12 septembre 2016

Les jeunes mortes de Selva Almada

mortes1Les jeunes mortes / Selva Almada ; traduit de l’espagnol (Argentine) par Laura Alcoba. — Paris : Éditions Métailié, 2015. – 139 p. ; 22 cm. – ISBN 979-10-226-0139-9

Titre original : Chicas muertas

Quatrième de couverture

Années 80, dans la province argentine : trois crimes, trois affaires jamais élucidées qui prennent la poussière dans les archives de l’histoire judiciaire. Des “faits divers”, comme on dit cruellement, qui n’ont jamais fait la une des journaux nationaux.

Les victimes sont des jeunes filles pauvres, encore à l’école, petites bonnes ou prostituées : Andrea, 19 ans, retrouvée poignardée dans son lit par une nuit d’orage ; María Luisa, 15 ans, dont le corps est découvert sur un terrain vague ; Sarita, 20 ans, disparue du jour au lendemain.

Troublée par ces histoires, Selva Almada se lance trente ans plus tard dans une étrange enquête, chaotique, infructueuse ; elle visite les petites villes de province plongées dans la torpeur de l’après-midi, rencontre les parents et amis des victimes, consulte une voyante… Loin de la chronique judiciaire, avec un immense talent littéraire, elle reconstitue trois histoires exemplaires, moins pour trouver les coupables que pour dénoncer l’indifférence d’une société patriarcale où le corps des femmes est une propriété publique dont on peut disposer comme on l’entend. En toute impunité.

À l’heure où les Argentins se mobilisent très massivement contre le féminicide (1808 victimes depuis 2008), ce livre est un coup de poing, nécessaire, engagé, personnel aussi. Mais c’est surtout un récit puissant, intense, servi par une prose limpide.

L’auteur

Selva Almada est née à Entre Ríos en Argentine en 1973. Elle commence des études en publicité puis mortes2décide d’étudier en littérature à Paraná. Pendant deux ans, elle dirige la revue CAelum Blue.

En 2003, elle publie un recueil de poésie, Mal de muneñas. Elle publie ensuite deux recueils de récits, puis en 2012, elle publie son premier roman El viento que arrasa.

En 2010, elle reçoit une bourse du Fonds national des Arts d’Argentine afin de travailler à un projet sur le féminicide. Elle dirige des ateliers d’écriture à Buenos Aires.

La page Facebook de l’auteure, blogue de l’auteure : Una chica de provincia.

 Bibliographie partielle

  • Mal de muñeca (poésie) (2003)
  • Niños (récits) (2005)
  • Una chica de provincia (récits) (2007)
  • El viento que arrasa (Après l’orage) (2012)
  • Ladrilleros (2013)
  • Chicas muertas (Les jeunes mortes) (2014)

Mes commentaires

Quel texte percutant. Le livre de Selva Almada n'est pas vraiment un roman. L'auteur nous propose dans son livre, le résultat de ses enquêtes sur trois crimes, trois meutres de femmes ayant eu lieu dans son pays. Et à travers ces enquêtes, elle nous livre ses réflexions sur le problème des crimes et de la violence contre les femmes en Argentine. C'est un livre  sobre mais très touchant et très difficile à lire. Elle nous livre un témoignage sur la position de la femme en Argentine et surtout sur la banalisation des crimes contre la femme. Les trois crimes dont elle a choisi de nous parler n'ont jamais été élucidés et sont devenus des faits divers parmi tant d'autres.

Les trois crimes racontés par Alamada ont eu lieu dans les années 80. L'auteur a choisi de parler principalement de María Luisa, Andrea et Sarita. Elles avaient entre 15 et 20 ans. Les corps des deux premières ont été retrouvés mais on a jamais retrouvé Sarita. Trois histoires parmi des milliers. L'auteur nous parle de ces femmes et de leurs vies. Elle nous raconte ce qu'elles étaient. Entièrement. Même leurs défauts, leurs folies, leurs erreurs. Car rien ne peut justifier que ces femmes ont été violentées et tuées. Ces femmes étaient belles, laides, normales, banales, ordinaires, uniques.

