07 février 2016

Le moment captif d'un dimanche : fixé

2016-03-08"Si les astres étaient immobiles, le temps et l'espace n'existeraient plus" [Maurice Maeterlinck]

La pluie a tombé et a figé les branches dans une immobilité glacée.  J'ai fermé les yeux. Je me suis alors imaginée perdue dans un univers étoilée. J'ai froid. Je glisse de branche en branche. Je tombe. Je me relève et je grelotte. Je vis.

J'entends une musique glaciale. Elle veut envelopper mon corps, envoûter mes rêves. Elle joue doucement. Ma tête est lourde, mes pensées deviennent confuses. J'ai l'impression que le temps s'arrête. Je semble flotter dans un vide éternel. J'essaie d'ouvrir les yeux. 

J'ouvre les yeux. Je bouge et je grelotte. Par la fenêtre, je vois la vie. 

                                                                   

 

 

Posté par Laila_Seshat à 06:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


12 avril 2015

Le moment captif d'un dimanche : c'est la fête

2015-11"Il pleut, il mouille -- C'est la fête à la grenouille."

Elle saute. Elle saute. Je suis incapable de la suivre. Elle aime bien la pluie. Moi aussi. J'aime chaque goutte. S'il n'y en a pas trop.

Trop de gouttes. Il y a parfois trop de gouttes. Trop de gouttes dégoûtent mon jardin. Quand les gouttes gouttelettent trop, elles ont un goût amer pour la terre de mon terrain. La terre de ma cour préfère les gouttes régulières et douces. Qui tombent selon les prédictions des grenouilles de mon district. Ces grenouilles que je n'ai cependant jamais rencontrées. Elles sont timides ces grenouilles, maîtres des gouttes printanières.

Mais ces gouttes suffisent à verdir tranquillement et doucement les brindilles de mon gazon et les bourgeons naissants. Bientôt, tout sera vert. Un vert naissant, un vert bondissant. Un vert sans cesse en mouvement. Le printemps est bientôt là, prédit la grenouille. Je la crois.

"La grenouille en sait plus sur la pluie que l'almanach." [Proverbe créole]

Posté par Laila_Seshat à 03:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 juin 2013

Le moment captif d'un dimanche : le souhait du lundi

04"On en vient à aimer son désir et non plus l'objet de son désir." [Friedrich Nietzsche]

J'aime la pluie. J'aime les gouttes qui dégouttent sur mon toit. J'aime les gouttelettes qui tombent doucement sur ma terrasse. J’aime l’odeur de la pluie d’été.

Il y a quelques jours c’était une pluie de printemps. Trop froide. Aujourd’hui, c’est une pluie d’été. Trop humide.

J’aime la pluie. Mais trop de pluie me fait soupirer. Les fleurs brunissent. Les tomates restent désespérément vertes. Et mes yeux s’ensommeillent.

Ma tête est lourde ; mes gestes pesants ; mes idées paresseuses. Je suis sans mouvement.

C’est alors que l’oiseau s’est posé sur mon balcon. Il m’a regardé doucement. Il m’a promis de faire revenir le soleil. Mais il m’a aussi dit de faire attention que le soleil pouvait avoir le même effet.  J’ai répondu que j’en avais assez de la pluie. Je voulais du soleil et de la chaleur. L’oiseau a acquiescé et s’est envolé.

Aujourd’hui, il fait soleil. Un soleil puissant produisant une chaleur étouffante. La pluie de hier a disparu. L’humidité a pris sa place. Il fait beau, il fait chaud. Et le soleil brille.

J’aime le soleil. Mais trop de soleil me fait transpirer. Les fleurs sont molles. Les feuilles jaunissent et ramollissent. Et mes yeux s’ensommeillent.

Ma tête est lourde ; mes gestes pesants ; mes idées paresseuses. Je suis sans mouvement.

L’oiseau me regarde d’une branche à l’ombre. Il me demande si je suis contente, il a tenu sa promesse. Je lui réponds que je suis contente. Il me regarde en soupirant, il sait bien que je lui mens. Il fallait faire attention à ton souhait, me dit-il. Il se moque de moi. Et il a bien raison. La prochaine fois, je prendrai garde à bien réfléchir avant de souhaiter…  

Posté par Laila_Seshat à 22:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 avril 2011

Le moment captif du dimanche : goutte à goutte

DSC_1358_copy

"Il y a des pluies de printemps délicieuses où le ciel a l'air de pleurer de joie" [Paul-Jean Toulet]

Bon, j'avoue que cette pluie printanière commence à me peser un peu. En fait, ce n'est pas tant la pluie que le froid qui se colle à celle-ci, qui me rend un peu triste.

