papillon"Même pour le simple envol d'un papillon tout le ciel est nécessaire" [Paul Claudel]

Un mois d'août très chaud. Une envie de fuir la ville si bruyante, si bourdonnante et bouillante. Les Pyrénées nous semblaient une invitante destination. Plus douce, plus verte que notre rue et notre balcon.

Nous visitâmes quelques petits villages espagnols et une jolie rivière propice à la baignade et au pic-nic. Puis nous nous dirigeâmes vers le côté français. Vous savez cette Cerdagne méconnue.

Et tout près d'un minuscule village au nom si joli, Lló, nous avons suivi un chemin sinueux. Le Sègre quittant joyeusement Lló et ses eaux chaudes sulfureuses nous proposa de le suivre dans des gorges bien vertes, bien fleuries et bien rocheuses. Nous avons suivi la rivière pendant quelques temps... puis envahis par les papillons, nous n'avons pu que nous arrêter pour les admirer. Des centaines d'ailes virevoltaient autour de nous. Légers, voyageurs, solaires, vaporeux et éphémères... ils nous enveloppaient de leur vie fragile. Puissant de leur nouvelle vie, insouciant de la carcasse laissée sur une branche... ils chatouillaient doucement les fleurs indifférentes à ces âmes ressuscitée.

Et, envahie par ces papillons fous, je ne pus que fredonner cette petite chanson que chantaient quelques marionnettes dans une émission bien connue... "Sur le dos d'un papillon, vole, vole, vole un baiser -- Sur une joue, dans un cou, où va-t-il se poser?"  J'ai attendu ce baiser... qui me fut donner sur le dos de ma main... une âme chevaleresque sans doute !

"Les papillons ne sont que des fleurs envolées un jour de fête où la nature était en veine d'invention et de fécondité" [George Sand]