Le but de l'auteur est de tout d'abord faire vivre à nouveau ces femmes, de ne pas les oublier. Et elle part à la rencontre de ces femmes. Elle interroge proches, amis, famille, policiers. Elle enquête. Froidement. Mais on sent le malaise partout. Le silence est assourdissant. Et la mort enveloppe tout. Mais le but d'Almada est aussi de dénoncer les auteurs de ces crimes, les hommes. Le père, le frère, l'oncle, le petit ami, le patron... Jalousie, contrôle, violence, pouvoir, incompréhension... Ce texte est brutal.

Dans son enquête, l'auteur touche aussi à sa propre mortalité. Le texte de Selva Almada est bref, percutant et très personnel. L'auteur livre ses émotions, son questionnement, son incompréhension, sa colère dans son récit de la vie et de la mort de ces trois femmes. Elle ira même voir une voyante pour aller à la rencontre des victimes. Cela peut sembler étrange mais non... l'auteur cherche ses réponses partout. Elle veut comprendre. Et elle espère. 

La conclusion de l'auteur est tranchante. Rien ne peut expliquer ces crimes et surtout le silence et l'indifférence qui les entoure. Et rien n'a changé. Encore aujourd'hui les fémicides sont choses courantes en Argentine - mais aussi dans nombres de pays. Et la façon dont on traite ces crimes n'a également pas changé, que ce soit une agression, un viol, un meutre, les crimes contre les femmes demeurent majoritairement impunis. La corruption des autorités, le pouvoir de l'argent, l'incrédulité des gens, la peur et le silence des populations et même des victimes et de leur famille, rien n'a changé. Cela changera-t-il un jour ?

Les mots de l’auteur

« Je ne savais pas qu’on pouvait tuer une femme seulement parce qu’elle est une femme, mais j’avais entendu des histoires qu’avec le temps j’ai mises bout à bout. Des anecdotes qui n’avaient pas conduit à la mort, mais qui révélaient la misogynie, les abus, le mépris dont les femmes sont victimes. » p. 18

 «Telle est peut-être ta mission : rassembler les os des jeunes filles, les recomposer, leur donner une voix pour les laisser ensuite courir librement quel que soit l’endroit où elles doivent se rendre. » p. 42

Pour en savoir un peu plus…

 


26 mars 2012

Plus léger que l'air de Federico Jeanmaire

JMP2Plus léger que l'air : roman / Federico Jeanmaire ; traduit de l'espagnol [Argentine] par Isabelle Gugnon. -- [Paris] : Éditions Joëlle Losfeld, 2011. -- 221 p. ; 22 cm. -- ISBN 978-2-07-244879-9

Quatrième de couverture

Une vielle dame âgée de quatre-vingt-treize ans maintient enfermé dans sa salle de bains un adolescent qui a essayé de la voler. Elle lui précise d'emblée qu'il peut hurler à sa guise mais que cela sera sans effet. La seule condition à sa libération est d'écouter l'histoire de sa vie, parce que, au fond, cette compagnie "inespérée" permet à la vieille dame de pallier une solitude infinie et, sous le couvert d'un certain moralisme, de laisser libre cours à une sorte de cruauté teintée de sadisme. Véritable suspense en huis clos, qui se termine sur un dénouement totalement inattendu.

L'auteur

Federico Jeanmaire est né à Baradero en Argentine en 1957. Diplômé en Lettres, il fut professeur à l'Université de Buenos Aires. En 1990, il reçut une bourse du Ministerio de Relaciones Exteriores de España afin de travailler sur divers manuscrits à la Biblioteca Nacional de Madrid. Grand spécialiste du Siècle d'Or, il est reconnu pour ses lectures et son travail sur Cervantes.

Il a écrit de nombreux romans, ouvrages et articles sous son nom et sous le peudonyme de Carlos Aguilera. Il reçut de nombreux JMP1prix pour ses oeuvres.