Le printemps est si magnifique ici et il me tardait tant de le revoir... C'est qu'il n'existe pas beaucoup là-bas, et si ce n'était des cerisiers et amandiers en fleurs, le printemps passerait presque inaperçu.

Ici, il est si rempli de promesses et d'espoirs... tant de moments le caractérisent... La neige qui fond, le gazon qui verdit petit à petit, les crocus et tulipes qui pointent le bout de leur nez... les degrés qui montent tranquillement... les gens qui sortent peu à peu et qui s'activent dehors après des mois de tranquillité au chaud à la maison...

Et là... la pluie s'attarde, elle s'aggrippe à l'hiver froid. Elle griffe le printemps de ses gouttes glaciales. Elle rend la terre trop mouillée... les flaques d'eau s'accumulent un peu partout. Et on soupire devant nos fenêtres à attendre le soleil pour sortir enfin.

Mais ne vous méprenez pas, j'aime bien la pluie du printemps qui annonce tant de vie. Et cette étrange Dolly Parton n'a-t-elle pas si justement dit ?: "Si tu veux l'arc-en-ciel, tu dois supporter la pluie !"

Alors, regardons le ciel pleurer sa joie annonciatrice de renouveau et allons danser dans ces coquines flaques d'eau !

"I'm singing in the rain
Just singing in the rain
What a glorious feelin'
I'm happy again
I'm laughing at clouds
So dark up above
The sun's in my heart
And I'm ready for love"

Posté par Laila_Seshat à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 mars 2010

Tout est relatif

Je n'ai rien contre certaines idées. Quand je vais dans la région de Toulouse, je pense aux pierres roses et au cassoulet. Quand je vais en Provence, je pense à la lavande. Quand je vais en Belgique, je pense à la bière. Quand je vais à New York, je pense aux ... enfin... il y a certaines choses qui nous viennent automatiquement à l'esprit quand on pense à certains endroits.

Certaines idées ne sont pas complètement fausses. Simplement... elles ne sont pas toujours - ou uniquement - vraies. Il n'y a Pluiepas que... cette chose... à cet endroit. Il y en a, mais pas que.

Et donc... quand on parle du Québec, par exemple, nombres de gens vont parler de l'hiver. On parle rarement des étés étouffants ou des hivers sans neige. Et quand on parle de l'Espagne... on parle de la chaleur. Peu importe la saison. Et peu importe, la région. L'Espagne est un petit pays, mais chaque région est différente. Et chaque saison apporte sa température.

J'ai énormément chialé sur ces lieux -je le sais... et j'en suis un peu désolée-  de la pluie et du froid à Barcelone. J'ai même parlé de la neige qu'il y a eu cette année et qu'il y a chaque année depuis que je vis ici... et donc qu'il y a depuis toujours en Espagne. Mais bizarrement, les gens continuent à me parler de soleil et de chaleur. On m'appelle et on me demande s'il fait beau, s'il fait chaud... on me dit que je suis chanceuse d'être ici. On voit les touristes arriver à Barcelone, au mois de novembre, janvier, mars... habillés comme si nous étions au mois de juillet.

Et honnêtement, ça m'enrage. Ce fut un hiver horrible cette année. De la neige et de la pluie partout. Des désastres dans toutes les régions d'Espagne. Chaque jour, je me lève et dans ma fenêtre, je vois du brouillard, des nuages, de la pluie... il y a quelques semaines, il y avait même de la neige. Le printemps est arrivé. Mais il fait encore gris.

Je me console en me disant que bientôt, il fera soleil et chaud. Et alors, je me rappelle, que l'été, c'est souvent irrespirable ici. Et l'été, on me dit... "mais tu vas à la plage"... oui, parce que bien sûr, puisque je vis en Espagne, je vais tous les jours à la plage !!! L'été... il fait chaud... on étouffe... c'est invivable...

Et donc, je me dis... que peu importe l'endroit où on vit... on aura toujours quelque chose à dire sur la température... il y aura toujours une raison pour chialer ! Grrrrr....

