intriguée et je l’ai pris pour l’observer. Je connaissais Memphré le « monstre » du lac Memphrémagog – difficile de manquer la sculpture à Magog ! Et j’avais entendu parler de Ponik, celui du lac Pohénégamook. Mais alors que je lisais la table des matières, mes yeux se sont accrochés sur un nom. Au chapitre 1, partie 8, je lis ceci : « Les monstres des lacs Memphrémagog et Massawippi ». MASSAWIPPI ! Et hop, un emprunt immédiat !

C’est que voyez-vous, le lac Massawippi, c’est le lac de mon enfance ! Là où j’ai passé tous mes étés quand j’étais jeune. La maison de mes grands-parents était située au bord du lac Massawippi, à Ayer's Cliff, et c’est un lieu que je connais si bien. J’ai fait du bateau sur le lac, je me suis baignée dans le lac, j’ai pêché sur le lac, j’ai patiné sur le lac et j’ai passé des heures à le contempler. J’ai entendu mille et une histoires à propos du lac. Mais d’un monstre ? Je n’ai jamais entendu parler ! Étrange, non ?

Je me plonge dans le livre. Et je commence par les pages qui parlent de « mon » lac. On y parle de falaises à pic, de lac très profond, de lac sans fond, de cavernes sous les montagnes bordant le lac, de poissons phénomènes, de tunnel entre le lac Massawippi et le lac Memphrémagog, de noyés qui ne reviennent jamais, et, évidemment de monstres mystérieux.

Alors que j’avance dans ma lecture, des souvenirs commencent à surgir. Car tout ça, je me souviens d’en avoir entendu parler. Tout, sauf le fameux monstre.

Je me souviens de ma grand-mère parlant de bateaux ayant coulé dans le Memphrémagog et Maasa1mystérieusement retrouvés dans le Massawippi – car il y aurait un tunnel souterrain entre les deux lacs. Je me souviens de mon grand-père racontant la pêche de brochets immenses, et disant que des plongeurs avaient affirmé avoir vu des poissons, probablement des esturgeons, de plusieurs mètres. Je me souviens de mes tantes parlant de connaissances du village qui s’étaient noyés dans le lac et dont on n’avait jamais retrouvé les corps ; on disait qu’ils étaient peut-être dans ses fameuses cavernes sous les falaises. Je me souviens de ma mère racontant comment un après-midi qu’elle se faisait bronzer dans une chaloupe, elle avait vu passer « entre deux eaux » le corps d’un homme qui s’était noyé quelques semaines auparavant ; il était boursouflé mais intact. Je me souviens d’enfants disant que Massawippi signifiait « lac sans fond » et que les algues pouvaient nous entraîner vers ces profondeurs inatteignables.

Mais bizarrement, encore une fois, je ne me souviens pas d'avoir jamais entendu qui que ce soit parler de monstre. Et pourtant, j’en ai passé des soirées avec des amis du village à se raconter des histoires de fantômes – je peux même vous montrer toutes les maisons hantées du village. Et j’en ai passé des soirées autour d’un verre, ma foi, un peu illégal puisque nous n’avions que 16 ans, à une table de l’hôtel de Shady Crest, à se raconter des histoires sans queue ni tête. Oui, ce même hôtel, dont le propriétaire raconte dans le livre des histoires de poissons avec des têtes de vache et d’esturgeons monstrueux. Il ne nous a jamais raconté ces histoires ! Le monstre a même un petit nom « Wippi » ou « Whippi » dépendant de la langue du raconteur.

Et donc non… pas de monstres dans mes souvenirs. Je suis un peu déçue, je l’avoue !

Quelques recherches sur le net s’imposent... (à suivre)

Posté par Laila_Seshat à 16:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

23 avril 2014

Un jour, un livre, une rose, un droit d'auteur !

"Rien de l'univers n'est semblable si quelque part, on ne sait où, un mouton que nous ne connaissons pas a, oui ou non, mangé une rose." [Saint-Exupéry]

JMDLA

Cette journée est une journée remplie d'espoirs, remplie d'incertitudes. Une journée qui promet de défendre les mots ; une journée qui promet de se battre lors de combats souvent injustes. Une journée grandiose qui rêve de livres, de textes, d'auteurs pendant 24 petites heures. Mais une journée qui fait des cauchemars tous les autres heures de l'année.

On protège un mot, un vers, un chapitre, un livre... mais que lui arrive-t-il vraiment ? Quand on ne le voit pas ? Quand on détourne le regard ? Existe-t-il encore ? Et ça, c'est la question essentielle. Une question de vie littéraire.

Mais certains pièges littéraires sont vitaux à la vie d'une oeuvre. Ne jugez pas le livre, l'auteur, le lecteur, le "citationneur"...  Mais protégez la création... protégez les mots, vos mots...

"Si vous jugez le livre, le livre vous juge aussi" [Stephen King]

Posté par Laila_Seshat à 04:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 octobre 2009

La Fontaine de Vaucluse

Fontaine3Il y a quelques mois, nous avions décidé de prendre la route - encore une fois. Cette fois, nous allions un peu plus loin... en Provence. Nous nous sommes arrêtés à quelques endroits. Dont un lieu qui n'avait droit qu'a, à peine, quelques lignes dans notre guide. Il aurait dû en avoir beaucoup plus !

