15 janvier 2017

Le moment captif d'un dimanche : l'envolée

2017-05"La pensée a des ailes. Nul ne peut arrêter son envol." [Youssef Chahine]

Je vire, je volte, je virevolte ; je tourne, je billonne, je tourbillonne. Je m'échappe, je m'envole, et puis je m'évapore. Absence de ciel, absence d'infini. Mes mots sans sens, ni direction, dansent vaillamment.

Je connais des mots majestueux, pas nécessairement des grossièretés, mais plutôt des impressionnabilités. Des mots qui voltigent et flottent dans ma tête. Des mots compliqués, des mots simples. Des envies de crier et des envies de rire. Une histoire à raconter. Des verbes à utiliser. Des verbes pour vivre. Pour décrire mes vertiges.

Les mots s'échappent. Ils m'échappent. Ils écrivent des pensées qui n'existent plus. Leurs ailes violent le ciel. Je ne sais plus dire. Je ne sais plus écrire. Je récupère des syllabes et quelques voyelles qui vacillent. Et je recommence.

"Les mots sont des oiseaux sauvages qu'on ne rattrape jamais, une fois lâchés." [Jean Simard]

Posté par Laila_Seshat à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


29 septembre 2013

Le moment captif d'un dimanche : seul sur le sable

01"Un mot est un oiseau au milieu d'une page. C'est l'infini" [Antonio Soler]

Il marche sur le soleil. Ce sont les premiers mots qui me sont venus à l'esprit quand je l'ai vu. Ses pattes laissent une écriture fine sur le sable et il m'a semblé qu'il resterait là pour l'éternité.

Puis il a commencé à courir de plus en plus vite. Arrête ! que je me suis dit, tu vas perdre ton ombre. Mais il ne m'écoutait pas vraiment. Comment pouvait-il m'entendre de toute façon puisque je me parlais à moi-même.

Je le regardais se mouiller du soleil couchant et je sus qu'il partirait à ce moment. Il devait bien finir par partir.  Il ne pouvait rester sur le sable uniquement parce que je voulais le regarder encore un peu. Je n'avais pas vraiment le droit de l'obliger à rester. Il le savait et je le savais. Alors, je l'ai regardé s'envoler. Sur le sable, le soleil illumine encore la trace de son passage. Le soleil se couchera bientôt. Les vagues viendront bientôt effacer ses pas sur le sable. Mais ils ne s'effaceront pas de ma mémoire.

"Les adieux ressemblent à des oiseaux qui apprennent à voler" [Dominique Sampiero]

Posté par Laila_Seshat à 22:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 juillet 2010

Le moment captif d'un dimanche : rêver en couleurs

10_06_27"Rêve ta vie en couleur, c'est le secret du bonheur" [Walt Disney]

Sur la plage, une cousine toute enveloppée de couleurs, heureuse de se baigner. Heureuse de toucher la mer. Heureuse d'être bercer par le soleil. Dèjà trop chaud. Trop brûlant.

J'aime ces couleurs qui l'entourent et s'entortillent sur son corps. J'aime son sourire resplendissant. C'était hier.

Cette photo je la regarde et je me souviens de cette journée. Un peu. Une journée ordinaire. Mais douce. Une journée sans événement, sans course, sans soucis. Une journée calme et tranquille.

J'aime me rappeler ces journées remplies de couleurs, mais simples. Ces journées sans rien de remarquable qui les marque mais si délicieuses à vivre. On les oublie souvent... on s'en rappelle à peine. Elles s'effacent de notre mémoire, s'entremèlent dans nos souvenirs... On ne sait plus bien c'était quelle date, quel jour de la semaine... Les moments se mélangent, on ne sait plus bien ce que nous avons exactement fait, tout est un peu flou. Une journée ordinaire, banale, mais si remplie de couleurs...

Une journée pour rêver, pour respirer, pour ralentir et s'oublier...

"La mémoire, comme le rêve, dilue les couleurs, la mémoire est une photographie exposée au soleil" [José Carlos Llop]

Posté par Laila_Seshat à 13:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,