Bibliographie partielle

  • Un profundo vacío en el pie izquierdo ((1984)
  • Desatando casi los nudos (1986)
  • Miguel (1990)
  • Prólogo anotado (1993)
  • Montevideo (1997)
  • Mitre (1998)
  • Los zumitas (1999)
  • Una virgen peronista (2001)
  • Papá (2003)
  • Países Bajos (2004)
  • Una lectura del Quijote (2004)
  • El ingenioso hidalgo don Quijote de la Mancha (2004)
  • Cómo se empieza a escribir una narración, VV.AA. (2006)
  • La patria (2006)
  • Vida interior (2008)
  • Mas liviano que el aire (2009) (Plus léger que l'air)
  • Los zumitas/El silencio del río (2010)
  • Fernández Mata a Fernández (2011)

Résumé

Un jeune adolescent tente de voler une vieille dame. Il l'attaque dans la rue et l'oblige à monter dans son appartement pour lui voler son argent. La vielle dame de 93 ans, sous la ruse que son argent se trouve dans sa salle de bain, l'enferme dans la pièce. Prisonnier de la vielle dame, celle-ci l'averti qu'il peut crier tant qu'il veut, personne ne peut l'entendre. Elle lui promet cependant de le libérer lorsqu'elle lui aura raconté l'histoire de sa mère.

Elle commence donc à parler. L'adolescent crie, frappe sur la porte, hurle des grossièretés, mais finit par écouter la vielle dame. Le temps passe, la dame se fatigue et doit interrompre son récit. L'histoire se déroule donc sur plusieurs jours. Pendant lesquels, la vielle parle et cuisine pour le jeune garçon. Elle raconte son histoire, sermonne le garçon, partage ses opinions et se sent finalement moins seule.

Le roman a reçu le Prix Clarin en 2009.

Commentaires personnels

Étrange roman. Un huis clos qui se rapproche plus du théâtre que du roman. Le texte se résume en fait dans la conversation que tient la vieille dame avec l'adolescent qu'elle tient captif dans sa salle de bain. Conversation qui est pour nous un long monologue puisque nous n'entendons jamais la voix du garçon. Nous lisons uniquement les répliques de la vielle dame. Un texte entièrement fait des propos de la dame, en "je" lorsqu'elle parle et en "vous" lorsqu'elle s'adresse au jeune garçon. L'histoire est donc racontée entièerement du point de vue de la vieille dame. Il n'y a aucune description. Ce que nous savons des lieux et des événements proviennent du discours de la vieille. Les réactions et les propos du garçon sont deviner par les répliques de la vieille femme.

Le jeune garçon qui a à peine 13 ans a donc attaqué une vielle femme de 93 ans pour lui voler son argent. La vieille bien que fragile ne l'entends pas de cette façon et par la ruse attire le garçon dans la salle de bain pour l'y enfermer. La vielle victime prend donc comme otage son agresseur. Elle est vieille et elle est extrêmement seule. Elle pose donc une condition à la libération du garçon. Elle va le libérer lorsqu'elle lui aura raconté l'histoire de sa mère.

Mais l'histoire va prendre du temps. Quatre jours. Petit à petit, elle raconte l'histoire de sa mère, qu'elle n'a pas connu, et qui voulait piloter un avions et qui a pris tous les moyens pour y arriver. Alors qu'elle raconte son histoire, nous voyons percer des bribes de la vie de la vieille femme mais surtout elle partage ses opinions et ses idées. Elle refuse de laisser sortir le garçon, mais elle tente de prendre soin de lui. Elle lui passe de la nourriture sous la porte, le sermonne, le menace, le remercie, lui fait la leçon, tente de l'éduquer, comme elle le dit.

Mais rapidement, on décèle dans le discours de la vieille femme de l'aigreur, de la méchanceté, de la noirceur. Ses propos sont parfois teintés de racisme, de préjugés, et même de violence. Sous un aspect fragile et doux, elle est dure et impitoyable. Et elle est à la fois maternelle et sadique vis à vis du garçon. Elle devient en quelque sorte l'agresseur à son tour. Une grand-mère tortionnaire d'un garçon qui devient, contre son gré, son petit-fils.

Un suspense se met en place. L'auteur arrive à nous faire sentir les émotions du garçon à travers les propos de la vieille. Elle termine son histoire, mais refuse de laisser sortir le garçon. Comment peut-elle ? Il risque de l'attaquer si elle le laisse sortir. Mais elle lui promet de le libérer, de trouver une solution.