Nous avions visité quelques villages aux alentours et sur le chemin du retour, il y avait cette fontaine. Bon... je suppose que ce n'est pas vraiment une fontaine; mais c'est son nom: la Fontaine de Vaucluse. Elle se fait discrète dans les guides touristiques mais elle vaut un détour... ce fut une rencontre magnifique et inoubliable.

La Fònt de Vauclusa ou La Font de Vau-Cluso (selon la norme linguistique que l'on choisit) est tout d'abord une commune française, située en Provence. Mais la Fontaine de Vaucluse est aussi une source, une résurgence,  plutôt qu'une fontaine. On la trouve au pied d'une falaise de plus de 230 mètres. On dit que c'est la plus grosse source de France et la cinquième plus grosse au monde. Son écoulement moyen peut ateindre jusqu'à 630 millions de m3 par année ! L'eau provient de l'infiltration dans la montagne des eaux de la pluie et de la neige. Ces eaux viennent en grande partie du Mont Ventoux, du Mont de Vaucluse, du plateau d'Albion et de la Montagne de Lure. Toute cette eau pénètre la montagne et n'a qu'une seule sortie: la Fontaine de Vaucluse.

À l'origine, l'endroit s'appelait Vallis Clausa qui signifie en latin "vallée close". Et quand on arrive à la fontaine, on ne peut queFontaine1 comprendre le sens de ce nom. Après une longue marche le long d'un cours d'eau qu'on nomme la Sorgue, on arrive à une falaise qui semble la source du cours d'eau. Entourée de falaises vertigineuses, il n'y a aucune issue... la vallée est close.

Et donc, au fond de la vallée close, au pied de la falaise, de l'eau provenant d'un réseau souterrain et qui peut parfois jaillir violemment, est la source de La Sorgue. Le site est connu depuis très longtemps et on retrouve des mentions de la fontaine dès l'Antiquité alors qu'elle fait l'objet d'un culte des eaux et d'offrandes rituelles. La source est habituellement paisible en hiver et en été. L'eau est claire et transparente... d'une couleur turquoise saisissante.

Mais parfois, principalement au printemps et en automne, l'eau monte et prend une couleur rouge. Les habitants de la région y voient un mauvais présage. Lorsque l'eau prend la couleur du sang, on craint des malheurs, la peste, des épidemies, etc. La couleur de l'eau s'explique bien entendu par la présence d'argile rouge qui lorsque l'eau monte dans les réservoirs souterrains teinte la source de Vaucluse.

L'homme a toujours voulu comprendre la fontaine de Vaucluse et très tôt, on tenta de sonder les fonds de la falaise, puis les rivières souterraines. Aujourd'hui, les plongeurs ne peuvent que rarement s'aventurer sous la falaise, mais grâce à des sondes automatisées on a pu calculer en 1985, la profondeur du gouffre a 308 mètres. Mais la source de la fontaine demeure encore mystérieuse et n'a pas encore révélé tous ses secrets.

Depuis toujours, on a décrit la beauté du site. Char, Mistral, Chateaubriand, Pline l'Ancien, Scudéry, Voltaire,... Au Moyen-Âge, Fontaine2au VIe siècle, un ermite du nom de Veran se serait installé près de la Fontaine et y aurait combattu une "couloubre". Cette couleuvre monstrueuse terrorisait la région et vivait près de la Sorgue. Veran la tua et ramena la paix dans la région. Il accomplit de nombreux miracles et devint l'évêque de Cavaillon. Des moines auraient suivi l'exemple de Veran et s'installèrent dans un monastère près de la Fontaine. Pétrarque vécut aussi près de celle-ci au XIVe siècle et mentionne dans ses écrits la Fontaine et le figuier, qui plongeant ses racines dans la Fontaine, semble éternel. 

La Fontaine de Vaucluse nous offre beaucoup d'autres légendes. Une épave s'y trouve à plus de 25 mètres. Elle cacherait aussi, bien entendu, un trésor. On a longtemps cherché à la retrouver. Aujourd'hui, le site est protégé. Mais la découverte en 2001 de plusieurs pièces antiques, en bronze, argent et en or, certaines datant du 1er siècle avant J.-C. permet aux chercheurs de trésor de continuer à rêver.

Lorsqu'on arrive au pied de la falaise et que l'on voit pour la première fois, l'eau turquoise de la Fontaine, on ne peut qu'être envoûter par le charme de l'endroit. On imagine mille fées qui dansent ardemment sur la surface translucide de la Fontaine. Des secrets éternels sont chuchotés à nos oreilles. Une folie profondément paisible nous envahit et nous raconte nos désirs, nos joies et nos peines. La Fontaine nous connait et nous reconnait. Elle a toujours existé et nous rappelle notre immortalité.