Posté par Laila_Seshat à 23:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

02 avril 2009

Quand le soleil, on espère, chassera la pluie

Je sais... c'est banal... et c'est toujours ainsi. Enfin... depuis que je vis ici, c'est pas mal la même chose à quelques jours d'exceptions près. Fin février... il fait très beau, notre "redoux" de février comme, Pis.Tout et moi, on dit. Début mars, il fait encore très beau. On est joyeux, on gambade follement dans les rues à la recherche des cerisiers et amandiers en fleurs... Et puis, fin mars ? Début avril? Et bien, c'est la flotte... Il pleut, il pleut, il pleut et brrrr... on ressort le foulard déjà nuagesmis dans le fond de tiroir.

Et puis, je ne me plains pas... c'est tout de même une température clémente et il y a des fleurs partout... les arbres bourgeonnent toujours allégrement... Mais le ciel est triste à mourir... sombre, gris, pluie, pluie, pluie...

Et puis, c'est toujours pareil... mon humeur suit le chemin des nuages et devient grise, terne... et je deviens une vraie "soupe au lait" ! Qu'on ne me parle pas de travers, svp, qu'on ne me bouscule pas dans le métro, svp... parce que la fille vous sautera au visage sans crier gare... à moins qu'elle ne s'enfonce dans son fauteuil sans qu'il y ait le moindre espoir de la tirer de là...

On annonce du soleil demain... gregnegnegreugnegne... j'aimerais bien, que je dis du fond de mon divan, toute entortillée dans ma couverte bleue toute en toutou doux et le regard accroché sur les insipidités qui passent à la télé (parce que trop amorphe pour cherche la télécommande et changer de poste)... gregnegnegregnegne...

Posté par Laila_Seshat à 21:17 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

12 juillet 2008

When it rains, it pours

Je suis tranquillement assise devant mon ordinateur. Je suis en train de travailler à plusieurs textes... sur des lectures, sur la fameuse Saint-Jean, et sur pleins d'autres petites choses.

Il faisait chaud aujourd'hui. Très chaud. Très humide. Hier nous sommes sortis. Un spectacle et un club. Plaisant. Mais fatiguant. Aujourd'hui, nous nous sommes levés tard. Fatigués. Puis, nous avons eu la visite d'un de mes cousins. Questions de paperasses. Puis nous sommes allés faire quelques emplettes. En chemin, nous nous sommes arrêtés sur une terrasse. Journée lente mais agráble. Alors que nous étions dans une boutique, le ciel s'est obscurci. Et puis toute l'eau contenue dansGouttes cette humidité et chaleur s'est mise à tomber.

Retour rapide à l'appartement. Il pleut... il pleut... si fort qu'on a dû mal à distinguer la Sagrada Familia que l'on voit de mes fenêtres. Il pleut, il pleut.... Nous mettons des serviettes au bas des fenêtres car nous savons qu'elles fuient lors des grosses tempêtes... C'est un vieil appartement.

Et puis... je suis tranquillement assise devant mon ordinateur... quand j'entend un cri dans la chambre. Un cri de rage. J'accours. Et là ... il y a un morceau du plafond sur le lit... et de l'eau... Panique, rage, crise... Les voisins d'en haut qui sont absents pour le week-end semblent avoir laissé une fenêtre ouverte. Ce qui se traduit par le plafond de la chambre en morceau sur le lit...

Il y a deux semaines... c'était l'eau chaude. Le réservoir - complètement rongé par la mauvaise eau de Barcelone - décida de créer plusieurs fuites. Ce qui se traduisit par la coupure de notre eau pendant quelques jours.

Hier, la toilette décida de rendre l'âme sans avertir et l'eau se répandit un peu partout.

Évidemment, rien de tout cela n'est la fin du monde. L'eau chaude est aujourd'hui réparée et la toilette également. Et le plafond sera refait...

Mais je "peux-tu" juste dire que j'avais comme pas pantoute besoin de ça tabarna*

Inspire-expire-inspire-expire....

Au moins mes plantes sont arrosés... soupirs...

Posté par Laila_Seshat à 23:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 avril 2008

Vérité universelle

PluieJe crois que c'est universel... peu importe la ville, la saison, la maison, le moment, la raison... Chaque fois que l'on lave ses fenêtres, il pleut. Que je sois à Montréal ou à Barcelone... Et même s'il a manqué d'eau ces derniers mois et que les gens ont attendu avec impatience les gouttes tombant du ciel... On peut être certain, que lorsque je lave mes fenêtres, le lendemain... il pleut.

