12 octobre 2011

Et un arbre dans la cour

Autosuggestion. Quand tu nous tiens, tu es tenace !

Dans ma cour, il y a un saule pleureur. Très beau et absolument énorme. On voit cependant qu'il a déjà été coupé et qu'il a repoussé par la suite. Son tronc à la base est énorme (il a plus de cent ans nous a-t-on dit), mais les branches sont plus minces. J'adore mon saule. Que j'appelle Lalu - j'ai souvent des noms et surnom pour un tas de choses vivantes et non... on s'abstient de rire svp :-P.

Et bien Lalu avait un voisin. Dans la cour de l'autre côté de notre terrain, il y avait un autre saule pleureur. Il était encore plus grand et gros que Lalu. Tellement grand que ses branches touchaient les terrains de trois voisins, incluant le mien. Une famille de ratons-laveurs y habitaient depuis des lunes. Mais il a beaucoup venté cet été et deux grosses branches ont cassées.

Hier, en revenant du travail, j'entends du bruit dehors. Je vais dans la cour et je vois des hommes entrain de couper des branches de l'ami de Lalu. Oh non, je pense... il était tellement beau... Les heures passent et toujours le bruit de la scie. Quand la nuit DSC_4436acommence à tomber, le bruit cesse. Je vais voir dehors et ... je me retrouve face à face avec un arbre à moitié détruit. PisTout arrive... oh dit-il, il n'a plus de branches dans le haut ! Il ressemble à l'arbre dans Poltergeist, que j'ajoute.

Je prends l'appareil photo pour faire quelques clichés. C'est qu'il a vraiment l'air de l'arbre dans le film, que je me redis. Et avec la nuit qui s'installe rapidement, l'effet est encore plus saississant. Heureusement que j'ai vu le film des milliers de fois et que je le connais par coeur, que je me dis... sinon cela serait presque inquiétant !

Je vais me coucher. Et devinez qui a rêvé toute la nuit d'arbres menaçants qui cherchaient à l'attraper et l'avaler ? Toute la nuit... grrr. J'avais beau me réveiller et me dire que c'était ridicule, je n'ai pas peur des arbres, le film ne me fait plus peur depuis des années et des années... Rien à faire, à chaque fois que je commençais à m'endormir, des images d'arbres étendant ses branches noires vers moi et venant me chercher à travers la fenêtre m'envahissaient !

Aujourd'hui, ils ont terminé leur découpallage et l'arbre n'a plus aucune branche et n'est plus qu'un tronc de quelques mètres. Il revivra c'est certain, et aura dans quelques années de nouvelles branches tout comme Lalu. Mais il a priètre allure aujourd'hui. C'est bien triste. Oh et il a maintenant un nom : Polty. ;-)

Posté par Laila_Seshat à 07:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


09 octobre 2011

Le moment captif d'un dimanche : faucher la vie

"La mort a pour moi le visage d'un enfant au regard transparent" [Serge Gainsbourg]2011_10_09

Incontournable. Amère et brutale. Douce et paisible. Elle ne veut jamais nous abandonner. Dès notre naissance, elle nous avertit qu'elle peut nous prendre à tout moment.

On ne veut pas parler d'elle. On croit que si on la nomme, elle accourra sans tarder.

On ne l'aime pas. Je ne l'aime pas non plus. Mais elle n'est pas mauvaise. Elle n'est pas inutile. Elle est. Tout simplement. Elle a pris des gens que j'aimais. Elle en prendra encore. Et un jour, ce sera mon tour. Demain, dans 5 ans, dans 60 ans.

On ne le sait pas. Je ne le sais pas. C'est évidemment pour ça qu'on la boude et on parle dans son dos. Elle est trop souvent imprévisible. Et même quand on sait qu'elle arrive, elle nous prend par surprise.

Parce qu'on se dit qu'elle mène dans l'oubli nos vies. Nos corps. Nos pensées.

Petit enfant inconnu, sur son petit tricycle, qui n'a pu vivre qu'une seule année. L'a-t-on longtemps pleuré ? A-t-on mis des fleurs devant sa pierre ? Pense-t-on encore à lui ? Chut... il dort dans nos mémoires, ce petit enfant que je ne connais pas.