Sources à consulter

Posté par Laila_Seshat à 22:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 juin 2009

L'Univers féerique de Brasey

L'univers féerique / Édouard Brasey. -- [Paris] : Pygmalion, [c2008]. -- 863 p. ; 21 cm. -- ISBN fee978-2-7564-0188-1

Ce volume rassemble les titres suivants, parus aux éditions Pygmalion / Gérard Watelet à Paris: C1999, Fées et Elfes; c1999, Nains et Gnomes; c1999, Sirènes et Ondines; c2000, Géants et Dragons; c2000, Sorcières et Démons.

Quatrième de couverture

Grand connaisseur du monde féerique, Édouard Brasey est parti sur les traces de créatures fascinantes, partout où on les rencontre, dans les contes et les mythes, le folklore, les chroniques locales, les recueils anciens. Ce volume nous révèle absolument tout sur ces êtres, bienfaisantes ou maléfiques, insouciants, espiègles, redoutables, parfois cruels, qui habitent le monde de nos rêves: leur histoire, leur habitat, leur habillement, leurs secrets, leurs amours et les croyances dont les hommes les entourent. Largement popularisés par la littérature fantastique, la bande dessinée et le cinéma, ils continuent pa susciter notre fascination et leurs aventures nous donnent bien souvent des leçons de vie.

Vous saurez donc tout sur les fées, les elfes, les sorcières, les démons, les loup-garous, les vampires, les succubes, les incubes, les lamies, les goules, les sirènes, les ondines, les naïades, les océanides, les nymphes, les roussalkas, les marimorgan, les vouivres, les nixes, la lorelei, les géants, les dragons, les ogres, les dracs, les tarasques, les coulobres, les nains, les gnomes, les lutins, les gobelins, etc.

L'Univers féerique nous invite à une passionnante et troublante plongée dans les mystères de l'imaginaire.

L'auteur

fee2Édouard Brasey est né à Marseille, en France, en 1954. Il étudiera tout d'abord en politique et en droit pour finalement faire des études en sciences économiques. Il travaillera dans un cabinet d'audit américain pendant quelques temps puis se dirige vers une carrière de journaliste économique. Il écrira également comme journaliste littéraire pour le magazine Lire.

En 1984, il obtient un DEA en études cinématographiques. À cette même époque, il commence à écrire quelques essais. Il se lance également dans l'étude et la l'écriture de contes.

Il devient rapidement un spécialiste des contes, mais également du monde imaginaire des êtres féeriques qui peuplent les contes. Il continue d'écrire des essais et des contes, mais se lance également dans la rédaction de romans largement inspirés des mythes, contes, légendes, folklores de divers pays. Tous ces écrits sont toujours le fruits de nombreuses recherches et études.

Parallèlement à ses activités d'écrivain, il est également reconnu pour ses talents de conteur et conférencier. Il fut également figurant dans divers films. Il présente encore aujourd'hui de nombreux spectacles de contes, participe à des émissions de télévision, dirige une collection de contes,, de traités ésotériques, etc., présente des conférences, voyage beaucoup et continue d'écrire, particulièrement sur le monde des fées. Il vit présentement à Paris.

Bibliographie partielle (bibliographie complète sur les sites de l'auteur)

  • L'effet Pivot (1987)
  • Quand le ciel s'éclairera (1994)
  • Enquête sur l'existence des anges rebelles (1995)
  • Le Voeu d'étoile (1996)
  • Ça s'est passé en Haute-Provence (1997)
  • Rue de l'oublie ou Les ombres d'Istambul (1998)
  • Fées et Elfes (1999)
  • Nains et Gnomes (1999)
  • Sirènes et Ondines (1999)
  • Géants et Dragons (2000)
  • Sorcières et démons (2000)
  • La Lune, mystères et sortilèges (2003)
  • Les loups de la Pleine Lune - Carnet retrouvé dans un manoir en ruines (2005)
  • Les Univers de Jules Verne (2005)
  • L'Univers féerique (2008)

Le site de l'auteur, son blog, son MySpace et sa page Facebook...

Commentaires personnels

Édouard Brasey est un auteur prolifique. Il écrit beaucoup, sur divers sujets. Mais ses sujets principaux demeurent les thèmes ésotériques, notamment, les peuples féeriques, les mythes et légendes et les êtres surnaturels. Bien que certaines de ces oeuvres sont très vulgarisées et générales, on ne peut lui reprocher un manque de recherche. Brasey semble beaucoup se documenter sur les sujets qu'il choisit.

L'Univers féerique est en fait une réedition en un seul volume de 5 ouvrages qu'il a d'abord publié séparément: Fées et Elfes (1999), Nains et Gnomes (1999), Sirènes et Ondines (1999), Géants et Dragons (2000) et Sorcières et démons (2000). Ces ouvrages ne semblent plus disponibles séparément.  Le recueil traite donc des différentes catégories d'êtres féeriques que l'on retrouve dans les contes, les légendes et les mythes. L'auteur nous présente brièvement les êtres dont il sera question dans la section, puis nous rapporte des histoires, des légendes, des anecdotes les concernant, dans un désordre total. On passe de références dans des livres anciens à des contes connus, puis on nous présente une légende régionale ou un mythe commun... On passe d'analyses de textes médiévaux à la relation de contes. On rapporte d'antiques légendes mais aussi des légendes récentes et modernes. Les êtres féeriques font parties de l'imaginaire de nos ancêtres mais aussi de notre époque moderne. Bien que la plupart des informations proviennent de la France, on nous propose aussi des histoires de l'Europe et d'autres parties du monde - mais trop peu... cela reste très français comme ouvrage.

