18 février 2018

Le moment captif d'un dimanche : illusion hivernale

2018-022"La neige. C'est de la lumière dont la terre est couverte. Des franges d'écume sur les rochers. Un vol de papillons blancs." [Roger Mondoloni]

Mes pensées naviguent les vagues de neige qui recouvrent la terre devant ma fenêtre. Mon regard se perd dans cette blancheur qui semble sans fin. Je ferme les yeux, éblouie.

J'ouvre les yeux. La neige m'envahit. Elle a traversé la vitre et recouvre le sol. Il fait froid. Je commence à grelotter. Tout est blanc autour de moi. Je ne peux l'empêcher de s’infiltrer partout. Elle brise doucement les couleurs et tout devient blanc et glacé.

Les murs s’effondrent. Je ne reconnais plus rien. Tout est blanc. Vide. Que des vagues de neige qui ondulent doucement à perte de vue. Je me sens seule au milieu d'un désert blanc. Je n'ai plus froid.

"Une averse de soleil tombait sur ce désert blanc, éclatant et glacé." [Guy de Maupassant]

Posté par Laila_Seshat à 13:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


01 janvier 2017

Le moment captif d'un dimanche : promesse

9953a"Le monde de la réalité a ses limites ; le monde de l'imagination est sans frontières." [Jean-Jacques Rousseau]

Et bien, la voici cette nouvelle année. Pleine de promesses. Et remplie d'incertitudes. Elle est inexplorée, immaculée. Elle n'est pas innocente, bien sûr. Elle vient avec un bagage riche, éclatant, précieux. Mais aussi avec un sac lourd, oppressant et même parfois embarrassant. Ces moments qu'on veut parfois oublier mais qui sont en nous et nous définissent malgré nous. Malgré tout.

Mais cette nouvelle année est réelle et prête à accueillir les rêves les plus fous. Une nouvelle page qui recevra les joies, les rires, les larmes, les réalisations, les pertes, les moments réels et imaginés de nos vies.

"Chacun recèle en lui une forêt vierge, une étendue de neige où nul oiseau n'a laissé son empreinte."  [Virginia Woolf]

 


Posté par Laila_Seshat à 15:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

25 janvier 2015

Le moment captif d'un dimanche : vitrée

2015-02-05"Le rire, comme les essuie-glaces, permet d'avancer même s'il n'arrête pas la pluie." [Gérard Jugnot]

Je ne vois rien. Mais j'avance. Je ris et je pleure à ma façon. Mais je ne suis pas une chanson. Même si j'aime bien chantonner.

Souvent, j'ai la sensation que les gens aiment bien fabriquer des obstacles pour le simple plaisir de les contourner. Ou de voir les autres tenter de les éviter. Quand tout va bien, on se sent coupable alors on imagine des montagnes à franchir.

Mais parfois, j'ai l'impression que je moi aussi je m'invente des tempêtes simplement pour pouvoir pelleter la neige. Alors, je ris. Je pousse la neige et je balaie l'envie d'en inventer encore. Les obstacles se créeront sans mon aide. Il y en aura toujours. Et toujours j'avancerai. En riant ou en pleurant. Mais j'avancerai.

"Si la route est aisée, inventons l'obstacle." [Robert Sabatier]

Posté par Laila_Seshat à 05:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

26 janvier 2014

Le moment captif d'un dimanche : effeuillée

2013-12b"L'arbre se sauve en faisant tomber ses feuilles." [P.J. Jouve]

Un livre se ferme. Une feuille s'échappe sournoisement. Elle tombe doucement sur le sol. Elle porte l'histoire de nos vies. Chaque nervure est une cicatrice naturelle. Une ride sur ma peau.

J'ai froid. Je regarde la feuille tombée et je sais que je dois me sauver. Je dois quitter cet endroit. Suivre l'autre feuille qui tombe un peu plus loin. C'est une erreur. Je le sais. Je dois récupérer toutes les feuilles. Je me retourne. Je dois retrouver la première page. Je fouille dans la neige. Je ne trouve plus mon chemin. Je ne vois plus la trace de mes pas dans la neige.