"La mort est un sommeil à l'échelle de l'univers" [Claude Lelouch]

Posté par Laila_Seshat à 04:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 octobre 2011

Le moment captif d'un dimanche : reliquaire

2011_10_23"Le squelette, c'est la mort : il est dans notre corps" [Charles de Leusse]

Un frisson. Et pourtant ce n'est pas la première fois que je vois des ossements. En fait, j'en vois même très souvent. Dans mon assiette, il y a souvent des ossements. Et j'en ai vu des tonnes dans les musées. Et bien plus souvent dans les films et à la télé. Alors là, j'en ai vu souvent et de toutes les sortes.

Mais ce n'est pas pareil. Des ossements, on ne s'attends pas à en croiser lors d'une petite balade en campagne. Enfin, pour la petite citadine que j'étais. Des "road kills" sur le bord des routes, des oiseaux morts dans les caniveaux, ... ça oui...

Mais quand on se promène tranquillement dans une campagne - certes inconnue - on ne s'attend pas à presque poser le pied sur une portion de squelette. Tout blanc... On regarde autour. D'autres ossements. On se sent bien innocent de trouver cela frissonnant. On rirait sûrement de moi si on me voyait. Regardez la fille de la ville qui s'émotionne sur un paquet d'os.

Mais moi, autant d'os tout blancs, un squelette presque complet... je frémis un peu, vous savez. Un animal. Sûrement. Évidemment. Mais... et si non... Et si c'était moi. Là. Sur le sol. Que mes os sans enveloppe. Un jour. Ce sera moi. Sûrement. Évidemment.

"Comptempler des ossements, c'est se regarder au miroir", comme le disait Villiers de l'Isle-Adams.

Posté par Laila_Seshat à 00:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 octobre 2011

Ces jours d'automne et d'épouvante

H1"In the velvet darkness of the blackest night
Burning bright, there’s a guiding star" [Rocky Horror Picture Show]

Mais oui... nous sommes le 1er octobre et cette année je compte bien souligner ce mois que j'adore tant !

L'automne pointe son nez. Il a fait chaud ces derniers jous de septembre. C'est très bien, je l'avoue, mais cela ne fait pas très automne. Et aujourd'hui en ce 1er jour d'octobre, le vent et la petite pluie fine ont fait leur entrée. Il faisait frais, froid même. Le vent s'amusait dans les feuilles qui ont commencé à tomber... à peine quelques feuilles, mais elles virevoltaient. Les couleurs ne sont pas encore complètement ici... sur l'île, j'entends, car ailleurs, les feuilles se tintent de plus en rapidement.

Je frissonne, mais je sais que la température remontera un peu... pour ces journées ensoleillées et pleines d'odeurs, couleurs et magie. Et aujourd'hui, j'ai acheté ma première citrouille et posé mes premières décorations.

Projets de textes pour avoir peur un peu... c'est la saison des frissons qui commence !!!

Posté par Laila_Seshat à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 octobre 2010

Presque Halloween

DSC_9740Et je n'ai pas posté un seul texte sur le sujet... pas d'analyse de livres, pas de critique de films, pas de réflexion sur cette période qui demeure ma préférée... snif... je suis toute penaude et gênée... Et je suis honteuse de ce silence et ce manque de participation. Et pourtant ma bonne volonté est là. Je veux écrire. Et je veux vous faire des coucous. Mais le temps et l'énergie ne sont vraiment pas au rendez-vous.

Il ne reste que quelques jours avant cette fête si précieuse à mes yeux et je n'ai que quelques décorations devant chez moi. Deux épouvantails et deux citrouilles. Dont une qui fut grignoter par un raton laveur.

Et je ne crois pas avoir le temps de sortir et participer. Mais, je vais donner des bonbons ! Ça c'est certain ! Il y a peu de décorations dans ma rue, mais beaucoup dans les rues avoisinantes. Donc, j'ai bon espoir que des petits pets vont passer. Mes bonbons sont achetés et prêts à être donnés. Ça fait plusieurs années que je m'ennuie de l'Halloween, je ne vais pas passer à côté. Je ne la soulignerai pas autant que je l'aurais souhaité, mais quand même.

Mais j'aurais aimé pouvoir écrire quelques textes sur des romans et des films de circonstance. Et j'aurais aimé participé au challenge de Lou et Hilde.