Le livre semble parfois un peu long. Je dois avouer que j'ai parfois trouvé la relation d'histoires ou de contes, un peu longue. Certaines histoires moins intéressantes que d'autres et surtout elles n'apportaient aucune nouvelle lumière sur l'être féerique dont on traitait dans le chapitre. J'aurais aimé un peu plus d'information sur les origines de ces êtres qui peuplent nos contes et légendes, sur leurs significations, leur symbolisme...

On nous parle donc de fées, d'elfes, de sirènes, de dragons... Cependant, on doit souligner que l'ouvrage n'étudie pas en profondeur les origines des mythes ou la nature des ces êtres "imaginaires" ou non... On se penche plutôt sur les les histoires, les légendes, les contes, le folklore...  Les gens semblent avoir toujours cru en des êtres féeriques et ils semblent que ces croyances ne sont pas tout à fait disparues du folklore contemporain !

Extraits

"On les appelle les Bonnes Marraines, les Dames Blanches, Noires ou Vertes, les Bienvellantes, les Bonnes et Franches Pucelles, les Fileuses de Destin, les Lavendières de Nuit. Elles font partie du pPetit peuple, que l'on nomme aussi les Bons Voisins, laPetite Noblesse, le Peuple de la Paix ou les Habitants des Collines.

Les expressions imaginées ne manquent pas pour désigner ces êtres fantastiques auxquels les Anciens évitaient de donner leur vrai nom, de peur de les fâcher." p. 11

"Faire alliance avec la fée, c'est faire alliance avec la vie, avec la magie de la vie et l'amour infini qu'elle contient. C'est croire en la providence, faire confiance en sa chance, accorder foi auc coïncidence et aux rencontres heureuses, qui se produisent toujours au bon moment. C'est croire aux forces de l'esprit qui animent la matière. p.158

Sources et avis

Posté par Laila_Seshat à 23:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


13 avril 2009

Vous avez été chercher votre eau ?

Eau

C'est étrange... je n'avais jamais entendu parler de cette tradition avant il y a deux-trois ans... Et pourtant, j'aime beaucoup toutes les légendes, coutumes et traditions - même si je ne les suis pas, personnellement, j'aime bien connaître toutes ces petites choses particulières et étranges.

Et voilà, qu'il y a quelques années, ma grand-mère, d'innocemment dire au cours d'une conversation téléphonique à l'occasion de Pâques: "je crois que je n'irai pas chercher d'eau de Pâques, cette année".

Et bien voilà. Je n'avais aucune idée de quoi elle parlait. Et je ne l'avais jamais entendu parler de ça auparavant... Et donc, j'ai fait mes recherches, bien sûr, car je dois savoir... Et puis, inutile de demander à "mère-grand", car selon son habitude, la conversation s'est arrêtée brusquement, car elle avait oublié un gâteau au four, ou alors une soupe sur le feu...

Donc... selon mes recherches, cette Eau de Pâques est très connue ! Et miraculeuse, en plus ! C'est une eau qui peut guérir nombres de maladies, particulièrement les maladies de peau et des yeux. J'ai aussi lu que cette eau peut nous protéger des mauvais esprits, des intempéries... Enfin, elle est bien utile !

On doit aller checher son "eau de pâques" au levée du soleil; et ce, le jour de la "résurrection du Christ" (donc, ici je vois beaucoup de problème... en bonne recherchiste que je suis, puisque le terme "christ" n'est pas unanimement reconnu et que le jour de sa résurrection - si on croit qu'il est déjà venu sur terre - n'est pas non plus reconnu unanimement... un dimanche, un lundi... enfin, c'est contesté..) Mais en général, les gens qui vont chercher cette eau... y vont le dimanche de pâques... donc, on va s'entendre pour le dimanche !

Bon... donc, on doit aller recueuillir notre eau, le dimanche de Pâques, au lever du soleil. Cette eau doit être courante, c'est à dire, qu'elle doit provenir d'une source, d'une rivière, un ruisseau, un fleuve, etc, mais pas d'un étang, un lac, un puits... Et la mer? Ce n'est pas clair... c'est selon...

Et une fois qu'on a été cherché notre eau ? Et bien, on en conserve une bonne quantité - il faut qu'elle dure jusqu'à la prochaine année - mais habituellement, on en boit aussi immédiatement... Elle nous protègera alors contre... et bien contre toutes ces petites choses mauvaises ! Certains se lavaient même tout de suite dans la source courante... avant d'en recueillir et d'en ramener pour en avoir toujours à portée de la main ! Se plonger dans la source, le matin de Pâques, devait donner une peau fraîche ainsi que la beauté et la séduction pour les femmes... la force et la santé pour les hommes... les priorités ne semblent pas les mêmes, mais bon !