Où se trouve la première page. La première feuille se cache dans un rayon de soleil. J'ai failli la détruire. Je me penche. Je suis incapable de la cueillir. Je dois refaire ma vie et la retranscrire sur d'autres feuilles qui feront de nouveaux livres. Je soupire et je récupère ma vie. Je me souviens des feuilles passées qui sont tombées des arbres qui se sont sauvés trop vite. Je souris. Je poursuis ma route.

"Mes livres ne sont pas des livres, mais des feuilles détachées et tombées presque au hasard sur la route de ma vie." [Chateaubriand]

Posté par Laila_Seshat à 03:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

12 janvier 2014

Le moment captif d'un dimanche : perspective

2013-12d"Icebergs, icebergs, cathédrales sans religion de l'hiver éternel." [Henri Michaux]

D'immenses falaises de neige ont envahi ma terrasse. Je m'enveloppe de mon manteau et je sors pour déneiger un peu. Il y a tant de neige que je dois sortir par en avant et faire le tour de la maison pour me rendre en arrière.

J'approche des marches en me creusant un chemin. C'est qu'il y a beaucoup de neige dans la cour. J'approche des marches pour monter à la terrasse. Je commence à pelleter les premières marches. Je lève la tête pour regarder la terrasse et j'ai soudainement l'impression de me retrouver dans une chaîne de montagnes enneigées. La neige accumulée sur les rebords ressemble à des falaises immenses entourant une plaine blanche immaculée.

Je me sens devenir minuscule. Je commence à marcher dans l'immensité de ce paysage hivernal. Il fait froid, il y a de la neige à perte de vue. C'est calme. On n'entend que le vent qui soulève des nuages de neige à intervalles irréguliers. Je m'approche d'une falaise. Elle est immense. Elle semble glacée, brutale et si fragile. Je continue à marcher dans la neige. J'essaie d'être le plus légère possible. On ne sait jamais avec la neige. J'ai l'impression que je suis au bout du monde. La vie m'apparaît infinie et si courte. J'entends ma respiration. Je la vois aussi dans le froid qui m'entoure. Je me sens si petite dans ce paysage glacé.

Un mouvement attire mon attention. Mon chat me regarde par la fenêtre. Il semble se demander ce que fait dans les marches, la pelle dans une main, immobile. Je retrouve ma grandeur normale et je commence à détruire les falaises et la plaine enneigées.

"Il faut sans cesse se jeter du haut d'une falaise et se doter d'ailes durant la chute." [Ray Bradbury]

Posté par Laila_Seshat à 08:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


24 décembre 2013

C'est l'attente...

Douce veille de Noël...

DSC_9850

 

Le temps de faire les biscuits et

de ficeler les derniers cadeaux...

 

Le soleil brille sur la neige

mon chat dort enveloppé

dans un rayon lumineux

 

Dans quelques heures, il fera noir

nous allumerons le feu,

nous mangerons trop

et nous échangerons des babioles.

 

Et demain ce sera Noël...

 

Posté par Laila_Seshat à 09:13 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 décembre 2013

Moment captif d'un dimanche : luminosité

2013-12a"Toute blanche dans la nuit brune - La neige tombe en voletant" [Jean Richepin]

Il neige beaucoup depuis quelques temps. Et il grêle. Et il grésille. Et il verglace... Peut-on dire verglacer ? Je ne crois pas non... on doit plutôt dire qu'il tombe de la pluie verglaçante. Et peut-on dire qu'il grésille ? J'imagine que non mais j'ose croire que oui. Ne peut-on imaginer les mots que l'on veut ?

Et donc, ces derniers jours, il a neigé, il a grêlé, il a grésillé et il a verglacé. Ce qui produit des paysages hivernaux des plus variés et des luminosités étranges. On pourrait penser que c'est un truc de la lentille ou un clin d'oeil d'un certain outil informatique, mais lorsque l'on regarde par la fenêtre, certaines images irréelles se matérialisent vraiment.

On entend le vent frôler le toit. On devine la neige vierevolter. On entend la pluie verlaçante, la grêle ou le grésil sur la fenêtre. On se lève doucement, incapable de dormir. Et on ouvre légèrement les rideaux... Et on sait que Noël sera blanc, peut-être un peu glissant... La lumière des nuits d'hiver envahit ma chambre et illumine mes rêves.