Mais le temps n'est pas là. Vous voyez, c'est bien une nouvelle maison... mais ça gobe du temps au début... Je travaille de 8h00 à 17h00 et puis après je me plonge dans la peinture, la rénovation, le remontage de meuble et le dépaquetage de boîte... Tous les soirs et toutes les week-end... Et quand on pointe le nez dehors, c'est pour faire des commissions ou pour ramasser des feuilles ! Oui, parce que c'est bien beau d'avoir d'immenses arbres matures sur son terrain, mais c'est que ça produit de la feuilles ces monstres !!! Mais nous sommes contents ! C'est ce qu'on voulait...

Mais voilà... je n'ai pas le temps de lire, pas le temps d'écrire.

Mais je vais fêter Halloween un peu, ça je le jure ! Parce que : "Life's no fun without a good scare" !!!! :D

Posté par Laila_Seshat à 16:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,


01 octobre 2010

Deux mois...

Deux mois, c'est court. Deux mois peuvent sembler interminables. Deux mois peuvent disparaître dans le tourbillon des jours qui 61887_434661552483_517807483_5649475_1604554_npassent trop vite. Deux mois, ça vient et puis ça s'en va...

Le 30 juillet, nous quittions Barcelone. Le 30 septembre, nous avons signé les derniers papiers pour l'achat de notre maison. Deux mois...

Non... ce n'est pas la maison que vous voyiez sur la photo ! Je n'ai pas encore de photo, mais j'en mettrai bien quelques unes...

Ça, c'est une photo prise du balcon de chez soeurette... Et c'est pour souligner cet automne qui commence à tout barbouiller les arbres ! Je n'aurai pas le temps "d'aller voir les couleurs" cette année... enfin pas en forêt comme j'en avais si envie... mais des couleurs, il y en aura partout aussi en ville. Et comme il y a des arbres sur mon terrain... il y aura des couleurs dans les arbres et des couleurs à ramasser quand les feuilles tomberont!

J'aime l'automne... j'adore l'automne... et je m'ennuyais tellement de cette saison. Je la retrouve avec passion ! Et pas un jour ne passe sans que je n'aille faire une petite marche. Soleil, vent, pluie... je me dois de marcher et sentir l'automne. Et Halloween qui s'en vient ! J'ai bien l'intention de rattraper le temps passé sans pouvoir fêter Halloween !

Deux mois... tant de choses en deux mois.

Mais je sais que je n'écris pas. Ce n'est pas l'envie ou l'inspiration qui manque... mais plutôt le temps et l'intimité... (car vivre chez ses beaux-parents, ce n'est pas toujours simple, aussi gentils et accueillants sont-ils !). Mais bientôt, je serai chez moi ! Dans 2 jours, j'entre dans ma maison... oh... je n'aurai encore pas beaucoup de temps -histoire d'emménager: laver, peinturer, placer, monter les meubles, etc, - mais j'aurai beaucoup plus d'intimité !!!

Et je compte bien ne pas laisser passer ce mois chéri d'automne et d'Halloween !

Posté par Laila_Seshat à 22:34 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

31 octobre 2009

Mon premier swap: le Bloody swap

Et bien voici mon premier swap terminé.
Ce n'est pas que je n'avais jamais été intéressé avant...
Mais j'hésitais. Parfois une question de localisation.
Parfois une question de mauvais timing.
Des doutes sur le déroulement, le fonctionnement, etc.

Enfin, je n'étais pas certaine si je voulais m'embarquer
dans une telle aventure.

Mais quand Lou a proposé son Bloody Swap
je n'ai pas eu un moment d'hésitation !

Un swap d'Halloween ! Comment pouvais-je résister ?

Absolument impossible ! Après vérification, 
être à Barcelone ne m'empêchait pas de participer.

Donc, je me suis lancée dans l'aventure.
Une aventure qui me permettrait de célébrer un peu cette
fête que j'aime tant mais qui n'est pas vraiment
souligné ici en Espagne.

J'ai attendu le questionnaire avec impatience.
Envoyé le mien, attendu celui de ma swappée.
J'ai étudié et analysé. Puis acheté en espérant que cela plaise.
J'ai adoré faire mes achats et mes paquets.