Car il ne faut pas oublier que certains disent que cette eau est une façon d'unir le ciel et la terre... L'eau de Pâques est un symbole pour annoncer la fin de l'hiver... L'eau, pendant tout l'hiver, prise dans la glace, s'écoule maintenant librement... Le printemps est enfin là, la nature renaît... Et nous retrouvons encore ici une simple célébration du printemps, de résurrection, de renaissance et de la vie !

Eau de Pâques... eau bénite... on parle même parfois de druidisme, d'alchimie et de magie... la religion et la magie ne sont-elles pas intimement liées ?

Toujours est-il que je ne savais pas que ma grand-mère avait un jour été cherché cette eau ! Mais bon, je dois dire qu'elle enterre des médailles sur son chemin pour empêcher les visites des indésirables... Et ça semble fonctionner... Peut-être devrais-je chercher une source courante l'année prochaine ;)

Posté par Laila_Seshat à 23:25 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 mars 2009

Croyances et rites populaires

Croyances et rites populaires / James Éveillard, Patrick Huchet. -- Rennes : Éditions Ouest-France, [c 2006]. -- Croyance1125 p. : ill. en coul. ; 26 cm. -- ISBN 2-7373-3676-7

Quatrième de couverture


A l'aube du XXIe siècle, savez-vous que :

  • Des femmes viennent se frotter contre certains menhirs ayant le "pouvoir" de fécondité.
  • Le rocher du "Pas de la Vierge" (Deux-Sèvres) est l'objet d'une étrange dévotion.
  • Les "bonnes fontaines" du Limousin, Auvergne, Bretagne... sont régulièrement fréquentées pour leurs vertus thérapeutiques.
  • Les arbres votifs de Cussac (Haute-Vienne) ou de Vatteville-la-Rue (Seine-Maritime) sont toujours vénérés.
  • La procession de la "Lunade" est célébrée à Tulle (Corrèze), sans la moindre interruption, depuis... 1348 ! Celle de la "Rodella", à Arles-sur-Tech (Pyrénées-Orientales), depuis 1465 !
  • Les guérisseurs, chiropracteurs et autres magnétiseurs n'ont jamais fait autant fortune...

À l'ère d'Internet et de l'ordinateur, chaque jour plus envahissants, réjouissons-nous de la persistance de ces mille et une superstitions et rites surprenants qui nous intriguent et portent à l'émerveillement.

Patrick Huchet et James Eveillard vous invitent à découvrir ce monde mystérieux de croyances et traditions populaires bien vivantes, en notre si beau pays de France.

Les auteurs

James Eveillard fit des études d'architecture puis d'histoire et d'histoire de l'art. Il se consacre principalement aujourd'hui à la recherche historique et a écrit de nombreux ouvrages. Il a écrit notamment sur les Templiers, les Chemis de Saint-Jacques de Compostelle et sur le Moyen-Âge. Il a participé à la création du Conservatoire régional de la carte postale (Cartopole) situé dans la ville de Baud. Il se passionne tout particulièrement pour la Bretagne.

Patrick Huchet, quant à lui, fit tout d'abord des études d'histoire à Rennes, puis de journalisme. Il se consacre également aujourd'hui à la recherche historique. Il a écrit de nombreux ouvrages, notamment sur la Bretagne.

Commentaires personnels

Les légendes, croyances et rites religieux ou païens font encore parties du quotidien de toutes les populations. Toutes les régions de France portent la trace des croyances et légendes anciennes qui sont encore très souvent forts vivaces dans le quotidien des gens. Loin de cacher les rites populaires, les gens les mettent très souvent en évidence: fêtes populaires, lieux à visiter et objets soulignent les légendes et croyances parfois très anciennes.

Quand on se promène en France, plus spécialement en campagne, on croisera certainement, un endroit, un village, une chapelle, une fontaine, un dolmen, ... qui témoignent d'un événement ou d'un personnage légendaire. Les deux auteurs, dans ce très beau livre, nous présentent quelques uns de ces endroits "magiques". Le livre couvrant la France au complet, on ne peut évidemment que faire un survol de quelques uns de ces endroits. C'est donc un aperçu que les auteurs nous offrent.

  • Le premier chapitre présente "le culte des pierres". Plusieurs dolmens, menhirs, et autres mégalithes sont présentés avec les légendes associées à ces pierres: fées, amour, mariage, fécondité et Gargatua...
  • Le deuxième chapitre traite du "culte de l'eau", et on nous présente donc, les légendes et histoires associées aux nombreuses sources et fontaines de France.
  • Le troisième chapitre poursuit avec les croyances et légendes concernant la nature: les étoiles, le soleil, la lune, le vent, les arcs-en-ciel, mais surtout les arbres, les plantes et les animaux (chats, ânes, oiseaux, etc.).
  • Le quatrième chapitre raconte comment les devins, guérisseurs, rebouteux, etc. ont toujours fait partis de la société et sont encore aujourd'hui très présents.
  • Le cinquième chapitre est dédié au culte des saints et de la Vierge qui est encore très présent dans la vie des gens. On nous parle surtout de reliques et chapelles.
  • Le sixième chapitre traite des êtres surnaturels, de leur présence au cours des siècles, et des légendes et traditions qui sont associées aux fées, fantômes, esprits, loups-garous.
  • Le septième et dernier chapitre parle principalement des légendes et croyances concernant le diable et les sorciers.

