18 septembre 2016

Le moment captif d'un dimanche : tête à tête

2016-09-18Having a sister is like having a best friend you can’t get rid of. You know whatever you do, they’ll still be there.” [Amy Li]

Elles s'aiment mais ne peuvent s'endurer. Hier, elles jouaient ensemble. Aujourd'hui, elles se chamaillent et s'affrontent. Elles se crient après puis elles s'embrassent. Les rivalités, les jalousies, les querelles. Les rires fous, la solidarité, l'amour inconditionnel.

Elles s'aiment à la folie, les petites soeurs. Même si elles ne peuvent se supporter. Elles se poussent, elles veulent de la tranquilité. La plupart du temps, elles ont envie d'arracher la tête de l'autre. Et puis, elles tombent dans les bras l'une de l'autre. Elles pleurent ensemble, se consolent, écoutent les peurs, les joies, les larmes. Elles ne pourraient vivre sans l'autre.

Elles ne se comprennent pas toujours. Et voudraient secouer l'autre, lui faire comprendre les choses. Puis, elles soupirent et se prennent dans les bras. Elles s'aiment comme elles sont. Les petites soeurs. 

If you don’t understand how a woman could both love her sister dearly and want to wring her neck at the same time, then you were probably an only child.” [Linda Sunshine]

Posté par Laila_Seshat à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


18 mars 2010

Petites histoires avec un chat ... Expérience de lecture

Pap1Je ne peux dire que j'aime beaucoup les recueils de nouvelles. Je n'en lis pratiquement jamais. Et je lis rarement un recueil de nouvelles d'un seul et même auteur. Je considère que c'est un genre difficile et lorsqu'un auteur publie plusieurs nouvelles, je trouve souvent le style répétitif.

Pourtant, j'ai pu lire des nouvelles qui m'ont marquée, des nouvelles inoubliables et j'ai même aussi écrit des nouvelles.

Mais lorsque je choisis un livre en bibliothèque ou en librairie, je vais rarement prendre un recueil de nouvelles. Même d'auteurs que j'aime.

Je n'ai pas acheté ce recueil, il me fut offert en cadeau. Par une amie qui connait mon amour des chats et qui avait beaucoup aimé le livre. Elle venait me voir à Barcelone et a pensé que j'aimerais bien un livre d'un nouvel auteur québécois. J'ai été très touchée, mais le livre a rejoint ma PAL et y demeura jusqu'à la semaine dernière.

Le Défi La Plume Québécoise m'a obligé en quelque sorte à sortir ce livre de la pile. Je voulais pour le défi lire de nouveaux auteurs québécois et comme je n'en ai pas des masses dans ma PAL, je me suis dit que c'était le bon moment.

Je dois dire que 3 choses m'ont tout de suite séduites. Avant même d'ouvrir le recueil.

Tout d'abord, le titre... évidemment !!!  Mon amie me connait quand même assez bien... Non seulement le fait que le chat semblait à l'honneur dans le recueil m'a plu immédiatement, mais j'adore l'intitulé ! J'adore le titre, tout simplement, spécialement la petite parenthèse ! Il m'arrive de ne pas choisir un livre, même si je n'en ai entendu que du bien, parce que je n'aime pas le titre ! Et oui, c'est plastique et textuel, mais il faut qu'un titre me plaise. (Évidemment, je ne lis pas uniquement les livres dont les titres me plaisent, sinon, je ne lirais pas beaucoup... mais ça demeure un critère et un gros avantage pour le choix du livre).

Ensuite, le nom de l'auteur. Que je ne connaissais pas du tout. Et dont je n'avais jamais entendu parler. Véronique Papineau... je trouve cela bien joli ! Et de plus, le nom de Papineau, m'a encore fait pensé aux chats.... Une association toute personnelle, évidemment. Et qui n'a rien à voir avec le nom ou l'auteur. Voyez-vous, soeurette a eu un magnifique chat noir, absolument non-photogénique et totalement fou. Oh, il était adorable et très gentil ! Mais vraiment bizarre et un peu stupide ! Elle lui avait donné un nom se terminant en "o". Cela faisait bien un mois qu'elle l'avait chez elle. Un jour, il fit une de ses bizarreries dont lui seul connaissait le secret et impliquant le robinet. J'ai éclaté de rire, étant témoin de cette acrobatie et j'ai dit: "C'est vraiment pas la tête à Papineau, ton chat !" Soeurette, riant aussi, a bien sûr approuvé... et a décidé que ce nom lui irait comme un gant. Le chat fut donc rebaptisé "Papineau" ! (Pour ceux qui ne connaîtrait pas l'expression, Louis-Joseph Papineau était un homme politique québécois du XIXe siècle, grand orateur et très intelligent. Quand on dit que "ça prends pas la tête à Papineau" cela signifie généralement qu'il ne faut pas être nécessairement très intelligent pour comprendre une chose relativement simple).