Mais j'attendais aussi avec impatience MON colis !

Que voici !!!!

0Bloody1

Disons tout de suite, que j'étais bien énervée.
Mon premier colis swap et il est immense !!!

0Bloody2

Vite, vite, ouste les petites boules vertes... je vois des paquets !

0Bloody3

Et des paquets, il y en avait beaucoup, beaucoup, beaucoup... et si jolis.

On les déballe aussi rapidement !!!

0Bloody9

Que de choses ! Une carte rigolote ! Deux livres, deux DVD...
Une superbe tasse, des bulles de bain,
une chandelle magnifique et qui sent bon, je vous dis pas... 
et des biscuits, biscuits et encore.

Mais qui me gâte ainsi ??? C'est la gentille Ophelia !
Directement de Wonderland (aussi connu sous le nom d'Angleterre !)
Je suis complètement folle de mon colis !
Et je te remercie mille fois Ophelia !

Quelques close-up des items:

Donc voici Carrie/Stephen King et Je suis une légende/Richard Matheson
qu'il me tarde de lire... Et The Witches of Eastwick que j'ai lu et vu, mais que je ne possèdais pas
et que je voulais désespérément en DVD et Sweeny Todd que je n'ai pas encore vu (honte à moi !)
0Bloody6

Et puis vous voyez cette superbe chandelle ! J'ai attendu ce soir
pour l'allumer. Mais je prend déjà mon café avec ma tasse !
0Bloody4

Et voilà, les méchants biscuits. Pauvre Ophelia, elle n'avait pas
beaucoup de choix... Je suis allergique au chocolat et je suis
difficile en matière bonbons ! Mais elle a fait d'excellents choix...
J'adore absolument - comme une vraie folle, en fait - les Shortbread Fingers !!!
Et il est difficile d'en trouve ici (j'ai même tenté d'en faire... oh désastre !)
J'aime beaucoup les biscuits au gingembre.
Et je découvre les flapjacks ! C'est fou ce que c'est bon et ça me rappelle
des biscuits que j'aime beaucoup. C'est mortel comme biscuits !
Il ne m'en reste plus (exactement 3 heures après la réception du
paquet... tous disparu dans mon ventre et celui de mon PisTout !)
0Bloody5

Encore une fois merci Ophelia ! :D

Et un gros merci à Lou pour avoir organiser ce Swap bien sanglant !!!


Et bien sûr :

Joyeuse Halloween
à tout le monde !!!

Posté par Laila_Seshat à 12:08 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

26 octobre 2009

Quelques mots...

"Je ne crois évidemment pas aux fantômes. Si vous en aviez rencontrés autant que moi, vous n'y croiriez pas non plus." [Don Marquis]

Posté par Laila_Seshat à 18:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 octobre 2009

Le moment captif d'un dimanche: luminosité excessive

000Chandelle

"Plutôt que de maudire les ténèbres, allumons une chandelle, si petite soit-elle" [Confucious]

Enveloppée de lumière, j'entre dans des lieux sombres. La lumière sanglote figée dans une cire immaculée mais tout de même sans pitié. La lumière s'éteint.

Une aveuglante noirceur semble vouloir s'emparer de mes nuits. De mes jours. Des instants qui s'écoulent doucement. Cette noirceur est-elle le monstre que l'on imagine ? N'est-elle pas simplement la caricature de nos visions lumineuses ?

Le noir ne cessera jamais de grimacer si on ne le cajole pas un peu. Si on ne lui donne pas un peu d'affection. Donnons-lui une lueur de tendresse. Offrons-lui la possibilité de nous montrer la grandeur de sa passion et de son amour. C'est dans l'indifférence que sont possibles les terreurs sordides. Les peurs familières. Les horreurs humaines.

Une goutte de cire coule, immortelle. Éternelle. Rappelant la lumière passée. La lumière à venir. Et les ombres quotidiennes.

"Plus claire la lumière, plus sombre l'obscurité... Il est impossible d'apprécier correctement la lumière sans connaître les ténèbres." [Jean-Paul Sarte]

Posté par Laila_Seshat à 23:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 octobre 2009

Les archives de Pauline: frayeurs cinématographiques

Ma mère m'a appris à faire des casse-tête et à lire. Mon père m'a appris à cuisiner. J'ai hérité de mon père ma passion du jardinage. Et j'ai hérité de ma mère ma passion de la lecture. Mon père m'a transmis un amour du travail bien fait et ma mère 0tvm'a transmis un sens de la fierté. Les choses habituelles. Les choses normales que les parents apprennent à leurs enfants.