Les fleurs et les plantes de mon balcon sont bien heureuses, je dois avouer. Et les escargots s'en donnent à coeur joie - non, je ne les ai pas encore enlevés et transférés dans le parc.

Mais évidemment, cette pluie est à peine assez abondante pour arroser ma verdure balconesque et salir mes fenêtres. La vraie pluie se fait cruellement attendre... La Catalogne a désespérément besoin d'eau. L'hiver fut sec. Et gris. Beaucoup de nuages et de brouillard. Mais pas une seule goutte d'eau. Les cours d'eau sont dangereusement bas ou carrément à sec. Les réserves pratiquement inexistantes... Pas d'eau.

Sauf quelques gouttes pour mouiller mes plantes et salir mes fenêtres.  J'aurais peut-être dû laver mes fenêtres plus souvent...

Posté par Laila_Seshat à 23:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 avril 2007

Il pleut, il pleut et il pleut

"Il pleut, il pleut, bergère,
Presse tes blancs moutons,
Allons sous ma chaumière,
Bergère, vite, allons ;
J'entends sur le feuillage,
L'eau qui tombe à grand bruit :
Voici, voici l'orage ;
Voilà l'éclair qui luit"

J'aime la pluie. Comme j'aime le vent.  J'aime bien la regarder tomber. J'aime même marcher sous la pluie. Et j'aime particulièrement entendre tomber la pluie.  Ce bruit parfois doux et lent, parfois brutal et intarissable. Le son sur le sol, sur la fenêtre... parfois bruissement, clapotis ou fanfare. Mais surtout, le bruit de la pluie sur le toit... J'entends chaque goutte rebondir doucement ou violemment sur le toit.

Le toit de mon appartement m'offre cette musique mais elle me semble à peine un murmure... elle ne fait que m'évoquer la pluie qui tintait sur le toit de chez mes grands-parents. Cette petite maison où on pouvait toucher le plafond à certains endroits offrait une séparation sûre mais si mince entre la pluie et le lit.  Et lors des nuits d'été, la fenêtre entrouverte permettait d'entendre aussi la pluie sur le lac. Une symphonie entre la pluie sur le lac et la pluie sur le toit de la chambre. Les pluies chez mes grands-parents sont les plus belles pluies. J'ai d'autres souvenirs de pluies... certains souvenirs drôles, d'autres tristes, certains terrifiants, parfois désagréables, souvent doux. 
Ciel2
Les orages, j'aime aussi, mais un peu moins. Je sursaute et j'ai toujours en tête les histoires d'éclairs dévastateurs... fermons les fenêtres, ne pas parler au téléphone, fermer la télévision, ne pas ouvrir le robinet... Mais j'aime bien tout de même le grondement qui suit chaque éclair. Les orages de Barcelone sont souvent très violents et très spectaculaires. Les nuages noirs, la pluie torrentielle, les éclairs aveuglants et le tonnerre étourdissant.  On ne voit parfois plus le château à ma fenêtre et même les tours de la Sagrada Familia sont parfois effacées du panorama... derrière un écran de pluie ou de brouillard.  Et la mer se surexcite lors de ces orages, les vagues s'élevant hautes et alarmantes.

Depuis une semaine, il pleut. Il pleut, il pleut et il pleut. Je pleus, tu pleus, nous pleuvons...  J'aime la pluie, j'aime marcher sous la pluie, et j'aime écouter la pluie, surtout la nuit.  Mais, il pleut trop... sans arrêt... et mes plantes  si violentés  par le vent, sont maintenant inondés par la pluie. Les rivières débordent, les caves se remplissent.

Toute cette eau est sauvage, belle, triste et nostalgique.  Elle lave la rue et noie mes fleurs. 
Elle s'infiltre parfois dans le bois usé de mes fenêtres antiques mais vieilles. Mon chat regarde mélancoliquement par la fenêtre, gratte pour sortir et retourne silencieux se coucher. 

Et lorsque je vais à mon tour me coucher, je soupire en espérant que demain il fasse un peu soleil, tout en me laissant bercer par les gouttes sur le toit et sur la fenêtre.

Posté par Laila_Seshat à 23:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,