Finalement, la couverture ! Elle est absolument splendide ! Enfin, moi, je la trouve tout simplement magnifique. Les couleurs, le dessin, la composition... enfin tout !!! Et ça aussi c'est important pour moi. Je vais lire un livre dont je n'aime pas la couverture... oui... mais je vais souvent ne pas acheter ou emprunter un livre dont la couverture ne me plait pas. Ou alors, je vais choisir une autre édition... (Oui, je sais, c'est encore incroyablement superficiel, mais c'est ainsi... une couverture moche, un titre moche... et le livre peut risquer de ne pas être choisi... c'est sûrement un de mes crimes littéraires, tiens... je devrai m'en confesser dans la bonne section!)

Donc... Le Défi La Plume Québécoise, le titre, le nom de l'auteur et la couverture m'ont fait ouvrir le livre et lire son contenu, malgré mon peu d'intérêt pour les nouvelles. Le titre, le nom de l'auteur et la couverture vont faire de ce livre, une belle expérience de lecture ! En faire un livre que j'aime regarder dans ma bibliothèque. Le contenu ? Et bien... disons... que je ne suis pas plus emballée par les nouvelles qu'avant... Quelques belles histoires... Plusieurs qui m'ont ennuyée ou laissé indifférentes. Une ou deux histoires qui auraient dû être plus développées. Un exercice stylistique intéressant dans une nouvelle, répétitif dans la deuxième qui reprend le même style. Trop peu de chats à mon goût, mais très bien utilisés. La nouvelle sans chat... intéressante pour son apport à la parenthèse du titre, mais très ennuyeuse pour moi.

Non, définitivement... cette expérience de lecture est principalement inoubliable pour moi... pour des raisons hors contenu !!!

Voir aussi: Petites histoires avec un chat dedans (sauf une) (critique de lecture)

Posté par Laila_Seshat à 17:58 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19 juin 2009

Quelques mots...

"Having a sister is like having a best friend you can't get rid of. You know whatever you do, they'll still be there."

[Amy Li]

"Sisters annoy, interfere, criticize. Indulge in monumental sulks, in huffs, in snide remarks. Borrow. Break. Monopolize the bathroom. Are always underfoot. But if catastrophe should strike, sisters are there. Defending you against all comers."

[Pam Brown]

"A younger sister is someone to use as a guinea-pig in trying sledges and experimental go-carts. Someone to send on messages to Mum. But someone who needs you - who comes to you with bumped heads, grazed knees, tales of persecution. Someone who trusts you to defend her. Someone who thinks you know the answers to almost everything".

[Pam Brown]

"An older sister is a friend and defender - a listener, conspirator, a counsellor and a sharer of delights. And sorrows too."

[Pam Brown]

Posté par Laila_Seshat à 15:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 mai 2008

Soeurette est repartie

SisterAu départ, elle était aussi venue vivre à Barcelone. Mais après 2 ans, elle a décidé de changer de carrière, retourner à l'université et donc de retourner à Montréal.

Cela fait donc 2 ans que soeurette est retournée vivre au Québec. Je l'ai vu rapidement l'automne dernier, lors de notre voyage éclair à Montréal... justement pour son anniversaire.

Mais ces 10 jours ont passé rapidement et je l'ai à peine vue...

Évidemment, aujourd'hui c'est plus facile... Quand nous étions jeunes, mon père parlait rarement à sa famille en Espagne. Et il les voyait très peu. Les téléphones coûtaient chers, les lettres arrivaient parfois et les vols Montréal-Barcelone étaient peu fréquents et surtout très dispendieux.

Je parle à ma soeur plusieurs fois par semaine. Les appels ne coûtent que quelques sous, les conversations audios ou par écrit sur Internet sont quotidiennes... Et le Facebook et autres permettent de se parler tous les jours, de savoir ce qui se passent, de s'envoyer des photos...

Et donc on se parle souvent et on se voit même avec la webcam... mais ce n'est pas pareil.

Au début de mai, j'étais à l'aéroport, attendant qu'elle sorte de l'avion pour 3 semaines de vacance à Barcelone.  Qui ont passé bien trop rapidement !!!  Des marches, des heures de papotage, des films, des visites, des petites voyages, de la plage, des sorties... et même des petits "obstinages" entre soeurs... qui m'avaient bien manquée !!! Et plusieurs larmes ce matin quand elle est repartie pour Montréal...  Je m'ennuie de ma soeurette...

Posté par Laila_Seshat à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,