Mais les enfants apprennent beaucoup d'autres choses de leurs parents. Mon père m'a transmis sa procrastination et ma mère son obsession de la minceur. Mon père m'a donné son penchant pour les westerns et ma mère, son amour des films d'horreur.

Je reparlerai un jour des histoires de ce far-west américain qui meublait les soirées de mon père. En ce mois d'octobre hésitant entre le soleil et les nuages, je me perds aujourd'hui dans des images cauchemardesques.

Dire que ma mère aimait les films d'horreur ou fantastiques ne serait pas bien décrire cette relation. Elle les adorait avec passion mais de façon sélective. Elle adorait les films d'horreur mais pas n'importe lesquels. Les films trop sanguinaires l'indifféraient royalement. Ce qui la fascinait, c'était les films à tendance plus fantastiques... présentant un sentiment d'horreur plus subtil. Le sang pouvait apparaître mais il ne devait pas dominer les scènes. La violence ne devait pas faire oublier la terreur. Elle disait que trop de sang, trop d'effets spéciaux rappelaient que nous étions dans un film, que ce n'était que du cinéma. La peur devait sembler possible et réelle. Un bon film d'horreur devait nous donner des sentiments d'inconfort et de frayeur qui perdureraient même après la dernière image. Après avoir fermé la télévision, un bon film d'horreur hanterait nos pensées pendant quelques temps encore... il se faufilerait même peut-être dans notre lit et nos rêves. Avant de devenir un souvenir frissonnant et agréable.

Ma mère aimait se coucher tard. Quand tout le monde était couché, elle s'installait seule dans le salon et regardait enfin la télévision tranquille. Et, à cette époque d'avant les magnétoscopes et les lecteurs de DVDs, elle appréciait particulièrement quand un "bon" film d'horreur passait à la télé. Comme ces films étaient surtout diffusés très tard le soir, elle en profitait pleinement. Elle ne voulait évidemment pas que j'écoute ces films avec elle - ou sans elle, bien sûr. Même la fin de semaine. L'heure de diffusion n'était pas seule en cause, bien entendu. Elle ne voulait pas que j'écoute des films qui m'auraient fait peur. J'étais déjà assez peureuse comme ça ! Cela me donnerait des cauchemars, qu'elle me disait, à mon grand désespoir.

Mais j'aimais les films d'horreur. Et je voulais surtout écouté ce que ma mère écoutait. Alors, quand je savais que ma mère écoutait un film d'horreur tard le soir, je me levais sans faire du bruit et je venais me cacher dans le corridor. Tout près du salon, mais non loin de ma chambre. Je pouvais ainsi courir très vite me recoucher si quelqu'un se levait, mais je pouvais voir la télévision. Et elle avait raison. Le nombre de cauchemars que ces bouts de films, entrevus entre mes doigts qui cachaient la plupart du temps mes yeux, m'ont donnés, je ne saurais le dire!!! Et je dois avouer que certaines images surgissent encore parfois dans mes rêves. Je retournais me coucher et je faisais alors semblant de dormir pour le reste de la nuit. J'avais horriblement peur et je passais parfois des nuits entières à ne pas dormir, enfouie sous mes couvertures. Mais cela ne m'empêchait pas de venir me cacher dans le corridor pour voir quelques images de ces films d'horreur que ma mère adorait: Psycho, Exorcist, The Fly, Dracula, Frankenstein, The Birds, Rosemary's baby, The Omen, ...

Et puis, j'ai vieilli. Et j'ai fini par pouvoir écouter avec ma mère ces films et bien d'autres. Nos goûts ont parfois divergé par la suite, mais notre passion pour les films d'horreur qui hantent sournoisement les pensées n'a jamais changé. Et si j'aime aujourd'hui autant les films d'horreur c'est à cause de ma mère et de ses soirées de cinéma qu'elle s'offrait parfois.

Posté par Laila_Seshat à 23:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,