Il ne m'apparaissait pas beaucoup de fins possibles. Et je ne fus qu'à moitié surprise. Ce qui n'enlève rien à ce texte troublant, différent et étrange. Lecture complètement inattendue et que je ne suis pas prête d'oublier. Les mots de Jeanmaire m'ont accrochée, son histoire m'a soulevée. J'aimerais beaucoup relire le livre dans les mots de l'auteur.

L'avis de Dasola, Mikaël Demets, Yann Le TumelinWakinasimba,

Extraits

"Non, évidemment, vous avez entièrement raison, Santi. Eux seuls savent de quoi ils ont parlé ce matin-là. Mais à quoi sert l'imagination si ce n'est à combler les vides de certaines anecdotes?" p. 32

"Ça c'est l'imagination. Elle fonctionne ainsi, mon cher petit. Vous avez imaginé que cet homme s'appelait Arnold et non José. Ce qu eje ne comprends pas, c'est cette manie, ce besoin que vous avez de comparer les fruits de votre imagination avec le réel." p. 176

"Le désir de n'importe quelle femme est plus léger que l'air"

Sources à consulter

Posté par Laila_Seshat à 02:18 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 juillet 2008

Mathématique du crime

Critique de lecture

Math1Mathématique du crime / Guillermo Martinez ; traduit de l’espagnol (argentine) par Eduardo Jiménez. – [Paris] : Robert Laffont, 2008. – 259p. ; 18 cm. – ISBN 978-2-221-11058-4. Titre original : Crimenes imperceptibles

Quatrième de couverture :

Dans la sereine et studieuse Oxford, alors qu'enfle la rumeur de la résolution imminente du plus ardu problème des mathématiques, le théorème de Fermat, un tueur en série adresse à l'éminent logicien Arthur Seldom de mystérieux messages - fragments d'une démonstration écrite en lettres de sang... Seldom saura-t-il, avec l'aide du narrateur, un jeune étudiant à peine débarqué de son Argentine natale, trouver la clé de l'énigme ?

Mêlant adroitement la singulière atmosphère des collèges britanniques, les tourments de la passion, les abstractions de Wittgenstein et de Gôdel, les mystères des sectes pythagoriciennes et les antiques secrets de la magie, Mathématique du crime, roman policier de construction classique et pourtant hors normes, nous tient en haleine jusqu'à son dénouement, un magistral acte de prestidigitation...

L’auteur :

Guillermo Martínez est né un 29 juillet de 1962 en Argentine, à Bahía Blanca. Il étudia à l’Universidad Nacional de Buenos Aires, où il obtient un Doctorat en Mathématiques logiques. Après avoir obtenu son diplôme, il restera deux ans au Mathematical Institute d’Oxford en Angleterre où il fera un post-doctorat. Après son séjour à Oxford, il retourne en Argentine.

Il commence à écrire à 17 ans, un livre de contes intitulé, La jungla sin bestias (inédit). Cette œuvre obtiendra le Primer Premio del Certamen Nacional de Cuentos Roberto Arlt.  Il écrit ensuite plusieurs essais et articles et publie un recueil de nouvelles,Math2 Infierno grande, en 1989 – qui obtient le Premio del Fondo Nacional de las Artes -  et son premier roman, Acerca de Roderer, en 1993. Il collabore également au journal argentin, La Nación. Il publia Crímenes imperceptibles, en 2003 et reçut la même année, le prix Premio Planeta pour son roman qui fut traduit en plus de 30 langues. Le roman fut adapté au cinéma en 2008.

Il participa au programme international de l’Université de l’Iowa « Writing Program » et il obtient plusieurs bourses du Banff Centre for the Arts ainsi que des fondations MacDowell et Civitella Ranieri. Il enseigne présentement à l’Université de Buenos Aires.

Site de l’auteur.

Bibliographie partielle :

  • Infierno grande (1989)     
  • Acerca de Roderer (1993)
  • La mujer del maestro (1998)
  • Borges y las matemáticas      (2003)
  • Crímenes imperceptibles      (2003)
  • La fórmula de la inmortalidad (2005)
  • La Muerte Lenta de Luciana B (2007)

Résumé:

Le roman met en scène un jeune mathématicien argentin qui vient à Oxford pour faire son doctorat. Il loue une chambre chez une dame handicapée et sa fille musicienne.