Le livre est abondamment illustré et on retrouve beaucoup de cartes postales anciennes et anciennes photographies. Les textes sont brefs et ne font évidemment que survolés les sujets. L'idée de l'ouvrage est d'abord d'offrir au lecteur un échantillon des nombreuses légendes et croyances qui existent en France et surtout de donner envie de poursuivre sa découverte... par d'autres lectures et par des visites à ces endroits parfois bien étranges.

Un joli livre à feuilleter, admirer, lire et relire... puis direction bibliothèques et libraries pour en apprendre plus ! Et si l'occasion se présente, un petit détour pour voir de ses yeux, cette pierre au fées, cette étrange grotte, ce minuscule sanctuaire perdu dans le bois...

Citations

"En terre de France, sont ainsi attestés, depuis des millénaires, les cultes du feu, de l'eau, des arbres et des pierres, outre de multiples divinités, dont la plus anciene semble être la "Désse-Mère". Aux premiers temps de l'ère chrétienne, l'Église entend imposer son dogme officiel et mette fin aux croyances et superstitions "païennes". " p. 4

"Fort habilement, plutôt que de s'y oppposer frontalement, au risque de provoquer de vils heurts avec les populations, le clergés christianosa peu `apeu les témoins du paganisme : ainsi, à Béhuard (près d'Angers), où était adorée une divinité marine, l'évèque Maurille, d'es le Ve siècle, y subsituta la vénération de la Vierge Marie... Le feu, si précieux depuis les temps préhistoriques, fut mis à l'honneur lors des fêtes de la Saint-Jean... Les sources "sacrées" virent s'édifier au-dessus dèlles églises et chapelles... Dolmens et menhirs se virent parés de croix..." p. 5

Posté par Laila_Seshat à 20:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 décembre 2008

28 décembre : Les Saints Innocents

Ce n'est pas comme si le 28 décembre signifiait quelque chose de particulier pour moi. En fait, c'est tout simplement une journée entre Noël et le Jour de l'An. Une journée pour se reposer après les repas de Noël et se préparer pour les festivités du Jour de l'An. Tout simplement. Mais il semblerait que le 28 décembre soit une date à souligner par ici. Et donc, ce matin, on annonçait "Los Santos Inocentes".

En Amérique Latine, en Espagne et dans certains autres pays, on souligne la fête des Saints-Innocents en faisant des tours et des farces. Les médias en profitent pour faire des fausses nouvelles humoristiques, les enfants, en particulier, s'amusent à faire des tours aux adultes. Un tour bien connu est d'accrocher un bonhomme de papier dans le dos des gens.

Dans certaines parties d'Amérique Latine on dit qu'il ne faut rien prêter pendant cette journée, que ce soit de l'argent ou des objets. Car celui qui emprunte quelque chose en cette journée est libre ensuite de garde ce qu'il a emprunté. Cette "tradition" est cependant plus récente. Et si on réussit à convaincre quelqu'un de nous prêter quelque chose le 28 décembre, on peut lui dire "Inocente palomita que te dejaste engañar, sabiendo que en este día nada se puede prestar". Qui se traduit à peu près par "Innocent grain (palomita signifie grain de maïs soufflé) qui t'ai laissé abuser, en sachant que en ce jour rien ne peut se prêter". Mais si on remet ce qui est prêté, on le remet accompagné de bonbons, jouets et le message correspondant: " Herodes, cruel e inclemente, nos dice desde la fosa, que considera inocente al que presta alguna cosa"... (Hérode, cruer et inclément, nous dit depuis la fosse, qu'il considère innocent à celui qui prête quelque chose).

Bizarrement, ces traditions se sont greffées à cette journée qui commémore pourtant un Innocent1événement triste. En effet, cette journée rappelle un épisode des évangiles survenant après la naissance de Jésus. Le roi Hérode ayant appris, par des mages qui se rendaient rendre hommage à un nouveau-nés, la naissance d'un enfant qui deviendrait "roi", prit peur et décida de faire tuer tous les bébés garçons de moins de 2 ans. Il voulait ainsi éviter tout prétendant à son trône. Les soldats d'Hérode massacrèrent ces petits enfants que l'on a appelé les saints innoncents, puisqu'ils étaient innocents de tout péché.

Certains analystes contestent la date choisie pour rappeler ce triste épisode, puisqu'il devrait avoir lieu après le 6 janvier qui est la date soulignant la visite des mages... Mais comme ces dates sont de toute façon un peu aléatoires... Certains disent que la coutume de faire des farces et tours en cette journée souligne que comme les enfants massacrés sur les ordres d'Hérode, les gens victimes de tours ne peuvent rien faire et doivent accepter leur destin... (Ce qui me semble une curieuse façon d'expliquer la chose, mais enfin...) 