"La neige. C'est de la lumière dont la terre est couverte. Des franges d'écume sur les rochers. Un vol de papillons blancs" [Roger Mondoloni]

Posté par Laila_Seshat à 10:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 avril 2013

Moment captif d'un dimanche : fondue

"Chaque chose a son temps en hiver comme au printemps" [Dicton français]DSC_5547

Bon peut-être, mais c'est qu'il s'est laissé désirer cette semaine, ce printemps. Il garde pour lui son beau temps. Il ne veut pas le partager. Bon. Aujourd'hui, il y a bien quelques degrés de plus, mais à peine. Hier, on grelottait encore. J'ai beau aimé l'hiver, quand c'est le printemps, j'ai envie de printemps.

Et on a beau dire qu'il ne faut pas se découvrir d'un fil en avril, j'enlèverais bien encore quelques couches, moi. Je regarde l'hiver fondre petit à petit, mais je commence à être impatiente. Et pourtant, je suis très patiente côté température. Je laisse les choses arriver tranquillement. Je préfère nettement que le printemps s'installe doucement. Je n'aime pas passer de -5ºC à 20ºC en quelques jours.
 Je préfère voir la nature se transformer graduellement. Mais là, il est temps, printemps, que tu travailles un peu plus ! Et permet à la neige et à la glace d'enfin fondre complètement. Regarde ce pauvre glaçon flotter tristement dans l'eau encore trop froide. Aller, printemps... un petit effort ok ?

"Certains matins de printemps ont une fraîcheur de grenouille" [Francis Dannemark]

Posté par Laila_Seshat à 02:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 février 2013

Moment captif d'un dimanche : suivre la piste

Pas"Voyageur, il n'y a pas de routes, c'est en marchant que tu vas les tracer" [Proverbe espagnol]

De petites pattes ont brisé la blancheur impeccable de la neige dans ma cour. Il y a des traces de pas partout. On peut suivre les parcours des habitants de la cour qui vont et viennent un peu partout. Pas besoin de chemins tracés pour ces bêtes à poils ou à plumes, ils sont maîtres de leurs itinéraires.

Suis-je maître de mon parcours ? Ai-je laissé mes pas me guider ou a-t-on guidé mes pas ? Est-ce que mon chemin a marqué ma vie, nos vies, la vie ? A-t-il troublé, bouleversé, fait rire, fait pleurer ?

Parfois, plusieurs chemins s'offrent à nous. Et parfois, aucun chemin n'apparaît devant nous. Parfois, nous décidons de nos pas, suivant un chemin, ou l'autre, ou aucun. Et parfois, on nous pousse sur la route et nous n'avons alors aucun choix.

Des traces sur la neige. Et des cicatrices sur mon destin.

"Vos actions vont peut-être laisser de profondes traces dans la neige de la cour mais pas davantage" [Franz Kafka]

Posté par Laila_Seshat à 04:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 janvier 2013

Moment captif du dimanche : au clair de la lune

neige"Dans l'obscurité de la lune, nos rêves éclairent le chemin" [Anonyme]

Silence. Je veux voir le silence. La nuit, je vois si clairement le silence dont est fait mes rêves. Je vois les reflets de choses à venir.

Est-ce absurde de rechercher la lune même dans mes rêveries éveillées? Est-ce futile de vouloir du silence enneigé ?

J'ai mal à la tête. Les migraines m'envahissent depuis deux jours. Je ne peux que me perdre dans la contemplation de cette image lunaire et froide. Cette image glacée me permet d'espérer, tout simplement, un instant de paix, sans cette douleur persistante, sournoise et vicieuse.

Je voulais aujourd'hui, poursuivre tant de textes commencés et commencer tant de textes imaginés. Les mots me font mal et peinent à venir s'inscrire sur l'écran. Mes mains tremblent. J'ai beaucoup de rêves. Ils devront attendre.

Je ne peux que m'envelopper de silence et de noirceur. Et rêver que la lune éclaire doucement le silence du froid. Demain... je veux écrire.

"La neige. C'est de la lumière dont la terre est couverte. Des franges d'écume sur les rochers. Un vol de papillons blancs" [Roger Moudoloni]

Posté par Laila_Seshat à 22:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,