Alors qu’il vient à peine d’arriver, la femme chez laquelle il loge est retrouvée morte. Il découvre le corps en même temps qu’un célèbre logicien, Arthur Seldom, ami de la femme et de sa fille. Cette mort pourrait sembler naturelle si ce n’était que Seldom reçut un mystérieux message l’avertissant de la mort. D’autres morts suivent ainsi que les messages adressés à Seldom. Toutes ces morts pourraient paraître naturelles, presque imperceptibles. Parallèlement à l’enquête de la police, Seldom et le narrateur, le jeune mathématicien argentin, décident de mener leur propre enquête.

Commentaires personnels et expérience de lecture :

Ces derniers temps, j’avais envie d’un « bon » roman policier. Le genre de roman dans lequel on se perd complètement, capté par l’intrigue. Lecture captivante qui permet d’oublier sa journée. Et dernièrement, j’avais été souvent laissé « sur ma faim », comme on dit… J’ai acheté le roman, un après-midi, attirée par le titre et la référence aux mathématiques. J’ai pris une chance.

Et j’ai été comblée par ma lecture ! Le récit est bien rédigé, l’écriture efficace. J’ai lu le roman en français, et bien que j’aurais aimé le lire en espagnol, je crois que la traduction est adéquate.   

(J’ai acheté le livre dans la section française de ma librairie sans même regarder le nom de l’auteur. Je voulais relaxer, et dans ces moments, lire en français et en anglais est plus approprié et facile… Mais avoir remarqué le nom de l’auteur, j’aurais probablement acheté le roman en espagnol… j’aime bien lire – quand je le peux – dans la langue d’origine).

L’intrigue est très bien menée et a réussi à me tenir en haleine pendant tout le roman. Ce qui est rare. Et je dois avouer que je n’ai pas « deviné » ni le dénouement, ni le revirement, ce qui est de plus en plus rare également. La construction de l’intrigue est ce qu’on pourrait qualifier de classique. On assiste à une enquête très classique, dans la veine des romans d’Agatha Christie et autres… pas d’effusion de sang, pas de laboratoires, pas de techniques modernes… des dialogues et des déductions. On suit le narrateur dans ses découvertes et ses déductions. On découvre Oxford, son monde, son atmosphère à travers ses yeux. On rencontre les personnages et on les comprend par le narrateur.

On nous plonge dans l’atmosphère lourde et feutrée du collège anglais – peut-être un peu trop « stéréotypé » mais efficace. Les références aux mathématiques sont évidemment nombreuses et il n’est pas nécessaire d’être un érudit pour les comprendre. J’aurais cependant personnellement aimé que les mathématiques soient plus présentes et impliquées dans la résolution de l’intrigue.

J’ai terminé le roman rapidement et je me souviens à la fois de l’intrigue et du dénouement… ce qui est un très bon signe ! Et maintenant, je veux absolument voir le film… c’est parfois décevant, mais je veux tenter ma chance…

L’avis de Clarabel, Paulana et de Florence Meney sur le Guide culturel du site de Radio-Canada.

Citations:

"[...]En ce sens, la musique est aussi abstraite que les mathématiques: elle ne peut pas distinguer des catégories morales. Je ne penses pas que la haine émette une vibration spéciale." p. 24-25

"Le crime parfait, écrit-il, n'est pas celui qui reste mystérieux, mais celui qui est résolu avec un faux coupable." p. 144

"Ce que j'ai voulu dire, c'est qu'il existe, en mathématiques, un moment de démocratie, lorsqu'on expose, ligne après ligne, une démonstration. N'importe qui peut suivre le chemin une fois qu'il a été tracé. Mais il y a bien entendu une période d'illumination antérieure: ce que vous avez appelé le mouvement du cavalier... Seuls de rares élus, parfois un seul pendant des siècles, réussissent les premiers à percevoir le pas exact dans l'obscurité." p. 126

Sources à consulter :

Posté par Laila_Seshat à 23:19 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,