Mais évidemment la façon pour certains de célébrer aujourd'hui le Jour des Saints Innocents ne date pas d'aujourd'hui. Déjà au Moyen-âge, cette journée était un prélude au Carnaval et on se permettait de fêter, rire et manger en abondance. On incluait cette journée dans les festivités liées au solstice d'hiver pendant lesquelles on voulait à oublier la noirceur de l'hiver en se réunissant et en se distrayant.

Peu importe la raison, le 28 décembre est aujourd'hui en Espagne, une bonne occasion pour rire et fêter encore un peu !

Sources:

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Saints_Innocents

http://redescolar.ilce.edu.mx/redescolar/efemerides/diciembre/trad-28.htm

http://es.wikipedia.org/wiki/Santos_Inocentes

http://www.churchforum.org.mx/santoral/Diciembre/2812.htm

Posté par Laila_Seshat à 16:45 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 octobre 2008

Enchantment of the Faerie Realm: Communicate with Nature Spirits & Elementals

F_e1Enchantment of the Faerie Realm: Communicate with Nature Spirits & Elementals / Ted Andrews. –  St.Paul, Minnesota : : Llewellyn Publications, 1994. – 216 p. : ill, 23 cm. – ISBN 0-87542-002-8.

Quatrième de couverture :

When out in the woods, have you ever felt as if someone were watching you? Have you ever lost something, only to find it later in an odd place? Do you ever dream of strange beasts or dragons? If so, you may have had an actual faerie encounter. Now, you can learn to commune with a whole world of unseen beings, including elves, devas and nature spirits. With just a little patience and instruction, you can begin to recognize their presence. You will learn the best times and places for faerie approach, and you will develop a new respect and perception of the natural world.

Table des matières:

Introduction : A Faerie Tale
Chapter 1 : Faeries, Elves, Legends and Myths
Chapter 2 : The Basics of the Faerie World
Chapter 3 : The Elemental Kingdom
Chapter 4 : Nature Spirits of the Earth
Chapter 5 : Water Spirites, Spirits and Nymphs
Chapter 6 : The Breath of the Air Spirits
Chapter 7 : The Warmth of the Fire Spirits
Chapter 8 : Finding the Flower Faeries
Chapter 9 : The Touch of the Tree Spirits
Chapter 10 : Fantastic Creatures of the Faerie Realm
Chapter 11 : The Blessings of the Faerie Godmothers
Chapter 12 : Living the Magical Life
Appendix A : Music for the Faeries and Elves
Appendix B : Astral Doorways to the Faerie Realm
Bibliography

Commentaires personnels :

Ce livre nous offre tout d’abord une perspective littéraire pour glisser peu à peu dans un côté plus spirituel.
On propose des expériences ainsi que des anecdotes de l’auteur dans son cheminement dans la connaissance de ces êtres astraux. On nous offre également des exercices pour acquérir la possibilité de communiquer avec ces entités astrales et pour les reconnaître. Le livre propose finalement une définition de chacune des grandes familles faeriques.

Le livre malgré quelques lacunes nous offre tout de même plusieurs informations du monde astral des faes. Comment l'auteur a réuni ces informations peut sembler "insensé" pour certains mais cela demeure intéressant et divertissant à lire. Les entrées du journal personnel de l’auteur sont peut-être trop subjectives, mais nous permettent quand même d’avoir une perspective personnelle. Les exercices permettent un véritable travail d’introspection et de méditation qui peut ouvrir un chemin vers un monde bien réel pour plusieurs.

Malgré la mauvaise réputation de la maison Llewellyn – vulgarisation des sujets traités – ce livre peut être un bon point de départ vers la connaissance de ces êtres légendaires.

On peut prendre ce livre comme un guide méditatif ou encore tout simplement comme un intéressant ouvrage, mi-dictionnaire, mi-réflexions personnelles de l’auteur. Ou on peut tout simplement se laisser guider dans ce monde féerique, comme lorsque nous étions enfants et que l'on croyait peut-être aux fées... qui nous dit qu'elles n'existent pas encore  dans un coin de notre imagination ;)

Citations:

"The world still holds an ancient enchantment. It hints of journeys into unseen and unmapped domains. There was a time when the distances between our world ans those we consider "imaginary" were no further than a bend in the road. Each cavern and hollow tree was a doorway to another world. Human recognize life in all things. The streams sang and the winds whispered ancient words into the ears of whoever would listen. " p. 3

"Those enchanted worlds still exist because the child within us never dies. The doorways may be more obsure, but we can still seek them out". p. 205

Posté par Laila_Seshat à 18:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 octobre 2008

Dictionary of Angels: Including the Fallen Angels

10961706Dictionary of Angels: Including the Fallen Angels / by Gustav Davidson. –New York
: Free Press;
Toronto : Maxwell Macmillian, c 1994. – 386 p. : ill.; 24 cm. -- ISBN-10: 002907052X

Traduction française : Le dictionnaire des anges / Gustav Davidson ; traduit de l'anglais par Carole Hennebault. (Les Editions "Le Jardin des Livres")

Résumé :

L’auteur a passé plus de 15 ans en recherches pour la rédaction de ce dictionnaire. Il a exécuté ses recherches dans de nombreuses bibliothèques à travers le monde, il éplucha nombres de livres, manuscrits, textes sacrés, grimoires, ne négligeant aucune source.

L’œuvre de référence recense plus de 4 000 entités angéliques : Anges, Archanges, Dominations, Vertus, Puissances, Chérubins, Séraphins, etc. faisant partie de la littérature biblique, gnostique, cabalistique, talmudique et beaucoup d’autres textes. Chaque entrée comporte une ou plusieurs descriptions de l’entité ainsi que les sources et références d’où proviennent les informations. On peut voir un véritable effort pour recenser toutes les traditions et cultures. Plusieurs illustrations viennent compléter le livre.

Une introduction et divers textes, incantations, tables, etc. complètent le dictionnaire de Gustav Davidson.

L’auteur :

Gustav Davidson est né en 1895, un 25 décembre à Varsovie en Pologne. Il immigra aux Etats-Unis avec sa famille en 1897, plus précisément à New York.

Il publia dès 1915 une pièce de théâtre en collaboration avec Joseph Koven intitulé : Melmoth, the Wanderer, a Play in Five Acts.  Il fonda quelques années plus tard, le Madrigal Magazine, dont il fut également l’éditeur.

Il poursuivit des études universitaires à l’Université de Colombia à New York. En 1922, il fonda un autre magazine : Rhythmus Magazine. Il fut également éditeur et critique pour le Daily Mirror de New York entre 1929 et 1931. Durant les années qui suivirent il publia plusieurs ouvrages dont des critiques, de la poésie, etc. Il publia entre autres : « Thirst of the Antelope » en 1945, « Moment of Visitation » en 1950 et « Ambushed by Angels » en 1965.

En plus de ces activités littéraires, il fut également le « leader » d’une expédition dans les mers du sud, il travailla à la Librairie du Congrès comme bibliographe et conservateur, il fut le secrétaire exécutif de la société : « Poetry Society of America ». En 1940, il fonda la maison d’édition «  Fine Editions Press ». Il épousa Mollie Strauss en 1942. En 1967, il publia A Dictionay of Angels, Including the Fallen Angels à New York. Il décéda en 1971 à New York.

Commentaires personnels:

Le mois d'octobre étant le mois des anges gardiens (enfin, c'est ce qu'on me dit), voici un ouvrage qui répertorie la grande majorité des anges gardiens et des anges rebelles...

Peu de mauvaises critiques pour cet ouvrage. Et je suis également de l’avis de la majorité des gens qui ont le livre: ce dictionnaire est un excellent ouvrage de référence. L’auteur a fait une recherche extensive et on serait tenté de dire presque complète. De plus, il nous livre presque toujours les sources, les références, les textes d’où il a tiré ses informations.

L’introduction est très intéressante et nous livre la démarche de l’auteur. Elle offre également plusieurs réflexions ainsi que différents liens entre les entités.

De plus, le contenu de l’Appendice propose différentes listes, tables de correspondance, amulettes, etc., et même quelques prières, exorcismes et conjurations. L’auteur ne prétend pas connaître l’authenticité des textes, il ne fait que nous livrer le fruit de sa recherche.

L’auteur ne fait aucune discrimination et nous offre des descriptions de toutes les entités qu’il a pu répertorier. Il va cependant parfois émettre ses doutes quant à la validité de la source.  Il notera également lorsqu’il y a des conflits ou des contradictions dans les références. L’approche demeure très objective.

Les critiques négatives concernant l’ouvrage proviennent en majorité des gens en désaccord avec l’approche généraliste et non pas religieux du livre. On dit, entre autres, que l’auteur ne donne pas une bonne idée de la nature sacrée des anges. Ce n’est évidemment pas le but de l’ouvrage.

On retrouve quelques critiques sur l’intégration de conjurations, exorcismes, etc… Les critiques sont de toutes évidences basées sur les croyances religieuses des gens – qui mentionnent surtout que le livre s’éloigne de « dieu ».  Il faut noter que les textes de l’Appendice que l’auteur a ajouté à son ouvrage complètent en majorité le dictionnaire et ont un caractère plus informatif et culturel que réellement « magique ». Cependant, je dirais que ces textes peuvent être utilisés et à ce titre, ils peuvent être dangereux pour ceux qui ne possèdent pas les connaissances et l’expérience en travaux magiques. Étant un dictionnaire général à portée de tous, ce peut être un point négatif à l’ouvrage.

D’autres critiques concernent les références utilisées pour sa recherche. Certains sont surpris de voir des références littéraires et non pas juste des textes sacrés dans la liste des ouvrages consultés. On souligne que les références littéraires ne sont pas « réelles » et historiques. Encore une fois, ce n’est pas le but de l’ouvrage qui est de répertorier toutes les entités angéliques – peu importe la source ou la provenance.

De plus, d’un point de vue personnel, je ne crois pas que l’on peut véritablement attesté de l’authenticité des textes sacrés et des entités répertoriées dans ceux-ci.

En conclusion, je crois que c’est un excellent livre de référence à posséder pour connaître les entités angéliques de tout type !

Posté par Laila_Seshat à 11:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,